Cameroun - Coupure d’internet: Le bilan sera très lourd

Par Wiliam TCHANGO | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 20-Apr-2017   25034 5
Username:
Password:
Marabout   02017-04-22 11:53
#1
Je suis celui dont t-on parle dans toute l'Afrique par mes œuvres spirituelle. Le GRAND MAÎTRE MARABOUT HOUNON
Qu'il s'agisse d'argent, d'amour, de malchance, d'impuissance sexuelle ou autres, quels que soient vos problèmes les plus désespérés à résoudre et l'urgence,
Découvrez-moi votre MAITRE HOUNON, je suis prêt à me rendre utile et intervenue a vos souffrances. Je suis un grand guérisseur et voyant très reconnu et originaire du Bénin(Afrique de l'ouest)
Il faut que vos problèmes soient réels, que vos difficultés soient présentes, que vos ennuis soient tenaces, et si c'est votre cas, j'accepte de venir à votre aide avec la puissance de mon pouvoir.
Vous qui n'aviez pas trouvé d'enfants dans votre couple depuis longtemps, ou qui êtes dans la solitude; vous qui êtes rejetez par votre mari ou votre femme depuis longtemps,. Alors si vous avez réellement besoin d'avoir la chance, l'argent, le travail, la sérénité dans votre vie, le désenvoûtement, la protection, que votre société ou
entreprise fonctionne bien etc....
Contactez-moi et je me rendrez disponible merci.

tel: +22962214162

Mail: maraboutken@gmail.com
      0
Alternative 11    72017-04-21 12:55
#2
Quel est le bilan de des villes mortes et des écoles mortes?
      0
Finesse   112017-04-21 10:40
#3
So when do we get a consortium to sue the President and his Govt for all loss incured due to the suspension of services? The same logic used to sue the Church!
      0
Goodman   142017-04-21 10:25
#4
Bilan lourd est ce que c'est leur problème ? Manquent ils d argent pour aller jouir en Europe ?
      0
Mbongochobi   172017-04-21 06:18
#5
Dictators like KIM JUNG BOYS of LRC don't give a damm about the economic consequences. He and his gang of thieves had succeeded to take this once economically strong and viable country to that of a Very Poor and Over-indebted Country.

He never took into consideration the economic and other consequences of this internet shutdown in Southern Cameroons. He was thinking about the Survival of his 35 years old DICTATORIAL regime in his DICTATORLAND called LRC.

This brazen and hardened DICTATOR never announced to the public that he was the one who demanded that internet connections should be shut down in Southern Cameroons, but like a thief and dictator, he is giving orders to his gang members for the re-instalment of internet.

What awaits KIM JUNG BIYA and his gang of thieves called government officials, is a myriad of court actions by the companies and individuals who suffered and lost considerably amount of money because of this instance act by the 85 years old DICTATOR
      0
Internet Cut Off From NW and SW Archives
En sevrant la partie anglophone de la connexion pendant 93 jours, le Cameroun a battu le record de la plus longue coupure d’internet sur le continent africain.

93 jours c’est la période pendant laquelle les populations des régions du Sud-ouest et du Nord-Ouest ont été privées de la connexion internet. La décision prise le 17 janvier 2017 par le gouvernement pour  rendre impossible la circulation d’images montrant les brutalités policières exercées contre les avocats ou les étudiants qui manifestent depuis novembre 2016 a été levée ce jeudi 20 avril 2017, sur instruction du Chef de l’Etat.

La résistance du gouvernement face aux multiples pressions pour l’amener à mettre fin à cet isolement numérique a été remarquable. La campagne #Bringbackourinternet,  les multiples sorties d’Internet Sans frontière, l’indignation du célèbre informaticien américain Edward Snowden et de plusieurs autres personnalités politiques au Cameroun (Maitre Akere Muna) et à travers le monde l’ont laissé de marbre. Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette coupure d’internet dans la partie anglophone du Cameroun a occasionné d’énormes perturbations. « J’ai vu des gens agglutinés sur un pont parce qu’à cet endroit précis les smartphones parvenaient à se connecter, C’est donc là qu’ils viennent quelques minutes, le temps de télécharger leurs e-mails, avant de repartir. » relate à Jeune Afrique Franck Fokam, le patron d’un fournisseur d’accès internet.

Sur le plan économique, les pertes auront été énormes. Les entreprises basées dans ces deux régions du pays ont souffert le martyre.  « Nous sommes revenus à l’âge de pierre. Faute de connexion, nous sommes obligés de transporter physiquement les données sur CD ou clé USB. » Se désolait un des cadres de la Cameroon development corporation (Cdc). Les banques dont les serveurs sont pour la plupart installés à Douala et Yaoundé ont été particulièrement pénalisées. Certains d’entre elles ont dû instaurer de nouvelles procédures incluant l’usage du téléphone tandis que d’autres plus fortunés ont investi dans l’acquisition de d’un V-Sat un moyen de communication par satellite permettant notamment de transférer des données, a constaté le journal de Béchir Ben Yahmed.

L’on n’oublie pas les jeunes startuppers de la Silicon Mountain qui se sont vu imposer  trois mois d’inactivité. « Il est regrettable qu’une faction de “sécurocrates” ait inspiré une telle approche à la plus haute autorité politique du pays. La plupart de ces jeunes [les startuppers de la Silicon Mountain] ont lancé leur entreprise avec de maigres moyens, souvent aidés par leur famille et leurs amis. Le gouvernement ferait mieux de soutenir leurs efforts plutôt que de les entraver. » A dénoncé Christian Penda Ekoka, économiste et conseiller technique à la présidence qui déplore notamment des « conséquences financières inimaginables » pour ces jeunes.

Il y a enfin les entreprises de téléphonie mobile qui se sont diversifiés dans la fourniture d’accès à internet. Selon un chef d’entreprise du secteur qui s'est confié à Jeune Afrique, la baisse inévitable de leur chiffre d’affaire aura forcément un impact fiscal.  Ces gros contributeurs aux recettes budgétaires de l’État s’étaient acquittés de 617 milliards de F CFA d’impôts et taxes sur la période 2010-2014.  Avec l’instauration en 2016 d’une nouvelle taxe sur les communications téléphoniques et les services internet, l’État prévoyait d’accroître cette cagnotte. «Sa réaction jusqu’au-boutiste à la crise anglophone risque fort de contrarier ses prévisions », note Jeune Afrique.

Auteur:
Wiliam TCHANGO
 contact@cameroon-info.net
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez