Cameroun - Crise à la FECAFOOT: La FIFA fait reporter la tenue de l’Assemblée générale initialement prévue le samedi 23 juin 2018.

Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 20-Jun-2018   6466
Le siège de la FIFA FIFA
L’instance faitière du football mondial relance la polémique au sujet de la modification de la loi du 15 juillet 2011 portant organisation des activités sportives au Cameroun.

Les membres de l’Assemblée générale, cuvée 2009, avaient déjà reçu des convocations pour une Assemblée générale extraordinaire d’adoption des textes de la Fédération camerounaise de football le samedi 23 juin 2018 au centre d’excellence de la CAF à Mbankomo, banlieue de Yaoundé.

A jour, j- 3 de ce rendez-vous décisif pour l’avenir de la FECAFOOT, son organisateur, le Comité de normalisation de l’instance faitière du sport roi camerounais, a publié un communiqué en début de soirée de ce mercredi 20 juin 2018 pour annoncer le report des retrouvailles à Mbankomo.

« Par correspondance datée de ce jour 20 juin 2018 à Zurich, le Comité de normalisation de la FECAFOOT a été invité par la FIFA à attendre la fin de la session parlementaire en cours avant de fixer la nouvelle date de ladite Assemblée générale » explique le communiqué signé Martin Etongue, secrétaire général de la FECAFOOT.

Ainsi, la FIFA espère que la loi numéro 2011/018 du 15 juillet 2011 portant organisation et promotion des activités physiques et sportive au Cameroun, sera révisée pendant la deuxième session parlementaire qui se tient depuis le 06 juin 2018 à Yaoundé.

La FIFA indique depuis l’année dernière que certains articles de cette loi sont la source des crises à répétition à la FECAFOOT. Aussi, a-t-elle depuis saisi le gouvernement camerounais pour lui demander la réécriture de cette loi.

Le ministre des sports et de l’éducation physique a pris en début d’année l’engagement auprès des émissaires de la FIFA, de faire modifier la loi querellée. Mais la révision effective tarde de prendre corps. Selon Veron Mosengo Omba, le Directeur de développement Afrique et Caraïbes au sein de la FIFA, le retard accusé par les autorités camerounaises pour la révision de la loi, est l’une des raisons qui ont amené en février dernier, le gouvernement mondial du football à proroger de six mois le mandat du Comite de normalisation de la FECAFOOT.

Alors qu’on croyait que cette exigence de la FIFA était renvoyée aux calendes grecques, voilà qu’elle resurgie au moment où on s’y attendait le moins.

L’attention des acteurs de la crise qui perdure depuis cinq ans à la Fédération camerounaise de football, est désormais focalisée à l’hémicycle de Ngoa-Ekelle où siège l’Assemblée nationale et au Palais des Congres, siège du Senat.

Auteur:
Adeline ATANGANA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez