Cameroun - Crise anglophone: Haman Mana (du Quotidien Le Jour) répond à Jean Marie Atangana Mebara

Par Wiliam TCHANGO | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 17-Oct-2017   9572
Haman Mana Archives
Le Directeur de publication du Quotidien Le Jour réagit à la dernière sortie de l'ancien Secrétaire général de la Présidence de la République truffée selon lui de plusieurs contradictions.

La récente sortie de l'ancien Secrétaire général de la Présidence de la République, Jean Marie Atangana Mebara sur la crise anglophone suscite beaucoup de réactions au sein de l'opinion. L'une des plus marquantes est celle du Directeur de Publication du Quotidien à capitaux privés Le Jour Haman Mana rendue publique ce mardi 17 octobre 2017. 

Le patron de média camerounais décèle des contradictions dans le discours de  cet ancien ponte du régime Biya, actuellement incarcéré dans le cadre de l'opération épervier. Notamment sur son appréciation du système législatif, juridique et judiciaire du Cameroun. Penser que  les francophones qui sont fatigués du régime Biya, de son équipe et de son règne peuvent  s’organiser entre eux dans le cadre des "lois de la République" serait ne pas reconnaitre la difficulté qu'ont les citoyens camerounais à jouir d'une saine et juste application des lois et de la justice.  

Il n'est également pas d'accord sur la façon de l'ancien SGPR de percevoir  le combat de ceux qui souhaitent le départ de Paul Biya. Pour Haman Mana, "le Biya qui fait problème n’est pas un individu, mais c’est un système tentaculaire qui tient le Cameroun et vampirise les énergies de ses hommes. C’est de ce système qu’il faut se libérer".

 

La lettre de Haman Mana

Monsieur le ministre d’Etat, cher ainé,

Comme beaucoup de nos compatriotes, vous avez exprimé votre point de vue sur la crise anglophone, le grand problème de l’heure. A la lecture ce matin de votre tribune parue dans plusieurs journaux, je me permets de venir vers vous, pour parler d’un point qui m’a marqué, et qui est la raison de la présente missive.

Vous avez évoqué le « Grand soir », attendu par certains Camerounais francophones, le « bouleversement soudain et radical de l’ordre existant ». Dans la foulée, vous vous demandez : « pourquoi les francophones qui sont fatigués du régime Biya, de son équipe et de son règne ne s’organisent-ils pas entre eux dans le cadre des lois de la République ? »

C’est sur ce point précis que je vous pends au mot : « fatigue ». Le mot est lâché. Donc vous-mêmes, ressentez, observez, constatez que le régime de Monsieur Biya est fatigué et fatiguant. Vous demandez à tous ceux qui ne sont pas d’accord, de provoquer le changement, « dans le cadre des lois de la République » !

Qui, à ce jour, mieux que le justiciable Atangana Mebara Jean-Marie, peut le mieux apprécier la capacité du système législatif, juridique et judicaire du Cameroun à produire de la Justice ? Vous qui vivez dans votre chair la « Justice sous régime Biya » comment pouvez-vous conseiller à d’autres de se fier à elle ? Il y a dans votre démarche une contradiction qui me heurte.

Autre fausse piste sur laquelle vous embarquez ceux qui vous ont lu : celle du « Biya-homme » où vous construisez -de manière fort habile- une idée selon laquelle le Cameroun est un bien trop précieux pour être gâché au motif qu’il faut faire partir Monsieur Biya. Vous le savez vous-mêmes, le Biya qui fait problème n’est pas un individu, mais c’est un système tentaculaire qui tient le Cameroun et vampirise les énergies de ses hommes. C’est de ce système qu’il faut se libérer.

Vous êtes d’accord avec moi qu’en 35 ans Monsieur Biya a donné tout ce qu’il pouvait au Cameroun. Dans le même temps, il aussi reçu du Cameroun, tout ce que ce beau pays pouvait lui donner. Notre pays et lui sont quittes. Pourquoi voulez-vous assimiler son départ à ce « Grand soir » où j’entrevois déjà une « Nuit des longs couteaux » ?

J’ai un profond respect et une forte compassion pour vous et vos compagnons d’infortune. Vos bras, vos intelligences auraient été plus utiles ailleurs à bâtir le Cameroun, que là-bas derrière les barreaux où vous vous trouvez à cause de ce système contre qui vous ne levez même pas le moindre cri de colère. C’est cette colère que vous gardez dans vos entrailles qui jaillit de celles de ces jeunes anglophones et qui sourd en notre sein.

Mes encouragements les plus chaleureux pour les moments difficiles que vous traversez. En espérant qu’une nouvelle ère, un jour, s’ouvrira pour notre pays.

Haman Mana

Auteur:
Wiliam TCHANGO
 contact@cameroon-info.net
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez