Cameroun - Crise anglophone: Le MDP, parti fondé par feu Samuel Eboua, s’oppose à toute idée de sécession

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
DOUALA - 10-Oct-2017   1027 4
Username:
Password:
Man Tara   22017-10-11 02:00
#1
@Evolution

This is the sad reality.
No one will come help you secede.
No Trump.
Not the UN
Not Canada,
Not Amnnesty International.
They may help you cry for your children.

And let me tell you, very powerful countries did help Biafra.
But where is the republique of Biafry.
2 milions of biafra childte wasted for nothing
      0
Man Tara   22017-10-11 02:00
#2
@Evolution

This is the sad reality.
No one will come help you secede.
No Trump.
Not the UN
Not Canada,
Not Amnnesty International.
They may help you cry for your children.

And let me tell you, very powerful countries did help Biafra.
But where is the republique of Biafry.
2 milions of biafra childte wasted for nothing
      0
Man Tara   22017-10-11 01:52
#3
@Evolution.

All you people care about is the darn history.
Do you care about all your children that your history recitation is going to kill over the years?
You are so uncaring, you came to lie to yourselves and your kids.
What are your realistic chances of succeding?
Zero.
You want to fight an army with you children bodies as bu)et catchers.
That is dumb and criminal.
You lie to yourselves that secession is a noble cause.
Said who?.
The kindom of Hawai was litterally annexed by the US.
Hawaians are proud Americanns today.
You have defined yourselves thriugh hate.
"We will never forget"
What?
That you votted with one balot saying yes and the other saying "oui". (Which is stupid propaganda).
You accepte to kill your children over that?
They will die and not come back
      0
Evolution   22017-10-10 20:53
#4
I am really sucked with the level of ignorance that 98% of people in Cameroon do not know the true history of Southern Cameroons and are not even interested in knowing. All they say is " non à la céssesion ou à la division du pays" . That is why the situation has just one outcome. You hear fellows from all angles coming on the televion stations, radios etc and spend precious time debating on very delicate topic like this with no clue about what its all about. The source of information they have is CRTV. You can guess what is being said in that station.
      0
Paul Alain Eboua, Président du MDP archives
Son président, Paul Alain Eboua, s’est exprimé au cours du point de presse qu’il a animé le 7 octobre 2017 à Douala

Le Mouvement pour la démocratie et le progrès (MDP) se prononce sur la crise anglophone. Le parti politique fondé voilà 25 ans par feu Samuel Eboua s’est exprimé par la voix de son dirigeant actuel Paul Alain Eboua le 7 octobre 2017. Au cours du point de presse qu’il a animé à Douala, le leader du MDP a réitéré son opposition au sécessionnisme et prou l’unité.  

Le MDP est rendu inquiet par ce qu’il appelle la « dégradation dangereuse  de la crise politique et sociale qui perdure dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest ». Il se montre préoccupé par  « les manifestations violentes appelant à la partition du pays ont eu lieu dans les principales villes de ces régions ainsi que les attentats à la bombe à Bamenda et à Douala ». Pour ce parti d’opposition  ces événements sont la preuve qu’une étape supplémentaire  a été franchie dans l’escalade. Et face à la gravité de la situation, le Mouvement pour la démocratie et le progrès « condamne fermement et sans réserve ces actes de violence qui les appellent à la division du pays, qui ont eu cours pendant ces manifestations ».

Le MDP déplore les pertes en vies humaines enregistrées et adresse ses condoléances aux familles endeuillées. Il Le considère que ce qui est en jeu à travers cette crise c’est la préservation de la nation en tant qu’entité unie par delà son caractère bilingue et multiculturel. « Le MDP pense que la crise actuelle est suffisamment grave. Elle est préoccupante. Certes le pays a déjà traversé un certain nombre dd difficultés, d’épreuves, celle-là en est une autre. Nous pensons qu’il faut très rapidement renouer les fils du dialogue, que les fils et filles de ce pays se rasseyent autour d’une table  pour sortir de cette impasse. Il ne faut pas laisser pourrir la situation », propose  un Paul Alain Eboua qui pense que l’on devrait ouvrir le débat sur la forme de l’Etat.

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 contact@cameroon-info.net
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez