Cameroun - Crise anglophone: Le Sous-préfet de Batibo toujours aux mains des sécessionnistes

Par Josiane Rose NDANGUE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 14-Feb-2018   14370
Marcel Namata Diteng Archives
Ses proches notamment son épouse sont plus qu’inquiets. Les populations affirment que c’est un chef de terre dévoué.

A Mvengue dans la Région du Sud, notre confrère Le Jour dans son numéro du 14 février 2018, rapporte que Marcel Namata Diteng le Sous-préfet de Batibo enlevé le 11 février dernier est décrit comme un chef de terre avec une forte personnalité. Un caractère qui lui a permis de ne pas se laisser entraîner par la puissante élite locale de Batibo. Il a œuvré pour que les enfants reprennent le chemin de l’école. Son épouse aujourd’hui meurtrie par l’inquiétude a déclaré dans les colonnes de notre confrère, que son époux «soutenait que l’école est le seul bien que les parents puissent léguer à leurs enfants».

Déjà trois jours et l’autorité administrative reste introuvable, sinon aux mains de sécessionnistes. Son épouse dont le quotidien dit qu’elle étouffe de stress a indiqué que celui-ci est sorti de chez lui, dimanche dernier, quelques temps avant le début des cérémonies, après un appel demandant son intervention dans la finalisation des préparatifs. «Une fois sur place des fêtes où il s’est rendu en conduisant lui-même son véhicule de fonction, le chauffeur rapporte qu’il a été approché par des hommes cagoulés qui lui ont lancé «c’est toi qu’on cherche». Ils l’ont embarqué vers une direction toujours inconnue», écrit le quotidien.   

En dépit de l’important et impressionnant déploiement des diverses composantes des forces de sécurité, Marcel Namata Diteng n’a toujours pas été retrouvé. Ce qui trouble ses proches. Notre confrère rapporte qu’à l’heure actuelle alors que «les contacts avec la famille sont filtrés», les populations de leur côté transpirent de peur.     

Il faut savoir qu’avant de prendre fonction à Batibo, Marcel Namata Diteng a passé cinq années dans l’arrondissement de Mvengue. C’est là qu’il a eu un premier poste de commandement direct.  

 

 

Auteur:
Josiane Rose NDANGUE
 @ljndangueCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez