Cameroun - Crise anglophone - Roland Felix Eyoum: «Le gouvernement doit renforcer la sécurisation des personnes et des biens en faisant garder tous les établissements scolaires par les forces armées»

Par Roland Felix Eyoum | Correspondance
YAOUNDE - 21-Aug-2017   4809
Roland Felix Eyoum Roland Felix Eyoum
Par Roland Felix Eyoum Analyste politique indépendant

4 septembre 2017 : la rentrée scolaire doit être effective. Une
sécurisation de l'ensemble du territoire s'impose !

Il n'est un secret pour personne que les Camerounais, qu'ils soient de
l'Est, de l'Ouest, du Nord ou du Sud, veulent aller à l'école dès le 4
Septembre prochain. Ceci est clair et net lorsqu'on voit les parents
du Sud-Ouest envoyer leurs enfants pour les cours de répétition depuis
le début des vacances.

Pour rendre effective la rentrée scolaire, des mesures très spéciales
doivent être prises par le gouvernement pour sécuriser les parents,
les élèves et tous les établissements scolaires. Il est clair et net
qu'il n'existe pas une adhésion populaire aux mots d'ordre de boycott
de l'école. Plutôt, ceux qui veulent faire passer des agendas obscurs
utilisent l'intimidation, la dissuasion et les actes de violence et de
vandalisme pour obliger les enfants à ne pas préparer leur avenir en
se rendant à l'école.

D'ailleurs pour se donner les moyens de perpétrer leurs actes de
vandalisme en toute quiétude, ils mettent en cause les mesures prises
par le gouvernement pour protéger les personnes et les biens. Ils
parlent pour se donner bonne conscience de militarisation des régions
du Nord-Ouest et du Sud-Ouest alors qu'il s'agit en fait de
sécurisation des personnes et des biens dans ces régions du Cameroun.

D'ailleurs dans l'optique de forcer les établissements scolaires à ne
pas inscrire les élèves pour une rentrée pour laquelle les parents
s'activent déjà pour leurs enfants, ils ont choisi de bruler tout un
établissement scolaire. Ceci veut dire qu'ils sont prêts à en bruler
d'autres pour obliger les parents à ne pas envoyer leurs enfants à
l'école.

Pour prévenir tout cela, le gouvernement doit renforcer la
sécurisation des personnes et des biens en faisant garder tous les
établissements scolaires par les forces armées.

Ne soyons pas aveugles. Il y a des gens qui veulent mettre en cause le
referendum de 1972. Ce qui veut dire qu'ils mettent en cause le
referendum de 1961 qui n'a pourtant pas été organisé par le Cameroun
mais bien par l'ONU et la Grande Bretagne.

Mettre en cause le referendum de 1961 équivaut à mettre également en
cause le rattachement du Northern Cameroon au Nigeria. Donc
logiquement ceux qui mettent en cause tout cela doivent commencer par
aller revendiquer le Northern Cameroon au Nigeria avant de venir
revendiquer le Southern Cameroon. En effet, on doit d'abord s'attaquer
à la partie du pays qui est rattachée à un pays étranger avant de
s'attaquer à la partie qui est revenue à la mère patrie.

Donc vraiment, cessons de soutenir tous ceux qui veulent briser
l'unité de notre pays. Sur ce point nous ne serons jamais d'accord
avec ceux qui trouvent des circonstances atténuantes aux
revendications sécessionnistes. On ne peut pas reprocher aux autorités
camerounaise de prendre toutes les mesures qui s'imposent pour
sauvegarder l'intégrité territoriale et l'unité du Cameroun.

ROLAND FELIX EYOUM
ANALYSTE POLITIQUE INDEPENDANT
PRESIDENT & CHIEF EXECUTIVE OFFICER
CIMEX INTERNATIONAL CORPORATION
SANAGA & WOURI REALTY CORPORATION

  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez