Cameroun - Crise anglophone - Sam Mbende: «Les revendications des anglophones sont fondées»

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 17-Jul-2017   6250
Sam Mbende Archives
L’artiste demande aux autres Camerounais d’écouter ce qu’ils ont à dire sans leur opposer des arguments sectaires.

Sam Mbende comprend l’attitude des populations des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. L’artiste par ailleurs président du Conseil d’administration de la Cameroon music corporation (Cmc) s’est exprimé sur la crise anglophone au cours de l’émission Décryptage diffusée le week-end passé sur la télévision privée Vision 4. Pour lui, « la crise anglophone est réelle ». Il condamne les violences d’où qu’elles viennent  et affirme que « finalement le problème anglophone c’est un problème qu’on devait régler depuis longtemps ». Selon ce  sont « des petites choses » comme l’inexistence d’un hôpital de référence à Limbe qui est située dans une région où le pétrole est exploité « qui exaspèrent ».

Sam Mbende pense qu’une démocratie doit bien traiter les minorités. Il ajoute que la minorité anglophone fait partie du Cameroun et veut faire entendre sa voix. « Il faut juste l’écouter et soyons tolérants. Il faut juste entendre le cri de cœur d e ces gens ».  Sam Mbende dit parler en connaissance de cause et pour avoir parcouru le pays entier, il a vécu le désarroi des anglophones. « Leurs  revendications sont fondées », martèle-t-il.

Il demande aux autres Camerounais d’être un peu plus corrects envers leurs compatriotes du Southerns Cameroon ». « Ce que nous devions faire en tant que frères camerounais c’est de les écouter. Ne pas leur dire que « oui comme vous vus êtes anglophones, nous-mêmes ici à Douala nous aussi on a nos problèmes, tous les Camerounais ont des problèmes alors »… Non ce n’est pas  une bonne façon de régler le problème. La bonne façon de régler le problème c’est peut-être un règlement politique ».

Sam Mbende pense que la décentralisation effective pourrait être un début de solution aux problèmes des anglophones. Il se dot convaincu de ce que « nos frères-là sont compétents ». Il soutient qu’ils veulent apporter leur pierre à l’édifice du Cameroun. « Ne les empêchons pas de le faire », exhorte-t-il non sans vouloir qu’on leur oppose « des arguments  objectifs pas sectaires ».

L’interprète de Rosita pense qu’il n’est pas tard pour trouver solution au problème anglophone.  « Ne laissons pas la colère de ces gens-là s’extérioriser et puis ne donnons pas la chance à ceux qui veulent récupérer la chose politiquement pour embraser le Cameroun. Le Cameroun a déjà assez de problèmes comme ça ».  

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 contact@cameroon-info.net
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez