Cameroun - crise anglophone: Une communication jugée maladroite de Maitre Muna fait sortir de ses gonds le bâtonnier NGNIE KAMGA. Voici la mise au point du Secrétaire de l’ordre des Avocats.

Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 20-Apr-2017   30657 12
Username:
Password:
FirstOctober1961   22017-04-20 16:55
#1
Mr Batonnier should raise his baton over the heads of the lawyers of La Republique.
We in Southern Cameroons have our own bar. So we don't need or want his services.

Where was Mr. Batonnier before the common law lawyers went on strike?
Where was Mr. Batonnier when common law lawyers were beaten, maimed and humiliated
by the corrupt and brutal military forces of La Republique for demonstrating peacefully.

Mr. Batonnier should go home for the bar association he heads has no jurisdiction over Southern
Cameroons.
      0
Chesco002   22017-04-20 15:18
#2
@Mbongochobi
So, one must be anglo to speak for anglo ? Rubbish thinking.

So, Ngnie Kamga has taken bribe from LRC ? Do you have proof ? If you are dragged to court now, you will cry saying you are anglophone, won`t you ?
      0
Bih   32017-04-20 15:17
#3
The state in the last court appearance decided to group all the detainees and charge them as one
Why did you not ask the state to charge them separately as lawyers, bensikin, students?
Since you are concerned with lawyers only why not talk about the illegal arrest of justice Ayah?
Who will defend teachers, Bensikin and the students?
Are you for the lawyers or for the state? It is obvious who you are for no need to be professorial about legal procedures here.
Citizens were abducted in the night, taken to a different location and charged in a military tribunal.
Was this whole process legal?
Over Sabi go kill we!
      0
Nyambarindon   52017-04-20 12:44
#4
"Le Bâtonnier est de plein droit investi des pouvoirs de diriger la défense de ces deux avocats, comme l’a du reste et fort à propos, rappelé l’ancien Bâtonnier Bernard MUNA en personne, devant le Tribunal militaire de Yaoundé, lors de la première audience du procès du confrère NKONGHO AGBOR."(sic)

Si l'ancien batonnier Bernard Muna en personne reconnait ce droit dévolu au bâtonnier en chaire,alors pourquoi vouloir associer Ngnie Kamga à la défense de non-avocats?
Sachant que le bâtonnier en chaire n'intervient exclusivement que pour la défense de ses confrères avocats?!
      0
Mbongochobi    132017-04-20 12:02
#5
Maitre Ngnie Kamga is not an Anglophone but a sellout from LRC. He should stop speaking for Anglophones. He has got any mandate to speak for the Anglophone lawyers. He should collect his bribes from Laurent Eso and Kim Jung Biya quietly but the Anglophone Lawyers would not return to court on the 2nd of May except all the conditions which had been made public had been taken into consideration.
      0
Mbalmayo16    162017-04-20 10:38
#6
Ce site me dépasse déjà! On dirait qu'il est rempli d'Ayatollah(s)... Dès que tu oses dire quelque chose qui ne va pas dans leur sens, on te lance une fatwa.
Le pauvre NGNIE KAMGA, a commis le péché d'oser demander à MUNA de respecter les règles de l'Ordre des avocats, maintenant c'est sa "fête" sur Cameroon-info.net...
Certains sur ce site sont prêts à lancer une fatwa contre un brillant avocat comme Kamga. Les mêmes Ayatollahs nous parlent de démocratie tous les jours sur ce site!
Je dis ça je n'ai rien dit!
      0
Adama    312017-04-20 09:52
#7
Depuis que vos confrères ont été incarcérés par Biya qu'avez fait ou dit en leur faveur pour encourager leur libération? Rien du tout !

Vous sortez de vos trous pour demander la fin de la grève des magistrats Anglophones.

Finalement, je suis d'accord avec ceux qui traitent les francophones de traitres et principaux responsables du déclin de ce pays.
      0
Shey11    392017-04-20 07:49
#8
@Maitre Kamga
i understand your duty is to protect and defend the lawyers, but i am not a legal mine, but i expect you to know better than i do that the the case against these leaders are linked and cannot be treated in isolation, it is therefore incubent on you to defend all the others, since it is not a separate case file.
      0
Cercione17    132017-04-20 07:24
#9
@ Ngnie Kamga

Mouf tu peux construire comme samba antoine felix????

Quand quelqu'un nous dépasse allons lorgner sa demeure!!!

FAT-WA SUR UN CERTAIN LAMBERT JEAN NANG!
      0
Chesco00220    212017-04-20 07:13
#10
C`est vraiment un peche mortel de ne pas penser et de ne pas faire les choses comme certains le voudraient.

On aurait donc donne de l`argent a ce GNIE KAMGA pour saboter la lutte, et des voyants sur ce site le savent deja
      0
Goodman16    372017-04-20 05:43
#11
GNIE KAMGA , ne te trompe pas de combat...Ne ramene pas ce probleme a votre petit confort materiel dans lequel vous etes assis depuis des decenies pendant que les camerounais croupissent sous le poids de la misere...POUR NE PAS ajouter de l'eau au moulin des fossoyeurs du Cameroun ne seme la zizanie au profit de ceux qui t'ont promis une prebende, car vus les francophones vivez toujours de trahison en trahison...Car il faut eviter d'accentuer inconsciemment avec des declarations et des actes farfelus irresponsable la fracture deja difficile a ressouder entre camerounais...LAISSES CE QUE MUNA A DIT COMME CA. TA CONFERENCE DE PERSSE RISQUE DE BIPORISER plus la situation du pays, mais saches nous francophones ne sommes pas avec vous defenseurs de regime pilleur
      0
Johnpapapapa10    402017-04-20 05:31
#12
Bla Bla Bla. This so-called communique is full of non-sense. Your so-called colleague, Mr. Felix NKONGHO AGBOR BALLA was thrown into jail without due process but you never said a word because Mr. had given you money. Now you want to show us how good you can write french when it come to Mr Muna. Bunch of useless fools
      0
Me Jackson Ngnié Kamga Archives
Après avoir affiché leur désaccord sur la date du 02 mai 2017 annoncée par le bâtonnier Jackson Francis NGNIE KAMGA comme la date fixée pour la fin de la grève des avocats anglophones dans les Régions du Sud-Ouest et Nord-Ouest, les membres de l’ordre des avocats au barreau du Cameroun, se querellent dans le cadre de la défense de leurs confrères mis en cause au Tribunal militaire de Yaoundé.

Pour comprendre cette nouvelle dispute entre les avocats camerounais, Camerooun-info.net vous invite à lire la mise au point ci-dessous, signée du Secrétaire de l’ordre des avocats au barreau du Cameroun.:

 

 

MISE AU POINT DU SECRETAIRE DE L’ORDRE DES AVOCATS AU BARREAU DU CAMEROUN

Après avoir pris connaissance du communiqué de presse en date du 13 avril 2017 signé de l’ancien Bâtonnier Bernard MUNA, lequel se présente comme étant le porte-parole d’un collectif des avocats de la défense de Maître Felix NKONGHO AGBOR BALLA, du Docteur FONTEM NEBA, de Maître ABADEM WALTERS, et d’autres personnes mises en cause devant le Tribunal militaire de Yaoundé,

 

Et eu égard au fait que certains paragraphes dudit communiqué remettent en question en le critiquant, le communiqué de presse du Bâtonnier en chaire Jackson Francis NGNIE KAMGA publié le 09 avril 2017, et informant le public de la décision prise par le conclave des avocats du Nord-ouest et du Sud-ouest de reprendre les activités judiciaires dans ces deux régions le 02 mai 2017,

 

LE SECRETAIRE DE L’ORDRE TIENT A FAIRE

LES MISES AU POINT SUIVANTES :

 

Toute action du Bâtonnier et/ou du Conseil de l’Ordre n’a et ne doit avoir pour finalité que la protection des intérêts de la profession d’avocat, ainsi que la défense de ceux de ses membres qui pourraient se trouver en difficulté.

 

La défense ordinale que porte le Bâtonnier devant le Tribunal militaire de Yaoundé, à l’occasion d’un procès mettant en cause certains de ses confrères, ne saurait être confondue avec des stratégies qu’un collectif dit de défense, mettrait en œuvre au profit d’individus qui ne sont pas membres de la profession d’avocat, à l’instar de sieur MANCHO BIBIXY, du Dr FONTEM NEBA et d’autres personnes poursuivies.

 

Le Bâtonnier de l’Ordre des Avocats au Barreau du Cameroun qui préside le Conseil de l’Ordre, est le seul organe représentatif de cette Institution. Ses pouvoirs et prérogatives, de même que ceux du Conseil de l’Ordre sont clairement précisés dans la Loi N° 90/059 du 19 décembre 1990 portant organisation de la profession d’Avocat, et le Règlement Intérieur. Il a le pouvoir de diriger le Barreau, et tient le bâton de l’Ordre.

 

Maître Felix NKONGHO AGBOR BALLA et Maître ABADEM WALTERS sont deux avocats membres du Barreau du Cameroun actuellement poursuivis devant le Tribunal militaire de Yaoundé. Il échoit au Bâtonnier en chaire d’assurer leur défense ordinale, aussi bien au prétoire qu’en dehors. Le Bâtonnier est de plein droit investi des pouvoirs de diriger la défense de ces deux avocats, comme l’a du reste et fort à propos, rappelé  l’ancien Bâtonnier Bernard MUNA en personne, devant le Tribunal militaire de Yaoundé, lors de la première audience du procès du confrère NKONGHO AGBOR.

 

La préséance du Bâtonnier en chaire dans la défense pénale de ses confrères, outre qu’elle va de soi, a toujours été la règle au sein de notre Ordre, ainsi cela s’est vérifié lors du procès de l’ancien Bâtonnier Black YONDO avec le Bâtonnier Bernard MUNA, ou lors des poursuites contre les confrères Luke SENDZE, Francis SAMA et autres avocats avec le Bâtonnier Patrice MONTHE.

 

A l’occasion des rencontres entre le Conseil de l’Ordre et les Avocats des deux Régions anglophones, le Bâtonnier s’est clairement exprimé sur ses démarches tendant à obtenir la libération rapide de ses deux confrères actuellement détenus.

 

Cette libération n’est pas incompatible, loin s’en faut, avec  la prise en compte du désir exprimé par la majorité des quelques huit cents avocats des Régions du Sud-ouest et du Nord-ouest, de reprendre leurs activités, afin de donner au Gouvernement, l’occasion de mettre en œuvre les mesures qu’il a annoncées.

 

C’est pour tenir compte des intérêts de ses deux confrères en détention, et non pas de ceux de toutes les personnes poursuivies devant le Tribunal militaire, que le Bâtonnier a mis en place un conclave de vingt avocats des Régions du Sud-ouest et du Nord-ouest, par Décision N°038/BOABC/ADM/03/17 du 31 mars 2017.

 

Nul ne peut contester au Bâtonnier, le pouvoir légal et discrétionnaire qu’il a, de créer un tel conclave auquel il conférerait des attributions consultatives, voire  décisionnelles.  

 

Dès lors, tout communiqué de presse qui tendrait à méconnaitre ou à remettre en cause les pouvoirs du Conseil de l’Ordre et du Bâtonnier, d’où qu’il vienne, constitue un manquement aux dispositions de la Loi organique et du Règlement Intérieur du Barreau, et devrait être considéré comme tel, c’est-à-dire réputé non écrit.

 

Le Secrétaire de l’Ordre qui a reçu mandat du Bâtonnier pour faire la présente mise au point, saisit cette occasion pour rappeler la détermination de ce dernier à continuer d’œuvrer sans relâche en vue de la normalisation des activités professionnelles des avocats dans les régions  du Sud-ouest et du Nord-ouest, de même qu’en vue de la libération effective par les voies de droit des deux confrères détenus.

 

Aux fins d’examiner la situation qui prévaut, le Bâtonnier de l’Ordre vient de convoquer en urgence, pour le vendredi 21 avril 2017, une réunion extraordinaire du Conseil Consultatif des Anciens institué par sa Décision N° 020/BOA/04/15 du 27 avril 2015.

 

Fait à Yaoundé le 19 avril 2017

 

 

Le Secrétaire de l’Ordre

 

 

 

Me Philippe MEMONG

Auteur:
Adeline ATANGANA
 contact@cameroon-info.net
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez