Cameroun - Crise anglophone: Voici les charges retenues contre Paul Ayah Abine

Par Otric NGON | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 18-Mar-2017   44925 9
Username:
Password:
Man Tara   02017-03-19 21:15
#1
Did they read him his Miranda?

Oh sorry, this not the 51rst state Azombizonia-House slave yet.
I think we will have to wait for Rex Wayne Tillerson, in Air Force One to Officially inaugurate Zombisonia as the 51rst state of America, to apply the Miranda Rule.
Right now all criminals are under Cameroon's juridiction
      0
Muana Oli   32017-03-18 22:57
#2
Etat de (non) droit...
      0
Moh Manyu   52017-03-18 18:49
#3
Those charges against Justice Ayah Paul Abine are mockery and show how panic has entered Paul Biya! May the Government jail all of us the Anglophones!
      0
Atangal   122017-03-18 18:41
#4
Les soi-disantes charges retenues contre Paul AYAH sont des fabrications du gang de Paul BIYA, qui n'attendait que le moment opportun pour coffrer ce renégat, seul député RDPC qui avait osé voter contre la modification constitutionnelle ayant permis à Paul BIYA de s'éterniser à la tête du Cameroun.
Pareil pour Marafa qui doit son embastillement pour avoir imprudemment avoué ses ambitions présidentielles à Paul BIYA, qui ne devient furieux que lorsque quelqu'un ose dire que le Cameroun n'est pas sa propriété
Mais, ce que Paul BIYA oublie, c'est qu'en politique vous pouvez aussi un jour devenir le prisonnier de votre ex-otage!
      0
Timanambusa   182017-03-18 16:13
#5
C’est un règlement de comptes ou quoi ?

Ce monsieur était très clairement contre les villes mortes et a beaucoup critiqué ces jeunes qui prônent le désordre et la violence! C’est insensé tout ça ! Vraiment, ce gouvernement pousse la population vers ses dernières limites !
      0
District_attorney   92017-03-18 14:12
#6
Bullshit
      0
Mola13    212017-03-18 11:00
#7
Il faut libérer ce monsieur! C'est une honte de retenir quelqu'un supposé avoir une immunité a cause de ses opinions politiques… On ne devait plus voir ça au Cameroun en 2017.
      0
Mola14    252017-03-18 11:00
#8
Il faut libérer ce monsieur! C'est une honte de retenir quelqu'un supposé avoir une immunité a cause de ses opinions politiques… On ne devait plus voir ça au Cameroun en 2017.
      0
L'Acteur15    332017-03-18 10:29
#9
Ceux qui se moquent du Monde civilisé par des interprétations saugrenues des lois se moquent de Dieu et surtout d'eux mêmes. Le Cameroun aujourd'hui ressemble à une vaste jungle où c'est la loi du plus fort qui est toujours la meilleure , mais par pur machiavélime les gars s'arrangent toujours à masquer leurs forfaitures en utilisant des grands mots pour paraître comme des hommes intègres . "Complicité et apologie du terrorisme , rébellion, sécession et propagation de fausses nouvelles"... Il n'y a que les "villageois" comme eux mêmes qui se laissent impressionner par ces âneries. Toutes les personnes censées savent que Ayah Paul Abine est détenu arbitrairement à cause de ses opinions politiques , il n'a jamais été mêlé de près ou de loin à ces sornettes absolument grotesques qui sont d'ailleurs montées de toutes pièces . Continuez à vous moquer des hommes et surtout de Dieu. Sa colère est lente, très lente mais ... ... ...
      0
Paul Ayah Abine, Avocat général près la Cour suprême PAA
La première audience de l’avocat général près la Cour Suprême du Cameroun s’est ouverte hier au Tribunal de grande instance de Yaoundé, Centre administratif.

Paul Ayah Abine sait désormais ce qui lui est reproché. Il est poursuivi par le ministère public pour complicité et apologie du terrorisme, rébellion, sécession et propagation de fausses nouvelles. C’est ce qui ressort de sa première audience jeudi au Tribunal de grande instance de Yaoundé, Centre administratif.

Face à la presse à la sortie de l’audience à huis clos qui a duré environ 3 heures, Ndong Christopher, avocat de Paul Ayah Abine, a déclaré à nos confrères de Cameroon Tribune que «cette procédure que nous avons soulevée est destinée à parler du droit d’Ayah Paul Abine qui a été violé lors de son arrestation devant sa famille pour être amené au SED où il est gardé à vue sans même être inculpé. C’est aujourd’hui au tribunal que nous avons appris les charges qu’il y a contre lui: complicité et apologie du terrorisme et rébellion, sécession, propagation de fausses nouvelles».

Le ministère public, représenté par deux magistrats, d’après l’avocat, a commencé à citer la loi de 2014. Pour les avocats, il était question, suite à la saisine par leurs soins du président du TGI du Mfoundi compétent à leurs yeux, «de constater qu’il y a  violation des règles d’arrestation et de garde à vue telles que soulevées par les avocats de la défense pour libérer Ayah Paul Abine dans l’immédiat».

Après avoir écouté les arguments des deux parties, rapporte Cameroon Tribune, le président du TGI du Mfoundi a renvoyé l’audience au 21 mars 2017. «Il a promis que lui et ses collègues avocats reviendront pour entendre la décision qui sera rendue ce jour-là», lit-on. 

En rappel, c’est le 21 janvier 2017 qu’Ayah Paul Abine, avocat général près la Cour suprême, a été interpellé à son domicile par six hommes armés, et conduit au Secrétariat d’État à la Défense (SED) où il reste détenu.

Auteur:
Otric NGON
 contact@cameroon-info.net
 @OtricNgonCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez