Cameroun - Curiosité: Un commandant de brigade interpellé avec 4208 téléphones portables à Fotokol (Extrême-Nord)

Par Jean-Marie NKOUSSA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 14-Sep-2017   3535 1
Username:
Password:
Sergydukamer   42017-09-14 15:58
#1
On peut comprendre pourquoi Boko Haram reprend du pois de la bête.
      0
Cell phones Archives
L’adjudant-chef David Abanda a profité du climat d’insécurité liée aux attaques de Boko Haram, pour mettre sur pied un trafic de téléphones portables.

Une tâche dans les efforts de l’armée nationale d’enrayer la menace terroriste à l’Extrême-Nord. C’est que certains hommes en tenue profitent du climat d’insécurité due aux attaques répétitives de Boko Haram pour se livrer à des activités répréhensibles. C’est le cas de l’adjudant-chef David Abanda, commandant de brigade de Fotokol dans le département du Logone et Chari.

L’Œil du Sahel  en kiosque le 13 septembre 2017, rapporte que ce dernier a été interpellé le 12 septembre par les éléments de la douane, à bord d’un véhicule qui contenait une cargaison de 4208 téléphones portables et 601 chargeurs. Pour notre confrère, il n’y a pas de doute, la pandore s’adonnait à la contrebande.

Selon les sources proches de la douane à Kousseri, souligne le journal, « les objets de la contrebande étaient stockés dans six gros cartons dissimulés au milieu des casiers de boissons ». Un douanier a raconté la scène au trihebdomadaire, mais sous couvert d’anonymat.

«Ce jour, une équipe composée des éléments de la brigade commerciale et de la brigade mobile de Kousseri, l’ont coincé au niveau du village Nguerey, non loin de Maltam. L’équipe dirigée par le lieutenant Hachimi Pierre l’a escorté jusqu’à à la brigade commerciale de Kousseri où se trouvaient déjà plusieurs hauts responsables des services de sécurité de la ville. C’est là que les cargaisons ont été déchargées et confisquées, et ce, en présence de toutes ces personnalités. Le patron du SEMIL et un colonel de gendarmerie, tous deux présents, ont déclaré qu’ils prenaient en main la suite de l’affaire», renseigne ce douanier.

L’Œil du Sahel fait savoir que l’attitude des hauts responsables de l’armée, en charge de l’enquête, sera scrutée dans les moindres détails. Elle pourrait sonner comme un signal fort envoyé aux autres éléments qui s’adonneraient à la pratique.

 

Auteur:
Jean-Marie NKOUSSA
 contact@cameroon-info.net
 @jmnkoussaCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez