Cameroun - Diaspora/France: Une Camerounaise soupçonnée du meurtre de deux fillettes de trois ans et demi et dix-huit mois

Par Otric NGON | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 03-Jan-2017   5892 3
Username:
Password:
Blizzard    22017-01-03 22:38
#1
From Quat

C'est vrai que l'enquête se poursuit. Toutefois, sur la base des quelques infos que l'article nous a fourni, j'ai pu spéculer sur la cause de ce double infanticide.

Je ne connais pas, ou alors, je n'ai jamais entendu parler fluke personne jo.uissant de toutes ses facultés psychologiques qui a donné la mort à deux de ses rejetons.

Il est clair que l'acte n'a pas été prémédité, car aucun criminel ne saurait composer le 17(police secours) juste après avoir commis un acte criminel faune telle envergure.

C'est pourquoi j'ai estimé que le jeune mère, à un moment donné, a présenté quelque part les signes d'une maladie comme la paranoïa ou les hallucinations.

Quand on pense qu'elle a donné la mort aux enfants qu'elle avait porté pendant 9 mois, c'est évident qu'elle a perdu le nord avant l'acte.

Triste!!!!!
      0
From Quat   12017-01-03 21:16
#2
@Blizzard

elle a peut être "disjonctée". mais de dire que personne ne "lui aurait offert l'assistance dont elle avait besoin" n'est certainement pas judicieux. car, avant de poser cette question, il faudrait connaître les antécédents et surtout connaître l'individu "incriminé"...

laissons parler l'enquête...

time will tell
      0
Blizzard   02017-01-03 20:49
#3
Elle a certainement disjoncté. N'y avait-il personne à ses cotés capable de faire ce constat, QUI lui aurait offert l'assistance dont elle avait besoin?
      0
Police française Archives
Les premières constatations faites sur place par la police privilégieraient la mort par asphyxie. Reste à préciser le mode opératoire et les motifs.

Une Camerounaise vivant à Nancy est accusée d’avoir assassiné ses deux enfants. Selon le site Estrepublicain.fr qui relaie l’information dans son édition du mardi 3 janvier 2017, «le drame s’est, semble-t-il, noué au petit matin de dimanche 1er janvier 2017, rue du Général Mangin, à Nancy, quartier de la Chiennerie, dans un appartement du premier étage de l’entrée A du bâtiment Les Lilas. Même si les circonstances du drame restent à déterminer et à éclaircir, les premiers éléments confirmeraient bien la thèse du double infanticide».

Un double meurtre qui aurait été perpétré par la maman de deux fillettes, apprend-on. «D’origine camerounaise, c’est la jeune femme qui a donné l’alerte, ce dimanche matin, aux alentours de 6h, en composant le 17. Une fois sur place, les secours n’ont pu que constater le décès des deux enfants. L’aînée, qui allait fêter ses quatre ans dans deux jours, et celui de sa petite sœur, âgée, elle, de seulement de dix-huit mois», écrit le média français.

«Hospitalisée, poursuit Estrepublicain.fr, la mère de famille, âgée d’une vingtaine d’années, devrait être auditionnée rapidement. Tout comme d’éventuels témoins. Parallèlement, les examens médico-légaux des petites victimes permettront de déterminer les causes précises de leurs décès. Les premières constatations faites sur place par l’identité judiciaire privilégieraient une mort par asphyxie, aucun autre élément suspect n’aurait été relevé. Reste à préciser le mode opératoire et surtout ce qui a poussé cette maman à ôter la vie à ses deux enfants en ce jour de fête».

Auteur:
Otric NGON
 contact@cameroon-info.net
 @OtricNgonCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez