Cameroun - Diplomatie: Tensions entre Yaoundé et Malabo au sujet de la construction par le Guinée Equatoriale d’un mur à la frontière

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 09-Aug-2019   21055
Paul Biya et Obiang Nguema archives
L’ambassadeur de Guinée Equatoriale au Cameroun a été reçu, à cet effet le 8 août 2019, par le ministre délégué auprès du ministre des Relations Extérieures.

La Guinée équatoriale a récemment décidé de construire un mur le long de la frontière qui la sépare du Cameroun.

Des riverains ont affirmé à l’AFP, que les travaux ont déjà été lancés. «Tout le long de la frontière, tout est déjà défriché. On nous dit que c'est la clôture ou le mur qui va être construit pour notre frontière avec le Cameroun», a déclaré Gustavo Ondo, un équato-guinéen habitant la frontière.

Officiellement, Malabo veut empêcher les ressortissants ouest-africains de transiter par le Cameroun pour regagner illégalement la Guinée Equatoriale.

Mais à Yaoundé, on voit d’un mauvais œil ce que d’aucuns considèrent comme des velléités expansionnistes du voisin équato-guinéen. Surtout que des informations font état de ce que l’armée de ce pays aurait empiété sur le territoire camerounais, repoussant la frontière à plus de 25 mètres.   

Afin de tirer les choses au clair, l’ambassadeur de Guinée Equatoriale à Yaoundé, Anastasio Asumu Mum Munoz a été reçu en audience le 8 août 2019 par Félix Mbayu, le ministre délégué auprès du ministre des Relations Extérieures.

Le diplomate équato-guinéen a démenti l’empiètement du territoire camerounais par les forces armées de son pays. «Je peux vous assurer que l’information qui est sur les réseaux sociaux, faisant état de ce que les soldats équato-guinéens ont traversé la frontière pour aller mettre les bornes, n’est pas vraie. Nos soldats ne peuvent pas traverser la frontière pour poser les bornes», affirme S.E Asumu Mum.

Le mur que son pays construit, dit-il, ce n’est pas au niveau de la frontière, mais dans le territoire équato-guinéen.

Pas sûr que ces assurances dissipent les craintes de Yaoundé. Il y a quelques jours, le général René Claude Meka, patron de l’armée camerounaise, a effectué une descente sur le terrain. Il aurait instruit à ses hommes de ne permettre aucune intrusion illicite en territoire camerounais.

Fred BIHINA

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez