Cameroun - Dossier sur LES BAMILEKES: Le Pr Shanda Tonme recadre Jeune Afrique

Par Otric NGON | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 09-Apr-2017   37217 32
Username:
Password:
Nyambarindon   02017-04-12 16:43
#1
@Lericheamerifricain

"Notre monde est bien different et le jeu des Echecs nous invite a changer de strategie chaque fois que la configuration sur le terrain change."

Il me semble que ce soit une évidence toute logique;que l'on soit un joueur d'echec ou pas.

Néanmoins si ce jeu fait partie de tes centres d’intérêt,on pourrait peut-être s’aménager une partie dans chess.com...
      0
Lericheamerifricain   02017-04-12 14:51
#2
Oceane

je n'ai jamais soutenu l'abandon de nos nos langues. En tout cas je parle bien la langue de mes parents. Mais je sais aussi que mes parents n'ont pas su vulgariser ces langues et nous avons besoin d'apprendre d'autres langues pour competir avec succes dans le monde d'aujourdhui. Nos parents vivaient de la chasse, de la cueillette, des plantations et des paturages. Notre monde est bien different et le jeu des Echecs nous invite a changer de strategie chaque fois que la configuration sur le terrain change.

Pour ce qui est du songo, j'ai cree une image qui ressemble a ce jeu que j'ai vu seulement a la television. Donc je n'en sais rien pour ce qui est des regles et des strategies du songo. Comme nos langues, il faut que quelqu'une comme toi prend l'initiative pour le vulgariser.
      0
Oceane    02017-04-12 13:45
#3
Lericheamerifricain,

Le songo aussi est un jeu de l'esprit, non ?

Kolo mama


Les Bamilékés, comme les autres, étaient tous entassés, comme les autres, au fond des cales des navires négriers. Si tu oublies cela parce que le magazine fondé par un homme qui s'était senti humilié parce que l'un des tiens avait flanqué une raclée aux siens, et s'était juré de laver cet affront parce qu'il flatte ton ego, alors, tu es un très bon client pour remettre les "autres" dans les fers.
      0
Oceane    02017-04-12 13:37
#4
Lericheamerifricain,

café et langues sont deux mondes. Le café peut être consommé par tout le monde, du moins, par ceux qui l'apprecient et par ceux qui ne ressentent pas des palpitations après sa consommation.
Les langues sont forgées par les peuples, leurs locuteurs. Elles véhiculent leur histoire. Elles sont une arme. Vas dire à un Français d'abandonner sa langue pour l'anglais, l'arabe ou chinois et reviens nous sa réponse.

Savais-tu que Julius Nyerere avait traduit Shakespeare dans sa langue, pour faire découvrir son oeuvre aux siens ? Le Shakespeare a été traduit de l'anglais au français, au russe, etc. Ce n'est pas parce que tu parleras français ou anglais ou arabe - remarque que ce sont toutes des langues qui ont un lien avec la soumission des Africains - que tu améliorera le sort des Africains, au contraire. L'Afrique doit devenir le continent de la traduction et non celui de "francophones, de lusophones, d'arabophones et d'anglophones" "utiles", terme utilisé ce jour par un Français sur France Culture, une radio française pour désigner la minorité qui s'exprime dans sa langue en Afrique.

Ossas,
Le premier écrivain africain a écrit dans sa langue maternelle. Thomas Mofolo a écrit "Chaka" dans sa langue maternelle, qui fut par la suite traduit en anglais et de l'anglais en français.
Si tu as déjà codifié et harmonisé l'écriture dans les langues africaines, je suis preneuse.
      0
Kolo Mama   22017-04-11 21:12
#5
voici pourquoi je dis et je maintiens que les bamis ne sont plus à la dimension du petit cameroun seul ; regardez les nombre de chaines tv qui ne sont pas basées au pays : vox africa, africa 24, afrique media NBW tv loin aux USA les hôtels 4 et 5 étoiles en afrique du sud, en guinée au mali et en côte d'ivoire, les banques les PMI dans les pays de la sous région, express union en afrique et en europe, des logements en plein centre de paris....etc finalement le bami est capable d'être à l'aise partout dans ce monde
      0
Lericheamerifricain   02017-04-11 17:55
#6
Oceane

Aide-moi A vulgariser le jeu des Echecs. L'une des lecons de ce jeu est que ce qui est important c'est pas ce que vous avez mais comment vous l'utiliser. Comment vous utilisez les pions a votre disposition? Ces pions peuvent etre les langues francaises et anglaises que nous avions herite de la colonisation. Comment utiliser ces langues a notre avantage est la question la plus importante que de passer la vie sur terre a repeter que ce sont les langues des colons. Si les colons consomment notre cafe et notre cacao pour satisfaire leurs besoins pourquoi devions-nous nous priver de consommer les langues des colons?
      0
Ossas Nanga   12017-04-11 12:48
#7
"Or, tu entends que tous les Camerounais et les Africains parlent, pensent dans les langues qui ont fait d'eux des objets de leur propre histoire, de leur être au monde. "

Est-ce que tu parles aussi pour toi, ma sœur? Sinon, traduis alors pour nos gens du village...
      0
Oceane    42017-04-11 10:00
#8
Lericheamerifricain,

Ce n'est pourtant pas ce que tu fais. Observer son adversaire : il ne permettra jamais que ses nouvelles générations et donc ses élites, soient éduquées dans une langue étrangère et particulièrement dans celle qui l'a soumis : le fond, et non la forme. Or, tu entends que tous les Camerounais et les Africains parlent, pensent dans les langues qui ont fait d'eux des objets de leur propre histoire, de leur être au monde. Où est le joueur d'échec qui obseve son adversaire et élabore ses stratégies de défense ?

Africain2,

Moi, béti, je t'ai volé quoi, à toi le bamiléké ?
      0
Lericheamerifricain   142017-04-10 19:05
#9
Tu es un frere tetu et dur a cuir. Je te dis ceci: quand on joue aux Echecs on ne plaint pas des actions de l'adversaire parce que cela fait partie du jeux. on affine ses strategies en foncion de l'adversaire. Creer les obstacles pour l'adversaire fait partie du jeu car chacun veut gagner et se plaindre des obstacles n'a jamais aider un joueur a gagner. Les gagants trouvent les moyens pour detruire les obstacles, les contourner ou se proteger contre les obstacles afin d'assurer la victoire. Quand on est perdant on apprend de ses echecs et des strategies de l'adversaires pour mieux se preparer pour les prochains matchs.

En tout cas c'est ce que j'ai appris en m'initiant aux jeux des echecs. Avant je me plaignais comme toi et des millions de camerounais mais le jeux des echecs m'a appris que se plaindre n'est pas une strategie qui mene a la victoire.
      0
Samagwana   42017-04-10 18:31
#10
@Lericheamerifricain

C'est farfelu ce que vous écrivez. Je me demande ce que font tous ces grands commis de l'État en prison, certains sans jugement depuis des années.
Bonne soirée à vous!!!
      0
Lericheamerifricain   132017-04-10 17:54
#11
Samagwana,

Mon cher, je vous inviter A jouer aux Echecs. La premiere strategie dans ce jeux est de visualiser le terrain afin d'y identifier les obstacles et les opportunites. La description de l'etat de terrain, ce qu'a fait le professeur Djuijang n'est qu'une premiere etape. Il faut entre en mesure de coordonner les ressources pour detruire les obstacles avant de parvenir a la victoire. Se plaindre qu'il y a les obstacles ou attendre en priant n'assure pas la victoire.
Le temps est important mais l'attente profite a celui qui detient l'objet convoite. On peut perdre juste en attendant trop longtemps.
      0
Samagwana   42017-04-10 17:07
#12
@Lericheamerifricain

Vous n'avez sûrement pas lu ce chef d'oeuvre. Je vais fortement vous suggérer de le lire. Vous apprendrez beaucoup sur les systèmes repressifs en afrique et dans le monde.
Ce livre était dédié et je cite: à tous les enfants d'Afrique que l'intolérance à priver de la joie de servir la terre nourricière.fin de citation!!!
Si pour vous garder le pouvoir par des mesures représsives et non des stratégies est normal alors n'en voulez pas à Kim Jong Un.
La bonne nouvelle? Tout regime repressif comporte en son sein les germes de sa propre destruction.Le tout est une question de temps.
      0
Nyambarindon   132017-04-10 16:22
#13
Néanmoins, de cette mise au point, on peut souligner en substance le point N°7 :

« Les bamilékés en tant que communauté n’ont pas et ne sauraient avoir un projet politique pour le Cameroun. Plutôt les bamilékés individuellement ou collectivement font partie intégrante de tous les projets politiques de tous les camerounais ».(sic)

Bon à savoir.
      0
Nyambarindon   112017-04-10 16:20
#14
Des camerounais qui vont étaler leurs dissensions internes dans jeuneafrique ?

*LA SAGA DE LA FAMILLE FOTSO qui s’étale DANS LES COLONNES DE JA

Fevrier 2012 : L’empire fotso qui va étaler ses « dechirures » sur les colonnes de JA.
Puis s’en suivent les mises en cause et repliques ,entre YMF et sa jeune sœur christelle,de mars 2015

*L’UNIVERSITE DES MONTAGNES qui s’etale DANS LES COLONNES DE JA

Avril 2017 : Ambroise kom(approché?) qui va faire des révélations accusations sur les colonnes de JA.
Puis shanda tonme qui prend le relais ici, en "recadrage".

Du pain béni pour le journal qui n’aura eu sa survie que grâce aux perfusions de l’ex-pdt tunisien aujourd’hui déchu.

Y AURAIT-IL UN DEAL EN REGLEMENTS DE COMPTES MEDIATIQUES ENTRE LES « FILS BAMILEKES » ET LE JOURNAL JEUNEAFRIQUE ?
      0
Lericheamerifricain   82017-04-10 15:41
#15
Samagwana


Quelle difference ca fait de lire " Monnaie et servitude"?


Il y a une difference fondamentale entre activite et productivite. Paul Biya est le Camerounais le plus productif sur le plan politique car il sait comment organiser les ressources disponibles pour atteindre ses objectifs politiques. Savoir organiser les ressources disponibles est une strategie plus efficace pour atteindre ses objectifs que critiquer le systeme existant ( activite principale des opposants). Quand on joue aux echecs, on ne critique pas l'adversaire, on organise les ressources disponibles pour battre l'adversaire. Jeune Afrique dit que le Bamileke ressemble A ce joueur d'Echecs qui a beaucoup de pions que l'adversaire mais se fait battre A repetition parce qu'il n'a pas developper une strategie efficace pour coordonner ses pions afin de battre l'adversaire. Pour moi, il s'agit d'une observation de la realite et non une critique qui merite une reponse similaire a celle postee par le Pr Shanda Tomne.
      0
Tchameni   272017-04-10 15:39
#16
Shanda Tonme résume de manière claire le problème de l'université des Montagnes en parlant du professeur Kom. Il l'accuse d'être en marge de la communauté Bamiléké et de ne réclamer son appartenance à ce groupe que très timidement. Kom disait justement qu'il faut sortir cette université du microcosme tribal pour en faire une université au sens plein du terme (université = univers, universel). Ambroise Kom est un intellectuel d'origine bamiléké devenu citoyen du monde, Shanda Tonme est un idéologue bamiléké qui s'efforce d'enfermer des individus aux parcours différents dans une communauté prétendument homogène. Le jour où on me dira comment et par quelle assemblée Shanda Tonme a été élu porte parole des Bamilékés, je l'écouterai. En attendant je le considère comme un écrivain à gages qu'on recrute pour défendre des causes perdues ou pour flinguer des "traîtres" comme il le fait dans l'affaire de l'UdM. Dans tous les cas, il ne sert pas les intérêts des Bamiléké, mais ceux de quelques individus.
      0
Iceman   202017-04-10 15:22
#17
"le plaidoyer pour une grace présidentielle a par conséquence atteint des sommets" s'il est un sommet qui est atteint c'est bien celui du mensonge et de la flagornerie. Shanda Tomne s'obstine a vouloir blanchir le voleur à col blanc qu'est YMF... au point de regretter le "Mariologue" pour s'attirer la sympathie des autres. Manipulateur en plus, le charognard.... le médiateur universelle n'a plus honte. il n'hésite pas s'inviter dès que le discours tourne autour de sa tribu.
      0
Lericheamerifricain12    32017-04-10 15:18
#18
Correction

En conclusion, le Bamileke est reste jeune et "Jeune Afrique" a grandi car celui qui a atteint la maturite est en mesure d'organiser les ressources disponibles pour atteindre ses objectifs.
      0
Lericheamerifricain17    42017-04-10 15:16
#19
" Le Bamileke a grandi. Il n' y a que "Jeune Afrique qui est reste jeune."

Ca c'est une these a defendre.

En peu de mots Jeune Afrique dit que les Bamilekes ont les ressources pour diriger le Cameroun mais se contentent de jouer les seconds roles sur le plan politique. Le pr Shanda Tonme ne fournit pas d'arguments suffisants pour contester cette these. En conclusion, le Bamileke est reste jeune et "Jeune Afrique" a grandi car celui qui a atteint la majorite est en mesure d'organiser les ressources disponibles pour atteindre ses objectifs.
      0
Mfangmott 18    92017-04-10 14:02
#20
Donc c est le père ci le porte parole de la Bamilekie hein
      0
Africain223    372017-04-10 13:04
#21
@Atangal,

"Si quelques bamilekes sont milliardaires, est-ce que cela veut dire que les bamilekes sont riches?"

Non! Pardon! les Bamiléké ne sont pas riches...C'est les betis voleurs qui sont riches.
      0
Alternative43    332017-04-10 12:19
#22
Les Bamiléké se déplacent de chez eux (Ouest Cameroun) parce qu'ils n'y a pas assez d'espace pour eux. Et ils accouchent beaucoup.
Vouloir en faire une théorie du génie et du dynamisme Bamiléké qui a développé le monde entier avec des capitaux financiers qu'ils injectent dans les économies des villages, bidonvilles, et marécages où ils s'installent n'engagent que les apôtres de la tribu élue.
      0
Kolo Mama24    382017-04-10 10:29
#23
tant pis pour les dirigeants et futurs dirigeants qui ne comprendront pas que les bamilékés forment une tribu qui n'est pas à la seule dimension du cameroun ; la preuve : plus on bavarde au cameroun plus ils sont disséminés dans le monde entier au profit des pays qui les accueillent et leurs capitaux avec : pendant ce temps des ministres sillonnent ces mêmes pays pour des jérémiades afin que des investisseurs étrangers viennent investir pour des projets qui ne sont pas acceptés chez eux
      0
Alternative    272017-04-10 09:20
#24
C'est quand même curieux. Comment se fait il que le problème de l'émergence de l'Afrique se trouve dans des " raisonnements grégaires "?
Au Cameroun le problème a-t-il changé?
Le problème " actuel" n'est plus BIYA?
      0
Alternative 14    122017-04-10 09:20
#25
C'est quand même curieux. Comment se fait il que le problème de l'émergence de l'Afrique se trouve dans des " raisonnements grégaires "?
Au Cameroun le problème a-t-il changé?
Le problème " actuel" n'est plus BIYA?
      0
Labiche   192017-04-10 08:15
#26
2018 arrive
      0
Tubu Me Lum19    172017-04-10 07:23
#27
Je rêve ou c'est Atangalebosgniakoué qui écrit ce que je viens de lire? Je demande hein nessa vous dites que les Beti ont le pouvoir, est-ce vrai?

"Si quelques bamilekes sont milliardaires, est-ce que cela veut dire que les bamilekes sont riches?"

Bebela je crois rêver!
      0
Atangal16    542017-04-10 02:02
#28
On dirait que JA a versé du sable sur le tapioca de Shanda Tomne, le médiateur universel multicartes!
Mais malgré la pertinence de son propos, il me semble que le bruyant Pr a quelques problèmes avec l'orthographe et la conjugaison.
Quant à JA, après les publireportages à la gloire des Présidents-Fondateur, il semble avoir découvert un nouveau filon dans le tribalisme : à coup de raccourcis et d'hagiographies, les Fang, Peuls, Bamilekes... sont affublés d'épithètes racoleurs qui ne résistent pas à l'analyse.
En effet, nombre de bamilekes ont participé aux différentes élections au Cameroun, c'était pour quoi faire sinon la politique? Si quelques bamilekes sont milliardaires, est-ce que cela veut dire que les bamilekes sont riches?
Tant que des raisonnements grégaires auront cours en Afrique, l'émergence sera ténébreuse.
      0
Samagwana   572017-04-09 23:53
#29
Je vais inviter Mr Soudan à lire Monnaie, Servitude et Liberté du très regretté feu le Pr Joseph Tchuindjan Pouemi. Il comprendra que les bamilékés se sont interessés à la politique depuis l'histoire des temps . Que dire des Ernest Ouandji? Takala? Albert Ndogmo?
      0
Le1africa11    182017-04-09 23:20
#30
Encore des mots de Division.......ce qui est bizarre un Professeur de grand titre cherche dans la betise des phrases pour encore plus diviser les camerounais que sommes.........
      0
Le1africa16    92017-04-09 23:19
#31
Encore des mots de Division.......ce qui est bizarre un Professeur de grand titre cherche dans la betise des pour encore plus diviser les camerounais que sommes.........
      0
Kongo Libong21    202017-04-09 22:40
#32
En conclusion, il fallait m'interviewver, au lieu de Kom, Je n'aime pas que la parole soit donnee a mon "frerenemi"!
      0
Shanda Tonme Archives
Dans une mise au point adressée au média panafricain le Pr Jean-Claude Shanda Tonme déconstruit en onze points le récent dossier du magazine panafricain sur les Bamilékés intitulé «Cameroun, les Bamilékés et le pouvoir».

Pour lui, «soutenir que les Bamilékés ne s’intéressent pas à la politique ou qu’ils sont distants de toute ambition de conquête du pouvoir, procède d’une présentation tendancieuse, réductrice et totalement inexacte». Il affirme que Maurice Kamto, chef d’un parti politique qui milite ouvertement pour le changement et la conquête du pouvoir est bien Bamiléké. Ensuite, «les Bamilékés sont nombreux à diriger des partis politiques avec la même ambition». Lire la mise au point parvenue à notre rédaction:

 

Auteur:
Otric NGON
 contact@cameroon-info.net
 @OtricNgonCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez