Cameroun - Douala: Voici ce qui a provoqué les affrontements sanglants à New-Bell

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 17-Mar-2017   14267 7
Username:
Password:
Muana Oli   22017-03-19 00:21
#1
La violence n'est pas à ces débuts dans ce coin ni dans plusieurs autres quartiers de Douala d'ailleurs. Tout jeune assez informé de Douala te citerait la liste des quartiers réputés à haut risque: Bonaloka,Makea(Beaucoup moins ces derniers temps) et New-Bell en général, Mabanda, Besseke, Dakar, Bilongue et plusieurs autres. Mais comme on n’écoute jamais dans ce pays, on va toujours être surpris quand des hauts faits venant de ces lieux seront portés à la connaissance de tous...
      0
Africain   22017-03-18 09:32
#2
@ The Stratege

Surement tu etais parmis ces policiers .

C'est vous qui foutez du bordel ici hein ?
      0
The Stratege   82017-03-17 21:11
#3
Conversations : Population-Police-Autorité

Population : Allo, allo... Allo, allo, chef les wadjos boko haram nous agressent
Police : Ils sont combien ?
Population : Tout le quartier Ancien étage chef
Police : Tout un quartier de boko haram?
Population : Oui, oui, chef
Police : Ils sont armés ?
Population : Ils ont tous des longs longs couteaux chef
Police : Entrez en bas du lit et cachez vous, on n'a pas de l'essence dans le pick up.

Police aux autorités :
Police : la population dit que boko haram agresse à Douala patron
Autorité : Envoyé l'armée la première fois sans aucune arme parce qu'ils peuvent retourner ces armes contre nous.
Police : Mais ils cassent tout patron
Autorité : C'est pas grave, ils sont pauvres et même s'ils perdent tout, ils n'avaient déjà rien avant. Laissez les s'entretuer un peu; ça servira d'exemple pour les survivants et bien après vous allez intervenir et surtout faite semblant d'être compatissant.
Police : Oui patron
Autorité : Oui patron, oui patron,... Moufff quitte là et va faire le salle job.
      0
Raymann   282017-03-17 20:13
#4
34 ans de dictature, de Baden Baden et Genève n'ont laissé au peuple que misère et désordre.
Avant il y avait des bus et les malfrats étaient conduits au commissariat ou à la gendarmerie.
Aujourd'hui c'est chacun pour soi.
What do you expect?
      0
Sergydukamer   252017-03-17 17:20
#5
Quand l'Etat de droit fout le camp, la loi de la jengle s'installe.
      0
Paix Travail Patrie11    172017-03-17 15:47
#6
Pays des animaux. Singes et guenons.
      0
BomonoB   282017-03-17 14:56
#7
The incompetent government must register all moto taximen instead of fighting with the opposing political party, cancelling any of their planned event. This trade of moto taxi is full of criminals. They steal other people bike and sell them. It is sorrowful that the government could be so powerless in front of a group of non law abiding citizens and criminals.
      0
Sur le lieu des affrontements à New-Bell Julio Trésor Tanon
Le Gouverneur de la région du Littoral a rapporté jeudi la version officielle des incidents. Le lynchage d’un conducteur de moto taxi accusé d’être un bandit est l’incident qui a mis le feu aux poudres.

Selon le gouverneur de la région du Littoral Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, c’est l’assassinat d’un conducteur de moto mardi au lieu dit Babylone qui a mis le feu aux poudres. Il a parlé d’une « vindicte populaire » qui a eu pour cible la victime. S’exprimant sur Radio Balafon le jeudi 16 mars 2017, le chef de terre du Littoral a rapporté que la population a manifesté sa colère « suite certainement à des accusations dont les enquêtes devront pouvoir établir l’origine ».  Il décrit ainsi la scène du meurtre : « donc quand on crie « au voleur » ou « au bandit » ainsi de suite, la population aussi accourt ».  

L’homme abattu a été identifié. Le gouverneur parle d’ « un certain Issa Aboubakar » qui «  serait donc décédé des suites de cette vindicte populaire ».  Une action qu’Ivaha Diboua condamne avec force.  Il poursuit dans  en rapportant que des personnes se réclamant soit de la famille soit du groupe du défunt ont ensuite à venger l’homme décédé alors que la police avait déjà ouvert des enquêtes. L’expédition punitive de jeunes partis du lieu dit « Ancien étage » provoque des affrontements à l’arme blanche à « Babylone ». Des blessés sont enregistrés, des actes de vols perpétrés par les vengeurs.

La police intervient et arrête les hostilités. Mais ce n’est que partie remise. Le lendemain dès le matin un autre groupe d’assaillants fond sur Babylone. Le temps que les forces de l’ordre interviennent, ils s’évaporent pour revenir dans la soirée. La succession d’affrontements amène les autorités à intervenir avec plus de vigueur. Les meneurs des attaques sont arrêtés et le gouverneur du Littoral promet d’éteindre le feu de la violence qui commence à brûler New-Bell.         

     

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 contact@cameroon-info.net
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez