Cameroun - Drame: une "balle perdue" tue une femme en plein marché à Douala

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 15-Sep-2017   12877 15
Username:
Password:
Muana Oli   12017-09-19 13:32
#1
@Alternative

Oui, ca c'est difficile à croire. Mais quand on vous dit qu'un groupuscule d'écervelés ont mis le feu à un batiment public sur l'autre rive du Moungo alors que la zone est hautement militarisée, là c'est plus facile à croire. et quand ces évenements se répètent c'est toujours aussi crédible pour vous.

Si tu crois avoir tout vu dans cette vie, viens au Cameroun, tu vas te rendre compte que tu es encore un poussin...
      0
Mbongochobi   92017-09-16 18:00
#2
Vraiment ce pays est devenue un far-West. Les balles perdue en ont fait 2 victimes dernièrement à
Kifem pres de Kumbo et maintenant à Douala . Des victimes innocents comme d'habitude.

Mais pour quoi il n ya pas eut des balles perdue à Yaoundé, par l'exemple pendant les fêtes de 2p Mai ?
      0
District_attorney   102017-09-16 16:25
#3
proprement scandaleux....pour quelles raisons

1) un champ de tir est installé quelque part dans les pays occidentaux il existe plusieurs types

2) ceux fermé pour tir a courte distance genre 10 metres souvent situés dans les sous sol de certains batiments de police

3) tir longue distance et autre sont parfois situés en exterieur mais certaines dispositions doivent être respectés par exemple ceux de l armee, sont parfois situés dans des no man s land aucune habitation aux alentours et dans un rayon de 3 km

Ce qui permet d eviter plein de problemes, au cameroun la corruption a pourri le pays regardez l ancien aeroport de Douala les habitations sont installés a 2 pas, quel scandale........

Coment on laisse faire de telles choses ????C est quand le scandale eclate que les voix s elevent !!!
      0
SAUDI   72017-09-16 15:45
#4
RIP MY SISTER. THIS IS 35 YEARS OF BIYA'S REGIME WHERE THERE IS ''CHAMP DE TIRE" EVERYWHERE EVEN IN THE MARKET. FREEDOM IS COMING
      0
L,enemi Dans La Maison   92017-09-16 15:30
#5
c,est une terroriste qui a ete tue ou bien le tir est vennu de l,auto diffence d,un gendarm menace par la population du marche??? voila les raison de toute tuerie dans la Rep bananier francais du Cameroun...malheureusement, les francophones sont les dormieur, traites, corrumpu et les menteurs, raison pour laquelle, ils ne peuvent pas combattre une fleu comme cette government. RIP innocente mamam comme beaucoup d,autre
      0
Ebango   42017-09-16 13:19
#6
@Adama
"R.I.P madame ! Tu es une énième victime du desordre orchestré par les autorités Camerounaises depuis 35 ans."

Bien dit. En effet, c'est une énième conséquence du désordre urbain à Douala.
      0
Sergyate   72017-09-16 13:14
#7
C'est terrible. Finalement c'est tout le pays qui a ete transforme en champ de tir.
      0
ALTERNATIVE14    62017-09-16 12:56
#8
Un autre scoop
Il reste à écrire qu'il y a des champs de tire dans tous les marchés de Douala.
Il reste qu'il y a des écervelés prêts à avaler tout ça sans vérifier si c'est digestible.
Et quand ils attrapent une indigestion, le coupable est tout désigné.
      0
Lematin   182017-09-16 10:51
#9
Cette histoire est-elle réelle? Les entrainements dans les camps militaires en pleine ville ne se font plus avec des balles blanches. Oh KAMERUN!
Quelle histoire! Si les militaires, gendarmes, policiers ne peuvent plus présager la sécurité, vers qui devons-nous l'espérer? On parle d'enquête alors qu'on connait déjà les circonstances, les raisons de l'incident. Du n'importe quoi. Attendons alors les résultats de ces autres fameux enquêtes! Nous espérons qu'à la suite de ces résultats, des mesures idoines seront prises.
Profonde compassion à la famille si durement éprouvé! Paix à l'âme de cet autre martyr!
      0
Sergydukamer   182017-09-16 09:15
#10
C'est quoi cette histoire!!!.
Je crois vraiment que les camerounais sont sous anesthésie.
Il y a des situations comme ça personne ne dit rien, personne ne fait rien.
Ni les victimes, ni les autorités.
Un vrai bétail dans une ferme.
"On va faire comment?"
      0
Mlk_do10    92017-09-16 08:34
#11
J ai de la peine à croire à cette histoire. Donc vous êtes en danger de mort permanent comme ça et vous n avez encore rien entrepris de nos jours A moins que toutes ses vendeuses sont des"sans papiers" et même là! ! C est quand même une affaire de mort! ! Ne peuvent - elles se lever et marcher? Voire lyncher le 1er gendarme qu elles rencontrent?
En tout cas je suis très surpris par ces vendeuses.
      0
Kwih'-fon   232017-09-16 07:59
#12
Why would the military train with life ammunition in close proximity to residential areas?
      0
Lizza   272017-09-16 07:35
#13
C'est la toute première fois que j'entend qu'un champs de tire ce trouve à côtè d'un marchè...Avec tous les espaces innocupè qui ce trouvent hors de la ville
      0
Maguida    302017-09-16 04:11
#14
En plus ce n'est pas la première fois et la vie continue.
Pays de merde
      0
Adama    402017-09-16 00:29
#15
Pays de m.e.r.d.e !

Aucune réglementation.

L'armée est roi; la milice du Tyran est intouchable.

Courage à la famille de la défunte! Très difficile de perdre un être cher de la sorte.

R.I.P madame ! Tu es une énième victime du desordre orchestré par les autorités Camerounaises depuis 35 ans.
      0
Ville de Douala Archives
Le projectile serait parti d’un champ de tir de l’armée camerounaise située non loin de l’espace commercial du lieu dit « Nyalla-Château ».

Equinoxe Télévision a rapporté le 14 septembre 2017 un fait à la fois insolite et dramatique.  C’est l’histoire bien triste d’une femme, une commerçante fauchée dans sa boutique au marché du lieu dit « Nyalla-Château ». Selon les témoignages elle a reçu « une balle perdue ». La munition qui l’a tuée serait partie d’un champ de tir environnant.  Selon un témoin interrogé par nos confrères le drame s’est produit dans l’intervalle 8h-9h le 14 septembre 2017. « La dame était assise derrière son comptoir on discutait par rapport au nettoyage du marché. Subitement on a entendu un bruit comme si un compteur avait pété. Les voisines ont crié disant que le courant a pété. C’est là qu’on a vu qu’à l’endroit indiqué il n’ y a ni courant ni compteur. Subitement on a vu la dame  s’écrouler. Elle se tordait en se tenant l’épaule droite. Sa collègue l’a emmenée derrière pour la faire asseoir. Le sang coulait et on l’a emmené directement à l’hôpital ».

C’est  à l’hôpital de district de Logbaba que la malheureuse commerçante va rendre l’âme, victime de cette balle qui fait un trou sur un des murs du marché.  Roger Ngatchou, le président des commerçants du marché de Nyalla Château  rapporte que  « l’année passée on a ramassé plus de 50 balles dans le quartier . On a même une de nos consœurs qui a été blessée sur la moto au niveau du rail alors qu’elle revenait du marché Sandaga. La semaine passée un bendskineur qui a reçu une balle perdue au carrefour du Château toujours dans le marché Nyalla », ajoute-t-il. Ses commerçants sont inquiets et se disent en insécurité.

Quant à la famille de la défunte, elle est inconsolable. Voici la réaction de son frère cadet Patrice Komegne. « Dès le moment où j’ai appris le décès de ma grande sœur , j’ai accouru à l’hôpital de Logbaba où le corps se trouvait déjà à la morgue. J’ai appris qu’une balle perdue l’a prise au niveau du cou ».  La brigade de gendarmerie de Bakoko-Yassa a ouvert une enquête pour déterminer les circonstances exactes de la mort de la commerçante du marché de Nyalla-Château.

           

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 contact@cameroon-info.net
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez