Cameroun - Droits d’auteurs: Sam Fan Thomas, premier PCA de la toute nouvelle SONACAM

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 09-Sep-2017   6051 9
Username:
Password:
Jeannot_Ekoundo   12017-09-11 13:45
#1
Cameroun, PAYS DE PASSAGE EN FORCE.

IL FAUT NORMALISER LE CAMEROUN.
      0
Soko   32017-09-11 07:49
#2
Vous savez nous avons un problème en général chez nous. Toute chose faite par les Hommes doit être suivi par les Textes de loi (un compromis) que tous sont tenu à respecter. Mais chez nous c est le passage forcé qu on observe , aucune considération de la loi qu on a soit même pris le temps de mettre sur pied. Pire encore on ne sait pas se servir des antécédents pour construire notre futur. Regardez nos associations sportives, la camair etc. Et nous voyons qu en contournant les choses s améliore d elle même que nom ! Ce qui m étonne c est qu on est toujours surpris que ça ne marche pas. Alors que on a soit même posé les bases du désordre. Que devons nous faire ? Je pense qu à chaque instant on doit se poser la question de savoir ce qu on laisse pour la génération future.
      0
MBE.MOT   42017-09-10 16:06
#3
C'EST INCROYABLE! "LA BANDE DES GRANDS VOLEURS DES DROITS D'AUTEURS KOMPOSITEURS" CONTINUT À VOILOIR REVOLER
LES ARTISTES AU KAMERUN*

SOCADA? SOCINADA? SOCAM?CMC? ..ect OÙ SONT LES DROITS
D'AUTEURS KOMPOSITEURS DE MESSI MARTIN*D'EBOA LOTTIN,DE
JEAN BIKOKO??? "VOLÉS*
LA MÊME BANDE DE VOLEURS DE DROITS D'AUTEURS,REVIENT
AVEC UNE AUTRE SOCIÉTÉ!! LA TOUTE NOUVELLE:
§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

"SONACAMVOLEUR"

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

AUX JEUNES ARTISTES KAMERS,JE VOUS CONSEILLE DE SUIVRE LES PAS
DE MANU.DIBANGO E..BRILLANT,& Cie, ET LA TRÈS GRANDE PARTIE DES
ARTISTES KAMERUNAIS QUI ONT VRAIMENT SOUFFERT AVEC CES DRÔLES
DE SOCIÉTÉS D'AUTEURS KOMPOSITEURS DU KAMERUN! ET QUI SONT TOUS
INSCRITS DANS LES SOCIÉTÉS EUROPÉENNES TELLES QUE LA SACEM,
LA GEMA,....ect.C'EST TRÈS SÛR;VOUS REVEVEZ CE QUE VOUS MÉRITEZ,
PAS DE VOLEURS* LA SONACAMVOLEUR? NEIN DANKE*NON!MERCI! NO!
      0
Nyambarindon   52017-09-10 15:07
#4
SOCINADRA, SOCAM, CMC, SONACAM

L’énervant dans tout ça:chaque groupe va constituer ses bandes de petits braqueurs arnaqueurs pour sillonner chez les opérateurs économiques les arnaquer.
Pour 2 ordinateurs,on t'exige des "droits d'auteur".pour un téléviseur,ou un haut parleur,redevance soci machin truc soca machin trac .

va falloir tout de meme mettre de l'ordre dans tout ce bor.del à la fin!
      0
Bigam    42017-09-10 12:59
#5
Incroyable !!
Vivement un comité de normalisation quand la justice passera
      0
District_attorney   132017-09-10 09:02
#6
Encore l illegalité, pourquoi aimons nous le faux au cameroun ?
La justice a deja dit que la CMC a ete privé de son agrement de maniere illegale que la SOCAM et autres ont été cree de maniere illegale, si vous voulez avancer la raison est fort simple convoquez une AG de CMC apres changez de nom , changez de statut et avancez cela s appelle le respect de la legalité
Autre chose je ne comprends pas l obsession des artistes a elire l un des leurs a des postes de directions et cela fini toujours en palabres ( detournements de fonds, accusations de nepotismes et autres) il faut elire quelqun qui a les competences , en matiere de droit d auteur, il faut qu il fasse des castings definissent des profils a recruter,
trop d amateurisme, gestion villageoise....ca fait pitié
      0
Goodman   142017-09-10 06:18
#7
Sam fan Thomas est un artiste conciliant de par son tempérament, il peut ramener les autres à de bons sentiments mais le vrai problème de droits d'auteur au Cameroun c'est que la loi qui condamne fermement sans flexibilité ceux qui piratent les œuvres de l'esprit n'existent pas, L'état doit aider les créateurs en faisant durcir la loi au parlement contre les pirates. Donc le vrai combat des artistes c'est pas dans la création d'une multitude de société de droits d'auteur mais plutôt de s'unir dans la lutte contre la piraterie de leurs œuvres, et de reflechir avec la CNPS comment donner une retraite aux artistes en prélevant leurs cotisations sur les recettes d'organisation de tout concert au Cameroun, et que l'état qui clochardise la plupart des artistes Camerounais en laissant au vu et au su de tous pirater leurs œuvres définisse une modique somme à verser aux doyens de la musique Camerounaise
      0
Timanambusa   142017-09-10 02:43
#8
SOCADA, SOCINADA, SOCAM, CMC, SONACAM

LOL! Kamerun !!!
      0
Maguida    202017-09-09 21:52
#9
Continuez à créer les sociétés, à piller les fonds qu'elles recoivent, puis à déposer le bilan en laissant les fournisseurs sans paiement
      0
Ag Sonacam Paulin Yanga
L’inventeur du rythme appelé Makassi a été élu au cours de l’Assemblée générale constitutive de cette société tenue ce 9 septembre 2017 au Palais des Congrès à Yaoundé.

La Société nationale camerounaise de l’art musical (SONACAM) est née. L’organe chargé de collecter et reverser les droits d’auteur pour le compte des artistes camerounais a vu le jour ce 9 septembre 2017 au cours d’une assemblée générale tenue au palais des Congrès à Yaoundé sous la présidence du ministre des arts et de la Culture Narcisse Mouelle Kombi. Son premier président du conseil d’administration s’appelle Sam Fan Thomas. L’inventeur du rythme musical appelé Makassi  sera secondé par Adeline Mbenkum portés au poste de vice-président.  41 membres du conseil d’administration ont été également élus. Les doyens Manu Dibango et Eko Roosevelt  ont été cooptés aux postes de présidents d’honneur.   

Sam Fan Thomas tient un discours apaisant à l’endroit de ses confrères qui se sont opposés à la tenue de l’assemblée générale de samedi.  Il promet de les faire revenir à de meilleurs sentiments. « En face de moi je n’ai que des amis, plein d’amis, des artistes avec qui j’ai fait beaucoup de choses. Mon devoir aujourd’hui, c’est d’aller vers eux. Qu’ils reviennent à la maison et qu’on construise cette nouvelle société », déclare-t-il dans des propos captés par la CRTV-Télé.

Pour l’instant les pères de la SONACAM doivent redouter la réaction de leurs adversaires, les partisans de la fusion des sociétés de droits d’auteur SOCAM et  CMC. Ceux-là se sont opposés à la tenue de l’assemblée générale constitutive de la SONACAM. Le 8 septembre 2017, ils ont saisi la justice qui a accédé à leur requête aux fins de sursis. Ce qui a tout l’air d’un passage en force du ministre de la culture restera-t-il sans conséquences négatives pour la SONACAM ?  Assistera-t-on à l’annulation de l’assemblée générale constitutive qui vient de se tenir ?    

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 contact@cameroon-info.net
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez