Cameroun - Economie numérique: Les causes du retard

Par Jean-Marie NKOUSSA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 19-May-2017   678 0
Username:
Password:
Une salle multimédia Archives
Faible taux de pénétration d’internet, manque d’encadrement des startups, défaillance dans les régulations… la liste n’est pas exhaustive.

Le Cameroun vient d’abriter un forum international sur l’économie numérique. L’évènement qui avait pour thème « Comment réussir l’économie numérique », visait à créer les conditions d’un passage réussi de l’économie numérique dans notre pays ainsi que de mobiliser les financements internationaux pour accompagner les projets innovants dans ce secteur.

Le Cameroun dispose des bases pour réussir a fait remarquer pendant les travaux, Jean Louis Roy, Président de Partenariat international, invité au forum. La Nouvelle Expression (LNE) du 18 mai 2017 note cependant que d’après ce dernier, il manque seulement au pays de Paul Biya une prise de conscience de ce potentiel, un sursaut d’orgueil pour devenir un véritable hub continental.

Notre confrère écrit que « l’universitaire, journaliste et non moins ex-secrétaire général de l’agence intergouvernementale de la Francophonie, voulait ainsi faire allusion au Backbone national, aux câbles sous-marin, et à la prédisposition du marché camerounais. Un marché qui présente un taux de pénétration du mobile de près de 80%, mais qui reste inexploité ».

Conséquence, malgré un apport d’environ 5% au PIB, l’économie numérique tarde à décoller. « La faute à l’Etat qui ne parvient pas à imposer aux opérateurs, aux entreprises de télécoms et aux multinationales, une valeur ajoutée, un financement efficace de l’économie du pays. Ceci à travers un financement efficace de l’économie du pays. Ceci à travers un système de régulation efficace et efficient, encouragé par une volonté politique », fait remarquer le journal.

LNE rappelle que dans le dernier rapport de l’Union Internationale des Télécommunications, notre pays est classé au bas des économies mondiales soit 147è sur 167 pays. Il faut ajouter à cela, un faible taux de pénétration d’internet, estimé à moins de 21%. A ce sujet, l’expert Jacques Bonjawo indique que le Cameroun doit tout faire pour mettre en place des infrastructures. Au même moment, dit-il, « il faut que la gouvernance change, s’adapte, se transforme, se métamorphose même ».

 

Auteur:
Jean-Marie NKOUSSA
 contact@cameroon-info.net
 @jmnkoussaCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez