Cameroun - Education: Le Ministère de l’Enseignement supérieur examine plus de 4000 diplômes délivrés par le Cambridge international college

Par Josiane Rose NDANGUE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 11-May-2018   7049
Jacques Fame Ndongo, CRTV - 26/02/2018 CIN Screen Capture
D’après le Pr Jacques Fame Ndongo, cet établissement exerce dans l’illégalité.

Etudier le cas du Cambridge international college, C’était le principal point inscrit à l’ordre du jour des assises de la 81e session ordinaire de la Commission nationale d’évaluation des formations dispensées à l’étranger. Au cours de ces assises du mardi 8 mai 2018, le Ministre de l’Enseignement supérieur (MINESUP) a indiqué que le Cambridge international college fonctionne depuis plusieurs années sans autorisation préalable d’ouverture et de fonctionnement délivré par le département ministériel dont il a la charge. De ce fait plus de 4000 diplômes délivrés par ledit établissement courent le risque de n’être pas reconnus par le Ministère de l’Enseignement supérieur.

Dans les colonnes du 11 mai 2018 le quotidien Le Jour rapporte que lors des travaux sus évoqués, il a de ce fait été décidé de mettre sur pied un comité ad hoc chargé d’évaluer la crédibilité et la validité des diplômes délivrés par le Cambridge international college. Ce comité a été appelé à faire dans les prochains jours une descente dans cet établissement logé à Douala dans la Région du Littoral. L’objet de la descente est de procéder à l’évaluation des programmes d’enseignement, la qualité et le niveau des formateurs. C’est donc après ce travail que le Ministère dirigé par Jacques Fame Ndongo va pouvoir se prononcer sur la probabilité de reconnaître les diplômes délivrés par le Cambridge international college.

Il convient de rappeler qu’en 2014, Jacques Fame Ndongo a eu à mettre en garde la communauté nationale sur le caractère illégal du Cambridge international college. Charles Leke Directeur d’Access High Institute of professionals studies qui a remplacé l’établissement mis en cause, indique que le problème pour obtenir les autorisations vient du fait que la tutelle du Cambridge est en Grande bretagne.

 

 

Auteur:
Josiane Rose NDANGUE
 @ljndangueCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez