Cameroun - Éducation: Les conseillers municipaux de Douala font le tour des établissements scolaires anglophones

Par Lore E. SOUHE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 10-Jan-2017   52550 0
Username:
Password:
Elèves dans la cours d'un lycée Archives
Ces élus locaux des partis de l’opposition voulaient s’assurer de la reprise effective des cours.

Craignant que l’ambiance qui règne dans les Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest en cette période de rentrée scolaire du second trimestre ne s’installe dans la région du Littoral, la plateforme des conseillers municipaux est descendue dans certains établissements scolaires anglophones de la ville de Douala lundi dernier, apprend-on du quotidien Le Messager du mardi 10 janvier 2017.

Appartenant respectivement au Mouvement Progressiste (MP), le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), l’Alliance des forces progressistes (AFP) et un ex-militant du Social Democratic Front (SDF), Elimbi Lobè, conseillé à la mairie de Douala 5e, ces élus locaux ont pu se rendre compte de l’effectivité de la reprise des cours.

En effet, ils se sont rendus tour à tour au Lycée bilingue de Logpom, au Collège Sacré-Cœur de New-Bell, au Governement english practising primary school de Bonamoussadi et au lycée bilingue de Nyalla. «Tous les enseignants sont présents et ils sont dans leurs salles de classe», rassure Hannah Aten, directrice des Gepps de Bonamoussadi.

Une descente jugée donc opportune. Car, selon ces conseillers municipaux, l’éducation est un droit dont doit jouir tout être humain. Par conséquent, malgré la pertinence des problèmes soulevés par les enseignants contestataires, l’éducation des enfants ne doit en aucun cas être un dommage collatéral.

Aussi, «nous nous réjouissons de voir que les  élèves anglophones sont dans les salles de classe dans tous les établissements que nous avons visités à Douala. Dans les lycées bilingues publics, tout le monde a répondu présent. C’est une bonne chose», se réjouit Elimbi Lobè, ex-cadre du SDF.

Par ailleurs, le quotidien souligne que ces élus locaux voient en cette crise l’échec de la décentralisation et critique par la même occasion la démarche entreprise par les pouvoirs publics pour résoudre ce problème.

Auteur:
Lore E. SOUHE
 contact@cameroon-info.net
 @loresouheCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez