Cameroun - Éric Mathias Owona Nguini: «la nomination d’un jeune comme directeur de l’Enam est un pari pour Paul Biya»

Par Otric NGON | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 17-Dec-2018   5171
Eric Mathias Owona Nguini Vision 4
En nommant un trentenaire à la tête de la prestigieuse Ecole nationale supérieure de magistrature (Enam), «le président de la République a décidé effectivement de faire confiance à un jeune».

Un décret du président de la République lu le vendredi 14 décembre 2018 sur les ondes de la radio d'Etat du Cameroun, nomme Bertrand Soumbou Angoula, nouveau directeur de l'Enam. Et déjà, le débat enfle sur son âge synonyme pour certains d’inexpérience.

Pour Éric Mathias Owona Nguini, politologue et enseignant d’universités, «c’est un cadre qui a une certaine jeunesse, pour ne pas dire une jeunesse certaine. Maintenant, les réactions établissement bien l’ambiguïté de nombreux secteurs de l’opinion qui en réalité font de la critique opportuniste. Ces secteurs qui avaient demandé entre autre un rajeunissement dans les sphères décisionnelles de l’Etat maintenant se plaigne paradoxalement que celui-là a été nommé alors que de leur point de vue, son cursus ne lui permet pas d’occuper ces fonctions-là», a-t-il évoqué lors du débat télévisé de dimanche sur Vision 4.

Paul Biya répond à la demande des camerounais

Pour Owona Nguini, «dla nomination à ces fonctions est discrétionnaire bien entendu. On utilise un certain nombre de critères dont aussi ceux de la technicité et de la compétence pour pouvoir désigner le responsable à ce type de poste. Et puis, précisément, répondant à la demande, le président de la République a décidé effectivement de faire confiance à un jeune. C’est un pari pour dire bon voilà vous avez demandé qu’un certain nombre de jeunes occupent des positions de responsabilité importante, je fais donc le pari en nommant le directeur général et le directeur général adjoint, on va donc voir ce dont ils sont capables».

«Maintenant, comme le disait l’un des heureux promus, c’est au pied du mur qu’on juge le maçon. On verra donc effectivement le directeur général et le directeur général adjoint à l’œuvre pour pouvoir apprécier. Mais c’est un bon signal qui devrait être poursuivi. Simplement dans le sens de montrer que l’Etat camerounais et ceux qui le dirigent se préparent aussi au moment important de la régénérescence. Pour qu’un système institutionnel et collectif vive, il effectivement préparer le passage des générations».

Un faux débat

«Mais, il est aussi important de dire que ce débat sur l’âge est un faux débat. Ce qui est important c’est la qualité des décideurs et des managers, ce n’est pas leur âge. C’est leur capacité technique, c’est leur profil intellectuel, c’est leur profil moral, c’est leur capacité à manager et ménager ceux qu’ils sont chargés de conduire. Donc, ne faisons pas de fétichisme sur l’âge. L’âge n’est important que dans la mesure où une société, pour avoir une certaine harmonie, doit pouvoir s’organiser sur la base d’une chaine de générations. Les anciens devant préparer les plus jeunes à exercer un certain type de responsabilités parce que la collectivité est une continuité».

Auteur:
Otric NGON
 @OtricNgonCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez