Cameroun: Face à la difficile pénétration de l’assurance, les courtiers optent pour la micro assurance et la digitalisation des services

Par Frédéric NONOS | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 20-Oct-2017   1392
Assureur Archives
La Fédération inter-africaine des assureurs-conseils a tenu sa 11ème assemblée générale à cet effet à Douala

En lançant sa digitalisation, l’industrie de l’assurance veut se mettre à l’ère du temps. Celle de l’économie numérique. Voilà qui justifie la tenue de la 11ème assemblée générale de la Fédération interafricaine des assureurs-conseils (FIAC) à Douala. Réunie sous le thème « le courtier d’assurance à l’heure de la micro assurance et de la digitalisation », la FIAC veut  intéresser un grand nombre d’Africains à l’assurance par une nouvelle approche. « Les modes de distribution de l’assurance sont en plein révolution. Tout se fait sans contact direct. Avant, le courtier avait pour mission de rencontrer les clients, d’assurer un service de proximité. Aujourd’hui, vous pouvez vendre de l’assurance à distance sans être dans le pays. C’est le digital », vante Jean Claude Jeanson, président de la FIAC.

Pour y parvenir, les assureurs-conseils proposent une nouvelle offre encore peu connue des Africains: la micro assurance ou l’assurance des gagne-petit. Elle offre désormais de nouvelles perspectives d’affaires, mieux de business pour l’industrie de l’assurance. Selon Jean Claude Jeanson, la micro-assurance qui se développe est un secteur sur lequel le courtier a tendance à être exclu. Il faut, pense-t-il, qu’on s’y prépare pour s’adapter à ces évolutions. Car pour les assureurs-conseils, les défis sont majeurs.

Les problèmes classiques demeurent. L’insolvabilité des compagnies d’assurance et la migration vers le digital se rendent tout aussi vers une migration de nouveaux problèmes. « L’assurance n’est pas très connu parce qu’il y a un travail qui n’a pas été fait à la base. On va vendre de l’assurance à des gens qui sont dans les villages parce qu’ils ont des téléphones portables pour souscrire les assurances mais savent-ils ce que sait ? », S’interroge Cheick Oumar Haidara, secrétaire général permanent du FIAC. Autant de problématiques soulevées au cours des travaux de Douala. Du 16 au 19 octobre 2017, l’instance faîtière de l’ensemble des associations des 14 pays de la zone Confédération interafricaine des marchés d’assurance (CIMA), a tablé sur la définition du statut du courtier, l’éthique professionnelle et les problèmes de fiscalités. Des problématiques qui seront adressées aux états généraux de l’assurance en novembre prochain à Lomé au Togo.

Auteur:
Frédéric NONOS
 contact@cameroon-info.net
 @t_b_a
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez