Cameroun - Football: 27 ans après, l’arbitre français Michel Vautrot ne regrette pas d’avoir donné deux cartons rouges à Kana-Biyik et Massing

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 21-Apr-2017   28899
L'ancien arbitre français Michel Vautrot Archives
Le directeur du mémorable match Cameroun-Argentine a été retrouvé au dernier tournoi de Montaigu par l’envoyée spéciale de Cameroon Tribune.

« Je n’ai aucun regret ». C’est le titre de l’interview que Michel Vautrot a accordée au quotidien à capitaux publics Cameroon tribune. Dans cet entretien paru dans l’édition du jeudi 20 avril 2017, l’arbitre français revient sur le match qu’il a dirigé le 8 juin 1990. La rencontre, restée dans la légende, opposait en match d’ouverture de la Coupe du Monde l’Argentine (tenante du titre) et le Cameroun petit poucet venu du cœur de l’Afrique centrale. L’arbitre avait expulsé deux joueurs camerounais André Kana-Biyik et Benjamin Massing.

Il a été retrouvé au tournoi de Montaigu par l’envoyée spéciale du quotidien Cameroon tribune. Michel Vautrot confesse que Cameroun-Argentine de 1990 n’était pas un match comme les autres. Il fait état de la pression que lui mettaient les joueurs camerounais, explique sa grande rigueur ce jour-là par les consignes de la Fifa qui demandait aux arbitres de montrer l’exemple. « Quand il y a un match d’ouverture, la Fifa nous demande de donner l’exemple pour toute la compétition. Je n’ai aucun regret. Peut-être que dans un match « normal », il n’y aurait pas eu deux cartons rouges. Mais, c’était une application stricte du règlement pour donner le « la » de la compétition. Cela aurait été une équipe autre que le Cameroun que ça aurait été pareil. »

Pas moyen de faire autrement surtout lorsque l’on a l’âge qu’il avait à l’époque. « Quand on est jeune arbitre, on se pose des questions. Quand on est vieux, on se remet en question. Très honnêtement, quand on est dans l’action, on essaie d’avoir un mental fort. On ne se préoccupe ni de l’environnement, ni de ce que l’on pourra dire. Il y a le doute en permanence. »

Celui qui a été surnommé « Méchant Michel » décrit des retrouvailles plutôt chaleureuses avec les Camerounais après les événements du stade San Siro Giuseppe Meazza  de Milan.   « Je me suis retrouvé au Cameroun à Douala parce que j’avais raté mon avion pour un séminaire à Bangui. J’ai pensé oulalah, je vais me faire lyncher quand ils vont me reconnaître. J’étais tout seul dans cet aéroport où je ne devais pas être. Je m’attendais à des paroles désagréables, des menaces. Mais, j’ai vu des gens passionnés qui restent avec un cœur pur. J’étais très touché de retrouver Roger (Milla, Ndlr) à Montaigu. Nous sommes tombés dans les bras l’un de l’autre », rapporte l’ex homme en noir.

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 contact@cameroon-info.net
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez