Cameroun - Hygiène et salubrité: HYSACAM acquiert 211 nouveaux camions et 17 nouveaux engins pour un montant total de 24,5 milliards de FCFA

Par Otric NGON | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 19-Oct-2017   1845
Des employés d'HYSACAM Archives
Ce nouveau matériel va renforcer les capacités opérationnelles de la Société d’hygiène et de salubrité du Cameroun, notamment dans la ville de Yaoundé.

La Communauté urbaine de Yaoundé a abrité ce jeudi 19 octobre 2017 la cérémonie de signature d’une convention de financement relative à l’achat pour une valeur de 24,5 milliards FCFA, par la société Hygiène et salubrité du Cameroun (HYSACAM), de 211 camions et de 17 engins.

Le financement, qui est syndiqué, bénéficie de la caution solidaire de Proparco (filiale de l’Agence Française de Développement dédié au secteur privé) et du prêt de trois banques commerciales, a-t-on appris. Il s’agit de Société Générale Cameroun, arrangeur et prêteur, dont le montant du prêt est de 7 milliards de FCFA, alors que ceux de la Bicec et d’Ecobank sont respectivement de 11,5 milliards et de 6 milliards de FCFA.

Le renforcement du parc de véhicules d’HYSACAM était devenu un impératif catégorique car, même le gouvernement n’est plus satisfait du monopole de cette entreprise dans  le cadre du ramassage des déchets dans les centres urbains du Cameroun. Dans ce sens, la présidence de la République a donné instruction au gouvernement d’ouvrir le marché du ramassage des ordures.

«Dans l’optique d’une meilleure gestion du secteur d’activités susvisé, et eu égard aux difficultés récurrentes rencontrées par la Société d’hygiène et de salubrité du Cameroun, j’ai l’honneur de vous faire connaître que Monsieur le Président de la République a prescrit l’ouverture à la concurrence de l’activité de collecte et de traitement des ordures dans les centres urbains», avait écrit  le 25 janvier 2017, Ferdinand Ngoh Ngoh, le secrétaire général  à la présidence de la République à destination de la Primature.

C’est l’insalubrité galopante dans les grandes villes et à Yaoundé notamment qui avait motivé cette position. Pour expliquer cet état de choses, l’entreprise en charge d’hygiène et de la salubrité au Cameroun (HYSACAM) évoque des difficultés dans le transport des ordures des quartiers vers la décharge de Nkolfoulou, près de Soa, à cause des embouteillages.

Il y a également les pluies qui rendent l’accès difficile à certains quartiers de la ville. «L’incivisme des populations aussi ne nous fait pas avancer. Certaines personnes volent des bacs pour en faire des récipients. Du coup, des points de collecte où il est prévu un bac, n’en ont pas», explique Fernand Joël Olomo Ndo, responsable de la communication à HYSACAM.

 

Auteur:
Otric NGON
 contact@cameroon-info.net
 @OtricNgonCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez