Cameroun - Interview de Jean-Marc Soboth: La crise anglophone au Cameroun comparée au Canada

Par Ema Ingkoul (Cameroon Voice) | Correspondance
MONTREAL - 10-Mar-2017   11375 37
Username:
Password:
Stoph   22017-03-15 10:02
#1
Thank you Brother.@ African Coscience We might not agree but civility in a debate makes one less emotional and can esily see where the other is coming from.
Sincerely, my fear is that most francophone brothers have decided to react to the "a cotes" or resultant consequences of the Discontent in the NW and SW and left the substance begging for answers. Just imagine that someone thinks it fit to reflect on Gov. @ Tchoyi's reaction then even propose something less than Federalism. I can argue here, get dog-names form some people but I will never take it as the position of 40% of francophones. Those who rush here to insult, mock, gloat have their reasons that are so far away from the love of Cameroon. Who are we to dictate the Will of God, his plan is materialising and we shall all "awe" to it when it finlaizes.
      0
Muana Oli   12017-03-14 20:20
#2
Très édifiant , mais comme il n'as pas diabolisé les anglophones, on va trouver à redire...
      0
AfricanConscience   12017-03-14 18:59
#3
@Stoph to @ AfricanConscience :

"Did you read Gov. David Abouem a Tchoyi's missive?"

Excellent dispassionate presentation of the reality experienced and viewpoints held by the majority of Anglophones (Southern Cameroonians to be precise).

I think that the Governor should be invited to be part of any solution. He has a unique experience and a sharp mind. However, the fact that Biya has not kept him in Cameroon's government leadership for a while support the point I am trying to make by asking to calibrate the strategy to the people. I believe that the regime does not have the intellectual flexibility to accept some of the proposed solutions.
      0
AfricanConscience   12017-03-14 18:38
#4
@Stoph to @ AfricanConscience :

" Is what Mr. Soboth just wrote "in defence" of any self-interest? "

No self-interest. I just do not think (accounting for practicality, history and knowing Biya's regime and the education and governing paradigms of the ruling class) that going back to the 1961 constitution is the most likely path. I think pushing for the implementation of the 1996 constitution would build the broadest possible coalition. Local governance with elected officials; protecting minorities (including quotas to ensure NW/SW can have enough training opportunities in all fields; in cabinet and high-level positions....); effective bilingualism, always starting with English (Anglais/Francais or English/French) as provided by the alphabetical order in either language and as dictated by the international perspective...In a nutshell, we need to translate to solution of our grievances into tangible accommodation rather than putting of tools of pressure towards inflexible, abstract, constitutional changes asking for clear-cut government capitulation.
      0
AfricanConscience   12017-03-14 18:19
#5
@Stoph to @ AfricanConscience

"Brother, is there something that anglophones complain about that is true?"

Of course the complaints are justified. All the Anglophone pain is of course real, the marginalization is genuine. In fact, even though most of the abuses and shortcomings of the regime happen everywhere (hence "il n y a pas de probleme Anglophone"), Anglophones are (about 5 times) more likely to suffer additional personal deep humiliation ("je ne parle pas votre machin la", "Sors d'ici Bamenda") in addition to the material shortcomings they have just experienced while dealing with "civil servants". On top of it, there is the well-known and widely accepted suppression of the Anglophone legal and educational systems ....Above all, there is no effort from (most?) francophone civil servants to use English even on written documents, leaving many of us foreigners in their own country. This becomes even more unbearable given the history of democratic self-rule of Southern Cameroon. Anglophones have been very much on the loosing side of the 1961 union. Very sad from the African unity perspective. Why would a few Africans take upon themselves the task to perpetuate the colonial French system? However, these few in Cameroon are neither the majority of educated Francophones nor their rightful representatives. For most Francophones despise and suffer from that system.
      0
AfricanConscience   12017-03-14 18:01
#6
@Stoph to @ AfricanConscience
"...If I replied to your reaction, it is because you sound so abstract and less concerned, just dishing out advice like someone who has nothing to do with Cameroon. "

Any conflict needs neutral honest and realistic brokers, who have the ability to understand (including emotions) all viewpoints and suggest practically workable solutions. Don't we hope all to have such judges in the courts of law, even in civil litigations (family feud over estate, divorce...)? Often (but not always), third-parties are invited to play that role for peaceful resolution.

I am very much Cameroonian, consumed by the conflict, personally severely affected...
      0
Stoph   12017-03-14 13:41
#7
Haha, Mr Furax, do we actually enjoy "Unite nationale?" Maxims you recite quickly to justify abberations of the governors.
      0
Furax   32017-03-13 12:13
#8
« La première des choses c’est, m’inspirant du contexte canadien, des excuses publiques, officielles, à présenter. Il faut qu’un tel acte se fasse par décret, et que cette habitude entre dans nos us politiques. »

Je suppose que les « Canadiens » ont fait pareil avec les indiens qu’ils ont « gentiment » massacré afin d’occuper leurs terres. Mr le Cameroun est un petit état au regard du pays continent qu’est le Canada et que nos deux histoires n'ont absolument rien en commun...

Si on devait céder à toutes les revendications parfois légitimes de certains on n’arriverait jamais à l’unité nationale et la stabilité qui sont des biens communs…Qu’il faille mettre en place un modèle de justice et d’éducation adaptés aux populations du NO/SO personne n’en disconvient, mais reconnaissons aussi que certaines revendications des anglophones ont un fort parfum de pétrole.
      0
Stoph   42017-03-13 09:10
#9
@ African Conscience
......Therefore, as a matter as consensus, I would recommend activists to exert pressure in order to achieve very concrete results....
Where do you place yourself in the above statement? In reading you, one may be tempted to think you are not Cameroonian. You see it from afar, you do not really know what is happening, you can only say with exactitude that going back is not good etc etc, and now you are telling "activists...
Brother, is there something that anglophones complain about that is true?
Is what Mr. Soboth just wrote "in defence" of any self-interest?
Did you read Gov. David Abouem a Tchoyi's missive?
Did you listen to Maitre Momo and Ngenkoum?
are they defending the absurd? Do they want a better Cameroon or they are inciting war?
If I replied to your reaction, it is because you sound so abstract and less concerned, just dishing out advice like someone who has nothing to do with Cameroon.
@ Mad Tara. Till dtae you still refuse that there is no anglophone killed, none jailed, none tortured, that is why you keep on asking people to give names of a woman whose husband was killed or is in prison. Anyone who loves Cameroon digs out news of the place so as to contribute in righting the wrongs in his own small way or sustaining what is good. If you think there is no husband, son, cousin, father, brother of the anglophone women in prison or none killed, and you want them to go dance foe Women's day, then you only provoke anger and are doing more harm to Cameroon.
My people, since when did Women's day become a government affair that governors send out sommuniques for women to come out massively? Since when is it their affair to chair suh occasions? This is supposed to be a day of reflection / feasting by women if they have some successes to celebrate, and they supposedly invite government officials not the other way round. The duty was supposed to fall squarely on first lady of every region not their husbands.
      0
Man Tara   22017-03-11 17:22
#10
@Atem3H

"Mad Tara

I think this new name fits you well. You're our new local hero on the anglophonecrisis . You've become the new standard to measure stupidity."

Encore des mots,toujours des mots, les memes mots.

Bon. Je ne vais pas m'appesantir sur quiest plus stupide que l'autre. Tres arbitraire.

You and I can make a deal:

You'll be the biggest liar, I'll be the most stupid.

I have conclusivelly proven that you lied whe you attempted to push the ly that the women marching had their husbandsan cousins killed.
I asked you 10, or even 5 names. (Man Tara being very generous)
Ever since you have not been able to provide one name. Instead you want to push other lies about my person. My person not even being a topic on this forum.

Is that a deal? Or you're going to try to make up other lies? Invent other memes for whomever you want
      0
Karlrobert   122017-03-11 12:38
#11
Chapeau bas!! Very edifying analysis with precisions. More Cameroonians of good faith should stand up and like Mr Soboth, sustain the truth in this mather. And I know there are still a lot of Cameroonians who worked in those regions and therefore know better what this is all about. Let them stand up and speak the truth.
Ne laissez pas seulement ceux dont les points de vues sont noyés dand des calculs politiques s'exprimmer.
      0
AfricanConscience   42017-03-11 07:56
#12
The areas where the crisis started (education and the legal system) could serve as examples for moving forward concretely, beyond rhetoric and intentions.

Biya is special type of dictator in the sense that he would often spell out the failure of his own government (in year-end speeches) without self-identifying as the root cause of most of the still stand.

Therefore, as a matter as consensus, I would recommend activists to exert pressure in order to achieve very concrete results (now in lhe legal and educational systems) , rather that pursuing the more radical strategy of a permanent crisis, including the very unpopular sacrifice of education.

Biya promised local governance through the 1996 constitution, 21 years later, nothing to show for. Liberties are enshrined in the constitution, in the criminal code of justice, is it the reality on the ground? All military and police officers are trained in human rights, right?

So, a new constitution (under Biya) would not achieve anything if substance.

So, if we don't unite to overthrow his regime, any fight should better ask for tangible results.

For the current crisis, I believe it is a mote sustainable endeavor.
      0
AfricanConscience   32017-03-11 07:38
#13
Cameroon-1961 creation resulted from the bicolonial history then.

Ever since, another reality has been lived....As unsucessful as that experience might have been, its sequence is necessarily going to build on the lessons learnt.

Practically, there is no other way, even if (by magic) the political consensus turns out to be for a return to a two-state solution.

In fact, the devil is in the details, as there will be a very long process of passing laws and regulations to move from the current constitution (whose implementation has even not addressed the devolution of power to local elected authorities).

I think that quicker and more tangible could be achieved, if all actors could start identifying specific areas where progress could be done, with respect to local governance.
      0
FirstOctober1961   112017-03-11 05:47
#14
AfricanConscience wrote: "Ignoring almost 60 years of existence to go back to a 1961 constitution, largely written (on both sides) by so-called European experts is simply an insult to African intelligence. And, no geopolitical conflict has ever been solved by skipping decades of realities on the ground.

So, JMS's suggestion -about returning to the 1961 constitution- is unfortunately a non-starter... "

Don't you think you are defeating your own argument?
Why are you trying to create a Cameroon while ignoring more than 45 years of separate existence under French and British colonization?
Don't you think you are ignoring the very obvious fact that Cameroon is a European creation and not African?
Do you want us to believe that French and British colonization are not "decades of realities on the ground"?
      0
Sabitou   222017-03-11 05:46
#15
Tres bonne lecon d'histoire cher compatriotes! Vous mettez a nu tous les mensonges que le gouvernemnt fait consomer son peuple endormi des 8 regions francophones a travers la Cameroon Rumour TeleVision. Le Cameroun se fera avec des gens comme vous, pas avec les mbotoukous gerontocrate du Rassemblement Demagogique des Pilleurs du Cameroun.
      0
Sabitou   172017-03-11 05:38
#16
Tres bonne lecon d'histoire cher compatriotes! Vous mettez a nu tous les mensonges que le gouvernemnt fait consomer son peuple endormi des 8 regions francophones a travers la Cameroon Rumour TeleVision. Le Cameroun se fera avec des gens comme vous, pas avec les mbotoukous gerontocrate du Rassemblement Demagogique des Pilleurs du Cameroun.
      0
AfricanConscience   32017-03-11 05:15
#17
If they do so, or if they get inspired by more successful francophone examples such as Senegal or Benin, they should also understand why some Anglophones, rightly and very naturally recall memories of the years of self-rule when local governance was far more successful than the hypercentralized old french system (abandonned by France a while ago) which has bankrupted Cameroon beyond economic underperformance...

Hence, the linguistic marginalization ubiquitous in the official sphere is reinforced by memories of a successful very different self-rule.

To be continued with solution proposal....
      0
AfricanConscience   22017-03-11 05:00
#18
No country can write its history backwards, as Maurice Kamto said.

Ignoring almost 60 years of existence to go back to a 1961 constitution, largely written (on both sides) by so-called European experts is simply an insult to African intelligence. And, no geopolitical conflict has ever been solved by skipping decades of realities on the ground.

So, JMS's suggestion -about returning to the 1961 constitution- is unfortunately a non-starter...

If there are historical realities which should enlighten all of us, it is first the fact that colonialism is recognized as a crime against humanity. So, Africans should thrived at evidencing that they can be equal partners in all areas rather than good students ( as Biya claimed to be Best student of the French president), in particular in self-ruling their affairs (and, yes, those old European wigs used by judges are so symbolic of mental enslavement).

Yet, a (once) respected African nation full of human potential (and self-declared intellectuals, in fact degree-holders) displays the inability to tailor its own path.

The regime largely dominated by the old failed French doctrine is facing activists claiming to have been better colonized.

Fighting for imposing either system is pure madness...

However, in the face of the race of Biya's regime to the bottom, and, the hereby generated frustration and desperation, and, foremost, without any sign that the future (beyond Biya) will be any better, it is very natural that people look for explanations and solutions.

In the process, some Francophones, including those which experienced the brutality of his regime, look back to Ahidjo's time as a positive benchmark.

If they do so, or if they get inspired by more successful francophone examples such as Senegal or Benin, they should also understand why some Anglophones, rightly and very naturally recall memories of the years of self-rule when local governance was far more successful that the hypercentralized o
      0
Atem3H    82017-03-11 04:16
#19
@Mad Tara

I think this new name fits you well. You're our new local hero on the anglophonecrisis . You've become the new standard to measure stupidity.

A wise man is pointing at the moon, stop looking at his finger Tara. Jean Marc Soboth is pointing at the moon, can you see what he's talking about. ...lol
      0
Chesuh98   212017-03-11 00:01
#20
Akhenaton237
La verite blesse.
The proponents of Cameroun est un et indivisible
On va vous mater
Vous avez brule le dapeau. On va vous mater.
Vous etes nos esclaves
They are all silent. Bitten by the truth. LET ME SAY THIS: They day that Anglophones and Francophones will sit down in a real dialogue about the past, present and future of this country, there will be a public apology for the evil that has been done to our people. We have not done anything to wrong to LRC. We have not attacked them. We have not killed them. We have not stolen from them. We gave up everything for them. We joined them, they didn't join us. Now, because we are dissatisfied with the way the country is run, we have become terrorists.The pogrom that is committed everyday on the SC is inconceivable. I believe this is the work of Satan. Everyday someone is killed, houses are broken into , people are arrested beaten beyond recognition and sent to Yaounde to die of hunger. This should stop!!
      0
Akhenaton237   202017-03-10 23:44
#21
Hum... il n y a rien de plus rassurant que de se lever et lire une contribution aussi edifiante que celle ci, tout est pratiquement la pour mieux cerner les contours et derives de cette crise, que ce soit les faits et reperes historiques, dates, details le point de vue de Mr Soboth et ce qu'il pense comme sortie de crise bref un veritable regal pour tous ceux qui comme moi souhaitent apprendre un peu plus sur l'histoire de leur pays. C'est aussi vrai que certains avant lui meme sur ce forum n'ont pas ceder aux sirenes de la pensee unique et ceci a travers des contributions justes et impartiales.

Cependant ce qui me desole est surement le nombre de reactions que recoit cet article, vous avez plus de 4300 clics pour moins de 20 reactions pour une contribution assez soutenue, il y a pourtant quelques jours la parole etait donnee a 2 diseurs de bonne aventure( Ekindi, Bell) et avant eux d'autres bouche-trous du systeme. A chaque sortie et malgre une interpretation tortueuse et malhonnete de notre histoire ces individus ont toujours recu l'onction de plusieurs sur ce site et les reactions fusaient dans tout les sens, aujourd'hui Mr Soboth nous presente les faits tels qu'ils sont et nos avant gardistes du " Cameroun est un et indivisble" se contentent tout juste de maugreer dans leur coin en croissant les doigts que ce aricle soit retire dans les jours qui suivent.
      0
Chesuh98   102017-03-10 22:41
#22
My friends of LRC ,your hour of freedom is at hand. My advice to you is not to kill the soldier that is indirectly fighting for your liberation.The Southern Cameroons will banish France form the SC and thereby open the door for you to do same in LRC. When you will have chased the French out of your territory, created your own currency, you will have so much financial breakthrough that you will not need to look to SC oil to survive. You shall be self-sufficient.
No French man or French company will be allowed to do business in the SC without obtaining clearance from parliament. All lands and leases of land or oil leases granted to French companies will be terminated with immediate effect. Any Frenchman visiting the SC will need a special visa and will be placed under surveillance at all times. Any laws that trace their origin from the French civil law will be repealed and replaced. The French are Europeans, not Africans. Africa is for Africans. Let them go and do business In Europe with Germany or Spain.
      0
FirstOctober1961   122017-03-10 22:03
#23
Man Tara wrote: "I think when I grow up I'll become "Anglophone""

May your wish be granted.
      0
FirstOctober1961   182017-03-10 21:56
#24
Berka, I agree with you completely.
The francophones love their system.
Let them keep it. Nobody is asking them to change it.

But they should not impose their system on Southern Cameroons.
We are not asking them to adopt our system.
We simply want to maintain and run our own system.

They refuse to acknowledge the fact that we have different political, educational and legal systems.
For example, in Southern Cameroons we have two court systems: Customary Courts and Common Law Courts.
Even the British recognized our Customary Courts and did not try to abolish them.
I don't know why La Republique thinks they can and have the right to abolish our Common Law Courts.

They are picking a fight they cannot and will not win.
      0
Man Tara20    32017-03-10 21:06
#25
Adama

"Il n'y a que des paresseux pour craindre le fédéralisme."

Wow. Et moi qui pensais que les "anglophones" n'insultent jamais personne.
-Meme pas les "yawondo chop blu pot"
-meme pas les "froggies"
-meme pas "mad Tara"

Ces "anglophones" sont vraiment a admirer. Ils apportent un certain "decorum" dans ce forum.
Ils traitent tout le monde avec respect, surtout ceux qui ne partagent pas leurs vues.

I think when I grow up I'll become "Anglophone"
      0
Man Tara19    32017-03-10 20:55
#26
@Stoph

"Ossas, please invite Nyambarindon and Mad Tara to read this. I know after reading, JM Soboth will be lavished with curses and insults."

I understand that "anglophones" never insult anybody except "mad Tara" and "chop blu pot yawondo" and froggies

Now you are inviting me to respond?

I thought you "anglophones " wanted to be the only ones to respond to "la crise anglophone".

That way you can propagate all the lies not be exposed by anybody who sees through you

To tell you the truth, I don't know what you are inviting me to.

And frankly, I don't care.
I pass
      0
Berka   262017-03-10 18:44
#27
I am going to say this in English because it befits the topic we are talking about. First of all, thank you to JMS for that interview. Very informative, fact rich and eye opening. Part of our problem is that we don't even know our history.

But the larger point that I want to make here is this: why are "francophones" trying to impose their way of doing things? Because if we take a quick look at history and geography, the "francophone" system is pretty much sh.t. I just doesn't work.

A few quick examples: In the US, the states mostly settled by the French, Maine and Louisiana, have the 34th and 44th highest per capita incomes. (out of 50 states). In Canada, Quebec is the poorest state. In Belgium, the french speaking part lags behind the Dutch speaking part. Even France itself is mostly keeping its head above water because of all the resources it pumps out of Africa.

As for the Anglo Saxon system, well....England, the US, Canada, Australia, New Zealand, South Africa.......even the rise of Asia comes from Anglo saxon investments in the region. Like Margaret Thatcher once remarked: "In my lifetime, all the problems came from Continental Europe and all the solutions from the Anglo Saxon world".

Me, I don't mess with success and I go with what works. As far as I can see, Anglo saxons seem to be doing something that has been working.

But hey, "francophones", go ahead and keep enjoying your poverty.......just don't drag people down with you. I guess that's what the "anglophones" are saying.
      0
Chesuh9811    312017-03-10 15:44
#28
How did the people of the Southern Cameroons become part of Francafrique? During the negotiations leading to the plebiscite in 1961, the Southern Cameroons delegation insisted that the partnership accords between France and LRC should not apply to the Southern Cameroons. Ahidjo gave firm guarantees in this regard. Today, the SC has become the experimentation ground for Francafrique:try it in the SC, if it works, then extend it to the rest of the country. We do not know who exploits our oil. How many barrels we produce.How many oil leases have been issued and for how long. How much money comes into the state from oil. We don't know what is happening in Sonara. How many workers Sonara employs. What are the nationalities of persons employed therein. We don't know who does contracts or subcontracts with Sonara. In Nigeria, the oil industry has created dozens of local billionaires and millionaires(the Dangotes) through subcontracting. How many local millionaires has Sonara created? Are all subcontracts also going to France? These are legitimate questions the answers of which we will never get because Biya/Ahidjo made a gift of our oil to France in order to stay in power. Those francophones who continue to say "le Cameroun est uni et indivisible" are supporters of francafrique and the partnership accords. Everyone knows without any shadow of doubt that the Yaounde regime is an appendage of France, yet you reject Federation which will take power from France/Biya and give it back to the people. It does not make sense.
      0
Furax19    92017-03-10 14:43
#29
@Adama
"Il n'y a que des paresseux pour craindre le fédéralisme."

L’entre soit que tu revendiques est une paresse, des petits esprits qui ne voient pas la vie au delà de leur petit cercle dépassant à peine leur village.
      0
Adama 22    352017-03-10 14:13
#30
C'est très clair et cohérent ce que dit Jean-Marc Soboth.

Il n'y a que des paresseux pour craindre le fédéralisme.
      0
Ossas Nanga14    172017-03-10 12:49
#31
-"and you will see that supporting him is like riding the Trjoan horse" Tes références de petit colonisé là, vraiment, trouve-moi dans la culture de tes parents ou dans une autre culture kmer, africaine, ce que tu veux dire avec ton cheval de Troie. En passant, ici tu as mon point de vue sur les gens comme toi.

- " wherein lies his personal secret but outwards speaks with both sides of his mouth " Tu as envie de dire une fois que tu es un génie. Je sais déjà. Depuis la première ligne que tu écris, je sais que tu es dans le secret des dieux. Je vais te faire plaisir, en prenant tes références de colonisé mental: je sais que tu es sorti de la cuisse de Jupiter. Tu sais, mais tu veux juste cacher que tu sais, c'est pour ça que ta bouche s'ouvre comme elle s'ouvre là.
      0
Ossas Nanga14    102017-03-10 12:48
#32
Stoph bonjour,

-"Ossas, please invite Nyambarindon and Mad Tara to read this." Pourquoi tu m'envoies faire? C'est parce que tu te prends pour mon chef? C'est parce que tu penses que man tara et nyambarindon ne viendront pas si tu les invites? C'est parce que tu penses qu'ils ne viendront pas tout seuls? S'ils décident de lire et de ne pas commenter, tu sauras qu'ils ont lu par quel moyen? Ils sont ici pour toi? Tu es ici pour eux?

Mon frère, la démocratie veut dire quoi dans tes comportements, concrètement? On est là, on parle de démocratie, on critique les autres, en montrant souvent que nous-mêmes nous sommes des enfoirés de petits tyrans.

-" I know after reading, JM Soboth will be lavished with curses and insults." Mon frère, est-ce que tu as insulté JM Soboth? Pourquoi tu affirmes que tu as le savoir qui concerne man tara et nyambarindon sur ce genre d'affaires? Tu cherches quoi en faisant ce genre de déclarations?

-But frankly, don't you think all what he says is not in praise of the anglophone but an understanding to the way of peaceful co-existence???? " Tu me demandes ce que je pense? Pourquoi les deux faces que ton esprit crée sont d'un côté "praise of the anglophone " et de l'autre côté "an understanding to the way of peaceful co-existence" ? Tu peux m'expliquer un peu?

-"Continue applauding Owona Nguini who is seeking to be minister" Ah bon! Toi tu cherches à être alan mimbou? Comment je fais pour avoir le même savoir que toi sur les ambitions d'Owona Nguini, en regardant tout ce qu'il dit et fait?
      0
Finesse11    272017-03-10 12:14
#33
It is sad to listen to the views of the likes of MEON on the Anglophone Crisis. Why is he so interested only in what we where during the German occupation? What about before the Germans? Cameroon never existed before the Germans. Even during the German occupation , parts of Tchad , Nigeria etc made up German Kamerun. Is he going to go and recover them today? British Southern Cameroons was ruled from Nigeria until 1954, when members of the Southern Cameroons in the Nigerian Eastern House of Assembly walked out and returned to Buea, capital of Southern Cameroons, where they formed a thriving parliamentary democracy which lasted until 1961. From 1954 then, the Southern Cameroons was self-governing, with its government, Prime Minister, parliament, judiciary and House of Chiefs. It conducted its first free and fair election in which power changed hands peacefully in 1959. French Cameroon was equally a Trusteeship under France at the same time. Apart from the fact that they were former parts of an ephemeral German Kamerun that lasted just 30 years and which was formally dismembered by the Versailles Treaty of 1919, there was no other link between them, either in language, administration, culture, politically or otherwise. Each was being prepared for its own self-determination as per Article 76(b) of the UN Charter. What is the NATIONAL UNITY or ONE and INDIVISIBLE Cameroon they are forcing down a people ?
      0
Stoph21    332017-03-10 12:04
#34
Ossas, please invite Nyambarindon and Mad Tara to read this. I know after reading, JM Soboth will be lavished with curses and insults. But frankly, don't you think all what he says is not in praise of the anglophone but an understanding to the way of peaceful co-existence????
Continue applauding Owona Nguini who is seeking to be minister and you will see that supporting him is like riding the Trjoan horse wherein lies his personal secret but outwards speaks with both sides of his mouth
      0
Sergydukamer   222017-03-10 11:52
#35
De l'histoire et rien que de l'histoire.

Nous sommes ce que nous sommes parce que nous ne connaissons pas notre histoire.

Chapeau bas.
      0
Makanaky12    202017-03-10 11:36
#36
Kudos JMS.
Hope the Nguini Owona & Enoh M. use this as a starting block to understanding the Anglophone problem.
      0
Ossas Nanga13    242017-03-10 10:00
#37
jms, ramène ta tête ici, s'il te plaît.

"Les Québécois, les Corses, les Catalans, les Écossais, etc., ont un drapeau, un hymne et autres emblèmes tout en restant unis aux autres. Les Québécois ont décidé dans les années 60, à l’aune de la Révolution tranquille - qui ressemblait quelque peu au mouvement actuel au Cameroun - de s’appeler désormais Québécois. Ils étaient Canadiens-français avant cela. Beaucoup de Québécois ne supportent même pas d’être appelés Canadiens. C’est connu. Et pourtant, nul ne les accuse de haute trahison. "

Mon frère, c'est la paresse que tu veux voir?
      0
Jean-Marc Soboth J-M. S.
Résidant au Canada, Jean-Marc Soboth est sans doute le seul professionnel de médias francophone a avoir accumulé le plus d’expérience (25 ans au moins) sur les régions anglophones du Cameroun. Il analyse, dans ce nouvel entretien, les nouveaux développements de la crise anglophone à la lumière du paradigme canadien.

Il n’y a toujours pas eu de mot d’ordre d’arrêt des ‘villes-mortes’ dans les régions anglophones du Cameroun. Le régime craint une année blanche et se bat pour sauver la face. Le président Paul Biya a, quant à lui, montré sa disponibilité à régler cette crise. Il n’a pas été au dernier sommet Afrique-France à Bamako ainsi qu’à l’Union Africaine d’Addis-Abeba qui a vu l’élection du président guinéen Alpha Condé à la tête de l’organisation panafricaine, et du ministre tchadien des affaires étrangères, Moussa Faki Mahamat au titre de président de la commission de l’UA où il succède à la Sud-africaine Nkosazana Dlamini-Zuma. Qu’en dites-vous?

Je pensais que vous alliez poursuivre votre énumération : aux dernières nouvelles, les populations demeurent arbitrairement privées de l’Internet dans ces régions; arrestations, détentions arbitraires et déportations de pauvres jeunes se poursuivraient; les leaders du mouvement, l’universitaire et syndicaliste Fontem A. Neba et l’avocat Felix Agbor Nkongho, arrêtés à la mi-janvier, demeurent prisonniers de la justice militaire… L’emblématique avocat général de la cour suprême Paul Ayah Abine, arrêté illégalement à sa résidence à Yaoundé par six hommes armés le 21 janvier dernier, demeure dans les geôles du Secrétariat d’État à la défense au mépris d’alertes de maladie… Le régime joue la répression, la diabolisation et la corruption à la place d’une négociation franche. Résultat : la crise s’enlise malgré des parenthèses comme la coupe d’Afrique des nations qui pouvaient faire diversion. Yaoundé est, en effet, en panne de solution...

Les revendications anglophones ne sortent-elles pas par hasard de la cuisse de Jupiter? On n’en avait presque jamais entendu parler en de tels termes. Aujourd’hui, on revoit des figures comme les Muna dont les parents étaient des apparatchiks du système Biya. On n’a jamais oublié comment le démon impérialiste, la CIA, etc., se sont insinués au Soudan, en Libye, etc. N’est-ce pas le tour du Cameroun?

C’est malheureusement ce que les services secrets semblent avoir ‘vendu’ au chef de l’État Paul Biya. On lui aurait dit que le problème anglophone est ‘un coup de la CIA’. C’est, me semble-t-il, l’explication de la violence avec laquelle Yaoundé aborde cette affaire. Avant les arrestations des leaders anglophones à la mi-janvier, M. Biya a convoqué au Palais l’ambassadeur de Russie pour se connecter au Kremlin, l’objectif étant de bloquer une éventuelle résolution de l’ONU pour une intervention militaire au Cameroun. La même semaine, il a reçu l’ambassadeur de Chine. Depuis lors, il se croit en guerre parce qu’on lui a, manifestement, fait croire qu’on en veut à son pouvoir. Or, le problème anglophone couve depuis toujours.

Bien avant leurs démissions respectives en 1990 et en 1994, les artisans de la réunification John Ngu Foncha et Solomon Tandeng Muna avaient clairement posé au chef de l’État Paul Biya le problème tel qu’il pose aujourd’hui. À la All Anglophone Conference (AAC I) à Buea en 1993, ils ont dû demander pardon à leurs compatriotes publiquement. Foncha me l’a répété lors de l’interview que j’ai eue avec lui, avec l’aide de son fils Martin Ndikum, avant sa mort en avril 1999. Mes premiers reportages sur la question dans le journal ‘La Nouvelle Expression’ remontent à avril 1993. Bientôt 24 ans. Le problème anglophone est, en fait, l’un des plus argumentés au pays.

Qu’est-ce qui vous fait croire qu’il n’y a pas de complot impérialiste derrière cette crise?

C’est l’expérience qui me le fait croire. M. Biya est, pour ainsi dire, en règle avec les puissances qui attisent les conflits multilatéraux. Ce pays est dans l’étau du FMI et du système monétaire français. Le business des multinationales françaises s’y porte à merveille. Le scénario est différent du phénomène Boko Haram qui, à son paroxysme et vu son arsenal ultramoderne, puait l’entourloupe de services secrets.

Vous vivez au Canada, pays bilingue, multiculturel, très souvent présenté comme le pendant du Cameroun avec sa minorité francophone face à une majorité anglophone dominante. Dans une crise comme celle du Cameroun, comment auraient réagi les Canadiens?

La première des choses qui ne s’est jamais vue au Canada c’est qu’on n’accable pas, ni ne se moque, ni ne dénigre des compatriotes qui se plaignent. Cela se résume en un mot : respect. Nul ne comprendrait une telle insensibilité générale. Une compatriote anglophone a récemment assimilé ce cynisme collectif à de l’hypnotisme chez les Francophones. Au Canada, on compatit. On est solidaire spontanément. On se plaint avec celui qui se plaint. On fait des messages d’amour. On cherche à comprendre sans jamais dicter une manière de comprendre. Les médias canadiens de tous bords n’ont jamais osé le faire.

La mentalité consistant à ne jamais s’excuser, à se croire plus intelligent, détenteur du pouvoir d’écraser l’autre, accablant massivement des gens qui crient leur misère, en scandant des slogans comme « un et indivisible », « unité non négociable », relève d’un mélange de mythomanie, d’antipatriotisme, de cynisme et de pathologie du nègre évolué. On doit peut-être cette arrogance et malhonnêteté au seul pays esclavagiste et colonialiste au Monde qui, plutôt que de s’excuser, demande à ses victimes africaines de le remercier. Tout ceci n’est pas imaginable au Canada, disais-je. Un cas comme celui des Anglophones du Cameroun aurait suscité d’innombrables excuses, y compris officielles; il y aurait eu des manifestations de soutien comme celle, avortée, du SDF; il y aurait eu des déclarations d’amour – à l’instar de celle venue, paradoxalement, d’un jeune Lion Indomptable, Fabrice Ondoa, dont les effets ne se sont pas fait attendre; il y aurait eu des négociations constantes.

Le régime et les Camerounais ont, en général, beaucoup de mépris à l’égard de leurs compatriotes. L’État canadien présente régulièrement des excuses à ses concitoyens, et initie des réparations. Au Canada, on aurait déjà inscrit la question dans les programmes politiques en proposant des solutions. Chez nous, ça n’existe pas parce que le suffrage universel y est inopérant. Un fait notable: on n’entre même pas en politique ou à la fonction publique fédérale canadienne si on n’est pas bilingue. Dans notre État unitaire présidentialiste, l’exigence devait en être plus élevée en l’absence d’une langue de communication locale...

Les leaders du Consortium de la société civile anglophone mis aux arrêts risqueraient la peine capitale d’après la rumeur. Pour le régime Biya, le postulat est donc clair: d’accord pour le débat académique, mais de là à priver des enfants d’école et à prôner, en surcroît, la sécession, on n’acceptera pas. N’y voyez-vous pas, vous aussi, matière à haute trahison face à la loi fondamentale?

De quelle loi fondamentale parlez-vous? Au Canada, puisque vous souhaitez que l’on s’en inspire, on sort en ce moment de plusieurs mois de grève des juristes de l’État (avocats, notaires, etc.) qui ont pris fin en ce début de mois de mars 2017 sans que cela soit de la « haute trahison ». Il y a eu en 2012 plusieurs mois de grève et de manifestations des étudiants du réseau des universités francophones (du 13 février au 7 septembre 2012). Certains étudiants et universités ont fait l’objet d’intimidations au cours de cette prériode. Il y a eu du vandalisme. C’est ce qu’on a appelé « printemps érable ». Il n’y a eu aucune poursuite pour haute trahison, mais seulement quelques infractions usuelles. Des policiers ont été poursuivis et sanctionnés. Et vous savez quoi? Non seulement le gouvernement Charest a payé la facture des manifestations, mais les politiciens de l’opposition ont rallié la rue avec les grévistes. Il y a bien sûr eu des poursuites pour vandalisme et intimidations. Sans plus. Le gens ont comparu librement et sont retournés chez eux à chaque fois, jusqu’au jour du verdict.

Au Canada, comme chez nous, la grève, même ‘sauvage’, est légale. Les villes mortes ne sont pas interdites chez nous. L’incapacité à anticiper en matière de maintien de l’ordre public ne peut pas être troquée contre le crime de haute trahison. La Québécoise Pauline Marois, alors chef de l’opposition lors du « printemps érable », est devenue premier ministre ensuite. L’un des leaders du mouvement estudiantin, Gabriel Nadeau-Dubois, a été élu député à seulement 22 ans, le plus jeune de l’histoire du Québec. C’est dire.

N’est-ce pas criminel de prôner la scission et la sécession dans un contexte de nation en devenir? Au Québec notamment, les séparatistes du FLQ (Front de Libération du Québec) ont été pris en chasse. Le mouvement a littéralement disparu de l’échiquier après avoir prôné la sécession…

Vous ne pourrez jamais empêcher les gens de vouloir la sécession ou pas. La liberté d’expression est un droit universel. Il y aura toujours et toujours des souverainistes dans tous les pays du monde. Il y aura toujours, comme on le voit déjà au Cameroun, des gens qui, à l’instar du Québec, sympathisent avec le séparatisme pour surenchérir alors qu’ils ne voteront jamais pour ce faire. Récemment, j’ai évoqué les Corses, les Basques, les Bretons en France, Les Catalans en Espagne, les Biafrais au Nigéria, le Front Polisario au Maroc, la Wallonie en Belgique, la Bavière en Allemagne… Leurs projets autonomistes ne sont pas secrets. Au Nigéria, les célèbres écrivains Wole Soyinka et feu Chinua Achebe n’ont jamais économisé leur soutien pour l’indépendance du Biafra sans que cela soit matière à crime de haute trahison... Ibidem au Cameroun. La création du mouvement séparatiste Southern Cameroons National Council (SCNC) remonte à 1989. C’est lui qui promeut l’Ambazonie. Le SCNC est bien connu dans le système des Nations Unies. Je trouve stupide que l’on s’étonne, en voyant des photos publiées dans les réseaux sociaux, que les gens du SCNC parcourent les places occidentales pour expliquer leur projet autonomiste. Imputer leur activisme à tous les Anglophones relève de l’ignorance et de la stupidité.

Le Cameroun est une nation en devenir qui, pour l’instant et compte tenu du rapport de force international ambiant, a besoin d’une certaine sérénité au plan constitutionnel, disait récemment un observateur averti. Ne partagez-vous pas ce point de vue?

Il faut d’abord que l’on s’entende sur ce qui est le point de sérénité. On a l’impression qu’à force de gommer les repères historiques, les Camerounais ont oublié les points qui avaient fait la sérénité. Rappelons quelques faits. La réunification s’est faite au suffrage universel en 1961, au terme d’un référendum onusien, plus d’un an après l’indépendance de la partie française (en janvier 1960). En clair, ils étaient encore British à l’indépendance des Francophones. Et on n’a jamais dit aux Anglophones: « Êtes-vous du Kamerun allemand? Alors retournez avec vos frères francophones! » Ils avaient le choix. Le Nigéria leur proposait mieux. Plusieurs circonscriptions du Sud-ouest avaient opté pour le ralliement au grand voisin.

La campagne pour rallier le bloc british fut menée par le chef de l’opposition et ancien premier ministre, le Dr. Emmanuel M. L. Endeley, un prince écouté de la dynastie Bakweri dont l’épouse était nigériane. Ceux qui avaient voté contre la réunification sont encore là. Cela, dit, il y aura toujours des indépendantistes dans ces régions. On n’y peut rien.

Pour revenir au paradigme canadien, les mouvements indépendantistes y sont constitués en partis politiques. Ils mènent campagne au vu et au su de tous. Pourquoi pensez-vous qu’il faille inventer le fil à couper le beurre au Cameroun? Vous parliez tout à l’heure du FLQ. Ce mouvement indépendantiste québécois avait la particularité de faire des attentats terroristes. Il y a eu des morts et des dégâts. Des gens ont été arrêtés et jugés, non par pour leur idéal séparatiste, mais pour l’activité criminelle. C’est ainsi que les séparatistes sont traités dans le monde entier. Il n’est pas interdit de prôner l’indépendance. Il est interdit de faire du terrorisme. Les leaders du Consortium qu’on a arrêtés ont, depuis le début, prôné la lutte pacifique et la négociation en spécifiant qu’il était suicidaire d’user de violence contre des forces aguerries en la matière. L’avocat Felix Agbor Nkongho et le Pr. Fontem Neba n’ont jamais caché qu’ils étaient fédéralistes. C’est le cas des supplétifs du Consortium comme le jeune Ivo Tapang Tanku, qu’on a présenté sans aucune honte comme recherché par les services spéciaux. C’est un critique constant du séparatisme. C’est vraiment honteux de ne pas le savoir. Et voilà que le Conseil National de la Communication interdit tout débat sur le fédéralisme, un concept de droit constitutionnel que l’on enseigne à l’Université de Yaoundé. C’est une dérive étrange dans un pays dirigé par un Sorbonnard doublement diplômé en droit public. Pour moi, cela a une seule signification : ces gens qui nous dirigent ne valent rien!

À votre avis, y a-t-il un autre moyen de préserver la Nation que par la rigueur que l’autorité de l’État doit mettre à empêcher que prospèrent les chantres de la division?

Il faut toujours se souvenir qu’on ne crée pas une Nation à coups de décrets, d’arrestations et de formules militaires comme cela se fait actuellement au Cameroun. On nous a enseigné à la fac que la Nation allemande était le paradigme notoire en la matière. Elle est fondée sur de vraies affinités historiques, la volonté d’être toujours les meilleurs, sur la fraternité, l’amour mutuel, la solidarité... L’Allemagne ne pouvait que se réunir à nouveau. La Nation est d’abord dans les cœurs et non dans la brutalité policière et la paperasserie. Le Cameroun se prétend ‘allemand’. Qu’y a-t-on tiré pour construire notre Nation? Rien. Qu’a-t-on fait pour rallier nos autres frères ‘allemands’ arrachés par la France au profit de ses propres colonies voisines? Rien. Nous disposons pourtant d’accords frontaliers coloniaux qui ont servi à la Cour Internationale de Justice dans le cadre du conflit sur la péninsule de Bakassi. Le Kamerun allemand s’étendait sur une superficie de plus de 750 000 km2 versus les 475 000 km2 actuels. Mis à part le Northern Cameroons que nous avons perdu en 1961 au suffrage, où sont passés tous nos autres frères des 275 000 km2 restants si tant est qu’on se dit fidèles au Kamerun allemand?

Il faudrait revisiter l’allocution du père historique de la Réunification, Ruben Um Nyobè, à Kumba en… 1951. La moindre brutalité langagière eût totalement exclu l’hypothèse de la réunification. Il faudra un jour enseigner à nos enfants que l’assassinat de Um Nyobè en 1958 par les Français et la répression qui a précédé ont presque fait avorter le projet. Les Anglophones n’en voulaient plus, ne voulant pas subir ce que les Francophones subissaient de la France.

Que suggérez-vous personnellement pour les autres frères du Kamerun allemand oubliés et que vous évoquez? On n’y a jamais pensé…

On ne va pas tout refaire. Il y a néanmoins des choses qu’on peut faire. Je pense, finalement, avoir été le seul journaliste camerounais à avoir jamais envisagé un reportage - avec mon ami député du Logone-et-chari, le Dr. Kamsouloum Abba Kabir, et son cousin feu le capitaine Saïd Kamsouloum – un reportage, disais-je, dans l’ancien Northern Cameroons où de nombreux frères ont décidé de mourir Kamerunais. Ces gens ont conservé leur identité de Kamerunais mais n’ont jamais bénéficié de quelque sollicitude que ce soit sous l’ère Biya, hormis quelques villageois kanuris frontaliers parfois sollicités dans le cadre des charters électoraux du RDPC. Le président Ahidjo avait, on s’en rappelle, porté l’affaire du Northern Cameroons à la CIJ. La journée à laquelle la cause avait été jugée perdue définitivement fut déclarée ‘deuil national’ au Cameroun par décret.

J’avais eu à Garoua une longue discussion avec l’ex ambassadeur du Cameroun à Lagos, Mohamadou Haman Dicko avant sa mort (en mai 2006) en présence de mon confrère Vanigansen Muchiggle. M. Haman Dicko était un ami d’enfance du président Ahmadou Ahidjo et avait passé plus de 20 ans comme ambassadeur au Nigéria. Il m’avait expliqué les liens étroits qu’ils avaient tissés avec nos frères restés au Nigéria, qui, d’ailleurs, ont poussé le Cameroun à soutenir Lagos contre la France dans la sécession ratée du Biafra.

On est effrayé par l’étrange lexique qui apparaît ces derniers temps. Des Anglophones se veulent d’une certaine République de l’Ambazonie dont vous êtes d’ailleurs accusé sur les réseaux sociaux d’être un sympathisant. Ils qualifient le pouvoir de Yaoundé de « République du Cameroun » et l’associent au colonialisme français. Les Anglophones se veulent, eux, du Southern Cameroons et luttent pour sa restauration. D’autres parlent du West Cameroon. Cette distorsion progressive dans le projet rassembleur que prônaient les nationalistes n’est-elle pas désespérante?

Il n’y a rien de désespérant là-dedans. L’Ambazonie n’existe dans aucun document officiel onusien. Par conséquent, je n’ai pas d’avis à ce sujet. C’est un néologisme du SCNC. Le mouvement fut lancé par Fon Forji Dinka. Il ne cache pas son idéologie autonomiste. Il bénéficie d’une publicité inespérée ces temps-ci au gré de la répression.

Le Southern Cameroons est, par contre, l’une des deux entités sous administration britannique qui sont allées au référendum de février 1961. C’est le scrutin qui a conduit à la création de l’État fédéral du Kamerun suite à l’accord de Yaoundé (octobre 1960) et à la conférence constitutionnelle de Foumban (juillet 1961) avec les représentants du Cameroun français, devenue, elle, indépendante en janvier 1960.

Dès 1961, l’ancienne partie britannique se faisait appeler West Cameroon (ou Cameroun occidental), versus l’État fédéré du Cameroun oriental francophone. Le député SDF de Bui, Joseph Wirba, l’a rappelé à l’hémicycle : il faudra s’y habituer à nouveau parce que les Anglophones n’accepteront plus jamais d’être aliénés à ce qu’ils appellent ‘La République du Cameroun’.

En 1984, un décret de M. Paul Biya a, en effet, recréé cette fameuse « République du Cameroun » francophone de 1960 en supprimant le vocable ‘Unie’. L’ironie en est, disais-je, que « La République du Cameroun » s’appelait déjà ainsi lorsque le Général de Gaulle accordait l’indépendance en janvier 1960 à la partie francophone.

Quelle est, selon vous, la pertinence de se revendiquer à nouveau du défunt Southern Cameroons britannique? À quoi cela sert-il concrètement?

Le Southern Cameroons, c’est leur identité. C’est ce qu’ils sont. Nul ne vit sans son identité. C’est la preuve qu’ils n’ont jamais été des indigènes de la France. Aujourd’hui, ces gens du Kamerun allemand décident simplement de reprendre leur personnalité en désavouant la ‘francophonisation’. Je trouve cela plus que légitime. Je trouverais pareillement cohérent que des gens se disent un jour d’une Région Bamiléké. Ce vocable a aussi une origine coloniale, même si il se résume aux seuls Grafis de l’indigénat français. Pourquoi voulez-vous imposer aux gens à tout prix des subdivisions topographiques telles que Nord-Ouest ou Sud-Ouest? Ce ne sont pas des plantations esclavagistes!

Nos Anglophones n’ont pas l’intention de s’endormir dans la soumission à la France. Si vous les écoutiez attentivement, vous remarqueriez qu’il n’y a pas de mélange lexical dans leur langage. Le député SDF Joseph Wirba se revendique toujours du West Cameroon. Des avocats comme George Achu Mofor et la plupart des intellectuels parlent plutôt de Southern Cameroons. C’est leur identité. Chaque vocable renvoie à une conviction juridique très précise entre les fédéralistes et les autres.

Le député Wirba a dit qu’on ne leur enlèverait plus jamais leur identité. Il n’y a pas à trembler d’effroi devant des emblèmes. Les Québécois, les Corses, les Catalans, les Écossais, etc., ont un drapeau, un hymne et autres emblèmes tout en restant unis aux autres. Les Québécois ont décidé dans les années 60, à l’aune de la Révolution tranquille - qui ressemblait quelque peu au mouvement actuel au Cameroun - de s’appeler désormais Québécois. Ils étaient Canadiens-français avant cela. Beaucoup de Québécois ne supportent même pas d’être appelés Canadiens. C’est connu. Et pourtant, nul ne les accuse de haute trahison. Et alors que l’armée française exterminait les souverainistes camerounais, le Général de Gaulle était allé à Montréal en 1967 se fendre d’une déclaration célèbre en faveur de l’indépendance du Québec, avec la formule ‘Vive le Québec libre!’ qui est entrée dans l’histoire. Il en a résulté un incident diplomatique banal avec Ottawa.

Je vous apprends, enfin, qu’une formation politique dénommée Parti 51 créée par l’avocat québécois Hans Mercier vient d’être autorisée au Québec. Cette formation prône pas moins que le ralliement du Québec aux… États-Unis, pays voisin, comme 51ème province. Il n’y aura jamais grand monde au Canada pour adhérer à ce projet; il a néanmoins le droit de promouvoir son programme. Ainsi va la démocratie.

Toute cette avalanche identitaire soi-disant british ne soulève aucune émotion à Londres, puissance coloniale visée… On devrait en avoir honte non?

Jusqu’à présent, le débat a consisté à remettre en question un mécanisme étatique autoritaire copié en France qui soumet les gens de l’ancien Cameroun britannique à un État hyper-centralisé pro-français. De plus, il est jusque-là question de tirer le meilleur parti de notre héritage multiculturel : africain, germanique, britannique et français… Dans le système judiciaire anglo-saxon ou au Canada, les gens du Consortium arrêtés seraient chez eux à s’occuper de leur famille et de leur travail en attendant de comparaître libres parce qu’on sait où les trouver. Ils n’ont aucun passé criminel; ils ne sont pas un danger. Mais le Cameroun est une mauvaise copie de la France d’après-guerre. C’est ici qu’il y a problème. Le colonialisme français est omniprésent. On perpétue la mentalité consistant à priver systématiquement de liberté des gens présumés innocents, qui sont des papas et des opérateurs de notre économie. On est tellement habitués à rester insensibles au mauvais sort des épouses et enfants des autres parce que les Camerounais ne s’aiment pas entre eux. Qui est assez fou pour croire qu’un gouvernement qui a en son sein un ministre haineux qui intimait récemment aux autres compatriotes l’ordre de quitter Yaoundé au plus vite sur une base tribaliste, qui peut croire, disais-je, qu’un tel régime aime vraiment l’unité nationale? Le travail à faire pour que les Camerounais s’aiment entre eux est incommensurable... On impose des documents judiciaires uniquement en français aux gens du Consortium. Leurs juge et greffiers sont tous unilingues francophones alors qu’ils sont tous anglophones. Au Canada, ce seul aspect linguistique serait un scandale à l’échelle de l’histoire. Chez nous, on s’en fout. On trouve ça malin. Nos politologues nous rabâchent les tympans de leurs éloges à la soi-disant ruse de M. Paul Biya qui se résume en décrets, actes administratifs, arrestations...

N’y a-t-il aucun autre moyen de se démarquer définitivement de toute nostalgie de colonisés dans le but de privilégier l’unité et l’identité africaine?

Ceux qui brandissent l’unité nationale et l’identité dans ce débat doivent toujours se rappeler qu’il s’agit, dans ce cas, de l’unité de l’ancien protectorat allemand offert à la France et à la Grande Bretagne à la fin de la première guerre mondiale.

Des politologues comme Mathias Éric Owona Nguini et Manassé Aboya Endong ne sont pas de votre avis. Ils pensent qu’il faut réprimer ceux qui mettent en péril l’intégrité du territoire et défient l’autorité de l’État. Ils rejoignent à cet effet une partie des Camerounais qui disent que les Anglophones ont mérité ce qui leur arrive…

Je n’ai pas lu Manassé Aboya Endong qui est, néanmoins, une ami de longue date. J’ai souvent échangé avec Mathias Owona Nguini et je discute régulièrement avec mon ami Élie-Serge Banyongen, politologue à l’Université d’Ottawa qui leur a répondu.

Je pense que certains politologues jouent un rôle négatif dans cette crise qu’ils présentent comme un plan « naïf » pour faire plier le pouvoir de M. Paul Biya et pour le faire tomber. Je pense qu’ils ont un problème de mise à jour. Ils se croient siècle de Niccolo Machiavelli où les politologues n’étaient bons que pour imaginer des recettes pour que le Prince de droit divin confisque le trône le plus longtemps possible. Le pouvoir de l’État serait, pour eux, plus important que le peuple. Le peuple ne serait qu’un appendice du régime. Pour eux, c’est le peuple qui sert le pouvoir et non le contraire. C’est une aberration.

Moi je suis attentivement les Anglophones depuis 25 ans. La plupart n’ont aucun problème intrinsèque avec la perpétuation au pouvoir de M. Paul Biya. Au contraire, d’aucuns craignent, au regard de ce qui se passe, qu’en cas d’alternance en l’état, le successeur de Paul Biya ne soit même pas capable de comprendre de quoi on parle. Parce que les gens ne comprennent rien. Ces politologues me semblent faire ce que Goebbels faisait sous Hitler. Au lieu de diagnostiquer le problème posé et proposer des solutions, ils investissent leur science dans des stratégies de dithyrambe et de conservation du pouvoir. C’est le schéma que j’ai décrit à l’instant. Au lieu de la compassion pour de compatriotes qui gémissent, ces diplômés de France font croire que la société idéale est celle où on ne pose pas de problème. C’est vraiment dommage pour leurs étudiants.

Le débat sur la forme de l’État devrait impliquer les dix régions du pays. Cette question n’est pas réservée aux seuls Anglophones…

Le retour au fédéralisme qu’exigent les Anglophones n’a rien à voir avec le débat national sur la forme de l’État. Le retour au fédéralisme de 1961 est une sorte de restitution préalable de droits illégalement et arbitrairement confisqués en mai 1972. C’est un point de départ. C’est comme dans un cas de bigamie. Le deuxième mariage est nul et non avenu. L’État unitaire actuel est nul et non avenu. Il faut se remettre au statu quo de 1961. Après cela, on pourra faire autant d’États fédérés qu’on le souhaitera.

De nombreuses voix qui comptent - dont celle de l’écrivaine Calixthe Beyala récemment -- pensent que ce serait un recul inutile…

Les suffrages qui comptent dans cette affaire sont uniquement ceux des Anglophones si l’on s’inspire du contexte canadien. En fait, si on avait laissé faire les choses conclues en 1961, on en serait aujourd’hui fiers, sur tous les plans : social, médical, culturel, universitaire, politique... La Francophilie n’aurait pas meilleur miroir pour s’améliorer en tant qu’indigènes du style colonial direct. On l’a vu il y a quelques années avec l’université de Buea. Le Canada a, rappelons-le, acquis ses lettres de noblesse grâce à l’originalité de sa diversité encadrée par des accords constitutionnels historiques.

À l’époque, on était fier de se dépayser dans cette région british du Cameroun où les habitants étaient humbles, traditionnalistes et pieux. C’était un système où, sans être le paradis, on respectait les gens de rien. Chez nous, on ne respecte que les diplômés nommés et de douteuses gens nanties. Mon beau-père qui était commerçant me disait avoir fait de bonnes affaires dans cette région grâce à son originalité. Mais, on a littéralement décapité cette région devenue le dépotoir de la médiocrité francophone; l’endroit pour aller chercher des enfants domestiques. On ne recrute d’enfants esclaves que là où on a instauré le désastre social. C’est l’une des conséquences de notre centralisme budgétaire dont l’un des corollaire est l’incapacité notoire à redistribuer les richesses à travers des mécanismes universels comme la couverture médicale, l’instruction gratuite, l’eau  et autres services sociaux gratuits, etc., comme au Canada. C’est le symbole vibrant du malaise subséquent. Laissons-les être eux-mêmes, et vous verrez.

S’il vous était donné de faire, ici et maintenant, de suggestions concrètes au règlement pacifique de la crise anglophone, que proposeriez-vous?

Le première des choses c’est, m’inspirant du contexte canadien, des excuses publiques, officielles, à présenter. Il faut qu’un tel acte se fasse par décret, et que cette habitude entre dans nos us politiques. Contrairement aux élucubrations des politologues, Paul Biya n’en perdra ni son pouvoir ni la face. Ensuite, il faudrait libérer tous ces pauvres gens. Il faut relancer le débat: une conférence constitutionnelle à Foumban (Foumban II) ou dans la ville symbolique de Buea, capitale ‘allemande’... Elle ferait un bilan sans concession de Foumban 1961 et de l’accord de Yaoundé, en présence des intellectuels les plus indépendants de l’échiquier, et, en particulier, ceux qui se sont montrés proches de la cause anglophone. Inutile d’y convier tous ces intellectuels qui insultent les Anglophones à longueur de journées qui, eux, viendraient perdre le temps.

Un tel raout apporterait les aménagements nécessaires au Kamerun nouveau, dont le rapatriement de notre souveraineté monétaire, politique, académique et culturelle, ainsi que l’éradication des accords secrets avec la France. Mais il ne faut pas se le cacher : malgré les apparences, la France mettrait le Cameroun à feu et à sang pour que cela ne se fasse pas. Mongo Beti le rappelait encore dans son ouvrage ‘La France contre l’Afrique’.

Je parie qu’une clarification dans l’exploitation du brut et les comptes numérotés pétroliers aux Îles Caïmans ne sont pas une belle perspective pour M. Paul Biya et la mafia française. Mais il faudrait un jour y arriver. Si cette conférence devait se tenir sous Paul Biya, j’y vois des personnalités comme David abouem à Tchoyi, le cardinal Christian Tumi, l’ancien gouverneur George Achu Mofor, Christian Penda Ekoka, Bernard et Akere Muna...

On s’entend que M. Paul Biya ne fera jamais rien de tout cela. Que va-t-il donc se passer?

Les gens qui applaudissent M. Paul Biya compliquent sa sortie de scène éventuelle. Il n’est pas Dieu pour croire qu’il va mourir au pouvoir comme Omar Bongo. J’ai toujours pensé qu’une grande réussite dans notre pays serait qu’un ancien chef d’État prenne sa retraite en paix au Cameroun, qu’il s’insère à la vie civile, à l’exclusion des bombardements de l’armée française. Mais si les choses se poursuivent ainsi, parce que les Anglophones, même fédérés, seront toujours incontournables dans la vie politique de ce pays, ils pourraient être parmi ceux qui n’accepteront jamais que M. Biya et sa famille vivent en paix un jour.

 

Propos recueillis par Ema Ingkoul (Cameroon Voice)

  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez