Cameroun - Jacques Fame Ndongo: «Le Pr Gottlieb Lobe Monekosso méritait un Prix Nobel»

Par Otric NGON | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 13-Jan-2018   6415
Jacques Fame Ndongo Capture d'écran
Décédé le 19 novembre 2017 à 84 ans, le Pr Gottlieb Lobe Monekosso, ancien directeur régional de l’OMS Afrique, sera inhumé ce samedi 13 janvier 2018 à Dibombari (Littoral).

L’ancien ministre de la santé a eu droit à un hommage scientifique et traditionnel mercredi et jeudi à Yaoundé et Douala. Occasion était ainsi donnée à ses anciens élèves et collaborateurs de lui rendre un dernier hommage. Cameroon Tribune en kiosque le vendredi 12 janvier 2018 a compilé quelques avis des personnalités qui ont côtoyé l’ancien ministre de la Santé publique.

Pr Lobe Monekosso (c) Archives

Pr Jacques Fame Ndongo, Ministre de l’Enseignement supérieur

«L’héritage que laisse le Pr Lobe Monekosso est incommensurable. Il était à lui seul une encyclopédie vivante au plan scientifique. Vu la fertilité de sa science et sa dimension internationale, il méritait le Prix Nobel. Nous continuerons de le faire vivre dans les hôpitaux et les amphis à travers ses enseignements et ses ouvrages. Ses élèves sont encore là et sont eux aussi devenus de grands maitres. Gottlieb Lobe Monekosso est ce personnage dont parle Birago Diop, disant que les morts ne sont pas morts. Il crédibilise nos amphithéâtres, valorise nos laboratoires. Il serait difficile de l’oublier».

Pr Pierre Carteret, ancien directeur du CUSS

«J’ai eu la chance de travailler avec le Pr Mosekosso lors de la création du CUSS. Je puis vous dire qu’il a joué un rôle déterminant dans la transformation de ma personnalité, mon perfectionnement d’enseignant universitaire. J’ai une grande admiration pour lui. Il était pour moi un grand frère qu’on affectionne, respecte  et cherche à imiter. Il m’a beaucoup apporté dans ma profession. Il a été un très grand chef et directeur du CUSS, 15 ans après sa création, j’ai toujours été en contact avec lui pour solliciter ses avis. Il m’a marqué par ses qualités personnelles, ses valeurs humaines, sa façon de diriger l’équipe, de faire confiance à ses collaborateurs, la maitrise qu’il avait. C’était une force tranquille, mais quelqu’un de très déterminé qui m’a appris à me maitriser».

Pr Lazare Kaptué, promoteur de l’université des Montagnes

«Monekosso est d’abord le fondateur du CUSS. Pour nous, c’était un homme extraordinaire, parce que quand on voit tout ce qu’il a pu faire pour mettre cette école sur pied, ce n’était vraiment pas facile. Il fallait quelqu’un de sa trempe pour réussir ce qu’il a  fait. Avec feu le Pr René Essomba, il s’est entouré une collaboration internationale pour fonder cette  institution. Sans ses multiples collaborations internationales, il n’aurait pas pu le faire. Nous sommes, je peux le dire, ses élèves, et nous avons le devoir de capitaliser ce qu’il nous a enseigné, pour que le Cameroun soit à l’avant-garde de la formation en médecine».

Auteur:
Otric NGON
 @OtricNgonCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez