Cameroun - Jean Pierre Bekolo (sur la crise anglophone): «Les années Biya ont fait des Camerounais un peuple porc-épic. Comme l’animal, les gens meurent en silence»

Par Otric NGON | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 10-Mar-2017   45442 7
Username:
Password:
Chesuh9810    62017-03-10 22:04
#1
My Francophone friends your hour of freedom is at hand. My advice to you is not to kill the soldier that is indirectly fighting for your liberation.The Southern Cameroons will banish France form the SC and thereby open the door for you to do same in LRC. When you will have chased the French out of your territory, create your own currency, you will have so much financial breakthrough that you will not need to look to SC oil to survive. You shall be self-sufficient.
No French man or French company will be allowed to do business in the SC without obtaining clearance from parliament. All lands and leases of land or oil leases granted to French companies will be terminated with immediate effect. Any Frenchman visiting the SC will need a special visa and will be placed under surveillance at all times. Any laws that trace their origin from the French civil law will be repealed and replaced. The French are Europeans, not Africans. Africa is for Africans. Let them go and do business In Europe with Germany or Spain.
      0
The Stratege    72017-03-10 20:08
#2
@ Cher Bekolo,
Vous les bamis, vous êtes tous des opposants même le petit frère du bon dieu le savait déjà avant la création.
Pour cette raison, les furieux défenseurs de la cause perdue vont guetter tes enfants, tes parents et tes frères et sœurs et leurs faire la peau.
Le serpent venimeux possède ses furieux qui, la nuit tombée, s'en charge des visionnaires de ton acabit. Alors, fait gaffe, surveille ton derrière.
      0
NYIANG   122017-03-10 15:53
#3
@Bekolo your analysis is pertinent and to the point. Its disheartening to observe the destruction the Biya/CPDM REGIME has done to this beautiful nation. Whether they want it or not Cameroon shall be free from this extended French rule soon
      0
Alternative21    212017-03-10 11:35
#4
Le monsieur là est très fort.
Vivement qu'il vienne nous sortir de cette porc-épicerie.
Lui-même compris? Non, il n'est pas camerounais. Ni africain. Même pas humain. C'est un extraterrestre.
      0
Ossas Nanga41    152017-03-10 10:15
#5
"Merci Nyamolô Jean Pierre Bekolo"

There you find another ignorant pretending a knowledge he cannot actually show.

Pour vous autres, très facilement on est un génie quand on dit ce qui va dans votre sens, on est un chien, un vendu dans le cas contraire. Tu es kmer et on est obligé de comprendre que nyamolô est un mot beti. Après ça, Bekolo va devenir l'équivalent de Mongo Beti. Mongo Beti n'était pas quelqu'un qui se prenait pour un kmer à part. Est-ce que Bekolo se voit comme un porc-épic, étant donné qu'il est kmer et francophone, selon ses propres catégories? «les années Biya ont fait des Camerounais un peuple porc-épic. Comme l’animal, les gens meurent en silence.»

Ton regard est un regard de prisonnier mental, comme beaucoup d'autres. Tu racontes tes bêtises là au nom de ta tribu?
      0
Stoph   282017-03-10 10:11
#6
Mr. Bekolo, the mad dog Man tara is coming. In a country where we have to lie if concerns anglophones yours will not be accepted. If you were in Cameroon, small fries like Man Tara will be paid to check out all the drinking spots or restaurants you frequent so that you must be elliminated for having dared to ask the KING to liberate his SLAVES.
There is no way to hide light.
      0
Agien Nyangkwe15    342017-03-10 08:54
#7
There you find another tall Beti like Mongo Beti, Marcellin Ngeule Abada, Claude Abe

Merci Nyamolô Jean Pierre Bekolo

J'espère que Mathias Eric Owona Nguini, Antoine Bell et leurs bandes ne vont pas vous taxer d'extrémistes
      0
Jean Pierre Bekolo Obama Le Monde
Pour l’auteur-réalisateur, au Cameroun, «l’heure n’est plus au bilan, elle est à l’organisation d’une transition démocratique. On ne peut plus attendre je ne sais quel messie pour faire ce travail à notre place».

Dans une interview accordée au journal français Le Monde et publié le jeudi 9 mars sur son site internet, Jean Pierre Bekolo Obama a été amené à se prononcer sur la crise anglophone qui secoue les Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun depuis bientôt cinq mois. Pour lui, pour comprendre la crise, il faut se replonger dans l’histoire de ce pays «créé» par les Allemands à la fin du XIXe siècle.

«La défaite allemande lors du premier conflit mondial a fait du Cameroun un butin de guerre que les Français et les Anglais se sont partagé. La crise anglophone actuelle démontre à quel point nous, les francophones du Cameroun, avons intégré le modèle colonial français et avons développé une psychologie de vaincus après une guerre de libération nationale que nous avons perdue à la fin des années 1960», explique le cinéaste.

«Le régime francophone a pris les armes de l’oppresseur français pour s’en servir contre les anglophones parce qu’ils ont osé remettre en question un modèle qui les a «francophonisés». C’est une guerre étrange qui a des fondements psychiques profonds. La crise anglophone et la francophonie du Président Paul Biya, qui cumule quarante et une années au pouvoir, sont le résultat de ce long processus historique. Cette histoire désastreuse ne pouvait laisser que des souffrances chez les anglophones», analyse Bekolo.

En tant qu’artiste, Jean Pierre Bekolo se considère comme un «radiologue de la société». En tant que tel, il déclare que «les années Biya ont fait des Camerounais un peuple porc-épic. Comme l’animal, les gens meurent en silence. Imaginez que, dans notre pays bilingue, des Camerounais reprochent tous les jours à d’autres Camerounais d’oser crier leur mal-être parce que leur identité anglophone n’est pas respectée. L’heure n’est plus au bilan, elle est à l’organisation d’une transition démocratique. On ne peut plus attendre je ne sais quel messie pour faire ce travail à notre place».

Interrogé sur sa contribution dans la résolution de cette crise, «elle passe par plusieurs canaux. Je parle à mes concitoyens, j’écris des articles, je tiens un blog et je fais des films, parfois sur des sujets brûlants. Mon film, Le Président. Comment sait-on qu’il est temps de partir ? (2013) n’est pas un portrait du Président Biya. C’est tout simplement une manière d’introduire la question de la fin de règne que les Camerounais, lui compris, n’osent pas aborder. Nous devons tirer les leçons de la fin désastreuse des longs règnes de Mobutu au Congo et de Houphouët en Côte d’Ivoire, pour ne citer qu’eux», affirme-t-il.

Auteur:
Otric NGON
 contact@cameroon-info.net
 @OtricNgonCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez