Cameroun: La Banque Islamique de Développement accorde un prêt de 43,4 milliards de FCFA au Cameroun

Par Géraldine IVAHA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 18-May-2017   1556 8
Username:
Password:
Muana Oli   12017-05-21 12:17
#1
Est-ce que quelqu'un comptabilise même tous les emprunts éffectués jusqu'à maintenant?
      0
Pepesoup   22017-05-19 14:49
#2
vous n'avez pas encore compris le sens des grandes réalisations et du plan d'urgences triénnal : plus d'emprunt plus d'obligations plus de crédit auprès des marchés. le cameroun post-biya ne sera pas différent de la grèce actuelle. vous pensez sincèrement que le cameroun a les moyens d'organiser un quadruple scrutin et une can entre juin 2018 et février 2019 je ne le pense pas on ira preter de l'argent. en rappel la grèce s'était permis le luxe d'organiser les jeux olympique en 2004 aujourd'hui elle n'arrive pas a payer les maudiques pensiens de ses retraités. Est ce que Biya sera là au dela de 2025 pour gerer cette situation? pour l'instant on nous chante que le taux d'endettement est modeste et maitrisé et on envoie Motaze preter de l'argent pour tout genre d'éléphant blanc Rendez-vous dans sept ans
      0
Pepesoup   42017-05-19 14:49
#3
vous n'avez pas encore compris le sens des grandes réalisations et du plan d'urgences triénnal : plus d'emprunt plus d'obligations plus de crédit auprès des marchés. le cameroun post-biya ne sera pas différent de la grèce actuelle. vous pensez sincèrement que le cameroun a les moyens d'organiser un quadruple scrutin et une can entre juin 2018 et février 2019 je ne le pense pas on ira preter de l'argent. en rappel la grèce s'était permis le luxe d'organiser les jeux olympique en 2004 aujourd'hui elle n'arrive pas a payer les maudiques pensiens de ses retraités. Est ce que Biya sera là au dela de 2025 pour gerer cette situation? pour l'instant on nous chante que le taux d'endettement est modeste et maitrisé et on envoie Motaze preter de l'argent pour tout genre d'éléphant blanc Rendez-vous dans sept ans
      0
Kaen20   62017-05-19 07:55
#4
A l allure la le pays cours droit vers la faillite
      0
Kaen20   62017-05-19 07:51
#5
Quel est ce governement qui ne fait que preter l argent?
      0
Jeffcolbert   152017-05-18 22:19
#6
Franchement...pourquoi les gouvernants du 237 vont tjrs emprunter les $$$$?
Rendez plus efficient les peages...c est tellement facile a automatiser
Organiser mieux la douane, transit
Structurer, rationaliser la fction publique...
Ils sont tellement incompetents...tjours ds les avions en train d aller quemander...
Qui va rembourser tt ca???
Pauvre 237
      0
Nzalang_Kmer   102017-05-18 19:38
#7
Avec tout l'argent du bizutage issu des péages routiers (qui n'ont pas lieu d'exister hors autoroutes) dont on ne sait à quoi il sert,

Avec tout l'argent qu'on nous vole à la douane, on va encore emprunter des sommes ridicules (1 seul ministre/DG détourne facilement 50 milliards de fcfa) dans le monde entier.

Comment va t'on nous respecter? Demandez aux ministres et DG de collecter ces sommes. Ce serait gratuit.
      0
Mfangmott    42017-05-18 18:30
#8
Vous avez bien choisi la photo
      0
Louis Paul Motaze Yaoundeinfos
Le premier prêt d’un montant total d’environ 18,16 milliards de FCFA porte sur la réalisation du projet de développement rural, et le deuxième accord d’un montant d’environ 25, 45 milliards de FCFA, concerne la mise en œuvre du projet de développement de la commercialisation de bétails et des infrastructures de l’élevage au Cameroun.

Le 17 mai 2017, à Djeddah au Royaume d’Arabie Saoudite, Louis Paul Motaze, ministre de l’Economie de la Planification et de l’Aménagement du Territoire (MINEPAT), a procédé à la signature de deux accords de prêts, d’un montant global de 72,7 millions de dollars US. Soit environ 43,58 milliards de FCFA. C’était en marge de la 42ème réunion annuelle du Conseil des gouverneurs de la Banque Islamique de Développement (BID).

Selon les détails revélés par Le Quotidien de l’Economie, le premier prêt d’un montant total de 30,28 millions de dollars US (environ 18,16 milliards de FCFA) porte sur la réalisation du projet de développement rural intégré de Chari-Logone. Le deuxième accord d’un montant de 42,42 millions de dollars US (environ 25, 45 milliards de FCFA), concerne la mise en œuvre du projet de développement de la commercialisation de bétails et des infrastructures de l’élevage au Cameroun.

Dans sa parution du 18 mai 2017, le quotidien souligne que Louis Paul Motaze s’est réjoui de l’appui apporté par cette institution à l’action conjointe que le gouvernement camerounais et certains partenaires mènent pour le redressement durable de la situation économique dans la région de l’Extrême-Nord, en général, et du département du Logone et Chari en particulier, victimes des exactions de la secte Boko Haram.

En ce qui concerne le développement de la commercialisation de bétails et des infrastructures de l’élevage, les activités à réaliser visent à contribuer au développement économique et à améliorer la sécurité alimentaire au Cameroun. Ceci à travers le développement des infrastructures zoo-sanitaires, apprend-on. Les 25,45 milliards de FCFA sont mobilisés via la technique financière islamique dite Ijara.

C'est un contrat d'achat dans lequel une institution financière achète un équipement ou une propriété et le loue en crédit-bail à une entreprise. L'Ijara peut prendre la forme d'Ijara-wa-Iqtina (crédit-bail avec promesse d'achat). Ce contrat est similaire à l'Ijara mais inclut une promesse d'achat du bien de la part du client à la fin du contrat. Enfin, une troisième variante de l'Ijara est l'Ijara avec Musharaka décroissante. Ce contrat peut être utilisé pour l'achat d'immobilier. La part de l'institution financière dans le bien loué diminue avec les paiements de capital que le client effectue en sus du paiement des loyers, l'objectif étant, à terme, le transfert de propriété du bien au client.

19,72 milliards de FCFA sur le montant sollicité par le Cameroun auprès de la BID sont financés à travers la technique financière Istisna. C’est un contrat d’entreprise en vertu duquel une partie demande à une autre de lui fabriquer ou construire un ouvrage moyennant une rémunération payable d’avance, de manière fractionnée ou à terme.

Auteur:
Géraldine IVAHA
 contact@cameroon-info.net
 @givahaCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez