Cameroun: La Banque Mondiale satisfaite des efforts du Gouvernement pour combattre les inondations dans l’Extrême-Nord

Par Otric NGON | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 21-Sep-2017   894 0
Username:
Password:
Inondations dans l'Extrême-Nord Archives
Au lendemain des inondations de 2012 qui avait dévasté les localités de la région de l’Extrême-Nord et causé le désarroi chez les populations, le Président de la République avait créé Projet d’urgence de lutte contre les inondations (PULCI), financé par la Banque Mondiale.

C’est pour apprécier la résistance des ouvrages d’art réalisés dans le cadre de ce projet qu’une mission conduite par la Banque Mondiale est descendue sur le terrain du 11 au 15 septembre dernier.

Au terme de cette visite conduite dans le département du Mayo-Danay, et plus exactement dans les arrondissements de Maga, Kaï-Kaï, Vélé et Yagoua, Pierre Boulenger, le représentant du Projet d’urgence de lutte contre les inondations (PULCI) auprès de la Banque mondiale, a dit toute sa satisfaction:

«Nous avons eu une bonne surprise. On est en avance par rapport au calendrier qui avait été remis au mois de juin. Nous encourageons toute l’équipe du Projet à continuer dans cette dynamique, question de réaliser les travaux prévus», a-t-il confié dans les colonnes de Cameroon Tribune en kiosque ce mercredi 20 septembre 2017.

Cette mission comprenait, apprend-on, outre les experts de la Banque Mondiale, la Mission de contrôle, les experts du ministère de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières, et bien d’autres administrations sectorielles.

Selon Marc Samatana, directeur général de la Société d’Expansion et de Modernisation de la Riziculture de Yagoua (SEMRY), le calendrier choisi pour effectuer cette visite n’est pas un fait de hasard, car il coïncide avec la période des hautes eaux qui, généralement, font frémir les populations riveraines.

Bien qu’aucune menace réelle ne se profile à l’horizon, l’équipe conduite par Pierre Boulenger a proposé à l’entreprise en charge de l’exécution des travaux, des dispositions à prendre sur les 17 points, dont 7,22 km de zones jugées très critiques et 942 m de berges présentant quelques menaces.

Ces points ont été détectés sur un linéaire de 63 km, partant du déversoir de Pouss, au point dit «station zéro». Les experts ont à chaque cas spécifique proposé au maître d’œuvre des mesures à prendre pour contrecarrer tout risque, rapporte Cameroon Tribune.

On se souvient encore que ce sont les fortes pluies de 2012 qui avaient amené le Chef de l’État à créer le PULCI qui aujourd’hui est en train d’épouser les contours d’un véritable outil de développement, non seulement pour les populations riveraines, mais pour tout le département du Mayo-Danay. C’est d’ailleurs ce qui explique la descente régulière de la Banque mondiale, bailleurs de fonds de cet important projet; question de veiller à ce que tous les travaux soient exécutés suivant les règles de l’art, note  le journal.

Auteur:
Otric NGON
 contact@cameroon-info.net
 @OtricNgonCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez