Cameroun: La Coalition citoyenne pour le Cameroun (COACIC) exige un dialogue inclusif pour «pacifier le pays» avant la présidentielle 2018

Par Frédéric NONOS | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 10-Feb-2018   3041
Reunion Coacic Coacic
La plateforme entend par ailleurs lancer dès la semaine prochaine l’opération « Révolution 2018 pour le Cameroun durable », pour réclamer un système électoral consensuel afin de garantir des élections transparentes et crédibles.

La COACIC est vent debout contre le regime Biya qui dit-elle, torpille la démocratie. La plateforme des partis politiques, des organisations de la societé civile et des personnalités independantes l’a une fois de plus exprimé le 7 fevrier dernier au cours d’une conférence à Douala. Elle reproche au pouvoir de Yaoundé, au lendemain des scrutins de 2011 et 2013 d’empêcher toute election juste et transparente, en dépit des suggestions à minima de l’opposition politique et de la societé civile, nécéssaires à l’ancrage de la démocratie.

Pour la COACIC, la création du Conseil constitutionnel, l’une de ses exigences reste insuffisant au regard de la situation sociopolitique et sécuritaire du pays à la veille des elections générales. La guerre contre  Boko Haram et la famine dans l’Extrême-Nord, les bandes armées centrafricaines qui écument l’Est, des mercenaires qui ménacent la stabilité du voisin équato-guinéen en passant par le Sud et la crise dans les deux régions anglophones avec une guerre de vanité entre l’armée et les indépendantistes, sont autant de crises qui imposent selon la COACIC, un dialogue franc et inclusif pour « pacifier le pays ».

Pour Bruno Deffo, président du Mouvement démocratique de conscience nationale (MODECNA) et coordonnateur de la COACIC, notre pays ne peut organiser des elections libres et crédibles dans ces conditions. Il faut, pense ce dernier, que le pouvoir apaise la situation en cessant de terroriser les populations des regions anglophones. Mais surtout en accédant aux désidératas du corps social et revendications des politiques. Sur ce dernier plan, la COACIC exige un système electoral consensuel et une indépendance d’Elections Cameroon (ELECAM), d’ici la fin de février courant.

Mais dès la semaine prochaine, promet Bruno Deffo, la plateforme va lancer l’opération « Révolution 2018 pour le Cameroun durable » avec le port de « la tunique de la liberté » tous les mercredis et samedis. En cas de refus du pouvoir d’ici la fin de l’ultimatum, réitère le coordonnateur de la COACIC, des marches seront initiées à travers les villes et les régions pour éxiger un dialogue inclusif et un code electoral consensuel avant la présidentielle. Sur la capacité de mobilisation, « des partis politiques et le peuple sont prêts à nous suivre », rassure Bruno Deffo.

Auteur:
Frédéric NONOS
 contact@cameroon-info.net
 @t_b_a
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez