Cameroun: L’ACDIC de Bernard Njonga dresse le classement des lycées les plus corrompus

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 07-Sep-2017   5455 2
Username:
Password:
PICACE   72017-09-08 16:49
#1
La société camerounaise va mal, très mal. Prenons l'exemple des dernières accusations d'ACDIC, si chacun essaie de demander les preuves des allégations, on va l'accuser de complicité active, au mieux passive. Alors par contre ceux qui sont indignés de telles pratiques sont accusés d'être des justiciers sans preuve, chantres de la justice populaire.
La.vérité est que la société est en panne. Ailleurs, ce groupe d'accumulation sont prises en main par le.procureur de la république qui instruit pour établir la a vérité. Au Camer, on attend que le dieu fait homme habitant Etoudi décide d'instruire. Comme le dieu d'Etoudi aime que ce qui est pourri. On attend et on attend encore que ça pourrisse pour agir. Forcément il y a décalage.
      0
Nyambarindon   62017-09-08 11:30
#2
Naturellement,les délégués départementaux aux enseignements secondaires ne sont pas au courant de ces pratiques!
Ni leurs supérieurs hiérarchiques,que sont les délégués régionaux aux enseignements secondaires
Ne parlons pas du ministre.Ni vu ni connu.Pas de preuves

En fait,seuls les parents,pauvres victimes savent ce qui se passe.

Les éternels souffre-douleurs des dirigeants et enseignants des établissements publics.
Chaque année,ils sont traits comme des vache a lait.Quand bien même ils n'ont même plus de lait,faute de pâturages..

On va faire comment!!!
      0
Bernard Njonga, président du CRAC Archives
Selon le journal Info Matin des proviseurs contestent ces accusations et auraient décidé de traîner l’ONG en justice.

Le 4 septembre 2017, jour de la rentrée scolaire au Cameroun, l’Association citoyenne pour la défense des intérêts collectifs (ACDIC) que dirige l'ingénieur agronome Bernard Njonga a publié un classement des lycées, CETIC et CETIF les plus corrompus de Yaoundé. Son enquête a été réalisée du 29 au jeudi 31 août 2017. Elle cible les lycées les plus corrompus de Yaoundé pour l’entrée en 6e, les plus corrompus pour l’entrée en 3ème ou en classe de seconde. Dans la première catégorie les proviseurs sont accusés de percevoir 75 000, 80 000, 100 000 et 150 000 Francs CFA pour chaque élève recruté.

Le dernier montant cité est le tarif appliqué au lycée bilingue d’Essos et au lycée de Nkolmesseng. Les prix pratiqués  dans la deuxième catégorie sont 50 000, 60 000, 80 000 et 150 000. Le dernier « tchoko » comme on l’appelle dans le rapport est celui pratiqué par le seul lycée technique de Nkolbissong. Les noms de chacun des proviseurs précèdent à chaque fois le nom de l’établissement et les montants exigés.  Il existe aussi dans ce rapport des classements de lycées les moins corrompus.

Les proviseurs des lycées indexés ne sont pas restés sans réaction. Le quotidien Info Matin dans son édition de ce jeudi 7 septembre 2017 indique qu’ils ont décidé de porter plainte contre l’ACDIC. Une information à laquelle l’ACDIC n’accorde aucun crédit. « On ne porte pas plainte dans un journal ! Tout le monde connaît le bureau de l’ACDIC, on peut se renseigner. S’il y a une plainte à déposer il faudrait qu’elle arrive au niveau de nos bureaux. Nous n’avons reçu aucune plainte », a contesté ce jeudi sur Radio Equinoxe  la secrétaire exécutive de l’ACDIC, Alice Priso.         

SUR LE MEME SUJET:


Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 contact@cameroon-info.net
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez