Cameroun: Le Gouvernement camerounais aurait-il menti au sujet des supposés «otages» Suisses et Italiens libérés par l’armée ?

Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 05-Apr-2018   24354
Les "ex-otages" lors de leur presentation a Yaounde le 3 Avril 2018 Facebook
L’agence de voyages qui a organisé le séjour des touristes européens dans la Région anglophone du Sud-Ouest a publié un communiqué pour contredire le ministre Issa Tchiroma qui a affirmé mardi 03 avril 2018 lors d’un point de presse à Yaoundé, que les touristes venaient d’être libérés des mains des ravisseurs sécessionnistes.

Rebondissement dans l’affaire des touristes suisses et italiens interpellés par des sécessionnistes qui mènent une lutte armée contre le gouvernement central pour l’indépendances du Sud-Ouest et Nord-Ouest, les deux Régions anglophones du Cameroun,

Dans la nuit du mardi 03 avril 2018, le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, a animé un point de presse dans les locaux du ministère des relations extérieures à Yaoundé.

Avec à ses cotes certains de ses collègues ministres et les Ambassadeurs de Suisse et d’Italie, Issa Tchiroma a déclaré sans détour que 12 touristes suisses et italiens enlevés dans le département de la Manyu, Région du Sud-Ouest, ont été libérés suite à une opération spéciale de l’armée camerounaise.

« Une opération spéciale menée dans la journée du 2 avril 2018 par nos Forces de Défense et de Sécurité dans le Département de la Manyu, a permis la libération de 12 touristes européens dont 7 de nationalité suisse et 5 de nationalité italienne… Ces touristes appartenant au « Groupe African Adventure » avaient été pris en otage par une bande de terroristes armés dans la localité de Moungo-Ndor, arrondissement de Nguti, Département de la Manyu, alors qu’ils se rendaient au site de « Twin Lakes » » avait expliqué le porte-parole du gouvernement.

En réaction, l’agence de voyage African Adventure Groupe dément la version des faits présentée par le ministre camerounais de la communication. Si cette agence confirme que le chemin des touristes a croisé celui d’un groupe de personnes armées, elle précise cependant que ses clients ont été simplement stoppés en un laps de temps, et ils sont repartis sans l’intervention de l’armée camerounaise.

«Le 2 avril, durant notre voyage au Cameroun sur un parcours ouvert à la circulation [...] nous avons été arrêtés par un groupe de personnes armées qui a effectué un contrôle de nos documents et véhicules [...] Notre négociation avec ce groupe nous a permis d’obtenir leur autorisation pour repartir [...] Peu avant notre départ, une patrouille des forces spéciales camerounaises est arrivée sur place[...] » explique Africain Adventure dans un communiqué traduit par nos confrères du journal français Le Monde.

Ce déballage de l’agence African Adventure Group, amène à espérer une nouvelle sortie médiatique du ministre de la communication.

SUR LE MEME SUJET:


Auteur:
Adeline ATANGANA
 contact@cameroon-info.net
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez