Cameroun: Le personnel du Centre Pasteur de Yaoundé dénonce les mauvaises conditions de travail depuis plus de 2 ans

Par Lore E. SOUHE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 13-Jan-2018   3603
Centre Pasteur de Yaoundé Archives
Les employés de ce centre réclament la restitution des carrières des techniciens de laboratoire, mais aussi la prime de transport et de logement.

Le 11 janvier 2018, le ministre du Travail et de la Sécurité Sociale (MINTSS), Grégoire Owona procédait à la remise des médailles d’honneur au personnel méritant du Centre Pasteur de Yaoundé. Au cours de cette cérémonie, le personnel de cet établissement en a profité pour dénoncer les mauvaises conditions de travail auquel il est soumis depuis plus de deux ans.

Il s’en est découlé une liste de revendications que les employés du Centre Pasteur n’ont pas hésiter à égrener devant l’assistance, par la voix de leur délégué du personnel. « Nous nous sommes plaints en pareille circonstance pour relever l’atmosphère de marginalisation qui plane dans le service que nous exerçons. Depuis là, en n’a changé. Par conséquent, nous réclamons la restitution de carrière des techniciens de laboratoire, le payement de la prime présidentielle du 6 mars dernier, la prime de transport et l’indemnité de logement », explique Abbas Moulliom.

S’il est évoqué la prime présidentielle dans ces revendications, c’est que cette dernière a suscité beaucoup de remous au sein du personnel du Centre Pasteur de Yaoundé.  En effet, le 6 mars 2017, le ministre de la Santé publique, André Mama Fouda avait publié une note y relative le 23 mars de la même année. Celle-ci demandait le recensement du personnel bénéficiaire de la prime du personnel médical et paramédical. Sauf qu’après le départ du Dr Suzanne Bellinga, directeur par intérim à l’époque des faits, le nouveau patron des lieux a estimé que le personnel n’est pas concerné par ladite prime, peut-on lire dans le journal.

Au vu de la situation qui prévaut et pour tenter d’apporter une solution à ce problème, Grégoire Owona dans son propos de circonstance a instruit deux mois pour que soit mise sur pied une plateforme de dialogue entre les deux parties. Même si, il faut le rappeller, le Centre Psteur de Yaoundé vit une situation économique précaire depuis plusieurs mois.

Auteur:
Lore E. SOUHE
 @loresouheCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez