Cameroun: Les Français Castel frères et Pernaut Ricard, ont ouvert une unité de production de Boissons, vins et spiritueux (BVS), le 7 décembre 2017 à Douala

Par Frédéric NONOS | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 08-Dec-2017   4220
BVS a Douala F. Nonos
D’un montant de 12 milliards de FCFA, l’unité qui emploie 174 employés, ambitionne de produire 10.000.000 de litres de vin par an au Cameroun et dans la sous-région Afrique centrale.

Une nouvelle unité de production de boissons, vins et spiritueux vient d’être ouverte au Cameroun. Elle a été inaugurée ce 7 décembre 2017 à Douala, par le ministre des mines, de l'industrie et du développement technologique (MINMIDT), Ernest Ngwaboubou, représentant du Premier ministre, Philemon Yang. Parrainé par ce dernier, suite à la présentation du projet au président de la République, le 19 mai 2016, le processus abouti de mise en place de cette unité, englobe plusieurs partenaires institutionnels, financiers et économiques: le MINMIDT, ceux du commerce, des finances ou encore l'Agence de promotion des investissements (API).  

Après 18 mois, Boissons, vins et spiritueux (BVS), nom de la nouvelle unité de production, a trouvé ses marques dans le paysage très restreint des entreprises du secteur agro-industriel du Cameroun. « 8 milliards de FCFA de chiffre d'affaires dans l'activité négoce, 10 milliards d'investissement, 3 milliards de FCFA de contribution auprès des PME partenaires locales, des parts de marché sectoriel de 10% », a détaillé Guillaume Sara, le Président Directeur général de BVS au cours de la cérémonie d'inauguration.

C’est que, le 25 novembre 2016, Castel frères et Pernaut Ricard, les deux géants français de la fabrication et la distribution des boissons, vins et spiritueux, obtenaient  auprès du gouvernement camerounais, une licence d'exploitation de 3 puis 5 ans, au profit de BVS, sa filiale camerounaise. Le nouveau projet, début de la phase ll du plan d'investissement BVS, marque, d'après Guillaume Sara « le point de départ de la vinification, assemblage et  embouteillage local des vins et vins aromatisés ». Le MINMIDT dira de son côté qu’il s’agit d’un « équipement de haute technologie qui encourage l'investissement, soutient le secteur privé, le secteur de l'agro-alimentaire, notamment ».  Ceci, conformément au Plan directeur d’industrialisation gouvernementale (PDI), avec la facilitation de la loi de 2013 sur les incitations à l'investissement privé.

BVS a ainsi investi depuis trois ans, 12 milliards FCFA pour les deux premières phases, toutes activités comprises. L’entreprise qui emploie 174 salariés, a en outre réalisé des contributions au titre des droits de douanes, cotisations sociales et impôts divers de 4 milliards FCFA. Elle vise désormais le marché sous-régional, zone Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) et la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC). Ambition, produire 10.000.000 de litres de vins par an, au Cameroun et dans la sous-région, et exporté  vers la même zone, 45% de sa production. BVS envisage par ailleurs développer, dans la 3eme phase de son programme d'investissement, la production de jus de fruits, la production vinicole à partir de la matière première locale et le développement des vignobles locaux.

 

Auteur:
Frédéric NONOS
 contact@cameroon-info.net
 @t_b_a
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez