Cameroun: L’Etat renforce sa sécurité dans la région de l’Est pour faire face aux incursions des bandes armées centrafricaines

Par Otric NGON | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 13-Apr-2018   2543
L'armée camerounaise au front contre Boko Haram Archives
Avec l’installation lundi dernier du Commandant Young Ewang Mesape à la tête du 16e Bataillon d’infanterie motorisée (16e BIM), le Cameroun renforce sa présence militaire le long de la frontière avec la RCA.

Longue de 797 km, cette frontière, située à l'Est du Cameroun et à l'Ouest de la République centrafricaine, fait l’objet de nombreuses incursions de la part des bandes armées centrafricaines, en l’occurrence la coalition Seleka et les anti-Balaka, qui sévit dans ce pays voisin.

En effet, les affrontements entre les groupes rebelles centrafricains perturbent la sécurité intérieure du Cameroun. Une situation qui se traduit par l’afflux des réfugiés au Cameroun, sauf que parmi les personnes qui fuient les affrontements, beaucoup sont armés de fusils et d’armes blanches.

C’est pour faire face à cette insécurité galopante que le 16e Bataillon d’infanterie motorisée a été créé, avec pour base à Garoua-Boulai, une ville du Cameroun située dans la région de l'Est et le département du Lom-et-Djérem, à la frontière avec la République centrafricaine.

«Les problèmes de sécurité qu’on enregistre dans ce pays voisin de temps en temps, ont tendance à avoir des répercussions à Garoua-Boulai. La création de ce bataillon d’infanterie motorisée participe de l’ensemble des mesures prises par le chef de l’Etat pour préserver notre pays de ces atteintes à l’ordre public», précise Grégoire Mvongo, gouverneur de la région de l’Est.

Nommé le 21 février dernier par le Président de la République, chef des armées, le chef du BIM, le Commandant Young Ewang Mesape, a été installé à la place des fêtes de Garoua-Boulai par le commandant de la 11e Brigade d’infanterie motorisée, le général de brigade Joseph Nouma.

«Je suis prêt à faire ce qu’on attend de moi. Garoua-Boulaï est une zone que je maîtrise très bien. J’ai passé deux ans à la frontière Cameroun-Centrafrique pour le compte des Nations unies et l’Union africaine», déclare le nouveau promu. Né il y a 38 ans, Ce dernier cumule seize ans de service militaire.

Auteur:
Otric NGON
 @OtricNgonCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez