Cameroun - Libération des prisonniers Beti: Selon le MANIDEM, la lettre des Patriarches du Mfoundi à Paul Biya est «politiquement scandaleuse dans le contexte socio-politique actuel»

Par Otric NGON | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 12-Sep-2017   1962 2
Username:
Password:
Nkolsasse   22017-09-12 15:35
#1
Le MANIDEM nous parle de tradition africaine,la quelle?
Bantous,
Afars,
Sommalis,
Kabylis,
.......
Ont ils adopté la même tradition,concernant la justice et le pardon?
Avec des cosmogonies divergentes,il est impossible d'aboutir à la même tradition,
vis à vis de la justice et donc le corollaire est le pardon!!
Et quand bien même on admet une éventuelle tradition africaine,serait il possible de
nous donner exactement le volet qui interdit le PARDON?
Les patriaches betis font parti des gardiens des traditions,protecteurs des fils et filles
de la nation EKANG.
A cet titre ils ont le devoir et obligation de venir en aide à chacun de leurs fille et
fils en difficulté.Quitte à rappeler leur poids politique,n'en déplaise à certains.
Si je ne me trompe,il me semble que les chefs traditionnels du SW avaient déjà
exprimé leur préoccupations concernant l'emprisonnement de chef Inoni!
Ce ci n'est nullement une mise en cause du système judiciaire camerounais
qui reste l'apanage de nos pseudo hommes politiques et les autoproclamés leaders
d'opinions.
Il n'y a pas de Cameroun sans nos nations,EKANG,BAMILEKE,BAMOUN,....
C'est ce que les patriaches BETI,vous rappellent.
      0
Educator   02017-09-12 14:34
#2
"Patriarches " 1 - 0 "MANIDEM".
It was a joke!... and if it wasn't it should have been treated as such!
      0
Anicet Ekane, militant du MANIDEM Archives
Le Mouvement africain pour la nouvelle indépendance et la démocratie (MANIDEM) estime que «le Kamerun n’est pas une juxtaposition de bantoustans, avec des élites villageoises et tribalistes».

Le MANIDEM vient de commettre une déclaration à la suite de la récente lettre des Patriarches du Mfoundi au Président de la République, Paul Biya. Dans cette lettre qui fait suite à la libération des prisonniers anglophones, et que Cameroun-Info.Net a relayé en exclusivité, les Patriarches Beti demandent au Chef de l’État d’étendre sa générosité aux prisonniers Beti qui séjournent depuis plusieurs années déjà en prison. Car, «l’unité et la paix du Cameroun ne peuvent se faire sans le Mfoundi et sans la région du Centre».

Pour le MANIDEM, cette lettre est socialement dangereuse pour le pays et politiquement scandaleuse dans le contexte socio-politique actuel. Ci-dessous la réaction du MANIDEM:

Auteur:
Otric NGON
 contact@cameroon-info.net
 @OtricNgonCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez