Cameroun - Lutte contre Boko-Haram: Plus de 300 ex-otages camerounais libérés des griffes des terroristes

Par Marie Louise SIMO | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 13-Nov-2017   2304
Rassemblement des otages libérés MINCOM
Retenus depuis plusieurs mois, ils ont recouvré la liberté au terme d’une action menée conjointement par l’armée camerounaise et nigériane dans le bastion de la secte islamique, Boko-Haram et pris en charge par le gouvernement camerounais.

Après un peu plus de 213 jours de captivité, 387 Camerounais, dont 157 enfants en âge scolaire,  ont échappé des griffes de la secte islamique Boko-Haram, qui sévit dans la région de l’Extrême-Nord Cameroun. Cette libération intervenue la semaine dernière,  a été possible, grâce à un assaut de l’armée camerounaise, en collaboration avec leur homologue  Nigérian  et l’appui  de la force multinationale mixte,  dans l’un des  bastions  de ce groupe terroriste.

Selon le sous-préfet de Mozogo, ces ex-otages sont arrivés par vague successive à Mozogo. Pour s’assurer de la fiabilité de leur nationalité, il souligne que deux enquêtes ont été menées, confirmant que «tous sont des Camerounais, originaires des villages du canton de Moskota». Ils séjourneront dans le camp de cantonnement en attendant que les pouvoirs publics trouvent un meilleur site pour les accueillir.

Le 06 novembre dernier, selon les sources sécuritaires,  le Bataillon d’intervention rapide (Bir) a mis la main sur quatre bandits spécialisés dans les prises d’otages dans la région du Nord Cameroun, avec ramifications à la Centrafrique et au Tchad. Au mois d’octobre, un groupe d’une dizaine de combattants de la secte islamiste Boko Haram, dont «un important leader» du mouvement, se sont rendus au comité de vigilance de la localité camerounaise de Tolkomari (Extrême-Nord).  Au mois de juin l'armée camerounaise a libéré 6 personnes dans la localité d'Amchidé. Le 15 mars dernier, 5 000 otages selon les sources officielles,  détenus dans des villages par ces islamistes   ont été libérés au cours d'une opération militaire d'une dizaine de jours menée par des forces ouest-africaines avec à la clé 60 terroristes tombés sur le carreau. Cette énième opération démontre à suffisance la menace permanente qui pèse sur le Cameroun, même s’il faut reconnaître que beaucoup d’efforts sont menés par le Cameroun et le Nigeria, pour contrer les attaques de cette  secte terroriste.

 Marie Louise SIMO

Auteur:
Marie Louise SIMO
 contact@cameroon-info.net
 @t_b_a
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez