Cameroun - Opinion: Le journaliste Abdelaziz Mounde demande à Rigobert Song de mettre son charisme et son aura « au service d’autres choses que ces salamalecs… »

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 04-Apr-2017   18797 10
Username:
Password:
Ossas Nanga   02017-04-06 14:27
#1
cette combine dictatoriale.
      0
Ossas Nanga   02017-04-06 14:26
#2
Son père est un des nombreux complices de cette combine dictatoriale. Il est arrivé en France avec la bénédiction de cette combine dictatoriale, au lycée. Il a laissé dans son pays l'image d'un fanfaron aux qualités intellectuelles moyennes, mais à la vantardise remarquable. Des élèves brillants sont aujourd'hui morts de cette combien dictatoriale. Lui est là, en train d'aboyer, de donner des leçons, avec la même vantardise de petit colibri bulu. Voilà le fruit de la combine dictatoriale qui a du mal à s'assumer. Un cerveau ramolli, étant donné que c'est un cerveau fabriqué au cœur de la combien dictatoriale.
      0
Man Tara   12017-04-05 20:02
#3
@Chef De Bois

"Cameroun: le long et lent processus de ramollissement des cerveaux par une interminable dictature

C'est quand même bizarre.. La dictature de Paul Biya parvient encore 35 années après à dissimuler sa grossière manipulation des masses"

Commentaire:

dans ta logique obtuse, tu refuses de prendre en compte un simple fait. LA MASSE A ETE MANIPULEE PENDANT 35 ans.
Une masse de 25 millionsde gens dont les plus intelligents se font appeles "Chef de Bois".
Et voila la ou tu chutes lamentablement.
Une "dictature" basee sur "une armee tribale", "incapable".

Hey, si tu trouves ta femme en trains de gemir de plaisir sous un homme et elle te raconte que l'homme en question est entrain de la v1oler, si tu la crois, c'est que le grand cerveau de Chef de Bois, est de bois
      0
Ossas Nanga   22017-04-05 12:45
#4
Moundé, la démocratie est le cadre qui permet de respecter les libertés publiques et privées, entre autres.

Je me demande dans quelle mesure le pays où tu vis, après toutes tes péripéties de sans kaolo, t'a déjà contaminé les comportements de respect des libertés des autres.

Bon sang! c'est ce journalisme de lézard dans les rigoles que tu offres aux gens! Le journalisme des paresseux, où tu es tellement occupé par ton nombril, tu baves d'avance sur ce que tu écris, que tu en es incapable de pouvoir et savoir te relire. Exerce déjà ton métier d'écrire, avec le même hemlé que Song et tu apporteras ta pierre à l'édifice, comme il l'a fait déjà, à sa place de footeux. Vos prétentions d'éboueurs de la France sont assommantes pour d'autres Camerounais.

"Avant ton départ, frémissait encore les suites de l'Affaire Koumatéké, tu sais, cette jeune camerounaise, qui n'a pas eu l'heur d'être transportée dans une ambulance comme toi, laissant sur le carreau, et sa vie, et ses jumeaux." Bande de crevards du clavier !
      0
Chef De Bois   102017-04-05 09:36
#5
Cameroun: le long et lent processus de ramollissement des cerveaux par une interminable dictature

C'est quand même bizarre.. La dictature de Paul Biya parvient encore 35 années après à dissimuler sa grossière manipulation des masses, comme on peut l'observer depuis quelques jours avec la campagne de remerciements orchestrée autour de l'ancien capitaine des lions indomptables M. Rigobert Song Bahanak.

Et il se trouve toujours des Camerounais qui traitent d'aigris, jaloux et bien d'autres noms d'oiseaux... ceux de leurs compatriotes qui refusent de marcher à cette combine dictatoriale, et appellent juste à la discrétion notre héros national sauvé de la mort par Paul et Chantal Biya, dans ce pays (le Cameroun) où faut-il le rappeler, des centaines de personnes ont perdu la vie dans une catastrophe ferroviaire le 21 octobre 2016 sans que la puissance publique daigne mobiliser autant de moyens financiers, de ministres, de médias officiels, d'enquêteurs indépendants ...afin d'aider notamment à la manifestation de la vérité sur sur ce drame, ou d'assister les nombreuses familles endeuillées (dont certaines ne connaissent toujours pas à ce jour le lieu de sépulture de leurs proches).

Bon sang de bois quel est donc l'ordre des priorités dans ce pays? Paul Biya a-t-il à ce point ramolli les cerveaux chez certains camerounais, au point où ils sont désormais incapables du moindre instinct de compassion, du minimum d'humanité ...Tout ce précisément qui fait ou faisait (encore) de nous des êtres dits sociables, parce que capables d'un certain discernement???

Quelle tristesse.
      0
Garoua   52017-04-05 09:27
#6
interprétation des remerciements de Song :
" Quiconque ne connais personnellement le président de la république, tu mourra de son AVC au Cameroun"

même si on es ancien joueur professionnel avec tout les moyens et l'aura qui va avec !

de toute façon le mot "égalité" n'est pas de notre devise.
      0
Paix Travail Patrie   132017-04-05 05:10
#7
Comme ils aiment les tattoos la. Quil se tattooe une fois le noms de popol et chantou sur son visage nor. La on va confirmé sa pleine gratitude.
Bande de danseurs de soukouss presidentiel
      0
Mfangmott   192017-04-04 23:07
#8
Man Tara renonce a comprendre. Renonce . c est trop compliqué pour toi
      0
Man Tara20    62017-04-04 22:19
#9
"Le rôle du président de la République n'est pas de " sauver la vie ", de deux ou trois amis, " d'opposants " mal en point, figures ou légendes, mais de tout faire, je dis bien tout, pour améliorer les conditions de vie de ses compatriotes"

C'est des articles comme celui-ci, qui pretendre taire toute personne qui ne pense pas dans la ligne de haine comme eux, qui me rendent furieux.

D'apres ce journaliste (quel est le role du journaliste, tu as sans doute oublie), personne n'a le droit d'etre reconnaissant au president.

Dans quel livre saint , dans la constitution de quel pays, de la bouche de quel prophete a-t-il eu cette prase qu'il veut nous imposer comme un dogme absolu.

Oui, oui, les gens qui ne comprennent rien a rien vont encore nous dire que Man Tara vient defendre le President.
Il n'existe dans ce post, aucune phrase qui defent le president.
Aucune. si oui relevez-la.
Tut juste si je veux defendre Nsong pour avoir le droit absolu de remercier qui il pense l'avoir aide dans une situation difficile.

Surtout cette affirmation absurde qui n'est inspiree que par la haine d'un homme, haine qui vous donne des ecailles, chaque fois que vous pensez que quelqu'un n'a pas verse dans votre haine contre lui.

Dans notre village on dit que la haine n'est pas contagieuse.
Haissez Biya, medites contre lui, mais laissez-nous autres tranquilles si on ne sent pas la meme animosite contre lui.
Je peux critiquer le president si cela me dit, mais ne me frorcez pas a le hair.
C'est pour ca que je vous appelle "LOOSERS"
      0
Bobolofiang   132017-04-04 19:44
#10
Yes! Si seulement il pouvait comprendre.
      0
Rigobert Song Bahanag sur le plateau du 20H 30 sur la CRTV - 2 avril 2017 Capture d'écran
Le journaliste Abdelaziz Moundé n’a pas aimé l’expression de gratitude manifestée au couple présidentiel du Cameroun par l’ancien capitaine des Lions indomptables du Cameroun, Rigobert Song Bahanag. Dans une lettre qu’il adresse au footballeur à la retraite via sa page Facebook le 2 avril 2017, notre confrère se dit content du sort heureux qui est celui de l’ancien international.

Il lui demande d’œuvrer pour égalité dans les soins médicaux. « Très content pour toi, je souhaite que tu comprennes qu'il ne sert à rien d'être heureux dans un îlot de privilégiés au milieu d'un océan d'injustices en matière de santé et que tu t'investisses, tout aussi ardemment qu'en compétition, pour la mise en place de l'assurance-maladie au Cameroun ! », suggère Abdelaziz Moundé.

Le journaliste estime que « Magnan » a eu de la chance. Plus de chance que d’autres Camerounais dont il cite les noms. « De l'AVC, ont péri Guy Lobé et des tas d'autres. Ceux-là qui n'avaient ni le portable du Couple présidentiel ni ta gloire, encore moins les bons réseaux. Comme ils sont nombreux aussi, ceux qui comme Ibrahim Bello à Ombessa et le personnel de ce centre médical " outrageusement sous-équipé ", pour reprendre les termes d'un confrère, auraient aimé bénéficier juste d'un lit d’hôpital normal à la place d'un lit de microbes et de misère », écrit l’ancien du quotidien Mutations.

il soutient que ceux qui ont la charge du système de santé et de la gestion de l’Etat pensent qu'il ne sert pas à grand chose de doter les hôpitaux camerounais, de plateaux techniques fiables, de haut standing et utiles à tous, tant qu'ils ont la possibilité d'être évacués à Neuilly en France, en Suisse, en Allemagne ou aux Etats-Unis, en cas de pépins.

Et de poursuivre : « alors, ce sera un autre tube à la mode comme celui que tu viens d’exécuter : " Je remercie le Couple..." Je te savais bon faroteur mais moins adepte d'atalaku. Ton charisme et ton aura peuvent servir à bien d'autres choses que ces salamalecs qui deviennent pesants : pourquoi pas Rigobert Song, ambassadeur de la couverture-maladie universelle au Cameroun ? Crois-moi, voilà une cause aussi honorable, digne et sans flagornerie inutile que les belles victoires des Lions », conclut-il.

 

Voici dans son intégralité la lettre ouverte d’Abdelaziz Moundé à Rigobert Song Bahanag

 

CHER RIGOBERT SONG...

Le rôle du président de la République n'est pas de " sauver la vie ", de deux ou trois amis, " d'opposants " mal en point, figures ou légendes, mais de tout faire, je dis bien tout, pour améliorer les conditions de vie de ses compatriotes ! Très content pour toi, je souhaite que tu comprennes qu'il ne sert à rien d'être heureux dans un îlot de privilégiés au milieu d'un océan d'injustices en matière de santé et que tu t'investisses, tout aussi ardemment qu'en compétition, pour la mise en place de l'assurance-maladie au Cameroun !

Rien à dire, rien à faire, tu es un as ! Ah oui ! Jamais avant ton épopée en équipe nationale, toute en bravoure, moments palpitants et performances historiques, le Hemlé, cette savoureuse expression en bassa, signifiant à la fois courage, audace et hargne, n'avait autant fait florès. Eh bien ! avec bonheur, elle fait partie de notre précieux dictionnaire des expressions camerounaises.

Et puis, ce frisson et cette fougue de l'apprenti-reporter que j'étais à Mutations en 2000 ! Quelle houle de joie dans la salle de rédaction, lors de cette finale de Can où sous le soleil radieux de la victoire des Lions indomptables au Nigeria, douze ans après sa victoire marocaine en Coupe d'Afrique des Nations, se tissait le fil de ta légende.

Je peux donc comprendre cette liesse et ces débordements de joie qui accompagnent ton retour tout autant que ton départ, il y'a quelque temps, pour une évacuation sanitaire en France, après un AVC, bien moins joyeux que le but victorieux de Vincent Aboubakar, résine de notre cinquième étoile en Can au Gabon. C'est un bonheur que tu sois revenu, en meilleure forme, prêt à reprendre ton boulot et continuer à rendre de précieux services.

Comme j'aurais aimé que beaucoup, que mille compatriotes aient ta chance. Parce que t'en a capitaine. De l'AVC, ont péri Guy Lobé et des tas d'autres. Ceux-là qui n'avaient ni le portable du Couple présidentiel ni ta gloire, encore moins les bons réseaux. Comme ils sont nombreux aussi, ceux qui comme Ibrahim Bello à Ombessa et le personnel de ce centre médical " outrageusement sous-équipé ", pour reprendre les termes d'un confrère, auraient aimé bénéficier juste d'un lit d’hôpital normal à la place d'un lit de microbes et de misère.

Comme j'aurais aimé, et certainement tant d'autres Camerounais, que ce système suranné, défraîchi- tels les privilèges royaux en France avant la Révolution ou en Russie avant la chute du tsar -, de la sollicitude à tête chercheuse du Couple présidentiel quand il s'agit des évacuations, appartienne à notre passé. Oui, que toutes ces décisions discrétionnaires soient rangées au musée des caprices du Prince.

Avant ton départ, frémissait encore les suites de l'Affaire Koumatéké, tu sais, cette jeune camerounaise, qui n'a pas eu l'heur d'être transportée dans une ambulance comme toi, laissant sur le carreau, et sa vie, et ses jumeaux. A ton retour, la presse, Cameroon Tribune, journal des bonnes nouvelles du Gouvernement, figure en Une, le fronton de la belle bâtisse d'Obak dans la Lékié, abritant un centre d'excellence en ophtalmologie. Mais crois-moi, face à l'ampleur des dysfonctionnements, de nos manques, de nos retards et incuries, malgré mille efforts, il s'agit d'une poudre aux yeux.

Pourquoi ? Mon cher, demain, hélas, un autre baron du régime, une gloire du foot en cour à Etoudi, une personnalité de l'opposition à l'article de la mort, fera recours au " très haut " sur nos terres pour une évacuation. Explication simple : ceux qui ont la charge de notre système de santé et de notre Etat pensent qu'il ne sert pas à grand chose de doter nos hôpitaux, bref notre système de santé de plateaux techniques fiables, de haut standing et utiles à tous, tant qu'ils ont la possibilité d'être évacués à Neuilly en France, en Suisse, en Allemagne ou aux Etats-Unis, en cas de pépins.

Alors, ce sera un autre tube à la mode comme celui que tu viens d’exécuter : " Je remercie le Couple..." Je te savais bon faroteur mais moins adepte d'atalaku. Ton charisme et ton aura peuvent servir à bien d'autres choses que ces salamalecs qui deviennent pesants : pourquoi pas Rigobert Song, ambassadeur de la couverture-maladie universelle au Cameroun ? Crois-moi, voilà une cause aussi honorable, digne et sans flagornerie inutile que les belles victoires des Lions.

 

 

 

                                                                  

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 contact@cameroon-info.net
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez