Cameroun - Opinion: Le problème anglophone pourrait devenir le nouveau Boko Haram

Par David Abouèm à Tchoyi | Correspondance
YAOUNDE - 10-Jan-2017   29767 151
Username:
Password:
Oceane    02017-01-17 09:39
#1
Goodman,

bonne année à toi et aux tiens. Et merci pour ma santé, qui va de plus en plus mieux.


Tu es Français , pourquoi dire "chez nous en Afrique " ?
      0
Man Tara   12017-01-16 17:45
#2
@Moh Manyu

You said this:

" Vavava you did not study Historic at the University so allow those who did"

I for one, am sick and tired with people telling us that history should run this country.
Ou country is not a history dissertation.
This is a country we are called upon to build, Not recite.
Whatever happened in the past is gone.
Whether we sold each others to the Europeans, is no longer irrelevant.
Whether tour history is full of tribal wars or we used to eat one another,
Whether Ahidjo tricked Foncha, I just do not care.
Whether this part annexed that part is no consequence.
We are one country.
If we cannot build it to a prosperous nation will be our failure, not the ability to recite.

And I can tell you this, you, the history champions are on the wrong side of history (no pun intended) because, You are not going to tir this country apart.
If Biya happens to make the mistake, from weakness, you are going to see us sending soldiers over the other side of the Mungo, 5, 10 or 15 years from the date that happens.
Believe you me. Sometimes unifying a country requires war.
Ask Otto Eduard Leopold von Bismarck, the Prussian statesman who directed Puttkamer to create Kamerun. that has become Republic Of Cameroon
It's going to be an occupation, if that is what you guys want.
Pure and simple
      0
Goodman   02017-01-15 08:38
#3
Oceane bonne annee 2017
Chez nous en Afrique apres etre partie pour longtemps, quand on revient faut saluer d'abord..
Une fois quand tu n'etais pas la on a cherche a savoir si tu n'etais pas malade
Manques-tu d'humilite? C'est l'humilite qui est la vraie grandeur...
      0
Oceane    02017-01-14 20:17
#4
Vavava, Adama, Goodman, "The book of Negroes" France O. Je viens de le découvrir, c'est une série.
      0
Moh Manyu   12017-01-13 22:54
#5
@ Vavava, the Kumba-Mamfe road constructed in 1971 was not a good road! It faded out after two raining seasons as our parents told us!! Now yes, Mamfe-Kumba is under construction!!
How can nickname your Lecturers' Fanfaron'? None of the Government Bilingual High Schools is uniform so your former Principal of Lycee Bilingue de Yaounde coming from the North-West is normal!!
@ Vavava you did not study Historic at the University so allow those who did it to inform us! Having a passion to something is not a guarantee to come forth with proofs!!
Next time, while in Cameroon visit the West Cameroon and pay close attention to everything!!
      0
Moussoungedi   22017-01-13 19:14
#6
Bernard Fonlon, “We Make or Mar”, Abbia, March 1964 quoted in Negotiating Anglophone Identity: A Study of the Politics of Recognition and Representation in Cameroon

The two specimens of culture that are met in the country today are not of equal strength. The Anglo-Saxon is weaker, and this, for obvious reasons. The result of this many-sided inequality is that in this federation… the power to introduce policy, to shape the course of events in things political, economic, social and cultural lies, to all intents and purposes, entirely in the hands of East Cameroonians.
In three years of unification, sundry uses and institutions, thanks to articles five and six of the federal constitution, have now come from East to West. Furthermore, in the West Cameroon, they now drive on the right, the franc has replaced the sterling as legal tender, the school year has been streamlined to fit that of the East and the scientific metric system has now replaced the unwieldy British measures.
      0
Moussoungedi   22017-01-13 19:13
#7
Suite et Fin
But I have searched in vain for one such use or institution brought into the East through West Cameroon. Outside its own federal frontiers, the influence of West Cameroon is practically nil. Therefore, unless the East Cameroon leader and intellectual in whose hand cultural initiative lies, is prepared to share this authority with his brother from West of the Mungo, unless he is prepared to make the giant effort necessary to break loose of the straight-jacket of his French education, unless he will show proof of his intellectual probity and admit that there are things in the Anglo-Saxon way of life that can do this country good, there is little chance of survival, neither for the English influence, nor even for African values in the Federal Republic of Cameroon.
With African cultures moribund, with John Bullism weak and in danger of being smothered, we will all be French in two generations or three.
      0
Wahsih Ike   42017-01-13 18:04
#8
Je suis tombé par hasard sur les mémoires d’un Britannique qui faisait partie de l’équipe désignée par le Ministère des Affaires Coloniales pour mener à bien le plébiscite dans la partie septentrionale de l’ancien British Northern Cameroons. Il dit dans ledit mémoire que exceptions faites de quelque villages kanouri la plupart des gens ont voté selon les consignes à leur données par leurs chefs tribaux. Le taux d’alphabétisation dans les collectivités au sud des plateaux Mambila étant très faible, les deux couleurs du scrutin furent de noir (l’intégration avec le Nigéria0 et du rouge (pour la réunification avec la République francophone du Cameroun). Face à un tel choix, les dés étaient déjà jetés. Au Cameroun occidental, c’est grâce aux femmes que les Britanniques n’ont pas pu tricher. Elles ont exigé que les suffrages soient remis aux observateurs de l’ONU. Vois-tu que tes frères et soeurs anglophones n’ont ménagé aucun effort pour qu’il y ait la Réunification entre les deux Cameroun! Voilà les genres de détails qu’il faut enseigner aux jeunes Camerounais. Il en est de meme de l’apport des Ghanéens sur la réunification du Cameroun sur fond de grand schéma du panafricanisme. Veux-tu me dire que les plantons de la France métropolitaine sont subitement devenus les panafricanistes ?
      0
Wahsih Ike   32017-01-13 17:59
#9
@ Medge2006

Bien dit!, Frérot !
Toutes les sources que Vavava nous cite sont celles de la documentation officielle française. Autrement dit, des documents d’authenticité douteuse de par ses commanditaires. Notre frère veut nous laisser entendre que son histoire du Cameroun postcoloniale est celle écrite par les Français ou ses préfets et sous-préfets de peu noire.

@ Vavava

Comme Moh Manyu nous a dits dans un post relativement récent et ce sur un autre fil, il n’y a pas de consensus en ce qui concerne l’histoire du Cameroun depuis les indépendances en 1960 et 1961. C’est pour cette dernière raison que l’histoire enseignée dans les sous-systèmes éducatifs francophone et anglophone est différente à plusieurs égards. Je t’avais demandé de me dire si le Grand Camarade pouvait nommer un PM et les membres de son gouvernement dans l’ancien Cameroun Occidental sans l’aval du parlement dudit territoire ? Celui-ci comprenait deux chambres, à savoir l’assemblée régionale et la House of Chiefs avant l’avènement du parti unique en 1966. La réponse est non car c’est le parti majoritaire à l’assemblée régionale qui formait le gouvernement du jour et non le Président Ahidjo. Au moment où je faisais la licence en Sciences Humaines à l’université de Yaoundé ce sont les professeurs anglophones qui enseignaient l’histoire du Cameroun de 1954 à 1979. Tant que Vavava ne me balance pas les œuvres émanant de Fai Chem-Langue, V Fanso, F Elango et le prof d’histoire Levesque (citoyen américain de souche canadienne) qui a enseigné à l’université de Yaoundé pendant 3 ans dans les années 1970 / 1980.
      0
Moussoungedi   42017-01-13 17:40
#10
@Mr. Vavavava I challenged each one of the premises you used to sustain your thesis that British Southern Cameroons was a God-forsaken wasteland before unification. In your reaction, you failed to match my facts and arguments. You preferred rambling on emotionally and citing Neo-colonial authors like Bayart. You deliberately misquoted Piet Konings and Francis Nyamnjoh. Why did you leave out: Emmanuel Fru Doh, Ndlovu-Gatsheni et al, Martin Ayong Ayim, Emmanuel Konde, etc. They are all on google for you to see.
You remind me of the agents provocateurs, who pervaded the University of Yaounde campus in my days there. Ramble on, you'll never hear from me again. But remember that Cameroon is a legacy of history. In trying to understand it, we let you mess it up. Never again, will you people toy with Cameroon's destiny and get away with it. We are now determined to rightfully make the most of this country and no one will hold us back.
      0
Sphere   32017-01-13 17:25
#11
Monsieur VAVAVA
nous ramènes sans cesse les archives de son conseiller des ministres en communication de la Post-Colonie qu'il oppose aux propos des acteurs de la période coloniale.
Naturellement, lui qui demande aux autres de faire des recherches n'a trouvé matière à information que dans les archives de la France ou Pro-France.(bref dans une documentation dans laquelle nos martyrs sont traités de maquisards).
C'est l'histoire de celui qui va s'abreuver dans la source littérature Afrikaners en Afrique du sud et reviens te raconter l'histoire de l'apartheid.
      0
Moussoungedi   42017-01-13 17:19
#12
@Mr. Vavavava
"Moussoungedi,vous en faites un peu trop avec vos amis.
Non seulement vous êtes vulgaire et ordinaire,mais en plus avec votre argumentaire sommaire ,parcellaire et lacunaire,vous semblez atteint de psychose déficitaire.
Vous n'apportez aucun élément probant,ni vos amis sectaires pour soutenir vos idées lunaires. J'ai bien peur que l'instinct grégaire qui vous anime ne vous transforme en sicaires au vu de vos positions totalitaires. C'est le "sauveur" imaginaire avec des thèses réactionnaires qui parle? Vous pensez peut-être qu'une confession auriculaire vous absoudra après- coup?"
What can a sensible person say to this? You throw insults, threats, accusations at me with so much rage just because I contradicted you? Evidently, you can't stand contradiction.
      0
Megde 2006   32017-01-13 15:57
#13
" archives francaises " , bien entendu .

Et si vous nous parliez maintenant de l´apport du West Cameroon à la République . Le pétrole par exemple , vos archives sont muettes là-dessus . Allez , soyez généreux comme tout à l´heure , balancez-nous les chiffres !
      0
Megde 2006   42017-01-13 15:50
#14
Une toute petite question M. Ava Ava . Avec quel pays la France signe-t-elle en premier ses accords de coopération ?

Et puis je vous trouve très beau là , quand vous vous essayez à la petite pratique habituelle de diviser ( le Nord-Ouest et le Sud-Ouest en l´occurence ) pour mieux assujettir ...

Vos archives francais vous ont abrouti , Monsieur !
      0
Vavava   12017-01-13 12:20
#15
Moussoungedi,vous en faites un peu trop avec vos amis.

Non seulement vous êtes vulgaire et ordinaire,mais en plus avec votre argumentaire sommaire ,parcellaire et lacunaire,vous semblez atteint de psychose déficitaire.

Vous n'apportez aucun élément probant,ni vos amis sectaires pour soutenir vos idées lunaires.

J'ai bien peur que l'instinct grégaire qui vous anime ne vous transforme en sicaires au vu de vos positions totalitaires.

C'est le "sauveur" imaginaire avec des thèses réactionnaires qui parle?

Vous pensez peut-être qu'une confession auriculaire vous absoudra après- coup?

Pour ma part je n'accepterai pas la manipulation de l'histoire à des fins inavouées.

Apportez des documents, proposez des livres à lire,servez des raisonnements qui tiennent la route....

On saute plutôt,voire on s'accroche sur toute personne qui abonde dans le sens qui nous intéresse sans fournir le moindre document historique ou crédible.
      0
Vavava   42017-01-13 12:19
#16
Après Abouem à Tchoyi ,le dernier hurluberlu c'est le pisse-copie Soboth.

Vous parlez même de votre ancien patron de la Cameroon Bank.

Est-il difficile de brandir un document signé qui atteste que dans les accords pré-plébiscite,Ahidjo s'est engagé à ne jamais toucher à la forme de l'Etat?

Ses interventions que j'ai citées dans d'autres posts montrent tout le contraire.

On veut nous faire croire qu'aucun des dirigeants de l'ex-Cameroun occidental n'a des documents écrits,dûment signés qui prouvent qu'il y a eu duperie?

Vous croyez à ce genre de fadaises pour une affaire aussi cruciale?

Pourquoi la partie anglophone n'a pas dit on arrête tout?

Pourquoi vouloir nier que des efforts ont été fait par l'Etat camerounais et donc les francophones dans cette partie du pays qui était très arriérée du fait de la négligence des british?

Si vous êtes si intéressé par le sujet,arrêtez de vous lire et lisez également les autres qui ont un avis différent que le votre sur le sujet et vous me direz ce que je pense de cette question.

Voilà six ans que je demande à Atem les sources de ses âneries?

La seule réponse c'est que nous connaissons notre histoire.

J'attends toujours qu'on me la donne.
      0
Vavava   22017-01-13 12:18
#17
Ok si ça peut vous faire plaisir :l'Etat unitaire a créé le collège national d'agriculture de Bambili par haine des anglos;le centre du développement communautaire de Kumba,le building training center de Kumba;le collège national coopératif de Bamenda....

Comme dit Michel Prouzet dans "Le Cameroun" commis en 1974 pages 300-302:"Les régions de l'ouest anglophone ont également bénéficié d'aides publiques.Celles-ci ont permis notamment la réalisation en 1971 des routes Douala-Tiko et Kumba -Mamfé et la modernisation des plantations exploitées par la CDC.Elles ont permis encore d'élever le niveau de vie des fonctionnaires et des agents publics travaillant au-delà du Mungo.Lors de la constitution des cadres de la fonction publique,les échelles de rémunérations en vigueur au Cameroun Occidental ont été ainsi assimilées à l'échelon indiciaire tel qu'il était défini au Cameroun Oriental,c'est-à-dire par référence au traitement de base auquel s'ajoutent les diverses indemnités qui foisonnent dans ce système d'inspiration française.(Là personne n'a parlé de sa spécificité british pour refuser.)En outre,l'effort financier en faveur des fonctionnaires et agents publics,s'est accompagné de subventions exceptionnelles fédérales au profit du Cameroun occidental.(c'était certainement du mépris de Yaoundé).Celles-ci se sont ajoutées aux subventions normales,versées en compensation des droits d'entrée et de sortie perçus uniquement au profit du budget fédéral;et sur ce point les deux anciens Etats fédérés ont eu les mêmes avantages financiers...(alors que le Cameroun oriental était trois fois plus nombreux:quelle discrimination négative!)"
      0
Vavava   12017-01-13 12:18
#18
Certaines années budgétaires comme 1969-1970 ou 1971-1972 le Cameroun oriental n'a même pas reçu de subvention contrairement au Cameroun occidental.C'était certainement dans le but de détruire le Cameroun occidental.C'est tout simplement comme l'a souligné Ahidjo lors de son discours à l'Assemblée nationale avant le référendum,que le West Cameroon ne pouvait s'en passer contrairement au Cameroun oriental et que malgré cela il ne s'en sortait toujours pas.

Emile Mbarga dit d'ailleurs dans "Evolution du Cameroun en 1972, le Référendum du 20 mai 1972 et la formation de la RUC" ;Revue juridique et politique indépendance et coopération,juillet-septembre 1973,page 376:"la politique et développement privilégié du Cameroun Occidental a été conçue et appliquée en vue de convaincre le simple citoyen, le fonctionnaire et le travailleur de l'Etat occidental des bienfaits d'une intégration nationale de plus en plus étroite par l'atténuation de plus en plus sensible des disparités sociales de part et d'autre du Mungo."

Vous nierez aujourd'hui que l'UNC est issue d'une fusion entre l'UC d'Ahidjo et le KNDP de Foncha en tout accord entre les parties?

Le jeu auquel beaucoup se prêtent risque d'ouvrir la boîte de Pandore.

Souvenez -vous des suites de la" Déclaration de Buéa "de l' AAC transformée par la suite en SCPC en 1993.
      0
Vavava   12017-01-13 12:17
#19
Piet Konings dans "Le Cameroun dans l'entre-deux" dit ceci à la page 33:"Comme son prédécesseur,le régime actuel a utilisé les contradictions existantes entre élites du Nord-Ouest et du Sud-Ouest pour les diviser en nommant des ressortissants du Sud-Ouest à des positions clés dans leur province.Les alliés anglophones du pouvoir ont condamné les appels "démagogiques et irresponsables" des responsables du mouvement tout en contestant leur qualité de "porte-parole" de la communauté anglophone.

(je crois que vous avez bien lu le maire Patrick Ekema Esunge)

Ainsi,certains représentants de la South-West Chiefs Conferences et de la SWELA(South West Elites Association),proches alliés du régime au pouvoir ont tenté de dissocier la province du Sud-Ouest des délibérations de l'AAC et de la déclaration de Buéa.Les brutalités des forces de l'ordre dans le Sud –Ouest pendant la campagne anti-contrebande de 1993 a divisé la SWELA fondée en 1991 pour promouvoir la province et combattre la domination du Nord-Ouest.Le groupe des "barons" du RDPC,comme Emmanuel Egbe Tabi,Peter Agbo Tabi,Joseph Takem et Ephraïm Inoni ainsi que d'importants chefs comme Endeley et Mukete militent pour la "ten states option" qui sauvegarderait l'autonomie du Sud-Ouest...."

Il y a un malaise anglophone indéniable,mais il y en a aussi d'autres.

Ne pas voir dans la globalité,c'est-à-dire le Cameroun tout entier ,mais plutôt stigmatiser tout ce qui est francophone,renier et falsifier l'histoire est une erreur stratégique qui sera tôt ou tard exploitée par un pourrissement.
      0
Vavava   22017-01-13 12:16
#20
Allez ,les anglos sont bons, les frogs mauvais ,sauf ceux qui vont dans votre sens.

Vous êtes content maintenant?

Il y a beaucoup de bricoleurs qui aiment entendre.

Il faut être sûr qu'on a les épaules larges quand on veut jouer les condescendants.

Vous voulez que je vous dise que j'ai achevé mon cycle secondaire à la fin des années 1980 au lycée bilingue de Yaoundé alors que Ntumngong en était le proviseur?

Savez-vous si j'en suis sorti avec un GCE-A Level où un baccalauréat?

Vous voulez que je vous dise que Bipoun Wum a été mon prof de droit constitutionnel?

Que j'ai eu comme prof Aletum Tabuwe?

Que j'ai subi les cours du rigolo Carlston Anyangwe?

Que j'ai vu chez mon père Achidi Achu,Humphrey Muna,John Monekosso,Victor Anomah Ngu,Peter Essoka,Mbassi Manga...

Que j'ai un très proche qui a travaillé avec Nzo Ekangaki,Dorothy Njeuma....

Que j'ai connu une fille Chongwan Awunti qui a d'ailleurs eu à venir chez nous?

Que je connais la famille Eko Ngomba?

Une nièce à Michael Kima Tabong malheureusement décédée aujourd'hui?
      0
Vavava   22017-01-13 12:15
#21
Que j'ai une tante,petite sœur à ma mère qui m'a invité il y a deux ans dans son domaine à Buéa,alors que je me trouvais au pays pour deux semaines,ce que je n'ai pas pu honorer faute de temps.

Vous voulez que je vous dise que j'ai des liens de sang avec les ressortissants du Sud-Ouest?

Que j'ai des demi-sœurs dont la mère est du Sud-Ouest?

Que croyez-vous qu'on parle quand on se retrouve?

And last but not least,que mon arrière-grand-mère maternelle Subu de Bimbia est la petite fille de King William I?

Je ne peux pas passer ma vie sur les réseaux sociaux comme certains,mais je puis vous assurer que je suis un passionné de l'histoire de mon pays qui se donne les moyens de pouvoir jour après jour mieux la connaître.

C'est que qui m'a d'ailleurs emmené l'été dernier à me rendre aux Archives nationales françaises de Pierrefitte où j'ai eu tout les documents que j'ai sollicités gratuitement.

Je me suis du reste rendu à Aix-en Provence au CAOM(Centre des Archives d'Outre Mer) où faute de temps,je n'ai pu recueillir que des centaines de pages,notamment sur le fameux CNO d'Um Nyobe.

Ce n'est déjà pas mal.
      0
Vavava   22017-01-13 12:14
#22
Alors quand je lis toutes les fictions des bobos gauchistes africanistes paternalistes sur l'histoire du Cameroun comme les auteurs de "Kamerun"fiction révisioniste;nouvelle bible des hystériques comme ma sœur Océane,ça me fait sourire avec toutes les manipulations et distorsions qui s'y trouvent pour flatter l'égo de certains, car il n'y a jamais eu de naissance de la françafrique au Cameroun.Celui qu'on considère comme son inspirateur Jacques Foccart parle même du seul pays où après l'indépendance les dirigeants étaient jaloux de leur liberté.J'ai des documents là-dessus.

Allez chercher la Françafrique du côté du Gabon, de la Côte-d'Ivoire.... à l'aube des indépendances.

Muni uniquement de mon androïd le vrai et pas l'"androïde" de l'autre,dans lequel j'ai juste téléchargé l' application CamScanner,j'ai numérisé et sauvegardé des centaines d'Archives que j'ai transmises à certains proches intéressés.

Ces aboyeurs professionnels peuvent faire la même chose au lieu d'attendre la France.

Ils ont des pages Facebook(malheureusement je n'en ai pas sinon j'aurai posté tout ce que j'ai pu recueillir),des blogs....Pourquoi ne pas publier tout ce qu'ils ont glané afin que ceux qui sont intéressés n'aient pas à se déplacer?Ce n'est pas interdit.

Alors quand je parle de la Cameroon Bank,de Ngom Jua, je m'assure de ce que je dis.
      0
Vavava   12017-01-13 12:13
#23
Ahidjo n'aurait jamais pu manœuvrer dans le Cameroun Occidental,s'il n'avait les coudées franches

Dans" le Cameroun" Tome 2,Philippe Gaillard écrit à la page 49:"En réalité,le" KNDP a perdu sa popularité dans le scandale de la Cameroon Bank(La Cameroon Bank,créée à l'initiative de l'Etat fédéré,n'avait pas pu faire face à ses engagements en février 1966,et les fonctionnaires n'avaient pas été payés.Le gouvernement fédéral(YAOUNDE)prit des mesures d'urgence,et l'enquête révéla que le trou provenait des prêts inconsidérés à des personnalités du KNDP.Trempé dans la boue Jeanne Irene Biya dans cette affaire est écoeurant et répugnant),et Jua est accusé de tribalisme aigu.Deux secrétaires d'Etat,qui avaient notoirement abusés de leur fonction,ont dû être éliminés de la liste électorale."

Jean François Bayart dans "l'Etat au Cameroun",ne dit pas autre chose à la page 115:"...Les données du jeu politique au Cameroun occidental étaient bouleversés:partiellement discrédité par le scandale de la Cameroon Bank,le tribalisme de ses dirigeants et ses querelles intestines,le KNDP avait désormais intérêt à hâter la constitution d'un parti unique pour mettre fin aux manoeuvres du Cameroon United Congress...."

Il n' y a donc pas que Samuel Eboua qui a parlé de l'impopularité de Ngom Jua.

Si vous avez d'autres sources,en nous épargnant évidemment les torchons haineux d' Anyangwé,je suis preneur.

Quand je lis qu'il y avait la démocratie au parlement du Cameroun Occidental ,ce qu'ignorait le Cameroun oriental,ça montre combien on connaît l'histoire politique de ce pays.
      0
Vavava   22017-01-13 12:12
#24
J'ai des livres qui montrent la qualité exceptionnelle des débats qui s'y déroulaient,avant qu'Ahidjo n'impose la dictature.Penser donc que les anglos étaient plus démocrates que les frogs est vraiment ridicule.Il y a eu un contexte qui a fait que les libertés ont été supprimées dans un premier temps au Cameroun Oriental,puis cela s'est étendu au Cameroun Occidental avec l'accord des Foncha, Muna,Ngom Jua et consorts...

Il faut dire que ça n'avait rien à voir avec tradition anglosaxonne ou francophone;des pays comme le Nigéria,le Kenya,le Ghana où Nkrumah s'était même désigné président à vie,ce qu'on a pas vu au Cameroun,le Sénégal qui est considéré avoir une grande tradition démocratique,la Guinée de Sékou Touré.....sont tous passés au parti unique ou à des dictatures militaires:c'était l'air du temps.

Venir dire autre chose ici n'est que du blabla.

Quand des "Tintin" comme Soboth viennent nous pondre qu'il n'y a pas de contacts entre anglophones où ils se trouvent pour embrouiller les esprits faibles et que c'est une des raisons qui montre qu'il n'y a qu'à aller à la sécession ou à son fédéralisme bancal,je dis:"Na wa oh".

Avec ce que j'ai dit plus haut,ceux qui parlent du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes,ne savent de quoi ils parlent dans le contexte camerounais.

Le plébiscite de 1961 a réglé la question.
      0
Vavava   02017-01-13 12:11
#25
Ces patibulaires s'engagent dans une voie suicidaire car après ce référendum pour revenir au West Cameroon,on parlera de référendum pour créer Sud-Ouest et Nord-Ouest.

Vouloir nier qu'il y a de grandes disparités entre ces communautés,c'est procéder à la méthode Coué.

Il suffit de regarder les costumes traditionnels dans ces deux parties du pays pour distinguer les apparentements.

Il suffit de constater que lors du Ngondo les élites du Sud-Ouest sont invitées comme des frères Sawa et non comme des simples participants.

Ce n'est pas parce qu'ils sont devenus minoritaires,à peine 25% sur la terre de leurs ancêtres comme l'a estimé un intervenant ici,que les Sawa du Sud-Ouest vont y renoncer.

Dans leur Histoire que ce soit avec l'administration allemande ou britannique,ils n'ont cessé de les réclamer.Croyez-moi,ils n'y renonceront jamais.

En suite on fera un référendum à Yaoundé pour que les Ewondo se déterminent s'ils veulent ou non un Etat indépendant?

Puis à Douala etc....

Ava Ava vous salue bien!
      0
Oceane    12017-01-13 09:57
#26
Lenoir,

Mes meilleurs voeux à toi et à tous ceux qui te sont chers.

Personne n'a besoin de m'intimider et je ne veux ou ne pense intimider personne.

Atem3H,
L'article me dérange parce qu'il se fonde sur l'héritage "anglo-saxon" . Il rappelle furieusement "les bienfaits de la colonisation française " . Ce qui, de mon point de vue est totalement absurde puisque je pose moi aussi que "colonisation = chosification ".

Je n'ai jamais prétendu que le territoire que nous appelons Cameroun est entièrement bant et que par conséquent les populations du nord l'étaient. Cependant, les populations du Nord n'échappent pas à l'identification avec leur bourreaux arabe.
      0
Oceane    12017-01-13 09:10
#27
Gamob,

Je ne suis pas "Latine" ni "francophone", mais bantu et francisante, c'est-à-dire que la bantu sais s'exprimer en français. Tu vois la nuance ou plutôt la différence ? Contrairement aux clones des Anglo-Saxons et des Latins, je refuse de revendiquer l'identité des colons car à mes yeux, c'est une insulte à la mémoire , au combats des miens et au don de lavie de tous ceux que nous avons le culot de considérer comme des anti-colonialistes, nos héros. . Il faut savoir choisir : glorifier le colon à travers sa langue ou glofier nos "héros " en continuant de contester et de combattre le descendant du colon qui perpétue l'oeuvre de ses ancetres.

Tu n'es venu ici que pour défendre ton "héritage anglo-saxon". Sans cela, tu aurais su que mon problème n'est pas la défense du colon français.
D'ailleurs, Vavava, Goodman et Adama peuvent te le confirmer.
      0
Oceane    02017-01-13 09:09
#28
Gamob,

Je ne suis pas "Latine" ni "francophone", mais bantu et francisante, c'est-à-dire que la bantu sais s'exprimer en français. Tu vois la nuance ou plutôt la différence ? Contrairement aux clones des Anglo-Saxons et des Latins, je refuse de revendiquer l'identité des colons car à mes yeux, c'est une insulte à la mémoire , au combats des miens et au don de lavie de tous ceux que nous avons le culot de considérer comme des anti-colonialistes, nos héros. . Il faut savoir choisir : glorifier le colon à travers sa langue ou glofier nos "héros " en continuant de contester et de combattre le descendant du colon qui perpétue l'oeuvre de ses ancetres.

Tu n'es venu ici que pour défendre ton "héritage anglo-saxon". Sans cela, tu aurais su que mon problème n'est pas la défense du colon français.
D'ailleurs, Vavava, Goodman et Adama peuvent te le confirmer.
      0
Wahsih Ike   42017-01-12 22:17
#29
@ Moh Manyu

Merci pour ta mise au point. Tu as raison de dire qu’on a affaire à deux analystes aux vécus différents. Mais toujours est-il que le Prof Pondi a subi le cursus francophone avant de poursuivre ses études supérieures comme anglophone.
La main sur le cœur, et en bon amateur de la chose politique, je pense que je ferais fi à ce que dit David Abouem à Tchoyi par rapport aux connaissances livresques du Professeur Pondi.

@Vavava

Entre ce qui souhaitable et ce qui est possible, il existe une grande distance. Le droit constitutionnel est compliqué, mon frère. Dans le système parlementaire et certaines variantes du système présidentiel, le poste de chef d’état est plus cérémonial qu’exécutif. A titre d’exemples, les Présidents de la RFA, de l’Inde et la Reine d’Angleterre. C’est cette dernière qui nomme le PM. Devient PM au Royaume-Uni, celui ou celle dont le parti politique détient la majorité des sièges au parlement. C’est justement ce qui s’est passé au Cameroun Occidental en 1965 quand AA voulait nommer Tandeng Muna comme PM vu que Foncha ne devrait plus cumuler les postes de VP et PM du Cameroun Occidental. Le Grand Camarade fut obligé de plier aux exigences du système parlementaire à la britannique en nommant Ngom Jua comme PM du Cameroun Occidental.
      0
Wahsih Ike   12017-01-12 22:08
#30
Je pense de ma part que les différences entre les cursus francophone et anglophone à la maternelle et à l’école primaire sont minimes. En me basant sur les matières scientifiques, l’élève d’expression anglaise a un programme d’études qui allie la théorie à la pratique. Chez son vis-à-vis francophone, c’est la théorie qui l’emporte sur la pratique. Durant le mandat britannique au Southern et Northern Cameroons, l’accent fut mis sur l’artisanat et le commerce au détriment de connaissances générales.

En 1960, le Ghana devançait le Nigéria sur les infrastructures et les universités à lui laissées par le Royaume-Uni. Beaucoup de Nigérians firent d’ailleurs leurs études supérieures aux institutions de renom comme University of Ghana, Legon, Achimota School et j’en passe. Certains cadres nigérians et camerounais furent même formés à Fourah Bay College en Sierra Leone. Autant que je le sache, la Sierra Leone même sous Siaka Stevens ne devançait pas le Cameroun anglophone du point de vue des infrastructures. Avant l’indépendance du Nigéria, le Ghana disposait des infrastructures à point par rapport au Nigéria. Qu’en est-il de nos jours ? Entre le Ghana et Nigéria c’est comme la nuit et le jour. A quoi cela est-il dû ? A la volonté de faire mieux que le colon britannique et par là élever le niveau de vie des citoyens nigérians. La croissance économique va de pair avec des infrastructures de qualité. Il suffit de se rendre à Downtown Lagos pour se rendre à l’évidence. Ce quartier d’affaires de Lagos n’a rien à envier au centre commercial d’une ville comme Manchester ou Bordeaux.
      0
Moh Manyu   22017-01-12 21:36
#31
@ Grand Wahsik Ike, Pr Jean-Emmanuel Pondi happened to study in English Language as his Father was Cameroon Ambassador to the United States, and his a specialist on International Law than on Common Law! Minister David Abouem a Tchoyi on contrary is Civil Servant who spoke with political actors on both side of River Noun!
      0
Moh Manyu   32017-01-12 21:29
#32
@Lenoir, I have said it on this forum that I was born in the City of Douala and my birth certificate is written in French Language ( Republique Federale du Cameroon) just to say that our parents from the other side of River Mungo knew that Cameroon is a Nation. But a Nation with a double identite! Cameroon is a non identical twin country!!
@ Lenoir be it Teachers or Lawyers Associations none of them asked for a partition of Cameroon! What we are asking you even did it here once: regionalization to come in pratice!!
When one is born and grew up and did Primary School( Anglican School Carrefour Anatole) in the City of Douala having in my family brethren who studied in Francophone Sub-System, children who did French Education, nephews, nieces, cousins, friends, etc how can one be troubled by insults? What we need is to respect our ways: School System and Judicial System!We are Cameroonians!!
      0
Wahsih Ike   42017-01-12 21:29
#33
Je pense de ma part que les différences entre les cursus francophone et anglophone à la maternelle et à l’école primaire sont minimes. En me basant sur les matières scientifiques, l’élève d’expression anglaise a un programme d’études qui allie la théorie à la pratique. Chez son vis-à-vis francophone, c’est la théorie qui l’emporte devant la pratique. Durant le mandat britannique au Southern et Northern Cameroons, l’accent fut mis sur l’artisanat et le commerce au détriment de connaissances générales. En 1960, le Ghana devançait le Nigéria sur les infrastructures à lui laissées par le Royaume-Uni. Beaucoup de Nigérians firent leurs études supérieures aux institutions de renom comme University of Ghana, Legon, Achimota School et j’en passe. Certains cadres nigérians et camerounais furent même formés à Fourah Bay College en Sierra Leone. Autant que je le sache, la Sierra Leone même sous Siaka Stevens ne devançait pas le Cameroun anglophone du point de vue des infrastructures.

Avant l’indépendance du Nigéria, le Ghana disposait des infrastructures à point par rapport au Nigéria. Qu’en est-il de nos jours. Entre le Nigéria et le Ghana c’est comme le jour et la nuit. A quoi cela est-il dû ? A la volonté de faire mieux que le colon britannique et élever le niveau de vie des citoyens nigérians. La croissance économique va de pair avec des infrastructures de qualité. Il suffit de se rendre à downtown Lagos pour se rendre à l’évidence. Ce quartier d’affaires de Lagos n’a rien à envier au centre commercial d’une ville comme Manchester ou Bordeaux.
      0
Wahsih Ike   42017-01-12 20:48
#34
@ Moussoungedi

Je ne sais comment te remercier pour les éléments de réponse que t’as bien voulus fournir à certaines allégations et affirmations gratuites dans les post de Vavava. Je n’ai rien à ajouter sur le gaspillage du patrimoine de Southern Cameroons par les quelques gestionnaires farfelus de l’administration Biya depuis 1984.

Etant donné que je suis dans la cinquantaine, j’ai vu et vécu pas mal de choses au bercail. Il ne m’a jamais été donné de travailler dans la zone anglophone du Cameroun. Je peux donc dire que je suis à même de tirer le juste milieu quant au train-train quotidien du Camerounais dans les années 70 et juste avant que Popol ne devient président de notre beau pays.

Amateur de la chose politique dès le bas âge, je ne saurais aucunement contester ni le contenu ni le contexte de ce que décrit M. David Abouem à Tchoyi. Ce dernier est l’un des rares gouverneurs francophones qui a travaillé d’arrache-pied outre-Mungo. Partisan par excellence du dialogue avec ses administrés, il consultait les barons inamovibles de la scène politique de l’ex Cameroun Occidental avant de prendre les décisions qui relevaient de ses compétences. T’as raison de dire que nous avons en face de nous un administrateur hors-pair qui sait faire la part des choses. A telle enseigne que son article devance de loin celui de l’universitaire Jean-Emmanuel Pondi.
      0
Gamob   92017-01-12 20:31
#35
Ocean
"Si les Bantu deviennent des "Anglo-Saxons" des "Latins", que deviennent les peuples anglo-saxons et latins d'Europe. Les Bantu seraient aussi des Européens ?"

It s my understanding that in your old anthem , you were thanking the french for having come to Cameroon to deliver you from barbarism. Nest-ce-pas vos ancetres sont les Gaullois? Between the anglo and the franco, who is more attached to the colonial Master?
You have cooperation agreement with France that give the french the right of first refusal on any natural resource in your country.
All of your ports/ airports are controlled by France
Your money is the CFA franc
Your oil is exploited by France without accounting
Your school curriculum is prepared in France
France has military officers in Cameroon
France decides who will be president of Cameroon etc etc.
Now tell me, who is clinging more to their colonial master, the anglophone or the francophone?
      0
Moussoungedi   52017-01-12 16:45
#36
@Vavavavavava When by 1993 we noticed the degrading of the GCE by the Ministry of National Education, we Anglophones again went on a strike. Our teachers and student teachers boycotted the marking of the GCE that year. We matched in front of the Ministry of National Education. We were gassed, beaten and chased around like dogs. Finally, Minister Mbella Mbappe created the Office du Baccalaureat. My French-speaking mates in the Higher Teachers’ Training College couldn’t help asking: “Cette histoire même c’est quoi? Elle sert même à quoi? Comment on gère ça?” And then they concluded, “En tout cas, nous on a rien reclamé. » It was only a month later that the GCE Board was created ! Mr. Vavavava, even your great grand children will benefit from our struggle, only try to tell them the truth or keep quiet. Mr. Abouem has emerged as a true statesman and its very mean to try to smear him.
      0
Moussoungedi   62017-01-12 16:43
#37
@Mr. Vavavava
Before 1990, Some the people of Southern Cameroons were derogatorily and usually referred to as “anglos”, “Biafrais”, “anglofous”. After we staged a strike on the University of Campus to request the release of six Anglophone journalists and two lecturers, who were whisked to Nkondengui for openly stating that Cameroon was ripe for democracy and after we successfully launched the SDF on the University of Yaounde campus on 6 May 1990, those derogatory expletives turned to, “les ennemis dans la maison”. Today any Cameroonian can create a political party or be a partisan of a party other than the ruling party.
      0
Moussoungedi   62017-01-12 16:39
#38
@ Mr. Vavavava However, the people of British Southern Cameroons have a mindset that eschews a demeaning dependence on a central government. Though, bereft of pompous titles and certificates awarded on doubtful basis, they were trained and organised to be very self-reliant, in such a manner as to be able to manage their own affairs at local level and to be accountable. This is what made the potential for growth tremendous. I am tempted to say the union with French Cameroons, derailed British Southern Cameroons from its development course and has stunted the territory’s progress, at the best. The people of this territory have understood that they have been short-changed for too long in a union they consider a legacy of history. They are now determined to make the most of this legacy, to compel equality and respect. Can you continue denying them that? No, you can’t and you mustn’t.
      0
Moussoungedi   72017-01-12 16:37
#39
@Vavavavava
The Ports Authority – You again forgot to explain to us why the Limbe Deep Sea Port was abandoned to decay for a river port – Douala – which has been constantly dredged at a huge cost. Probably the ports in British Southern Cameroons were also unprofitable as you claim about other investments.
Mr. Vavavavava, former British Southern Cameroons or West Cameroon had its weaknesses. The greatest of them was its politicians whose greed for power blinded them to the point of forsaking the interest of their people. The present so-called elite haven’t done better.
      0
Moussoungedi   52017-01-12 16:35
#40
@Vavavava
Roads - You deliberately failed to explain to us why from Buea we now have to pass through the Littoral and West Regions to get to Bamenda; whereas before unification that wasn’t necessary. Before unification it was possible to go from Limbe to Iloani, to Mumdemba to Kumba and back to Limbe in a day!
The Tiko Airport – It had traffic that was proportionate to the growth and demography of British Southern Cameroons. Carriers like Nigerian Airways, Ghana Airways, British Caledonia Airways, etc. were a weekly sight on the well-run airport.
PMO - The Produce Marketing Organisation. You again deliberately forgot to explain to us what happened with this agency when it was handed over to the Yaounde administration. What was its cash assets? What happened for it to collapse so soon?
      0
Moussoungedi   82017-01-12 16:32
#41
@Mr. Vavavava
It was the same for GTC Ombe. The consequence is that British Southern Cameroons has ended up losing its technical education system. Our children who seek to pursue technical education must now accept francophonisation or leave Cameroon.
The Health System – British Southern Cameroons had an efficient three tier health system crowned by the Cottage Hospital in Tiko. Preventive medicine was taken very seriously. Community hygiene was a priority. Vestiges are still visible today when you compare care giving in hospitals on both sides of the Mungo and consider the town cleaning days still in force in British Southern Cameroons.
      0
Moussoungedi   72017-01-12 16:29
#42
@ Mr. Vavavavavava:
Coming back to your so-called facts.
Powercam – This history of electricity in Cameroon is outlined on the homepage of Eneo for all to see.
Cameroon Bank – You’d better be honest to tell us when this bank was created, when it collapsed and who were the Board members and top management at that time. My current boss is a former Cameroon Bank employee. He isn’t of Anglophone extraction, but knows exactly who ruined that bank and its not Foncha as you purport!
The Education System – The Federal government had no choice but to implement the projects that the British Southern Cameroons already had in the pipeline and for which funds had already been secured. Unfortunately, the Yaounde administration botched up the CCAST Bambili and CCAS Kumba projects. Both projects were a far cry from the blueprints and funds the government of West Cameroon handed to that administration.
      0
Bernardint   32017-01-12 14:03
#43
LENOIR

Mon frère,
Si j'ai donné l'impression de m'acharner, comme tu dis, alors je fais mes excuses les plus plates à tous les lecteurs ici. Je ne dispute pas à Vavava les faits de l'histoire. D'autres plus pourvus le feront mille fois mieux. Les principes peuvent-ils avoir raison de la détresse. La vie en société n'est pas bien différente de celle en famille sinon à l'échelle de son organisation. Tu es père de famille. Si l'un de tes enfants se mettait en colère au motif que tu ne donnerais du lait qu'aux autres enfants, crois-tu que la solution serait de tenter de le convaincre en lui lisant son acte de naissance ? Qu’importe qu’il soit enfant naturel ou pas, le problème posé est celui de sa privation de lait.

Je m'insurge contre une construction assez intelligente. Vavava, devant la détresse anglophone, oppose le droit. C’est hors sujet. Le droit interdit-il l’équité ? Bien sûr que non ! Personne de sérieux ne peut demander qu'un pouce de terre camerounaise soit cédé. Mais nos frères n’ont-ils pas le droit de dire : nous, nous avons étudié en anglais, laissez-nous nous exprimer et transmettre en anglais, laissez-nous veiller à l'essor de nos écoles de la manière dont nous avons été éduqus ; de dire : nous avons été formés à la common law, vous nous obligez à une double formation quand vous nous imposez le droit napoléonien, alors que la réciproque ne s’applique pas aux autres... Les problèmes juridiques se résolvent de par le monde soit la common law ou par le code, par la charria ou une autre forme encore.

Devant de telles revendications, après qu'on aura dit aux plus belliqueux que notre terre n'est pas divisible, on ne voit pas pourquoi il faudrait leur refuser leur besoin d'autonomie d'ailleurs marqué dans notre code suprême : la constitution
      0
LENOIR   02017-01-12 13:57
#44
Voici ce que dit un ILLUMINTAUS, un des fervents defenseurs de la cause de nos echanges:

"Nous qui vivons à l’étranger savons que les Anglophones fréquentent très peu, ou pas, leur compatriotes francophones. " DIXIT Jean-Marc SOBOTH

Un autre d'ajouter"

" A ce jour le Cameroun compte 1500 Magistrats et hommes de droit, seulement 300 sont d'expression anglaise majoritairement formes au Nigeria, Ghana, Ouganda, Kenya et Sud-Afrique"
      0
Bernardint   52017-01-12 13:46
#45
LENOIR

Mon frère,
Si j'ai donné l'impression de m'acharner, comme tu dis, alors je fais mes excuses les plus plates à tous les lecteurs ici. Je ne dispute pas à Vavava les faits de l'histoire. D'autres plus pourvus le feront mille fois mieux. Les principes peuvent-ils avoir raison de la détresse. La vie en société n'est pas bien différente de celle en famille sinon à l'échelle de son organisation. Tu es père de famille. Si l'un de tes enfants se mettait en colère au motif que tu ne donnerais du lait qu'aux autres enfants, crois-tu que la solution serait de tenter de le convaincre en lui lisant son acte de naissance ? Qu’importe qu’il soit enfant naturel ou pas, le problème posé est celui de sa privation de lait.

Je m'insurge contre une construction assez intelligente. Vavava, devant la détresse anglophone, oppose le droit. C’est hors sujet. Le droit interdit-il l’équité ? Bien sûr que non ! Personne de sérieux ne peut demander qu'un pouce de terre camerounaise soit cédé. Mais nos frères n’ont-ils pas le droit de dire : nous, nous avons étudié en anglais, laissez-nous nous exprimer et transmettre en anglais, laissez-nous veiller à l'essor de nos écoles de la manière dont nous avons été éduqus ; de dire : nous avons été formés à la common law, vous nous obligez à une double formation quand vous nous imposez le droit napoléonien, alors que la réciproque ne s’applique pas aux autres... Les problèmes juridiques se résolvent de par le monde soit la common law ou par le code, par la charria ou une autre forme encore.

Devant de telles revendications, après qu'on aura dit aux plus belliqueux que notre terre n'est pas divisible, on ne voit pas pourquoi il faudrait leur refuser leur besoin d'autonomie d'ailleurs marqué dans notre code suprême : la constitution
      0
Moussoungedi   52017-01-12 13:05
#46
@Mr. Vavavavava, reading through your rejoinder, I may be mistaken, but the impression one has is that British Southern Cameroons came into union with French Cameroons on a deficit. In other words, British Southern Cameroons was a wasteland that came alive only when it united with French Cameroons.

Your posture, the tone and temper thereof already set the backdrop for the justification of the type of treatment people of British Southern Cameroons have endured in the hands of the peoples of French Cameroons.

One can't help but notice the insinuation that people of British Southern Cameroons deserve the status implicitly or tacitly conferred them by successive governments in post-unification Cameroon. Going by you people of British Southern Cameroons ought to be grateful, happy and silent in the face of whatever treatment because whatever they and their territory have achieved today is thanks to French Cameroons. I insist again it is this type of haughtiness that fans flames of hatred and division.
      0
Moussoungedi   52017-01-12 13:05
#47
@Mr. Vavavavava, reading through your rejoinder, I may be mistaken, but the impression one has is that British Southern Cameroons came into union with French Cameroons on a deficit. In other words, British Southern Cameroons was a wasteland that came alive only when it united with French Cameroons.

Your posture, the tone and temper thereof already set the backdrop for the justification of the type of treatment people of British Southern Cameroons have endured in the hands of the peoples of French Cameroons.

One can't help but notice the insinuation that people of British Southern Cameroons deserve the status implicitly or tacitly conferred them by successive governments in post-unification Cameroon. Going by you people of British Southern Cameroons ought to be grateful, happy and silent in the face of whatever treatment because whatever they and their territory have achieved today is thanks to French Cameroons. I insist again it is this type of haughtiness that fans flames of hatred and division.
      0
LENOIR   02017-01-12 12:05
#48
@Bernardint

Mon frere, tu n'as pas compris @Vavava, dommage que tu t'achernes sur lui, pourtant il evoque des faits rien que des faits historiques et non ce sur quoi lui valent tes eux dernieres sorties qui d'ailleurs trouvent mon accentement.
Au lieu que tu cries ta rage sur VAVAVA, il y a beaucoup sur ce fil a qui tu l'aurais adressee de tes deux derniers qui valent leur pesant d'or, car tu l'apprehendes mieux que ceux-la.
--------------------------

@Moh Manyu

Mon frere, j'ai ete tres decu de tes derniers posts sur ce fil, je te connais de tres conciliant, d'ailleurs tu es l'un de ceux avec mon Doyen @Wahsih Ike, Mr, tu t'ais laisse emporter par l'emotion et non par la raison dont j'ai toujours trouvee dans tes posts, tu n'as jamais ete si attrait sur ce sujet. Tu as toujours eu une distance dans les faits de ceux qui veulent a tout prix mettre de l'huile dans le feu de la flamme qui couve. Pardon, ne te laisses pas entrainer par la passion emotionnelle comme Atem3H.
-------------------------

@Atem3H

N'intimide pas @Oceane, la Dame de Fer, qui a dit rien que des verites. Vos INSPIRATEURS ont envahi des territoires avec leurs langues, traditions, valeurs,us et cultures ont cree des pays appelles Canada, Nouvelle Zelande, Australie, USA, Mexiques, Bresil, forcant les premieres nations a se refugier dans des reserves les changeant sur leur sol, ce n'est pas la meme chose avec le Nord-Ouest et le Sud-Ouest du Cameroun, les indiens du CANDA, des USA ne se reclameront JAMAIS de la CULTURE ANGLO SAXON ni de leurs VALEURS.

Mais vous autres, vous vous torsez la poitrine reclamant avec CORS ET CRIS les valeurs des opproseurs de vos parents, grands parents et aieux.

Ne profite de mon absence temporaire pour acerner des inepties, Je vous lis, lorsque les forces me le permettront je reviendrai decoudre avec toi et certains de mes contraducteurs.
Je suis grippe les narines bouchees.
      0
Kolo Mama   12017-01-12 10:55
#49
Those who say that there is an anglophone problem are right, but we must admit that it is simply the bad governance of the country that our leaders refuse to see: it is useless to search history : It is the same paul biya that the northwest had applauded in 1985 with the CPDM; The federalism they demand is none other than the decentralization envisaged since 1996, selfishness, nepotism and gluttony have never allowed to entrust a few projects to the regions, these Cameroonians think and with all the Cameroonians that in a Decentralization (federalism) they could easily find solutions to problems of water, road, classroom, health center or light; Our leaders must understand that since yaoundé they can never
      0
Atem3H    92017-01-12 03:57
#50
@Vavava,

Rien de surprenant, un ponte du régime nous avait déjà servit cette sauce que le Cameroun orientale était sous développé et n'avait rien. On remercie aussi le Cameroun orientale pour avoir creer le sous système d'éducation anglophone aussi performant. Puis aussi le système judiciaire du common law . Tu peux enseigné ça à tes enfants, on connaît notre histoire

Oceanne
Peux-tu aussi nous ajouté ton avis sur le système jacobin et la culture bantu. Puis n'oublie pas en passant que les nordiste ne sont pas des bantus. Alors le Cameroun n'est pas un pays entièrement bantu

Monmot79
J'ai rien compris à ce que t'as écrit. Si t'as pas trouvé des contre-arguements , dis lé. Pas besoin de faire des tournues des phrases qui ne sont pas nécessaires.

T'as vraiment un double personnalités. ..sur un autre article, tu écris que le problème anglophone est la marginalisation des anglophones par le gouvernement francophones et pas par les populations francophones. C'est bien ça, vraie danse à la bafia, donc ce n'est plus des biafrais ou extrémistes . Au moins toi tes moins dogmatique que Lenoir. Surtout que lui a du mal à comprendre pourquoi l'état fait des concession à des extrémistes....lol
      0
Bernardint   62017-01-12 01:07
#51
suite & fin

Par quelle pensée pouvez-vous donc arriver à votre conclusion ? L’article 39 seul ne peut suffire à votre démonstration. Je vous invite à lire l’article 45 aussi. Quand une branche sèche à l’arbre on la coupe pour donner plus d’équilibre et d’allant à la ramure. Si comme on prétend, l’Ouest est une branche morte ou un désert dont l’entretien coûte, rien de plus facile que de s’en séparer.

Non ! la régionalisation n’implique pas l’amputation. Aucun homme censé ne la demande. Que dirais-je à mon frère bami, bakuedi, bassa etc ? Que sa naissance d’un côté du Mungo conditionne désormais notre fraternité et que le sang que nous avons mêlé dans nos veines n’est qu’une illusion ? Cela n’a pas de sens. Et cette demande ne peut être satisfaite.

Je reviens à mes pygmées du début, les vrais et premiers habitants de cette terre aux crevettes. Aujourd’hui inaudibles, je ne doute pas qu’on entende des trompettes similaires aux vôtres, si par hasard, leurs voix venaient à porter. J’entend qui corneillent à coups de ‘’bantu, bantu’’.

Quand on a rien à dire !
      0
Bernardint   102017-01-12 01:07
#52
Vavava

Le désir de liberté ne peut être soumis à aucun article 39. Invoquer le droit dans ces cas est une faiblesse au meilleur des cas, et en l’espèce, une ignominie. La volonté des peuples à disposer d’eux-mêmes est inscrite au préambule des textes ‘’sacrés’’ que le Cameroun a adoptés. Chaque pays, chaque nation, à sa manière, entend se donner les moyens de cette expression.

Mais comme l’article 39 vous obsède, vous m’expliquerez peut-être pourquoi au Cameroun les pygmées sont privés de leurs droits fondamentaux qui se plaignent de la condition qu’on leur fait. Jamais je n’ai jamais entendu qu’on les qualifiait de séditieux. Une vieille rhétorique colonialiste affirme la colonisation bienfaitrice pour les autochtones. Vous en accréditez la thèse. Serait-ce le cas ici ?

Bien sûr ! On entend ici et là quelque cri vers la sécession. Cri d’exaspération, mais cri d’amour. Qu’on ne se paie pas nos têtes ! Qu’on ne nous parle pas pétrole ! Il n’y en avait pas au moment des fiançailles. Mais Dieu, que la fiancée était belle, amoureuse, pleine de joie : celle de retrouver sa TRIBU au lendemain d’une trop longue nuit, cauchemardesque !

Anglophone ou francophone, ça ne veut rien dire ! En une décennie le Rwanda a bien changé son vecteur. Alors ne faisons pas semblant. L’Histoire est là qui nous apprend. Vous aimez le droit des hommes ! Invoquons le donc ! Votre constitution ne se décline-t-elle pas en une large déconcentration de l’Etat ? La régionalisation n’y est-elle pas érigée en norme ? Pourquoi alors refuser à ceux qu’on décrit facilement comme originaires d’un ‘’désert’’ le bénéfice de celle-ci ? Oui j’entends déjà qui des deux côtés vont hurler au fédéralisme et à la sécession. L’objet ou la forme est à définir, seul le contenu importe : autonomie.

à suivre
      0
Monmot79   42017-01-12 00:49
#53
@Atem3H

1-) Quels sont les points faibles ou mensonges dans l'article de David Abouem d'après toi ?
2-) Est-ce qu'il y a un problème anglophone ?
***********************************
1-) S´il y a un mensonge qui cache une vérité, c´est qu´il y a de la vérité dans ce mensonge et si c´est donc la vérité qui cachait le mensonge, je dirais qu´il y a du mensonge dans cette vérité. J´en déduis que c´est de même, entre la force et la faiblesse...

2-) En ce qui concerne le problème anglophone, si ça te chante, lis mes précédents posts plus-bas.Tu trouveras toutes les réponses à propos.
      0
Monmot79   42017-01-12 00:47
#54
@Atem3H

1-) Quels sont les points faibles ou mensonges dans l'article de David Abouem d'après toi ?
2-) Est-ce qu'il y a un problème anglophone ?
***********************************
1-) S´il y a un mensonge qui cache une vérité, c´est qu´il y a de la vérité dans ce mensonge et si
c´est donc la vérité qui cachait le mensonge, je dirais qu´il y a du mensonge dans cette vérité.
J´en déduis que c´est de même, entre la force te la faiblesse...

2-) En ce qui concerne le problème anglophone, si ça te chante, lis mes précédents posts plus-bas.
Tu trouveras toutes les réponses à propos.
      0
Moh Manyu   72017-01-12 00:21
#55
@ Vavava Cameroon Bank a été fermé à cause de Madame Jeanne Irène Biya,laquelle sans y avoir un compte bancaire dans cette banque obligeait le Fondé de Pouvoir à lui verser la somme d'argent figurant sur le chèque libellé ! Cameroon Bank était située pour sa branche du Cameroun Oriental à la Douche Municipale de la Ville de Douala ! CDC est et reste la plus grande et plus rentable Société Agroalimentaire du Cameroun ! Les Britanniques n'ont construit des Établissements d'Enseignement Secondaires mais y ont laissé leur structure administrative ! Dans quelle Ville du Cameroun Oriental y est pratiqué une journée par mois de propreté ? Dans quelle Ville du Cameroun Oriental la gestion de la gare routière est de la seule responsabilité des transporteurs ? Vavava personne ne souhaite la partition du Cameroun ! Savez-vous Mr Vavava que l'enseignement de l'Histoire du Cameroun est différent dans nos deux sous-systèmes éducatifs ?
      0
Monmot79   62017-01-12 00:15
#56
@Gamob
You are welcome to live anywhere but if you step foot in the Southern Cameroons, you will come under the jurisdiction of our laws and when we travel to LRC we will come under your laws. It is a simple proposition.
*****************************
Do it so. I will not prevent you.
      0
Vavava10    22017-01-11 22:33
#57
Je ne suis pas un adepte de "vox populi,vox Dei".

Le but ici est de restituer les faits qui auraient pu facilement être contredits en prouvant s'il y avait une seule école secondaire publique laissée par les anglais ,en donnant son nom,où elle était localisée.

De prouver que les dirigeants du KNDP qui géraient la Cameroon Bank,ne l'ont pas fait tomber.

Que le Cameroun oriental ne finançait pas le méridional qui ne fonctionnait pas.

Vouloir rejeter 50 ans après la solidarité indéfectible du Cameroun oriental vis-à-vis de sa sœur du West Cameroon,n'est pas seulement indécent, mais d'une abjection sans borne dans le but de créer un problème entre anglophones et francophones.
      0
Vavava10    22017-01-11 22:32
#58
Abouem à Tchoyi parle d'un soi- disant responsable qui s'est exprimé de manière inconvenante concernant les anglophones, vous voulez que certaines personnes vous disent tout ce qu'ils ont entendu des anglophones concernant les francophones?

Combien se sentent supérieurs aux francophones sous prétexte qu'ils ont des manières raffinées des sujets de sa Majesté?

Quelle est donc la finalité pour un ancien haut responsable de balancer ce genre de propos en cette période de tension?

Qui a dit que tout est parfait?

Cela va-t-il effacer que c'est le gouvernement camerounais qui a bâti tout le système éducatif secondaire public anglophone et non les anglais?

Le Gouvernement était contre ce sous-système et à tout mis en œuvre,finances,formation des hommes …..quand le pétrole ne coulait pas encore?

Maintenant qu'il y a le pétrole on va oublier tout ce qui a été fait solidairement?

Que le premier comice agropastoral du Cameroon s'est tenu à de Buéa en 1973 avec tout ce que cela a apporté à la province comme on l'appelait alors?
      0
Vavava10    22017-01-11 22:31
#59
SI on ne sait pas que Powercam a été créée en 1962 ,après la réunification et non par les british, quoi dire?

L'aéroport de Tiko au temps des anglais accueillait combien de passagers par an?

Quel système de santé digne de ce nom les anglais ont laissé?

J'ai proposé entre autre l'écrit de David Mokam sur les associations régionales et le nationalisme où il cite les propos d'Endeley,Kale,des historiens comme Chiabi,Ngoh,Chem-Langhëë....

Tous des anglophones.Que voulez-vous donc d'autre?

Que je vous dise que le temps de la tutelle britannique était un temps idyllique qu'est venu mettre à mal les "frogs"?

Faites très attention à ce jeu pyromane qui risque de coûter très cher au pays,tout en feignant de jouer les rassembleurs.

J'ai déjà dit ici qu'on a vu ce que ça a créé chez d'autres même pas loin de chez nous.
      0
Vavava11    42017-01-11 22:30
#60
Ma conception des choses, ce n'est pas le "show off".Je ne pense pas que ça serve à faire avancer le schmilblick.

Donnez des références, des sources au lieu de jouer les fiers-à-bras,c'est beaucoup mieux.

J'ai évoqué l'article 39 de la constitution du Cameroun qui permettait à Ahidjo de nommer les Premiers ministres qu'ils soient du Cameroun oriental comme de l'occidental.

N'est-elle pas la norme suprême?

Un mémorandum,du reste invisible est-il au- dessus de la constitution de 1961 qui dispose dans son article 39 que:"Le Président de la République nomme le Premier ministre de chaque Etat fédéré.

Il nomme les Secrétaires d'Etat,membres du Gouvernement sur proposition du Premier ministre.

Il peut,dans les mêmes conditions,mettre fin à leurs fonctions".

Beaucoup en mon sens ont franchi la ligne rouge,et je suis encore plus conforté dans cette idée en lisant les réponses de Moussoungedi,Moh Manyu...

De manière subtile,on distille la haine,la division...en falsifiant l'histoire de ce pays.

Vous voulez qu'on vous applaudisse des deux mains?
      0
Moussoungedi   162017-01-11 21:45
#61
@ Mr. Vavava or is it Mr. Ava Ava?
As I was saying when you underlook those who are different from you, you give them the right to despise you in return.

Clinging to your colonial heritage is your right and it is an undeniable truth that no matter how hard you try some of the scars subsequent to the colonial experience are indelible. The best we can do is find ways to make the most of them. Anglophone Cameroonians have come to terms with this fact and are uninterested in playing the pseudo or circumstantial Africanists. They are trying to make the best of the colonial experience, drawing from it what is relevant to the realisation of their common aspirations.
      0
Moh Manyu   82017-01-11 21:20
#62
@ Vavava comme est-il possible que nous trouvions un desert dans une zone equatoriale?
Les British ne voulant point que le Southern Cameroons devint un Etat independant au pire et au mieux s' unit a la Republique du Cameroun, ne batirent point d' Ecoles d' enseignement Secondaire car, tous nos parents apres l' obtention de leur First School Leaving Certificate allaient soit au Nigeria, soit en Sierra Leone , soit au Ghana voire meme au Kenya!! Alors en 40 ans de Colonisation British, nous avions recu une maniere bien distincte de faire les choses par rapport a nos freres et soeurs de l' autre Rive du Moungo!!
@ Vavava, la question ici n' est point celle de savoir si nous avions des Etablissements Secondaires ou pas durant les 40 ans de la colonisation British, mais de nous laisser vivre avec notre maniere!! Tout celui qui refuse d' accepter que les Anglophones et les Francophones ont deux visions differentes de la chose Publique est de mauvaise foi!!
@ Vavava nous etions un desert alors que l' on nous y laisse!! Est-ce si difficile?
      0
Wahsih Ike   62017-01-11 20:39
#63
Qui plus est, avant 1966, le PM au Cameroun Occidental venait du parti majoritaire à l’assemblée fédérale dudit Etat. Il ne revenait donc pas à AA de nommer le PM du Cameroun occidental avant l’avènement du parti unique Outre-Bamboutos. Je te lance un défi. Montre-moi l’alinéa du Mémorandum de 1961 qui donnait de tels pouvoirs à Babatourou Ahidjo.

Ce qu’Ahidjo ne pouvait pas faire en 1965 vu que M. Muna n’était plus membre du KNDP, il put le faire avec l’UNC. On appelle cela des manigances pures et simples.

Je reviendrai sur la soi-disant faillite du gouvernement de l’ex Cameroun occidental dans un proche avenir.
      0
Wahsih Ike   152017-01-11 20:35
#64
@ Vavava

Quand l’étroitesse d’esprit nous tient !

S’il faut récrire l’histoire de notre beau pays après la réunification des deux Cameroun, je n’accorderais qu’entre 50,00% et 55,00% de lisibilité et/ou de transparence aux mémoires de feu Samuel Eboua. Ce dernier fut un grand homme du serial Ahmadou Ahidjo. C’était un secret de polichinelle que le dernier SG de Babatourou Ahidjo dirigeait de main de fer les ministres nommés par son supérieur hiérarchique.

Je me rappelle de la rencontre improviste qui eut lieu à Douala entre le premier Représentant de AA au Cameroun occidental en l’occurrence, Jean-Claude Ngoh et moi en 1981. J’occupais un poste de responsabilité dans le Littoral. Ayant vu mon nom de famille, JC Ngoh me demanda s’il y avait des liens de parenté entre un ancien ministre de l’ex Cameroun Occidental et moi. J’ai répondu à l’affirmative. Il m’a alors dit que cela lui avait pris beaucoup de temps pour s’adapter au système parlementaire en exergue outre-Mungo. Le simple fait qu’un quelconque député pouvait défier ce que disait le PM et que les Députés avaient le droit de passer une motion de censure à l’endroit de leur PM lui étaient totalement étrangers. Il m’avait alors dit qu’une telle manière de faire serait inconcevable chez nos frères et sœurs Outre-Noun.

Lors de son entretien avec Dipita Tongo le mois passé, le Pr Simon Munzu a dit que Ngom Jua fut l’un des PM les plus populaires du Cameroun Occidental. Le juge et QC Gorji Dinka avait dit la même chose en 1993 et 2002. Or d’après les mémoires de feu Samuel Eboua, Ngom Jua était impopulaire, d’où la nomination de Tandeng Muna comme PM du Cameroun Occidental en 1968.. Qui plus est, avant 1966, le PM au Cameroun Occidental venait du parti majoritaire à l’assemblée fédérale dudit Etat. Il ne revenait donc pas à AA de nommer le PM du Cameroun occidental avant l’avènement du parti unique Outre-Bambouto
      0
Moussoungedi   122017-01-11 20:12
#65
@ Mr. Vavavava, M. Abouem a Tchoyi has had a rich career in Cameroon's administration and has certainly establiahed a reputation abroad as a consultant on issues of governance. He has reached the age where one owes posterity the truth and is no more afraid to tell it. These facts coupled with his humility lend lots of credibility to his narrative.

Yours unfortunately reeks of contempt for anglophones, denigration, arrogance and the kind of condescension peculiar only to Cameroon Francophones, especially those who have come to see top positions in the civil service as a right of theirs. To claim that former West Cameroon was bankrupt at the time of unification and that it needed civil servants from East Cameroon smacks of shear dishonesty only someone like Issa Tchiroma is capable of. What do you make of the PMO, whose reserves were depleted as soon as it was handed over to the federal government? What do you make of Powercam, the governance and health systems, the Ports Authority, the Tiko Airport, which were left to decay ... by the Yaounde administration. You deliberately omitted to state that from Buea one didn't have to go through the West and Littoral Regions to get to Bamenda. The type of obnoxious attitude you display is what we anglophones have been trying hard to cope with for this fifty or more years.

You know Mr. Vavavava, I have travelled a bit in French-speaking West Africa and as I observed the natives of these countries, I couldn't help coming to the conclusion that there is something terribly wrong with the educated French-speaking Cameroonian.

French-speaking West Africans are simple, affable, genuine, accommodating and lots more humble. I felt more at home with them than even with my own French-speaking relatives from former East Cameroon, who are preposterous, loud and too full of themselves, but stark cowards right in their very marrow.

Finally, Mr. Vavavava when you purpose not to respect those are different you give them the right
      0
LENOIR11    02017-01-11 19:34
#66
@Oceane

Beaute, chere soeur, mes chaleureux souhaits des plus ardents de Bonne et Heureuse Annee 2017! Je formule pour toi, les les tiens les plus proches et les plus chers, mes voeux les meileurs au cours et au dela de l'annee nouvelle 2017 qui a pris corps!

-----------------------------

Dame de Fer, content de te lire, tu nous avais manques. Je te sais temeraire et perpicace, ne te laisse pas influencer ou intimider par ceux la qui se sont deja fait APPRIVOISER, demandant a etre toujours ENCHAINES alors qu'ON LEUR A DEPUIS OTE les CHAINES, ils preferent s'enchainer encore plus, alors que le colon qui veut qu'il vole de leurs propres ailes dans LEURS VALEURS, COUTUMES, TRADITIONS, US legues par ceux qui LUTTERENT POUR LEUR EMANCIPATION, POUR LEUR PROPRE IDENTITE SOCIO-CULTURELLE .

Certains a travers cet article en ont trouve du PAIN CHARGE AU PETIT MIEL de NGAOUDAL, ils en devorent avec gloutonnerie a coeur joie.

Je suis a cote, chere Dame de Fer!
      0
Oceane    22017-01-11 19:13
#67
Qui peut nous dire la dernière fois que Paul Biya a fait construire un "satellite ", une "centrale solaire ", un "scanner ", une "ecole de traduction" d'ouvrages occidentaux, arabes ou asiatique en une langue africaine, la sienne par exemple ?

Le costume trois pièces me paraît un "détail " par rapport à l'énumération de l'auteur et à l'esprit de son propos. D'ailleurs, je ne pense pas que le port d'un boubou puisse empêcher son porteur, qui le souhaite et surtout le peut de construire une centrale solaire.

Mbamba mbu = bonne année .
      0
Oceane    52017-01-11 18:45
#68
Sphere,

Absolument pas. Un Sud-Africains blanc ne dira jamais qu'il est bantu parce qu'il vit depuis plusieurs siècles avec les Bantu, ni parce qu'il parle une langue bantu. Avoir été colonisés par les Anglo-Saxons et les Latins ne fera jamais des Bantus des "Anglo-Saxons " et des "Latins ". Ça ne fait d'eux que des clones, des copies. Des copies qui se révendiquent d'être l'original.
C'est pourquoi les revendications d'"anglo-saxonnité" et/ou de "latinité " des Bantus sont risibles et pitoyables. Que dire d'elles face aux WASP ? Ils se tordraient de rire à se rouler par terre.
Changez l'angle de vos revendications, mais de grâce, laissez les Anglo-Saxons en Angleterre, au Canada, en Australie, en Nouvelle Zélande et ailleurs où il y a les fils d'Angleterre. Et cessez de revendiquer une "anglo-saxonnité " qui n'est qu'un mythe pour nègre en conflit avec son identité.

Vous êtes des Bantus comme les autres, alors assumez-vous comme tels.
Je suis bantu, bien que francisante parce que colonisée par les Français, ce dont je ne suis pas fière.
      0
Megde 2006   72017-01-11 17:24
#69
Quelqu´un peut-il nous dire la dernière fois qu´il a vu Paul Biya portant un vêtement en tissu Cicam ? Parce que même celui frappé de son portrait que portent fièrement les militants de son parti , ne trouve la moindre grâce aux yeux du père-là ...
      0
Megde 2006   102017-01-11 17:14
#70
Hi hi hi !...Chacun sait que c´est Paul Biya qui s´habille TOUJOURS en costume trois pièces pendant que Pa´a John est TOUJOURS en boubou local ...
      0
Sphere   92017-01-11 17:10
#71
Océane tu t'es trompée de fil de discussion.
Désolé!
      0
Sphere   122017-01-11 17:09
#72
Océans tu t'es trompée.de fil de discussion
      0
Oceane    22017-01-11 17:04
#73
S'il faut bien entendu commencer par réévaluer nos sciences sciences propres et tirer tout ce qui peut servir aujourd'hui, il faut aussi qu'il se crée des écoles de traduction des ouvrages scientifiques occidentaux dans toute l'Afrique. C'est ainsi qu'il y avait des écoles de traduction de l'arabe au françai, , italien, ect, à Montpellier, Bologne, Oxford, pendant la domination maur. Les sciences occidentalesdoivent être traduites en swahili aumoins et l'effort doit être poussé dans les 4 langues majeures d'Afrique que sont le haoussa, le lingala, le peul et le bambara si nous avons les moyens.
Ça veut dire également que les sciences linguistiques occidentales doivent être utilisées pour développer les langues africaines et non pas nous dire si le verbe Disputer a une origine grecque ou latine. Ça veut dire enfin que les techniques architecturales d'aujourd'hui doivent nous permettre de bâtir des habitations, des bâtiments publics et temples vitalistes ( animistes ) sur la base de notre héritage architectural et non des églises et des mosquées. [...]
Cf : lisapoyakama.org
      0
Oceane    22017-01-11 16:53
#74
On a beau le dire. Cela a beau se savoir : "l'original est toujours préférable à la copie ", rien n'y fait ,les Africains excellent a être les clones des autres

Lu sur le net :
"La culture, comme la religion, comme la langue, est la vis de sécurité d'un peuple. C'est l'identité profonde d'un peuple. Et un peuple avec une identité perdue, comme les Noirs aujourd'hui, est un peuple mort, exploitable à souhait. Tous les autres l'ont compris, sauf les Africains. Les Noirs absorbent les cultures des autres, les religions des autres, les langues des autres. Alors que nous sommes les plus attaqués culturellement, le peuple qui a absorbé comme personne les influences extérieures, defendre notre culture est une question de survie.
Si nous devons légitimement acquérir les sciences pour mieux nous réaliser, ces sciences doivent être absorbées tout en protégeant notre culture. L'Afrique doit donc importer de la technique, pas de la culture.
En d'autres termes est-ce que le progrès c'est de copier la fabrication de réfrigérateurs pour conserver mieux les aliments ? Oui. Est-ce que le progrès c'est de remplacer son kente été ou son boubou par un costume trois pièces ? Non. Est-ce que le progrès c'est de copier la fabrication de ponts et de trains modernes pour mieux nous déplacer ? Oui. Est-ce que le progrès c'est changer son économie en communauté pour copier le capitalisme et l'individualisme etranger ? Non. Est-ce que le progrès c'est d'envoyer comme les autres des satellites dans l'espace pour mieux communiquer ? Oui.
Est-ce que que le progrès c'est de remplacer le lingala ou le haoussa par le français ? Non. Est-ce que le progrès c'est de copier la construction de barrages et de centales solaires pour alimenter en énergie son industrie ? Oui. Est-ce que le progrès c'est de porter un nom européen et arabe quand ils ne portent pas des noms africains ? Non.

S'il faut bien entendu commencer par réévaluer
      0
Oceane 10    12017-01-11 15:47
#75
Si les Bantu deviennent des "Anglo-Saxons" des "Latins", que deviennent les peuples anglo-saxons et latins d'Europe. Les Bantu seraient aussi des Européens ?
      0
Sphere   22017-01-11 15:42
#76
Je vous reviens...
      0
Sphere   72017-01-11 15:41
#77
Les révisionnistes sont de sorties.
Entre une version de l'histoire raconté par des acteurs ( foncha et muna en l'occurrence ) et un Philippe gaillard journaliste souffrez Mr VAVAVA que je prenne votre version essentiellement inspiré c'est théorie de Gaillard pour des fables il.ne pouvait pas être conseiller il me semble d'un des ministres de la communication post colonisation et dire autre chose.
      0
Megde 2006   22017-01-11 15:24
#78
Lire : vous n´êtes pas , rassurez-vous , Monsieur , seul à savoir faire dans la logomachie ...
      0
Megde 2006   82017-01-11 15:21
#79
M. Vavava ,

Le Cameroun occidental était un désert en tout point , ca c´est vrai ! Tout n´est arrivé là-bas qu´avec l´avènement de l´Etat unitaire ...

Mais dites toujours , cette " unité " et cette " intégrité " que garantissait l´article 47 de la constitution de 1961 , c´était l´" unité " et l´" intégrité " du territoire d´un Etat unitaire ou d´un Etat fédéral ? Vous n´êtes pas , rassurez-vous , Monsieur , à savoir faire dans la logomachie ...
      0
LENOIR16    32017-01-11 14:39
#80
@Vavava

Tu te l'ais permis, je ne sais par quelle sauce ils vont te devorer apres ces VERITES CRUELLEMENT A EUX DITES.

J'en evitais d'evoquer, je salue ton courage, tu es garcon, Bravo!

Des gens qui ont joui des biens fait des autres camerounais veulent maintenant falsifier la verite historique et les faits historiques, comme si les Anglais en allant les avaient laisses sur un PARADIS.
      0
Vavava20    32017-01-11 12:31
#81
Il est quand même assez gênant de constater que même des personnes qui ont été des acteurs importants dans ce pays, se laissent aller à des contributions biaisées, qui favorisent plus la division qu'autre chose.

Evidemment il y en a qui en profitent pour saisir au bond des théories basées sur du sable.

Un coup on encense Munzu,une autre fois Akéré Muna,aujourd'hui c'est Abouem à Tchoyi.

Si on ne comprend pas la situation globale de ce pays à l'époque,on ne peut que se laisser aller à des élucubrations.

Soyons clair!Au départ des britanniques il n'y a presque rien dans le Cameroun méridional.

Un exemple dans le système éducatif, les british n'ont pas créé en quarante ans un seul établissement d'enseignement secondaire public.Je dis bien pas un seul.
      0
Vavava18    22017-01-11 12:30
#82
Si les missionnaires n'avaient même pas construit un à Sasse et à Bali, la situation scolaire aurait encore été pire dans l'ex West Cameroon.

D'autant que très peu de parents étaient à même d'envoyer leurs enfants au Nigéria en "Form 1" ou niveau sixième;Il faut donc avoir l'honnêteté de reconnaître que tout ce qu'on peut considérer comme le sous-système anglophone ,a été créé de toute pièce par l'Etat fédéral puis unitaire.

D'autre part il faut se dire la vérité,l'Etat fédéré du Cameroun occidental ne fonctionnait pas et n'était pas en mesure de s'autofinancer .Il ne vivait que par l'aide de l'Etat fédéral qui puisait dans les richesses du Cameroun oriental.

Et cela s'explique du fait que les anglais n'ont pratiquement rien fait dans cette partie.

Si les allemands n'avaient même pas laissé des structures comme ce qui est la CDC aujourd'hui,ce serait même pire.
      0
Vavava17    32017-01-11 12:29
#83
Il faut ajouter que comme la majorité des "civil servants" étaient anglais ou nigérians surtout les ibos,les colons dont on vante tant le système ont déserté de manière inamicale le 1er octobre sans concertation tous leurs postes en laissant un vide qu'il a fallu combler par l'envoi de ressortissants du Cameroun oriental qui malheureusement ne parlaient pas l'anglais, dès lors qu'il n'y avait pas assez d'anglophones qualifiés pour la tâche vu le niveau assez bas dans lequel l'ancienne puissance tutrice les a laissés.

A peine 20% étaient scolarisés.

J'ai parlé de gestion.Autant dire ici qu'il y avait beaucoup de malversations dans la gestion de l'Etat fédéré.

Le premier plus grand scandale du Cameroun indépendant c'est d'ailleurs la faillite de la Cameroon Bank par les pontes du KNDP, bien avant la SCB.

L'article 47 de la constitution de 1961 que certains brandissent pour contester la modification de 1972 parle de l'intégrité du territoire et non de la forme de l'Etat comme dans la plupart des constitutions.Dire autre chose n'est pas très probe.
      0
Vavava15    22017-01-11 12:28
#84
J'ai eu à poster les interventions d'Ahidjo à la conférence de Foumban et devant l'Assemblée nationale.

http://www.cameroon-info.net/reactions/cameroon-opinion-paul-biya-is-served-southern-cameroons-is-on-an-indefinite-strike-against-278235.html

Il me semble que tout cela était public.Pourquoi aucune voix anglophone ne s'est levée pour dire non?

J'ai même lu que la majorité des anglophones étaient pour une troisième question pour le plébiscite,l'indépendance; ce qui est faux eu égard à tous les mouvements qui militaient pour la réunification.Tous les partis de l'époque par leur acronyme KNC,KPP,KNDP montraient avec le K du Cameroun allemand qu'ils n'envisageaient que le rattachement des deux rives du Moungo,jusqu'à ce que comme hélas souvent,les positionnements,le pouvoir....voient des personnalités comme Endeley,Mbile,Kale appréhender les choses différemment.

Je crois d'ailleurs qu'il y avait une meilleure façon de se faire entendre s'ils s'estimaient lésés par les anglais:engager une campagne soutenue pour le boycott du plébiscite,ce qu'on a pas vu.
      0
Vavava15    32017-01-11 12:27
#85
Attention à l'histoire-fiction,l'histoire- manipulation,l'histoire-divination.

Bien que je n'agrée pas l'Etat unitaire par conviction fédéraliste,je pense ne pas avoir le droit de falsifier l'histoire pour quelque raison que ce soit.

Il y en a qui acceptent les témoignages quand ça arrange leurs idées sans recoupements,analyses,sources contraires et dignes de foi.

Autre chose, si Ngom Jua était si populaire que ça pourquoi quand il a été démis trois ans plus tard par Ahidjo qui exerçait ses prérogatives de l'article 39 de la constitution de 1961 au profit de Muna il n 'y a pas eu de levée de boucliers?

Qu'Abouem A Tchoyi nous parle du matériel de PWD et omet de nous dire que tout le sous-système éducatif,les infrastructures... ont été bâtis par l'Etat camerounais montrant par là sa bonne volonté de rattraper le retard abyssal que les british nous ont légué me laisse songeur.Pendant qu'ils abreuvaient de bavardages tels que''indirect rule",le parlementarisme,common law.... ils ne construisaient aucun système scolaire,de santé,d'infrastructures dignes de ce nom.
      0
Vavava16    22017-01-11 12:26
#86
Abouem à Tchoyi parle de ses entretiens avec Foncha et Muna pour faire comprendre que les accords n'ont pas été respectés.

Moi j'ai lu qu'Ahidjo a même proposé à peine un an après la réunification à ces deux élites un référendum pour la sécession s'ils continuaient à ne pas collaborer franchement.

C'est ce que relate Philippe Gaillard dans "Ahmadou Ahidjo:Patriote et despote,bâtisseur de l'Etat camerounais." Aux pages 124-125:"A la première session de l'Assemblée fédérale,pour laquelle on a fait venir des interprètes d'Europe,les députés anglophones se plient de mauvaise grâce aux procédures réglementaires qui n'ont fait aucune place aux usages de Buéa.Ils manifestent leur rogne et font de l'obstruction.Au bout d'une semaine,les travaux budgétaires n'ont pas avancés.Ahidjo fait venir Foncha et Muna,auxquels il présente un ultimatum.Vous voulez la fédération ou non?leur demande-t-il.Si oui vous devez collaborer franchement.Sinon je suis prêt à organiser un référendum et vous pourrez faire sécession.Cela m'est égal;c'est à vous de décider.Répondez-moi demain, s'il vous plaît.

Le vice-Président et le ministre n'ont aucune envie de se lancer dans une nouvelle aventure.Ils protestent de leur bonne volonté.Dès le lendemain,les débats de l'Assemblée,où les partis d'opposition ne sont pas représentés,sombrent dans la platitute."
      0
Vavava   22017-01-11 12:26
#87
Plus triste encore le Gouverneur en tant que pouvoir déconcentré était la personne qui devait à l'époque régler certains problèmes qu'il a relatés.

Ne confondons pas tout.Je ne sais pas si contrairement à Ahidjo,Biya a consulté les élites anglophones avant de passer à la République du Cameroun,mais au moins comme l'a dit Lenoir,il a sollicité l'Assemblée nationale comme l'y autorisait l'article 36 de la constitution de 1972.

Le système est à bout de souffle.Il faut le repenser de fond en comble.

Faut-il manipuler et enflammer pour cela?
      0
Bernardint   92017-01-11 10:56
#88
On nous demande à présent de commenter la rumeur.

Non ! cher ami. Il y a déjà tant de matière qui nous tiendrait éveillés jusqu'à la fin de ce régime et au delà.
      0
Sphere   82017-01-11 09:40
#89
Maintenant que Paul Biya est annoncé par la rumeur à buea et bamenda je serai curieux d'avoir les réactions des uns et des autres
      0
Anglofou Is Back   112017-01-11 03:55
#90
Atem3H WRITES

".... Ce qui m'étonne même est la disparition de notre cher ozazip. Qui prêchait popaul nuit et jours ici...:

Mon frere on m'a dit qu'OZZAZIZIZIP est a Kondengi pour corruption.

Can someone please confirm.

A+

Anatyp.
      0
Atem3H    62017-01-11 02:08
#91
@Monmot79

Je divise personne ni je considère le Cin comme champs de bataille. je pensais que t'avais soif de connaître ton histoire. Le voilà servit. Quels sont les points faibles ou mensonges dans l'article de David Abouem d'après toi ? Est-ce qu'il y a un problème anglophone ?
.
Ce qui m'étonne même est la disparition de notre cher ozazip. Qui prêchait popaul nuit et jours ici
      0
Atem3H    162017-01-11 02:01
#92
@Lenoir

Non mon frère, je n'ai pas pris le sisongho, article m'a sûrement échappé et tu n'as pas tiré mon attention. Te voilà enfin et en train de pondre tes arguments comme toujours. David Abouem te montre la lune et tu décides de regarder ses doigts. Pourquoi critiquer la personne au lieu de trouver des erreurs dans son récit. Tu écris qu'il a contribué au problème. Je pensais que tu disais que le problème anglophone n'existait pas et qu'ils agit d'un problème qu'on trouve parfois au pays. Est-ce un début de modération? Continuons un peu plus : les extrémistes que tu disais sont combien ? Au point de fermer deux régions où vit plus de 6 millions de personnes. Ces même extrémistes qui par leur détermination poussent la République a relâché les jeunes arrêté à Bamenda, Kumba et Buea. Tu peux pondre autant d'arguments, le Cameroun anglophone est en marche et fait de la résistance un devoir. En tout cas yde n'a plus le contrôle ni la confiance et c'est loin d'être la fin
      0
Toukari+[   182017-01-11 01:38
#93
LENOIR.

Monsieur David ABOUEM A TCHOYI a relate les evenements sans les falsifier. II n'a fait que dire la verite. Un proverbe africain dit ceci: " La verite pique comme du piment ". Votre comportement n'est donc pas surprenant.
      0
Sphere   132017-01-11 00:51
#94
Suite
Tu dis Lenoir
"Voila OWONA MINSUP a dimunie EPSI, Titus EDZOA etait MINSUP il a instaure 50000fcfa, decentraliser NGOA sur papier, EGBOR TABI est venu seulement tuer l'universite, MEBARA l'a reanimee, lui A TCHOYI qu'est ce qu'il fit a son temps en qualite de MINSUP?"
Penses tu que ces différentes décisions ont été du seul ressort de ces différents ministres dans un système si centralisé ?
Moi je crois que ce fut une déclinaison de la politique gouvernementale donc le chef nommé par le chef de l'état est chargé de la mise en oeuvre par conséquent :
- quelque soit le ministre en place en ce moment il assumera , solidarité gouvernementale obligé.
- les principaux concernés les etudiants n'ont ni été consultés pour ceq modifications majeures qui les concernent, encore moins dans le choix des personnes SENSÉES mettre en oeuvre une nouvelle politique academique.
C'est aussi cela le problème soulevé par les anglo-saxons. LA REPRÉSENTATIVITÉ des personnes qui nous dirigent.
Au lieu d'en être à estimer que le problème se réduit à l'enseignement de la langue depuis la maternelle il.faut voir plus loin.
      0
Moh Manyu   22017-01-11 00:44
#95
@Lenoir le Professeur Edzao Titus n'a pas seulement crée les Universités sur papier,elles ont fonctionné et c'est grâce à lui que nous avons eu l'Université Anglo-saxonne de Buea.Le Professeur Joseph Owona était contre toute division de l'Université de Yaoundé car quelques mois avant son départ de ce Ministère pour le Secrétariat Général de la Présidence il dit ceci : on ne transforme point un Centre Universitaire en Université comme les CES deviennent des Lycées ! Le Professeur Edzoa Titus est le seul Ministre de l'Enseignement Supérieur qui sut écouter aux clameurs grandissantes des étudiants et la difficulté à avoir 60.000 personnes dans un même espace ! Mebara ne fut qu' un étrange étranger au Ministère de l'Enseignement Supérieur !
      0
Sphere   132017-01-11 00:31
#96
@lenoir tu dis
"Lui A TCHOYI qu'est ce qu'il fit a son temps en qualite de MINSUP?"
Nous ne faisons pas ici le procès de A TCHOYI
Tu sembles lui en vouloir particulièrement.

Sans être son à avocat
Il a dit je cite
" je me suis rendu compte que ce problème était brouillé par de nombreuses idées fausses. J’ai donc estimé devoir écrire un article pour restituer ma part de vérité. En toute humilité, sans aucune prétention à l’exhaustivité ni, encore moins, au monopole de la vérité"
Peut on être plus conciliant ?
Il apporte son témoignage d'acteur et spectateur afin d'éclairer certains lecteurs ! What is wrong ?
Toi tu viens faire son procès et pire, celui des Mbamois!
Ou alors il n'a pas droit à la parole pour un problème dont , a cet instant T , nous ne.voyons toujours pas l'issu malgré les initiatives gouvernementales.
A mon suis toute contribution positive est la bienvenue !
      0
Gamob   172017-01-11 00:16
#97
LENOIR
I do not see any imperative in forcing people to be blilingual. We can live happier lives without trying to imbibe two opposing European cultures. Let is start with the premise that there is one Cameroon nation, and two sub entities: one french and one english. You move to the french zone, you are expected to conform to their way of doing things. Same for the English system. Now if you want to work for the national government, you must be bilingual. That is the system in Canada. Quebec has maintained is culture and the rest of Canada its anglosaxon culture. This was the desire of the founding fathers in Cameroon. All this talk of harmonization or integration is viewed by the anglophones as a ruse to oppress and francophonize. So let us stop it. Simple.
      0
Sphere   182017-01-11 00:06
#98
@Lenoir es tu sincère ?
Si tu en es encore à réduire le pb de la partie anglosaxon à un stricte pb de langue

"ton enfant des la classe de la SIL ferait ses classes ses matieres simulativement en deux langues officielles dont sont l'anglais et le francais jusqu'a sa formation professionnelle afin de srrvir partout sur l'etendue du territoire national et non d'avoir des CAMEROUNAIS QUI SERVIRONT RIEN DANS UNE DES PARTIES DES RIVES DU MOUNGO common law et droit civil obligeant"
Alors la quintessence des réclamations t'a échappé. Pour faire simple.
Il est question de 2 visions distinctes de la façon d'appréhender la gestion de la cités.
- Le modèle jacobin actuel et le modèle très décentralisé
- Le modèle avec Dieu-le-père-président-omniscient et le modèle avec des élus du peuple qui rendent compte aux électeurs.
- le modèle avec: le chef de l'état vous a offert dans son infini magnanimité... et le modèle de redistribution proportionnelle des impôts pour le dvpt des régions.
C'est de ça qu'il est question et de ce choix découle sous système éducatif et sous système judiciaire.
Certains disent que: la mise en oeuvre cela est possible par le fédéralisme, d'autres disent régionalisation avancée, d'aucun décentralisation effective;Et les plus jusqu'au bouttistes parle de sécession.
C'est juste un rappel afin que nous sachons de quoi il est question.
      0
LENOIR17    22017-01-10 23:57
#99
@Sphere

Le Pr Emmanuel PONDI est venu asvec sa proposition rejoindre la mienne celle de former des camerounais des le bas age dans les deux langues, pour en faire des Camerounais Bilingues puisque jusqu'a ce jour c'est le CAMEROUN qui est BILINGUE et non le CAMEROUNAIS qui est BILINGUE.

et nos Communes seraient coiffees par des elus dans la gestion des affaires de leur communaute et cite.

L'action de nos gouvernants mise sous controle des elus et les pouvoirs exorbitants de l'executif transfere dans les Villes, Departements, Provinces, Arrondissements, les Societes qui exploitent les Richesses de la Province de l'Est verseraient leur impot a Yokadouma, Mouloundou, Bertoua, Nguelemendouka, Diang, Betare Oya, Batouri, Lomie et a Belabo et non a Douala.

Parce c'est de cela qu'il s'agit et non d'une alcuturation au profit d'une quelconque identite venue outre-atlantique.

ABOUEM A TCHOYI nous evoque le cas de la Bretagne en France, mais il oublie d'evoquer aussi le cas de la Corse toujours dans la meme France qu'il prend en exemple, voila ceux qui sont a l'origine du mal vivre qui prevaut chez nous.

Il vient ressusciter de nulle part, reactiver la flamme ardente d'une resistance qu'il aurait du attenuer eradiquer a son. Il est question du systeme educatif il etait Ministre de l'Enseignement Superieur et de la Recherche Scientifique qu'avait fait a son temps pour preconiser un systeme typiquement camerounais?

Voila OWONA MINSUP a dimunie EPSI, Titus EDZOA etait MINSUP il a instaure 50000fcfa, decentraliser NGOA sur papier, EGBOR TABI est venu seulement tuer l'universite, MEBARA l'a reanimee, lui A TCHOYI qu'est ce qu'il fit a son temps en qualite de MINSUP?
      0
LENOIR14    32017-01-10 23:42
#100
@Sphere

"@Lenoir
....(...).....Parce-que ce n'était pas le cas pour certaines personnes dont toi au départ. Vous aviez tendance à dire tout le cameroun à un problème donc....
Maintenant que nous reconnaissons la particularité de ce problème il est possible sinon certain que la recherche de la solution à ce problème permettra d'adresser les pbs de l'autre partie francophone du Cameroun et tout dépendra de la pertinence des options retenues."

Commentaire: Si tu ne m'avais pas lu avec prejuge et arriere pensee, tu aurais depuis su ma position sur ce probleme dont maintes fois j'ai apporte mes suggestions ma part de contribution en idees pour notre integration nationale au contraire de votre briviaire que vous decouvriez a chaque fois qu'un imposteur ou illumanatus a la trempe de ABOUEM A TCHOYI sort de nulle part pour venir nous ENFUMER, APPORTER UNE AUTRE HUILE pour entretenir la flamme de la resistance, pourtant dont ils avaient l'honneur d'y eradiquer.

Ma proposition est connue l'UNIFORMITE de deux SYSTEMES pour en faire un TYPIQUEMENT NOTRE: CAMEROUNAIS.

Si David ABOUEM A TCHOYI qui ont eu l'honneur d'avoir l'opportinute de traiter du sujet y avaient pense a leur temps, nous ne serons pas aujourd'hui a nous y attarder,

ton enfant des la classe de la SIL ferait ses classes ses matieres simulativement en deux langues officielles dont sont l'anglais et le francais jusqu'a sa formation professionnelle afin de srrvir partout sur l'etendue du territoire national et non d'avoir des CAMEROUNAIS QUI SERVIRONT RIEN DANS UNE DES PARTIES DES RIVES DU MOUNGO common law et droit civil obligeant,
      0
Ringo   202017-01-10 23:39
#101
Ces événements dans le Southern Cameroon conjugués aux atermoiements de l'appareil étatique, en totale perte de contrôle, sont un signe qui ne trompe pas. Nous sommes au crépuscule de ce régime. Popol, sa clique et tous ses sbires qui essayent de nous faire prendre ici sur CIN, des vessies pour des lanternes, sont des gens du passé, des gens dépassés. Nul débat constructif n'est possible avec eux.

Tenez, il suffit que Mr Abouem décide de donner au camerounais des clés de compréhension de la situation en cours dans le Southern Cameroon pour qu'on lui demande illico, le préalable de reconnaître ses responsabilités avant de parler. S'il y a responsabilité à reconnaître par Abouem c'est donc bien qu'il y a responsabilité à reconnaître par la plus haute autorité de l'Etat CQFD! On sait qui tranche in fine.

Et puis est-ce que Mr Abouem a t-il nié quoi que ce soit? Non. A t-il jamais essayer d'embellir sa position? Non plus. Son récit descriptif parle des arbitrages finaux et donc de la responsabilité collective sans qu'il essaye de s'en soustraire!

Enfin quand en 2017, on entend sur CIN des raisonnements du type: "un autre qui n'a rien fait pour son GRAND MBAM alors qu'il occupa plusieurs hautes fonctions dans la Republique", on est droit de se demander où on est là! Cette façon tribale de cantonner le rôle des agents de l'Etat au service népotique de leur village est pathétique et désuet. C'est la preuve que ces gens sont vraiment du passé. Nous on veut avancer vite, et pour cela nous allons devoir nous délester de ces charges inutiles qui ne nous apporterons rien pour notre avenir.

Vive le Cameroun!
      0
Bernardint   72017-01-10 23:00
#102
Monmot79


Tu es entrain de diviser les Camerounais en deux camps pour savourer ton plaisir irréponsable.
C´est un jeu dangereux.
____________________________
Are you seriuous, guy?

Ceux qui divisent les camerounais sont connus. Ils habitent Genève, violent des jeunes filles, poursuivent des footballeurs, volent des bébé dans les hôpitaux, détournent à tout va... Dois-je en rajouter ?
      0
Gamob   62017-01-10 22:59
#103
Monmot79,
I have read your missive but I simply dont understand what you are proposing as solution to the problem. It is not enough to say you dont understand why anglophones would want to confine themselves to "Gaza". It is not enough to say there is a deficit of governance. Was there a Cameroon before the arrival of the Germans? If there was one , certainly the Bamenda man would never have a met a Yokadouma man and hence their relationship could no the that of brotherly love. We will not seek to solve the problems of all Cameroonians through our struggle. We already gave you multipartism and look at the way you have handled it!!. Our issues are unique to us. Our state , the SC has disappeared and we find ourselves in a cacophony that we cannot understand. We are determined that we cannot be wiped out from the map by a stroke of the brush. We will never allow what our fathers bequeathed to us to disappear. In plain terms, we reject national integration and harmonization but we don't deny Cameroon statehood. You are welcome to live anywhere but if you step foot in the Southern Cameroons, you will come under the jurisdiction of our laws and when we travel to LRC we will come under your laws. It is a simple proposition.
      0
Moh Manyu   02017-01-10 22:38
#104
@ Belin Medjo Akono Marcel is roving Ambassasor!
      0
Monmot79   52017-01-10 22:29
#105
@Atem3H
Où sont nos amis Man Tara, Lenoir, Monmot79 ou Nyambaridon et consort.
******************************
Le CIN n´est pas un champ de bataille.
Tu es entrain de diviser les Camerounais en deux camps pour savourer ton plaisir irréponsable.
C´est un jeu dangereux.
      0
Sphere   42017-01-10 22:25
#106
@Lenoir
" le reste n'est que apparaitre le plus interessant dans un probleme qui puise sa racince sous leur responsabilite."
Heureux de t'entendre tenir des propos ci-dessus. Car mon débat depuis toujours est orienté contre ceux qui font preuve du déni. Ou sont incapable d'empathie.
Nous sommes tous d'accord maintenant qu'il y a bien un problème particulier à la partie anglosaxon du cameroun.
Parce-que ce n'était pas le cas pour certaines personnes dont toi au départ. Vous aviez tendance à dire tout le cameroun à un problème donc....
Maintenant que nous reconnaissons la particularité de ce problème il est possible sinon certain que la recherche de la solution à ce problème permettra d'adresser les pbs de l'autre partie francophone du Cameroun et tout dépendra de la pertinence des options retenues.
Alors trêve de déni. Sans empathie réalisme et sincérité aucune solution viable ne pourra être trouvé quelque soit le nombre de ministres et émissaires envoyés à Bamenda , Buea ou ailleurs.
      0
Moh Manyu   32017-01-10 22:24
#107
Minister David Abouem a Tchoyi you remain the best we still have nowadays in Cameroon!! You are living witness of Cameroon! Thanks for this paper! I leart a lot mostly about the name Ambass Bay!!
      0
Monmot79   52017-01-10 22:07
#108
@Gamob
Suite et fin
À part la mauvaise vie que tous les Camerounais connaisse depuis des décennies et de surcroît, celle que vous endurez, concernant la perte de votre culture et de votre identité, c´est la très mauvaise gestion de ce beau pays qui est l´origine de cette éclatement dans la société et c´est elle, que nous devons montrer du doigt. Je ne crois cependant pas encore, que nos autorités aient fait des plans quelconques contre vous. Je pense plu-tôt soit : Ils reçoivent une pression extérieure, soit c´est tout simplement une sorte de paraisse qui le pousse à ne pas accomplir leur devoir comme il se le doit.

Ce que j´écris, ne provient pas d´une personne dédoublée ou de quelqu´un qui cherche à se faire valoir ou bien encore, de quelqu´un qui cherche à satisfaire l´opinion de qui que ce soit.
C´est tout simplement la vue d´un certain angle sur lequel, ma conception des choses du moment, est orientée.
      0
Monmot79   62017-01-10 22:06
#109
@Gamob Suite 3
Ça ne devrait plus être. Je crois que tu pourrais comprendre enfin, le point de la discorde entre nous. Ce qui me fait des fois durcir le ton ou de changer d´opinion, c´est ce manque d´une vue générale sur avenir du Cameroun. Les politiciens
s´en iront, mais le Cameroun restera. Je veux par là dire que, tant que le pays ne ressemble pas encore à la Libye, l´Irak ou la Syrie et tant bien même que, notre sol sera vidé de tous les matières premières, nous devons continuer à avoir de l´espoir qu´un jour, si ce n´est plus nous-mêmes, c´est nos enfants et petits enfants, qui pourraient vivre la vie que plusieurs Camerounais et Camerounaises, rêvent de vivre de nos jours, mais à condition, qu´ils nous laissent, au moins les forets intactes...
Pour une population égale encore à plus ou moins, 20 Millions d´individus, la superficie restante, offre encore à chaque Camerounais, la possibilité, d´aller vivre, là où bon lui semble.
Mais pourquoi les soi-disant séparatistes cherchent-ils à ignorer cette énorme chance et préféreraient aller vivre massés sur une surface comparable à celle de la Bande de Gaza ?
Voilà pourquoi, je les considère comme des étrangers qui viennent troubler la paix de notre pays.
À suivre
      0
Monmot79   102017-01-10 22:02
#110
@@Gamob Suite 2
J´avais certes supporté, un certain moment, l´idée du retour au fédéralisme car, l´expérience vécue hors de mon pays natal, avec la discrimination ou même avec du racisme, m´avait poussé à prendre cette position. En vous savant être discriminés dans votre propre pays, je ressentais que ma discrimination à l´étranger était la moindre car, je me dis, si ça devient insupportable, je rentre au Cameroun, mais vous autres, vous n´avez nulle part où aller, c´est cela le comble de tout...
Plus j´adoptais cette position, plus des voix s´élevaient pour revendiquer plus. C´est à ce moment là que j´avais compris que, le fédéralisme que vous demandez, ne pourrait être que l´avant poste d´une indépendance totale. Ce changement d´opinions, était pour certains, avec des idées fixes, une occasion propice, de voir en ma personnalité, un personnage dédoublé, propre pour une psychiatrie ou un asile de fous...
Certains se posent la question de savoir pourquoi on défend si farouchement l´Ouest du Cameroun ? Chacun, a peut-être sa propre réponse pour cela. En ce qui me concerne, en considérant la superficie du Cameroun au temps des Allemands, on constate avec amertume, que c´est certainement le Cameroun qui était le plus grand perdant de la deuxième guerre mondiale...
Presque tous nos pays voisins, avaient obtenu des territoires qui étaient les nôtres.
L´Ouest du Cameroun constitue, qu´une petite miette de ce qu´on aurait du reprendre
de la superficie perdue du Cameroun. Et bien que cela, nous devons encore lutter contre notre grand voisin le Nigeria et contre nous-mêmes !?! Ça ne devrait plus être.
À suivre
      0
Monmot79   112017-01-10 21:56
#111
@Gamob
We want the budget of this country to be divided proportionately , so you manage your affairs in Yaounde and we manage ours in Buea . I don't think that is asking too much. And if we do not get the federation we rightly deserve, we will have no other option but to restore the statehood of the Southern Cameroons.
********************************
Tout d’abord, merci pour ton post.
Je suis très surpris de toi à cause de cette nouvelle perspective de percevoir les choses.
Je ne m´y attendais vraiment pas de toi et je ne puis que dire : nous sur le même diapason...
Ma position était et est encore, que le gouvernement doit régler, le plus vite possible, ce problème et en profondeur. Si le CIN avait une machine de recherches, tu pourrais ainsi revoir tous mes précédents posts qui le confirment...
Certains ne comprennent pas dans ce site que, changer d´idées ou son opinion, ne veut pas dire qu´on est une personne dédoublée. Au contraire, c´est une sorte de flexibilité et sans elle, on peut jamais arriver à faire des compromis, d´une part et de l´autre, est-ce que c´est moins intelligent, de faire demi-tour, lorsqu´on a constaté qu´on a emprunter une route qui conduit tout droit vers un abîme ou vers les sables mouvants ?
N´est ce pas que c´est presque nous tous qui disons, qu´il n´y a pas de problèmes entre les citoyens camerounais ? Le problème dit « Anglophone », comme je l´avait toujours dis, existe réellement et devrait être réparé à fond. C´est un problème politique et non civil.
À suivre
      0
Gamob   82017-01-10 21:43
#112
THE NATIONAL CAKE
Let us stop all the invective, proposals and counter proposals and come down to basics.
We all know that the most sticky in this debate is the unequal distribution of the national cake. People from Southern Cameroons origin constitute anywhere from 25%-35% of the population of this country(could be even more given the government manipulates census results). Let is take the national cake and distribute proportionality per population. LRC will manage their budget in Yaounde and we manage ours from Buea. The founding fathers (Foncha & Muna) had foreseen the possibility of unequal distribution when the insisted that the population of both territories(LRC and SC ) be counted before unification.(see abouem a Tchoyi). I dont think this will be a problem to Francophones given that the vast majority of these resources are from the Southern Cameroons and they will be receiving much more than the SC in this exercise. Now, whatever you want to do with your money in Yaounde is your business. Whatever governance structures you set up in Y'de (8 state decentralization, federation,unitary, centralized) is your business. Whatever governance structures we setup in Buea to manage our affairs(2 state federation, parliamentary, unitary etc) is our business. But we all belong to one country: Cameroon. Am I wrong?
      0
LENOIR17    32017-01-10 21:37
#113
@Sphere

Mon probleme c'est les podtures que furent de ce ABOUEM A TCHOYI, Gouverneur, Oreille, Bouche, Yeux et langue du President de la Republique, envoyer special du President de la Republique ecouter les problemes des Camerounais d'outre Moungo, Conseiller du President de la Republique sur la sortie de ce probleme, Ministre de l'Enseignement Superieur et de Recherche Scientifique, Minsitre Secretaire General de la Presidence de la Republique, dont plein dans chacune de sphere pour ce probleme dont il evoque avec nous comme un SIMPLE OBSERVATEUR alors qu'il ETAIT l'un des ACTEURS, FORGERONS privelegies de ce dont il reproche.

A BOUEM aurait du d'abord assumer sa part de responsabilite, puis assumer la responsabilite collective.

Le reste n'est que apparaitre le plus interessant dans un probleme qui puise sa racince sous leur responsabilite.
      0
Segou   152017-01-10 21:12
#114
Un imminent contributeur de ce forum (mais où est passé KEKO BRAVO?) avait coutume de dire, à raison, qu'il y a un complot contre l'intelligence dans notre pays. Mais parfois la résistance surgit de là où on ne l'attend pas...
      0
Sphere   182017-01-10 21:05
#115
@Bernadint
Ils sont trop prévisibles les planqués. Maîtres de l'embuscade. Toujours à regarder le doigt et non la lune pointé du doigt.
Tout ce que l'un d'eux à retenu de la narration du ministre Abouem c'est qu'il est mbamois donc....? Je ne sais quoi .
Je me permets de prévoir la suite des réactions apparemment les éléments de languages ne sont pas pertinent ils y réfléchissent toujours. Ils vie.dront avec des injures du genre vous êtes des " biaffrais" eux les seuls "authentiques" camerounais.
Les seuls qui ont le droit d'imposer leur vision aux autres camerounais mm si cette vision nous conduit depuis plus de 50 ans vers l'abysse.
      0
Sphere   202017-01-10 20:57
#116
@Lenoir la question est toute simple que monsieur Abouem ait fait partie de se gouvernement ou non; qu'il se soit abstenu de se prononcer sur la tournure que prenait les événements ou pas , admets tu qu'il résume très bien la situation actuelle des raisons de la tensions avec la partie anglo-saxon du Cameroun ? Et par conséquent votre effort de déni de la réalité feint ou assumé est vain.
La il serait mbamois donc pas apte à critiquer d'après toi .
Après avoir exclue les anglofous, exclus les Bamilecons, ignorés les nordistes, vous en êtes au mbamois ? Shame on you
      0
LENOIR21    32017-01-10 20:44
#117
@Sphere

"Biensûr ils sont endormis ou en enbuscade les Man tara , Lenoir et consorts.
(....).... face aux propos clairvoyants et plein de bon sens du ministre Abouem."

Commentaire: Quel bon sens accordes-tu a la sortie de David ABOUEM A TCHOYI? Le Cameroun etait Cameroun avant sa scission en deux par la societe des Nations, qui lui attribua les termes West Cameroun et Est Cameroon a ce pays qui etait un ensemble avant sa tutelle sous administration britanique et francaise.

Apres moultes perepities parsemee de maintes obstacles et de perte en vie humaine, la partie orientale son independance voulut retrouver son appellation d'antan, lorsque la partie occidentale se sinda en deux dont Northern Cameroon et en Southern Cameroon, ne pouvant etre etats, il fallut a chacune de se definir. Le Southern Cameroon choisit son alignement au Cameroun et le Northern Cameroon au Nigeria.

La partie rattachee au Nigeria a-t il garde son nom NORTHERN CAMEROON?

A TCHOYI avait suggere quel nom au President AHIDJO lorsqu'il le recut et voulut ses propositions?

Abouem A TCHOYI a propose quel nom a Paul BIYA lors du changement de denomination de Republique Unie du Cameroun a Republique du Cameroun?

Pourquoi A TCHOYI feind de ne pas dire que c'est Yaounde avant la Reunification a pourvoyer ceux du Cameroun Occidental en fonds pour payer leurs fonctionnaires et autres de leur Etat?

Pourquoi ce n'est qu'aujourd'hui que David ABOUEM A TCHOYI comme tout bon MBAMOIS ironise sur ce dont il fut un des batisseurs et forgerons?

Pour moi c'est une sortie d'un FRUSTRE et d'un AIGRI voila pourquoi sans importance un NON SENS.

C'est du petit lait pour toi et autres qui en raffolent, mais pour moi c'est un NON EVENEMENT. UN ENFUMEUR.
      0
Goodman   72017-01-10 20:40
#118
Le probleme des camerounais c'est de penser que tous les pays africains ont eu des problemes avec la France,cest archi-faux...il faut connaitre l'histoire des pays africains,chaque pays a son histoire, Et qui etait oppose a houphouet en en Cote D'ivoire? ou a Senghor au Senegal? quand les deux sont rentres de France ils etaient des leaders naturels incontestes dans leurs pays...il faut faire attention a ce que vous racontez, oui houphouet a servi en France ou est le probleme? tous les pays francophones ont ete conduits a l'independance par leurs partis nationalistes sauf l'UPC au Cameroun qui a ete aneanti...
      0
Bernardint   42017-01-10 20:11
#119
Sphere
es 6 pouces rouges montrent que tu avais raison. Ils sont là...
_________________________________________
Goodman

Tu vas trop vite en besogne. Senghor et Houphouet étaient des hommes politique français. Ce dernier a même été à l'origine de l'adoubement de beaucoup de chefs d'Etat des indépendances. C'était à lui qu'on demandait conseil

_____________

Stoph

"What are you guys doing so that the issues of Cameroon are solved? "

Squwak as usual. What more could you expect from Cameroonians?
      0
LENOIR25    102017-01-10 19:48
#120
@Atem3H

Maintenant tu reapparais apres que tu ais disparu et ais refugie dans les sishogos dans un article qui mettait a nu ce dont tu rabattais les oreilles ici a CIN de ton SEUL et UNIQUE BULLETIN AYANT PORTE LA MENTION OUI-YES et YES-OUI lors du referendum du 20 Mai 1972.

Vous croyez avoir trouve votre messie au travers de DAVID ABOUEM A TCHOYI, un autre qui n'a rien fait pour son GRAND MBAM alors qu'il occupa plusieurs hautes fonctions dans la Republique, sa signature vous en aurait edifie.

Ce sont les forgerons de ce systeme qui l'ont forge, entretenu et nourri, frustre et aigri il vous sert un brulot qui heureusement pour vous trouve vos ensencements, pourtant dans son artcicle il leve des contre verites.

Sachez que SALEMON TADENG MUNA est President de l'Assemblee Nationale lorsque Paul BIYA depose au bureau de l'Assemblee Nationale son projet de texte de changement de nom, il aurait demande a Paul BIYA de ne pas le faire a ce moment vu le contexte d'apres 6 Avril 1984 et

A Tchoyi SG/PR aurait du conseiller au President de la Republique une autre astuce, puisqu'il apparait comme etant le SEUL QUI TROUVAIT que le nom du nouvel etat renvoyait a celui qui fut abandonne en Juillet 1961 lors de la conference de Foumban.

A TCHOYI vantard comme tout bon MBAMOIS trouve que les autres ont fait la surenchere, pourquoi ne nous dit-il pas ce que lui avait propose lui le PLUS INTELLIGENT ET SAGE DE TOUS?

Il y avait la Region BAMOUN, la Region BAMILEKE, et le grand MBAM etait quelle region? et les Kakas etaient quelle Region?

Si lui Gouverneur a l'epoque ne put suggerer des appellations a sa hierarchie, qui l'eut pu alors a sa place?

Voici des personnes par aigreur et frustration d'avoir perdu leurs avantages d'atan veulent mettre de l'huile dans le feu qui couve deja grace a leur erreur d'autre fois.

Apres qu'ils aient joui, maintenant ils veulent nous ramener en 1961, 1972 avec les yeux et realites de 2017.
      0
Stoph   62017-01-10 19:37
#121
Reading through your comments, I now see that maybe Cameroon history is not thought in francophone schools. Every other day I have been reading here comments further denigrating the anglofous. I didnt know this personal account interspersed with historical acts by Governor Abouem a Tchoyi was going to make you get what is making anglos shout and jump in anger.
Mr. David Abouem a Tchoyi was a governor of the N.W Province when Yang Philemon was Minister of Mines and Power in the early 80s. Both men were young, a shiny example to most of us, esp on an occasion they both visited Mbengwi and we were shifted fom GHS Mbengwi in Mile 17 to the stadium in Mile 19 to listen to both men
Many of us didnt even hear what message they brought as we were immesrsed in admiring the two young administrators. It was a period where transfers were not done in the rash way of Biya
Today, the governor of the N.W is francophone, the SDO for Momo Francophone, etc etc. When we falsify history, tensions are bound to rise. Many of the commentators here consume selectively his revelations. e.g, they see where the anglofous are bound to get annoyed but quickly revert to refusing the historical fact that Southern Cameroons and La rep. du Cameroun came together as 2 equal partners. reasons many will talk of problems throughout Cameroon. My question then is: What are you guys doing so that the issues of Cameroon are solved? Sit and insult the anglofous while the country goes down the drain?
      0
Goodman16    62017-01-10 17:40
#122
Bams

Il faut faire attention de ne pas mélanger tous les pays car ils n ont pas tous la même histoire ..Ce n est qu au Cameroun on a imposé Ahidjo au camerounais sinon au Sénégal Senghor était le choix du peuple sénégalais tout comme en Côte d ivoire Houphouet était le choix des ivoiriens... Fais attention à ce que tu écris....
      0
Sphere   152017-01-10 17:28
#123
Biensûr ils sont endormis ou en enbuscade les Man tara , Lenoir et consorts.
Le contraire m'aurai énormément surpris.
A moins qu'une réunion soit en cours afin de leur communiquer les éléments de langage face aux propos clairvoyants et plein de bon sens du ministre Abouem.
      0
Gamob   162017-01-10 16:59
#124
Monmot79,
I hope, what I failed to communicate to you through months of interaction has been clarified to you by the words of Minister Abouem. I will say and repeat it: we, the Southern Cameroonians , came into this union voluntarily. If we had decided otherwise, the case would been closed. We did not join because we were looking for new colonial master. We could have insisted for total independence from the British , but, as proof of our good faith, we accepted to join our brothers to live in a bi cultural federation. We did not join to part of any experiment in integration or harmonization. We did not join to become citizens of La Republique du Cameroun. We have waited patiently and observed to our consternation that the gentleman's agreement entered into with Ahidjo have been discarded like toilet paper. At the minimum, we constitute 25-30% of the population of this country. We want the budget of this country to be divided proportionately , so you manage your affairs in Yaounde and we manage ours in Buea . I don't think that is asking too much. And if we do not get the federation we rightly deserve, we will have no other option but to restore the statehood of the Southern Cameroons.
      0
Citoyen Lamda   142017-01-10 15:56
#125
Monsieur le Ministre, merci pour tous ces éclaircissements. On pouvait penser qu'il n'y a pas de sage, parmi nos homme politiques, capable d'éclairer l'opinion sur les tenants et les aboutissants du problème anglophone. Personnellement, j'ai été impressionné par les exemples terre à terre qu'il prend pour illustrer ses propos. Nous devons, en tant que citoyens, apprendre à nous mettre à la place de l'autre lorsqu'il se plaint d'une certaine situation. On comprend dès lors que le problème de nos frères anglophones n'est pas de nous quitter comme certains l'ont préténdu, c'est plutôt un problème de style de gestion, qu'il souhaitent plus transparent et respectueux des règles convenues. Je crois qu'il s'agit là de valeurs partagées avec l'ensemble de la population camerounaise. Une décentralisation effective viendrait à bout de la gestion calamiteuse des grands dossiers de l'Etat. Elle rendrait les détournements massifs plus difficiles et renforcerait les controles. L'émulation entre les entitées décentralisee pourrait provoquer l'effet tâche d'huile et secouer les plus paresseux. Si l'extrême centralisation a montré ses limites, que dis-je, ses serieux revers en 45 ans, nous avons le devoir impérieux d'essayer autre chose. La forme de l'Etat n'est pas un dogme !!!
      0
Bernardint   152017-01-10 15:40
#126
@Ndokoti

Ca n'est pas la bible, mais un propos argumenté et documenté. Je n'ai rien vu de pareil parmi ceux d'en face qui ne font que jeter anathèmes insultes coups et quolibets. Pour une fois qu'on publie un article sérieux ici, réjouissons-nous-en !

Nji Njikkam

Mille fois d'accord !
Attention, parfois le clou plie, voire se casse.

Africain2

Nous n'en sommes plus à dépouiller les documents. Pendant que nous serons plongés à les étudier, ils feront comme les blancs qui nous offrirent des bibles et pendant que nous les lisions, se sont gavés de nos richesses.

Le peu que nous croyons savoir est beaucoup. En tout cas, nous le savons. Monsieur Abouem nous le démontre. Le problème du Cameroun est une concentration excessive de l'État. Même une finale de coupe doit être réglée par un groupe de vieillards cacochymes qui ne vivent même pas sur place. La "crise anglophone" doit être soutenue. Ils ont cru qu'ils pouvaient monter les francophones contre les anglophones, c'est si commode. Il le font tous les jours. Mais là, ça ne marche pas. Un pays où on emprisonne un mois de jeunes pour avoir manifesté, vous croyez à un problème anglophone ?
      0
Bernardint   82017-01-10 15:40
#127
Toukari+[

Vous m'avez mal lu. Évidemment, tout peut être spécifique. Si vous battez votre femme, c'est un problème spécifique à votre famille, mais cela pose aussi la globalité de la violence conjugale.

Croyez-vous que les Pygmées n'ont pas de problèmes similaires sinon encore plus graves ?

J'ai aussi parcouru l'article ci-dessous. L'auteur aborde le second paragraphe en répondant positivement à cette question là. Mais c’est une question ponctuelle. Les problèmes des anglophones ne sont que l'expression vive des problèmes de tous les camerounais. . D'ailleurs l'auteur lui-même dans sa conclusion écrit ce que j'ai déjà relevé : "Tous les citoyens de notre pays en bénéficieront." Vous voyez donc : une spécificité universelle, en quelque sorte. Il ne peut, lui, commis de l'Etat, s'exprimer aussi librement que moi. Je traduis, c'est tout. Voilà ce que mon post, illustré par l'iceberg, dit Ce que vous évitez de mentionner..
      0
Atem3H    232017-01-10 13:49
#128
Où sont nos amis Man Tara, Lenoir, Monmot79 ou Nyambaridon et consort.

Il me semble que vous avez soif de connaître l'histoire du Cameroun et le problème anglophone. J'espère vous n'allez pas me dire que ce ancien haut cois de l'état est un sécessionniste ou pseudoanglophone. Même Biya connais bien ce problème ayant été un proche collaborateur d'ahidjo. Je te dis, ce qui embete Biya c'est la montée du nationalisme anglophone jamais-vu depuis 1972. Hier avec la paralysie complete de la vie quotidienne au Cameroun anglophone, les leaders du consortium anglophone ont envoyé un message clair à Yaoundé; il faut dialoguer sans conditions et ni sujet tabou. Même la forme de l'état est à discuter. Une répétition des villes mortes d'hier le 11 février ou le 20 mai n'est plus impossible
      0
Ringo   292017-01-10 12:43
#129
Merci Mr Abouem à Tchoyi pour ces éléments édifiants de notre histoire que vous partagez. Votre texte est une archive à sauvegarder que j'ai littéralement savouré. Si vous pouviez nous offrir comme ça d'autres éléments de notre histoire dans des tribunes ou des livres ce sera un apport incommensurable pour la jeunesse de votre pays.

Pour le reste j'ai adoré vos anecdotes sur l'hyper-centralisation et encore plus récemment il y a la relocalisation de la direction générale des douanes de Douala vers Yaoundé. le plus gros contingent des usagers de la douane, des acteurs auxiliaires et des douaniers est toujours à Douala principal port et aéroport du pays... c'est d'une cohérence qui m'échappe!
      0
BAMS   292017-01-10 12:40
#130
@TOUS
Je parlais de double peine que subit le peuple camerounais. Faut savoir que jusqu'aujourd'hui le cameroun comme tous les pays d'Afrique d'expression française n'est pas un pays indépendant. nous sommes encore et restons un pays colonisé par la france.
La France par subtilité a tout simplement transféré son pouvoir de torture aux hommes noirs que sont nos tyrans africains.
Par subtilité, la France maintient tout son pouvoir de colons et de pillage de nos richesses par le FCA (franc des colonies d'afrique.), avec le FCA , la France rafle tout ce qui pourrait être bénéfice pour nos économies et nous maintient dans la pauvreté, c'est l'esclavage moderne.
Réveillez vous car si c'est nos pays d'afrique qui financent une grosse partie de l'économie française , que m^me aujourd'hui nous vivons et travaillons que pour le seul intérêt de la FRance par un jeu subtile monétaire bien orchestré par la france.
Dans cette nouvelle architecte diabolique et subtile pour maintenir l'afrique noire sous le joug de la colonisation, la france utilise les dictatures africaines pour mater le peuple, ce n'est t plus les français eux mêmes qui se chargent de cette sale besogne mais c'est des noirs, nos frères qui se sont transformés en tyrans collabos. (biya et les autres)
La double peine ici, c'est le franc CFA qui nous maintien sous la colonisation et les dictateurs qui pillent et gaspillent le peu que la france nous laisse.
Reveillez vous, réveillez vous, faut une révolution en AFRIQUE NOIRE FRANCOPHONE POUR EN FINIR AVEC L'ESCLAVAGISME;
NOUS SOMMES ENCORE DES ESCLAVES
Un point c'est tout
      0
Goodman   262017-01-10 12:13
#131
Auriez-vous été aussi si lucide si vous étiez encore aux affaires? Car les anglophones qui sont autour de Biya ne cessent de lui dire qu'il est le roi soleil, le saluant avec des courbettes à la limite à genoux , tous les conseils c'est que tout va bien...Il n'y a aucun problème...Monsieur l'ex ministre c'est limpide ce que vous écrivez, on retient que c'est la façon de gouverner qui pose problème, les gens prennent des décisions comme ils veulent, n'ayant jamais eu de vraies élections au Cameroun, c'est à dire que les camerounais n'ont jamais eu droit de choisir celui à qui ils doivent confier leur destin c'est un tort d'employer le mot francophone pour désigner les gouvernements d'AHIDJO et de BIYA, les camerounais dans leur ensemble anglophones comme francophones ne sont comptables d'aucune décision, AHIDJO, président imposé aux camerounais par les français organisait des élections étant le seul candidat il a laissé le pouvoir à Mr Biya imposé également par les français, en 1992 il y a eu la seule vraie élection transparente organisée au Cameroun John Fru Ndi a gagné...Premièrement il faut laisser les camerounais choisir librement leurs dirigeants...Sinon ce que nous voyons là est début des problèmes qui annonce une fin de règne tumultueuse
      0
Africain2   162017-01-10 12:06
#132
Maintenant que ce Grand Homme a parlé, que nos dirigeants actuels arrêtent avec des expédients et les effets d'annonce,

Que l'on dépouille les archives de notre mémoire collective et qu'on ouvre un véritable dialogue,
- il y'a eu le memorandum du grand nord,
- il y'a eu le memorandum de l'adamaoua,
- il y'a eu le memorandum des autochtones du Mfoundi,
- maintenant c'est le problème anglophone,
-etc, etc

Je crois qu'il est temps d'agir !

si c'est la décentralisation qu'on la fasse effectivement au lieu de toujours tourner en rond indéfiniment.

le problème au Cameroun c'est trouver un modèle d'organisation sociale ou d’institutions capables d'enclencher notre véritable progrès et un épanouissement réel de toutes les populations, car nous n'y sommes pas encore.

l'épanouissement d'une minorité de nantis ne signifie pas l'épanouissement des Camerounais !
      0
Adama    362017-01-10 11:59
#133
Après 55 ans de soit disant unité du Cameroun, les résultats sont:
- Deux fois champion du Monde en corruption
- le tribalisme exacerbé
- la grande corruption centralisée dans les ministères à Yaoundé
- l'enrichissement exorbitant des corrompus basés à Yaoundé
- Pays pauvre très endetté....,

Le retour au fédéralisme est un impératif car le Cameroun n'est pas uni.
De plus, il n'y a que des paresseux qui ont peur du fédéralisme.
      0
Rosy   292017-01-10 10:39
#134
A lire cet écrit, c'est l’œuvre de la politique de Mamadou et poursuivie par le Consul de Suisse au Cameroun. Ils ont ignoré et ignore toujours les problèmes et le ressenti des populations dont des camerounais d'expression anglaise. La réaction des camerounais d'expression française ne tarderont pas . Tout le pays souffre de ces politiques qui ne prennent pas en compte le mécontentement des camerounais. Avec MAN TARA et Stephano , ce n'est de la faute du Consul, mais de celle des camerounais. Ils n'appliquent les TRES HAUTES INSTRUCTIONS du Seigneur Pô MBIYA.
      0
L'Africain   392017-01-10 10:22
#135
J'ai lu cette interview hier et j'en ai partage avec des amis qui jusqu'ici ne comprenaient pas ces revendications. maintenant j'ai juste regrette le fait que nous soyons entre de discuter une partie de notre histoire. La nous sommes dans les annees d'apres la deuxieme guerre mondiale. Avant la Guerre le Cameroun n'avait pas ce probleme, l'apres guerre nous a cause un serieux probleme, toutefois le regime de yaounde a contribue a empire ce probleme. Voila ce qui arrive quand dans un pays on enseigne pas la vraie histoire aux populations. Etant donne que le probleme est deja la, il faudrait que Biya ailles discuter avec ces gens et une fois que ce sera termine qu'on change notre maniere de fonctionner. L'administration a la Francaise n'a reussi dans aucun pays dans le monde. Moi je propse (moi qui? bref je pense qu'il serait bon...) qu'on donne la possibilite a chaque region de pouvoir elire ses administrateurs et que ceux -ci rendent compte en retour.
      0
Un_camer   552017-01-10 09:31
#136
Vous voyez alors que les dirigeants de ce pays sont:
- fourbes
- menteurs
- malsains
- et que sais-je encore ...

Il y a 2 mois il n y avait pas de probleme "anglophone" TOUS je dis bien TOUS les dirigeants de ce pays et leurs va-en-guerre poluaient les plateaux de TV pour nous dire qu une bande de singlés manipulés et assoifés du pouvoir voulaient nuire "a la paix de bi mvondo et son pays de vacances"

Subitement depuis 2 semaines l histoire du Cameroun la vraie nous ai raconté petit à petit et ceci par des tres hauts responsables de ce pays. C est le debut.

Mes freres ANGLOS je vous en prie NOW OR NEVER

Faites nous ca bien dure notre salut viendra de vous et prenez nous ce pouvoir des mains des jouisseurs francos

"when injustice becomes law resistance becomes duty"

JE SUIS ANGLO
      0
MADI11    252017-01-10 09:07
#137
Soyons honnêtes, la plupart des Francophones sont dans leur zone de confort et ne veulent aucun changement qui leur demande des efforts. Ils ne veulent pas de changement même s'ils souffrent, ils préfèrent le statut quo.

Ils ne veulent pas apprendre l'anglais, c'est trop difficile, ils ne veulent pas s'adapter à un système qu'ils savent pourtant meilleur puisse qu'ils envoient leurs enfants fréquenter dans ce système! On veut toujours le meilleur pour ses enfants pas vrai? Paradoxal vous trouvez pas?

Vous pensez qu'ils se soucient des enfants originaires de cette partie du Cameroun? Non! ils ne veulent pas que leurs enfants qui y sont perdent une année scolaire ou académique, c'est la raison des différents balais ministériels. Sinon croyez vous que les familles qui y vivent n'aiment pas leurs enfants à eux?
      0
MADI   452017-01-10 08:53
#138
Merci Mr Abouem a Tchoyi!!!

Je crois que ce Mr n'est pas originaire de cette partie du pays mais connais bien le fond de ce problème aidé par son vécu dans ces régions. Il a en outres été en contact avec les acteurs de l'unification des deux parties du Cameroun.

Le déni de cette réalité résulte de la malhonnêteté congénitale des Camerounais majoritaires d'expression Française qui sont à l'aise dans la pratique des usages issus de la colonisation Française et qui reprochent aux autres de vouloir préserver les acquis positifs de la colonisation Anglaise. Incroyable!!!

Quel est le résultats de l'administration issue de la Colonisation Française au Cameroun aujourd'hui? Catastrophique! Nous sommes tous d'accords là dessus, mais peu importe à partir du moment nous ne voulons pas faire d'efforts pour intégrer un autre model.
      0
Belin   282017-01-10 08:24
#139
M Abouèm à Tchoyi , cela me fait plaisir d'avoir de vos nouvelles, et je ne vous connaissais sous cet aspect d'homme droit (vous êtes rare de nos jours.) recevez tous mes respects.
Il y a un autre gouverneur de l'époque de ma jeunesse Medjo Akono, j'aimerais savoir ce qu'il est devenu..
      0
EyohDibindi   282017-01-10 08:23
#140
La mauvaise gouvernance, voilà ce qui en ressort.
      0
Dalexe   472017-01-10 08:23
#141
A l'heure du WIFI où tout est sensé aller très vite, lire tout ce texte relève d'un exploit. Mais ce dont-il est question en vaut la peine. l'Histoire et surtout l'avenir de notre pays. beaucoup continueront à mentionner Paul Biya dans leurs diverses réactions, de façon folklorique bien souvent, ils oublient que de part son âge, cet homme fait parti du passé. certains de ses compagnons de voyage comme l'auteur de ce long article, viennent nous donner des éléments à même de comprendre le "Mal être" de nos frères angloparlants en dénonçant au passage un comportement digne du colon israelien de la part des francophones. Deux possibilités s'offrent à nous:
- Continuer à faire comme si le Cameroun, notre Cameroun est un paradis où l'on ne peut parler que des LIC, écouter des musiques dont les notes et paroles ont sombré dans la décadence et s'en remettre au bon dieu.
- Prendre la véritable mesure du problème et se mettre au travail une fois pour toute.
Au Cameroun, personne ne nous fera cadeau de notre liberté ou de notre indépendance. nous devrons la construire et l'arracher si nécessaire. Ceux qui veulent y contribuer sauront à quelle porte frapper. Il ya plus de 60 ans de vaillants compatriotes entrèrent dans le maquis, parallèlement, d'autres suivaient une formation accèlerée du colon pour nous maintenir la tête sous les eaux et nous peinons à l'en sortir.
Sortons donc du maquis et prenons en main notre destin.
      0
Nji Njikkam   612017-01-10 08:19
#142
« les opinions sont comme des clous : plus on frappe dessus, plus on les enfonce »

"Nous discutons bien avec des criminels, pour libérer des otages ! Discutons avec tous les compatriotes qui en ressentent le besoin, pour libérer le Cameroun des menaces à la paix, à sa stabilité et à sa sécurité"

Je ne me suis pas du tout ennuyé grand Comis.
      0
Ndokoti51    92017-01-10 07:36
#143
Abouem, tu ecris la bible mon frere?
Qui va lire tout ca?
resume en une ligne
"BiYA ET SES GENS DETRUISENT LE 237 DEPUIS 50 ANS ET LE PEUPLE SOUFFRE, ALORS LES GENS SONT FACHES"

NE GATTE PLUS TON BIC POUR LES THESES NULLES
      0
BAMS   642017-01-10 06:44
#144
Voici un monsieur qui a lu BAMS et qui épouse complètement mes idées. Le Cameroun c'est ses régions et rien d'autre, le Cameroun ce n'est pas biya. Le Cameroun ne sera développé que si ses régions sont développés d'où la nécessaire décentralisation du pouvoir dans les régions , au plus prêt des populations et de leurs besoins.
Le fédéralisme ou la vraie décentralisation concerne les 10 régions du pays et pas seulement les anglophones, il faut dans les 10 régions les gouverneurs et des conseillers pour gérer en toute autonomie et sous contrôle de l'état central les problèmes locaux des populations afin d'y apporter des solutions concrètes , et pour cela il faut allouer aux régions de vrais budget indexés sur le budget de l'état, même si on donnait chaque régions seulement 150 milliards, notre pays commencera vraiment se développer et au fin fond de nos campagnes les gens vivront ce changement.
Mais au lieu de penser bien être pour le plus grand nombre le dictateur de Yaoundé ne pense que bien être pour lui et sa famille en passant son temps à gaspiller, voler, détourner les deniers publiques avec sas acolytes.
Actuellement nous vivons une double peine au pays , celle de la colonisation car nous ne sommes toujours pas un pays libre et celle de la dictature maintenue par le collabo des français biya et tout ce qui va avec un régime dictatorial. Les français n'ont même plus besoin d'être présent pour brimer les noirs , ils le font par l'intermédiaire des collabos noirs et continuent maintenir cette partie de l'Afrique sous le joug de la colonisation en pillant tout.oui, pour ceux qui sont endormis, les français continuent exercer leur colonisation en Afrique central, vous n'êtes toujours pas libre.
Un point c'est tout
      0
Toukari+[   142017-01-10 05:51
#145
...que je viens de poster...
      0
Toukari+[   292017-01-10 05:49
#146
"Existe-t-il un probleme anglophone au Cameroun? Oui assurement."

Bernardint,

La declaration que je viens de postee a ete faite par David Abouem a Tchoyi et celle-ci confirme que votre declaration a laquelle j'ai fait allusion dans mon intervention du 2017-01-10 5:38 n'est pas pertinente
      0
Toukari+[10    332017-01-10 05:38
#147
Bernardint
"..II n'y a pas de probleme specifique anglophone.."

Au Cameroun il y a bel et bien un probleme specifique anglophone. Priere s'il vous plait d'eviter de nous raconter autre chose.
      0
Bernardint   92017-01-10 05:27
#148
erratum


Des visionnaires donc la langue, et on comprend...,
      0
Bernardint   262017-01-10 05:24
#149
Il existe donc encore des hommes intelligents dans ce pays ?
Des visionnaires donc la langue, et comprend, peut être de bois "mangossi" ou autre !

J'ai adoré cette conclusion : "Tous les citoyens de notre pays en bénéficieront."


C'est ce que je m'époumonne à gribouiller ici à longueur de colonnes : Il n'y a pas un problème spécifique anglophone. Le problème dit anglophone n'est que la partie émergée de l'iceberg (Problèmes du Cameroun).

Comprenne qui pourra.
      0
Post-Biya   222017-01-10 05:09
#150
Tres edifiant
      0
Post-Biya   292017-01-10 05:09
#151
Tres edifiant
      0
David Abouem a Tchoyi David Abouem a Tchoyi
Par David Abouèm à Tchoyi, Ancien gouverneur du Sud-Ouest, puis du Nord-Ouest

Interpellé sur un plateau de télévision le soir du 31 Décembre 2016 sur la « question anglophone », je me suis rendu compte que ce problème était brouillé par de nombreuses idées fausses. J’ai donc estimé devoir écrire un article pour restituer ma part de vérité. En toute humilité, sans aucune prétention à l’exhaustivité ni, encore moins, au monopole de la vérité.C’est de l’étranger que j’ai suivi, non sans tristesse, les événements qui secouent depuis quelques temps les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest. Il ne m’a pas été possible d’accéder aux différentes informations ni à toutes les réactions officielles relatives à ces tristes événements. Mais j’ai une connaissance à la fois directe et intime des problèmes de ces deux régions, auxquelles m’attachent d’ailleurs des liens aussi forts que tendres : j’y ai passé une dizaine d’années de ma carrière administrative.

Existe-t-il un problème anglophone au Cameroun ? Oui, assurément. Du moins si l’on entend par « anglophone » les populations originaires du Nord-ouest et du Sud-ouest, celles qui y vivent ou qui y ont vécu, qu’elles parlent anglais ou non, qu’elles soient autochtones ou non, qu’elles y soient installées ou non. C’est effectivement comme cela que la plupart des Camerounais perçoivent l’ « anglophone » au Cameroun. Même ceux qui disent qu’est "anglophone " quiconque parle la langue anglaise ne citent que les ressortissants du Nord-ouest et du Sud-ouest lorsque, appelés à réfuter certaines revendications, ils en viennent à énumérer des postes occupés par des anglophones. Pourtant, tous les membres du gouvernement actuel s’expriment, sans difficultés, en anglais. Seraient-ils donc, tous, des anglophones? Pour souci de simplification, j’utiliserai le mot « francophone » pour désigner les Camerounais originaires de l’ancien Etat sous tutelle française.

 

Eruptions

L’on peut rester sourd à des appels, fermer les yeux devant l’évidence, se claustrer dans le déni, ou même penser comme le premier vice chancelier de l’université fédérale du Cameroun qui, répondant à cette question en 1964, eut cette phrase mémorable : « il n’y a pas de problème anglophone ; tous les anglophones apprennent très vite le français ». Mais c’est nous tous qui, très vite, pourrons être rattrapés par les réalités.

"Ce n'est pas, non plus, un problème de vivre ensemble. N'est-ce pas cette région qui accueillit à bras ouverts des milliers de Camerounais fuyant l'indigénat et les travaux forcés? C'est elle aussi qui donna refuge à de nombreux upécistes traqués par les forces coloniales. Des milliers d'hommes et de femmes venus de pays africains y vivent et y prospèrent, en toute harmonie".


Alors, quel est le problème ? Comment se pose-t-il ? Pourquoi ces éruptions récurrentes dans ces deux régions, parfois à partir de faits anodins, comme si le feu couvait sous la cendre, n’attendant que l’occasion d’éclater avec fureur ? Parce qu’il y a, manifestement, un problème anglophone au Cameroun. Ce n’est pas un problème entre anglophones et francophones : il n’y a jamais eu de conflit opposant les compatriotes des deux rives du Mungo, sur la base des différences linguistiques.
Ce n’est pas le rejet de ce qui vient du Cameroun francophone : aucune communauté du Nord-ouest ou du Sud-ouest ne s’est jamais opposée à la pratique, sur son territoire, des cultures et traditions Bassa, Beti, Bamiléké, Peuhl, Sawa… ou d’autres communautés de l’ex Cameroun Oriental.


Ce n’est pas, de la part de nos compatriotes de ces deux régions, une manie obsessionnelle et une volonté maladive d’exalter l’héritage colonial anglo-saxon, ou de s’y cramponner pour en exiger la prise en compte. Ce n’est pas, et c’est très important, une volonté de porter atteinte à l’unité nationale, si l’on excepte les manifestations extrémistes sur lesquelles je reviendrai, comme celles appelant à la sécession. A l’époque de l’Etat fédéral, le Cameroun n’était pas moins uni qu’aujourd’hui. Le sentiment national était même plus fort à cette époque, peut-être parce que nous venions de reconquérir notre liberté.

 

Quel est-t-il donc, ce problème ?

Six facettes me viennent à l’esprit:

1- La critique de l’Etat centralisé.
2- Le transfert des centres de décision de Yaoundé, loin des populations et de leurs problèmes.
3- Le non-respect des engagements relatifs à la prise en compte, de manière équitable, des cultures et traditions institutionnelles, juridiques, administratives…héritées des anciennes puissances administrantes.
4- Le non-respect des promesses solennelles faites pendant la campagne référendaire.
5- Le changement du nom de l’Etat : remplacement de « la République Unie du Cameroun » par « la République du Cameroun ».
6- Le non-respect du bilinguisme dans le secteur public, bien que la Constitution fasse du français et de l’anglais deux langues officielles d’égale valeur.
Je vais passer en revue, de manière cursive, ces différentes facettes.

1) Critique de l’Etat centralisé

Pour avoir été dépouillées des importantes compétences qu’exerçait, en toute autonomie, l’Etat du Cameroun occidental, nombre de compatriotes de cette partie du territoire ont développé un profond sentiment de nostalgie, de malaise, de frustration et d’inconfort. Ce sentiment s’est accentué au fil des années qui ont suivi l’avènement de l’Etat Unitaire. Ce n’est point la simple nostalgie d’une époque de rêve plus ou moins révolue. C’est la comparaison entre la qualité de la gouvernance publique pratiquée depuis 1972 et celle qui fut en honneur dans l’Etat fédéré du Cameroun occidental qui conduit, systématiquement, un grand nombre d’acteurs à pourfendre la première et à regretter la deuxième, dont plusieurs souhaitent le rétablissement. Ce sentiment est réel même chez ceux qui n’ont pas connu le self-government du Cameroun occidental en tant qu’Etat fédéré.
On peut gloser à l’infini sur les conclusions de la Conférence de Foumban de juillet 1961. Il est juste de reconnaître qu’elle a accordé des pouvoirs très importants aux Etats fédérés, sur une liste de matières tout aussi importantes qu’ils étaient appelés à gérer en toute autonomie.


Les Etats fédérés disposaient de compétences larges et exclusives sur des matières importantes telles que l’Intérieur, l’Administration Pénitentiaire, la Décentralisation, le Développement rural et communautaire, l’Agriculture, l’Elevage, les pêches, les Travaux Publics, les Coopératives, l’Enseignement primaire et maternel, l’Energie et l’eau, les domaines et le Cadastre, la Gestion de ressources naturelles, les finances fédérées, etc. Chaque Etat fédéré disposait de sa fonction publique qu’elle gérait souverainement. Celle du Cameroun Occidental était gérée avec l’aide de la « Public Service Commission », sorte de Conseil supérieur de la fonction publique, chargée de veiller à l’objectivité des nominations et promotions ainsi qu’au respect des principes déontologiques dans la gestion des carrières.

La gestion de ressources naturelles par les futurs Etats fédérés était d’une sensibilité particulière en juillet 1961. Dans des entretiens séparés, J.N. Foncha, S.T. Muna et A.N. Jua m’ont affirmé qu’elle avait fait l’objet d’âpres discussions avec la délégation de la République du Cameroun à Foumban, puis en aparté avec le président Ahidjo. Ils ne voulaient pas que d’éventuels accords précédemment signés avec la France puissent s’appliquer à l’Etat fédéré du Cameroun occidental. Selon eux, c’est également dans la perspective du partage des revenus provenant de l’exploitation de certaines ressources naturelles (mines et hydrocarbures notamment) qu’ils ont exigé et obtenu que le chiffre de la population de chaque Etat fédéré soit clairement mentionné dans le texte de la

 

Constitution fédérale du 1er Septembre 1961.

Le Cameroun a été considéré comme une curiosité sur le plan constitutionnel, avec un régime présidentiel fort et sans contrepoids au niveau fédéral, mais un régime parlementaire classique au niveau des Etats fédérés.


Au Cameroun oriental, le parlementarisme classique n’a pas pu fonctionner malgré les dispositions de la Constitution de cet Etat, à cause de l’unification des partis politiques et du fait que le président Ahidjo a continué d’ exercer une influence quotidienne sur la gestion des affaires publiques dans cette partie du territoire qu’il dirigeait déjà comme président de la République avant la Réunification. On se rappelle la lettre de démission d’un ancien Premier Ministre du Cameroun Oriental, Vincent de Paul Ahanda, dans laquelle il laissait entendre que le président Ahidjo ne le laissait pas assumer ses responsabilités.

Mais au Cameroun Occidental, la démocratie parlementaire s’exerçait pleinement, dans le respect de la Constitution de cet Etat. Les élections étaient organisées par une commission électorale indépendante créée par une loi fédérale de novembre 1961, la toute première dans un pays ayant le français en partage. Par sa composition, le mode de désignation de ses membres et ses règles de fonctionnement, elle était réellement indépendante de l’Exécutif et du Législatif. Son Président, Justice Asonganyi me l’a confirmé au cours d’un entretien à Bamenda.

Le gouvernement devait être investi par le parlement avant qu’il n’entre en fonction et il était responsable devant celui-ci. Le parlement, composé de deux chambres –House of Assembly et House of Chiefs- était jaloux de ses prérogatives. Le président Ahidjo lui-même, malgré toute l’autorité qu’il avait, s’en est rendu compte à plusieurs reprises, notamment en 1966.

A la suite des élections législatives organisées cette année, le Kndp disposait du plus grand nombre de députés à la House of Assembly. Mais son Président, J.N. Foncha, jusque-là Vice-Président de la République Fédérale et Premier Ministre du Cameroun Occidental, ne pouvait plus cumuler ces deux fonctions, en vertu d’une loi récemment votée. Le président Ahidjo a décidé de le remplacer par l’honorable S.T. Muna qu’il estimait plus fédéraliste que le N°2, Augustine Ngom Jua. Mais le parlement lui a envoyé un message ferme selon lequel il refuserait l’investiture à un gouvernement dirigé par un parti minoritaire. Ahidjo fut contraint de nommer à ce poste l’honorable Augustine Ngom Jua vice- président du Kndp dont les penchants autonomistes l’irritaient.

Des incidents n’ont d’ailleurs pas tardé. D’abord entre le Premier Ministre et l’Inspecteur Fédéral de l’Administration pour la région du Cameroun Occidental –on dirait aujourd’hui Gouverneur- qu’il considérait comme étant sur son territoire. Puis entre la Police, force fédérée placée sous l’autorité du Premier Ministre, et la Gendarmerie nationale, force fédérale, qui faillirent en venir à une confrontation armée ! Des acteurs et témoins de ces incidents sont encore vivants.

Frustrations

Le fait que tout cela ait été supprimé sans être remplacé, sur le plan managérial, par quelque chose de meilleur ni même d’aussi bon, a généré les frustrations et les revendications dont nous vivons encore les effets aujourd’hui. Les nominations dans la haute administration et le secteur parapublic, par exemple, ne répondaient plus à une rationalité lisible, et les anglophones se sont sentis marginalisés. Alors que, jusque-là, tout se faisait sur place au Cameroun Occidental, il fallait désormais se rendre à Yaoundé pour « suivre les dossiers ». Nos compatriotes de cette partie du territoire national venaient avec la conviction que les fonctionnaires- civil servants- étaient effectivement au service des usagers. Ils étaient ahuris dès l’accueil qui leur était réservé par les agents publics qui, malgré le caractère bilingue de l’Etat, les obligeaient de baragouiner un franglais à peine intelligible, souvent au milieu des rires et des quolibets.

2) Le transfert des centres de décision à Yaoundé.

Les centres de décision, jadis proches des populations et de leurs problèmes, ont tous été transférés loin de ceux-ci pour être concentrés à Yaoundé. Conséquences : une hyper centralisation, d’exaspérantes lenteurs, de multiples inefficacités dans la gestion publique, l’absence de redevabilité des dirigeants vis-à-vis des populations qu’ils ont mission de servir. Deux exemples suffiront pour l’illustrer.


Le gouvernement a décidé de centraliser au Parc National de Matériel de Génie Civil (PNMGC) à Yaoundé tout le matériel de génie civil jusque-là détenu par les subdivisions des travaux publics, dans les chefs- lieux des régions et certains chefs-lieux des départements. Tous les engins en bon état de l’ancien Public Works Department (PWD) du Cameroun Occidental furent ainsi transférés à Yaoundé, pour être désormais mis en location par le PNMGC. Or, les agents du PWD, qui maîtrisaient le rythme des saisons, commençaient l’entretien routier deux ou trois pluies avant l’arrivée de la saison sèche, pour consolider la chaussée. Ils ont donc voulu faire la même chose, l’année qui a suivi cette centralisation. Lorsqu’ils ont demandé à louer des engins au PNMGC, y compris ceux qui leur appartenaient en toute propriété quelques mois plus tôt, ils se sont entendu répondre que les engins étaient sur d’autres chantiers ; que les porte chars étaient en panne ; que le « carton » confirmant l’engagement de leurs dépenses n’était pas encore sorti du Ministère des finances ; ou d’autres raisons encore.

Devant l’Etat déplorable du réseau routier qui empirait, les populations ont menacé de se révolter bruyamment. Il a fallu remonter jusqu’au président de la République, après avoir frappé à toutes les portes sans succès, pour qu’un début de solution soit trouvé à ce problème qui devenait explosif. Centralisation, quand tu nous tiens !
Deuxième exemple : le transfert à la Société Nationale des Eaux du Cameroun (SNEC), de la gestion des adductions d’eau jusque-là assurée par certaines communes. Cette décision du gouvernement n’a même pas été expliquée aux populations. Or, les adductions d’eau avaient été réalisées sur leurs fonds propres par les communes et les communautés villageoises, avec ou sans l’appui de certains partenaires extérieurs. Venue pour en assurer la gestion et sans y avoir investi le moindre franc, la SNEC a pris, comme une de ses premières décisions, de réduire le nombre de bornes fontaines.

Dans la ville de Kumbo, la révolte a failli se transformer en émeutes. Le maire UNC de la ville eut beau expliquer que les canalisations avaient été financées par les populations bénéficiaires elles-mêmes, que celles-ci payaient régulièrement leurs quittances à la commune, qu’il était dangereux pour la santé des populations de les priver d’eau potable,…rien n’y fit. Un mot d’ordre se répandit alors comme une trainée de poudre : « Beware of the snake! It has come to bite and kill ». Jeu de mots ironique à partir du mot SNEC. Ces populations en colère furent accusées de « rébellion contre l’autorité établie ». Il a fallu remonter jusqu’au niveau du gouvernement pour qu’une solution soit trouvée à un problème de bornes fontaines dans des communautés de l’arrière-pays. Centralisation, quand tu nous tiens !

Des cas de cette nature et d’autres sujets de mécontentement se sont multipliés. Il ne s’agissait pas, bien évidemment, d’une volonté malicieuse du Pouvoir central, mais plutôt d’une opposition entre deux cultures administratives : l’une, aux réflexes instinctivement centralisateurs, et l’autre, fonctionnant par nature sur le principe de la responsabilisation à différents échelons hiérarchiques des organisations.

Il est intéressant de remarquer que les populations francophones, qui subissaient les mêmes effets de cette hypercentralisation, n’ont pas eu les mêmes réactions. Encore un problème culturel. En effet, et nos frères anglophones pourraient le comprendre sans difficulté, les francophones posent de nombreux actes sans même se rendre compte qu’ils indisposent, et pas du tout par méchanceté. Je prends l’exemple des noms de nos circonscriptions administratives.

Lors de la création des régions en 1962, les circonscriptions administratives jadis connues sous les noms de « région Bamiléké » et « région Bamoun » ont été regroupées pour constituer la région administrative de l’Ouest. A juste titre, parce que c’était l’Ouest du Cameroun Oriental. Mais l’ouest du territoire de l’Etat fédéral, c’était le Cameroun occidental, appelé à juste titre là aussi, « West Cameroon ». Lors de la transformation des régions en provinces en 1972, celle de l’Ouest est devenue la province de l’Ouest, alors que le Cameroun oriental venait de disparaitre ! Notre pays est ainsi le seul au monde où le Nord-ouest et le Sud-ouest sont contigus ! Alors que, comme nos instituteurs nous l’ont appris, entre le Nord-ouest et le Sud-ouest, s’étend l’Ouest.

 

Pour mieux faire comprendre ce que ressentent nos frères anglophones, inversons la situation.

Le 1er janvier 1960, le Southern Cameroon devient indépendant. Il négocie les conditions de la réunification avec le Cameroun francophone. Cette réunification est réalisée le 1er octobre 1961. Lors des négociations, le Cameroun francophone obtient la garantie que la forme fédérale de l’Etat serait à jamais intangible. Un article de la Constitution fédérale du 1er septembre 1961 consacre cette garantie. Il est tout de même mis fin à l’Etat fédéral le 20 mai 1972, et un Etat unitaire est institué. De Kribi à Ndikiniméki, de Batouri à Tibati, de Poli à Kousséri…. les populations sont désormais obligées de se rendre à Buéa pour suivre leurs dossiers. Il leur est exigé de s’exprimer en anglais. Devant des agents publics hautains et goguenards, prompts à les tourner en dérision, même ceux qui n’ont jamais appris l’anglais se voient obligés de baragouiner un camfranglais difficilement intelligible…
Qui pourrait, honnêtement, soutenir que les francophones se seraient satisfaits d’une telle situation, au point de s’y complaire et de se taire ?

3) Le non-respect des promesses solennelles faites pendant la campagne référendaire.

Les promesses faites pendant la campagne pour le « Oui » au référendum et qui avaient déterminé un grand nombre d’électeurs à voter dans ce sens le 20 mai 1972, ont à peine été respectées. C’est notamment le cas pour l’accélération du développement qui, dans ces deux régions, devait résulter des économies réalisées grâce à la suppression des institutions et organismes des Etats fédérés. Les mandataires du gouvernement fédéral et du parti de l’UNC avaient effectivement promis le bitumage des routes, la construction de barrages, l’urbanisation des villes, le développement des zones frontalières, etc. J’ai personnellement assisté à certains de ces discours, ayant fait partie de l’équipe du Secrétaire Politique de l’UNC et Ministre de l’Administration Territoriale Fédérale (je servais alors comme directeur de l’organisation du territoire dans ce ministère).

4) Le non-respect des engagements relatifs à la prise en compte, de manière équitable, des cultures et traditions institutionnelles, juridiques, administratives…héritées de la colonisation.

Qu’on le veuille ou non, la colonisation britannique, tout comme la colonisation française, a produit une culture et des traditions institutionnelles, politiques, administratives, managériales et autres. Elle a aussi façonné des manières de raisonner et de vivre. Il était donc nécessaire de prendre en compte, de manière équitable, malgré la fin de l’Etat fédéral, ce double héritage des systèmes anglo-saxon et français. L’Etat du Cameroun s’y était engagé.


Ainsi, au lendemain de l’institution de l’Etat unitaire, le discours politique mit un accent appuyé sur le caractère bilingue et pluriculturel de l’Etat. Il était affirmé, de manière emphatique, que la prise en compte des éléments positifs de notre double héritage colonial viendrait enrichir les valeurs positives de nos traditions multiséculaires, sève vivifiante de notre marche vers le progrès. Le Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, ainsi que le Conseil National des Affaires Culturelles, organisés en

 

1974, contribuèrent à définir le profil de ce nouveau Camerounais

C’était aussi un des engagements forts pris par le Président AHIDJO auprès de S.T. MUNA et de J.N. FONCHA, lorsqu’il les a consultés sur l’institution immédiate d’un Etat unitaire avant de prononcer son discours du 06 mai 1972. Ces deux anciens Vice-Présidents de la République me l’ont affirmé, au cours d’entretiens dans leurs résidences.
Aux yeux de certaines populations du Nord-ouest et du Sud-ouest, cet engagement n’a pas été respecté


Les compatriotes francophones reprochent souvent à leurs frères anglophones leur penchant à se référer, de manière quasi obsessionnelle, à l’héritage colonial anglo-saxon, comme si c’est l’héritage colonial qui devait structurer les relations entre des communautés depuis longtemps unies par de liens multiples, avant même le début de la colonisation. Dans le même temps, ils recourent avec délectation à « leur » héritage colonial français. Notre Constitution, nos institutions, notre organisation administrative, notre système de décentralisation, notre régime financier, l’écrasante majorité de nos textes législatifs et réglementaires… sont issus de l’héritage colonial français. Parfois même, nous nous livrons à de simples transpositions, certaines pouvant aller jusqu’à la photocopie, comme lors de la mise en place de l’Observatoire National des Elections (ONEL).

Pourtant, nous aurions pu -et nous pouvons toujours- capitaliser cet héritage multiculturel, pour donner à notre pays des normes plus appropriées et de meilleure qualité. Notre Code de Procédure Pénale n’est-il pas là pour en donner une preuve éloquente ?

Ce penchant pour le mimétisme institutionnel a poussé des mouvements contestataires comme le « Cameroon Action Movement » à affirmer que le Cameroun francophone poursuivait, par procuration, la colonisation française au Cameroun occidental. Surgi en 1979, et probablement basé à l’étranger, ce mouvement a fait circuler de nombreux tracts au Cameroun, la plupart postés du Canada et des Etats unis. Ces tracts dénonçaient pêle-mêle, la marginalisation des anglophones, traités comme des citoyens de seconde zone ; la francisation du Cameroun, au mépris de l’égalité des deux héritages coloniaux ; la transformation de l’Assemblée Nationale en simple chambre d’enregistrement, contrairement à ce qui se passait au Cameroun occidental ; une centralisation excessive ; la multiplicité et la complexité des procédures ; l’abandon des priorités de développement qui étaient celles du Cameroun occidental avant l’unification, avec comme conséquence, le ralentissement du développement dans cette partie du territoire ; etc.

Conscient de l’impact de ces messages dont les supports s’accumulaient, le Président AHIDJO dépêcha à Bamenda et à Buéa de fortes délégations composées de membres du gouvernement, du bureau politique et du comité central de l’UNC. Leur mission était de restituer les faits dans leur vérité, de donner des explications aux populations, de mettre celles-ci en garde contre la nocivité de tels messages, et de faire baisser la tension. Puis il mit en place un comité ad hoc de haut niveau, pour mener une réflexion sur le problème anglophone.

Seuls trois des membres de ce comité sont encore en vie, par la grâce de Dieu: S.E.M. Paul Biya, alors Premier Ministre ; Mme Dorothy Limunga Njeuma, alors Vice-Ministre de l’Education Nationale ; moi-même, alors Gouverneur de la Province du Nord-ouest. Tous les autres nous ont déjà précédés. Je citerai de mémoire : Solomon Tandeng Muna, Président de l’Assemblée Nationale, Président du Comité ; les Ministres d’Etat/Ministres Samuel Eboua ; Sadou Daoudou ; Victor Ayissi Mvodo ; Emmanuel Egbé Tabi ; Namata Elangwé ; Christian Songwe Bongwa ; Joseph Chongwain Awunti ; le député et Secrétaire Administratif de l’UNC, Thomas Ebongalamé ; le Secrétaire Permanent à la Défense Nationale, Samuel Kamé ; le Directeur Général de la DIRDOC, Jean Fochivé ; le gouverneur du Sud-ouest ; Fon Fosi Yakum Ntaw….

Je fus désigné rapporteur de ce Comité. Le secret professionnel m’interdit de divulguer ici les constats, conclusions et recommandations contenus dans notre rapport. Toutefois, par respect pour la vérité historique, je dois signaler qu’aucun des membres de ce comité n’émit le moindre doute sur l’existence d’un problème anglophone au Cameroun.
Les travaux durèrent toute une semaine. Après lecture de notre rapport, le Président de la République décida de recevoir, individuellement, chacun des membres de ce comité. Je me rappelle qu’à cette occasion, il me donna longuement son point de vue sur les différents contours de cette question, avant de solliciter de ma part des propositions concrètes sur les aspects spécifiques à ma province.

Reconnu à l’époque comme réel par les plus hautes autorités de l’Etat, le problème anglophone aurait-il disparu, comme par enchantement ? Certainement pas. D’autant moins que certains faits sont venus s’ajouter à une situation déjà complexe.

5) Le changement du nom de l’Etat : remplacement de « la République Unie du Cameroun » par « la République du Cameroun »

A son accession à l’indépendance, l’ancien Etat sous tutelle française avait pris le nom de « République du Cameroun ». C’est avec la République du Cameroun que le Southern Cameroon a négocié les conditions de la réunification. A l’avènement de celle-ci, la République du Cameroun est devenue l’Etat Fédéré du Cameroun Oriental, et le Southern Cameroon, l’Etat Fédéré du Cameroun Occidental, au sein de la République Fédérale.


Le Changement de nom de l’Etat en 1984- abandon de la République Unie du Cameroun et retour à la République du Cameroun- a été perçu dans de nombreux milieux comme une simple phagocytose de l’ancien Cameroun Occidental par l’ancien Cameroun Oriental. Les plus pessimistes y ont vu une volonté manifeste de faire disparaître, même sur le plan des symboles, la contribution de l’ancien Cameroun Occidental à la Réunification et à la construction d’une nation plus grande.

Ce changement de nom a aussi fait resurgir, chez de très nombreux compatriotes du Nord-ouest et du Sud-ouest, le sentiment de constituer une « entité distincte». Celle dont les populations, souverainement, avaient choisi de retrouver des frères et sœurs d’une autre « entité » dont elles avaient été séparés, afin que les deux vivent en harmonie et dans l’égalité. Pour les extrémistes, il fallait donc, non seulement résister à « cette phagocytose », mais aussi pérenniser cette « entité » à travers un nom qui rappellerait l’histoire de cette partie du territoire national. Le nom « Ambazonia » paraissait répondre à ce souci.

D’où vient ce nom ? Avant que des explorateurs portugais n’atteignent le Wouri et ne lui donnent le nom de « Rio dos Cameroes », ils avaient accosté dans la baie de Limbé. Le saint du jour était Saint Ambroise, dans le calendrier Julien (nous sommes en 1492). Ils donnèrent donc à cette baie le nom d’ « Ambass Bahia », la Baie Ambroise. Sous l’influence de l’anglais, ce nom devint « Ambass Bay ». C’est l’origine de la danse dont l’orthographe a été francisée pour devenir « ambass-bé » ou « ambassibé » ou autre chose encore. Mais le nom d’Ambazonia ne fit pas l’unanimité. D’où le retour à celui de « Southern Cameroon ».

Par souci de vérité, il convient de préciser que les inspirateurs de ce changement de nom étaient de bonne foi : j’en ai discuté avec certains d’entre eux. Brillants universitaires fraichement intégrés dans les cercles stratégiques de décision au sommet de l’Etat, ils étaient encore peu informés de certaines réalités du Cameroun profond, et seulement en train de développer le réflexe de les convoquer lors de la préparation des décisions des autorités publiques , afin d’en garantir une saine réception par les différents segments du corps social. A aucun moment, il ne leur était venu à l’esprit de mettre mal à l’aise une partie de leurs compatriotes. Leur raisonnement était plutôt le suivant.

L’unité nationale avait été le crédo des Pouvoirs Publics sous l’Etat fédéral et la République Unie. L’élection du Président Biya à la fin du mois de décembre 1983 a marqué l’entrée du, Cameroun dans l’ère du Renouveau National. Le Renouveau national postulant qu’il fallait passer de l’unité nationale à sa phase supérieure, l’intégration nationale, ce passage constituait une véritable mutation, qui devait être reflétée à travers le nom même de l’Etat. La République Unie du Cameroun devrait donc « devenir » la République du Cameroun.

Le projet de loi déposé sur le bureau de l’Assemblée Nationale était ainsi rédigé : « A compter de la date de promulgation de la présente loi, la République Unie du Cameroun devient la République du Cameroun ». C’est un amendement parlementaire qui a abouti à la formulation actuelle : «…la République Unie du Cameroun prend la dénomination de République du Cameroun » ; formulation du reste incorrecte, sur le plan légistique. Les inspirateurs de ce projet ne s’étaient pas rendu compte de ce qu’au lieu d’une mutation, il s’agissait plutôt d’un retour au nom de l’Etat du Cameroun sous tutelle française à son accession à l’indépendance, un quart de siècle auparavant.

Le dépôt de ce projet de loi mit en émoi de nombreuses personnes dans les provinces du Nord-ouest et du Sud-ouest. A Buéa où je servais alors, j’ai personnellement été interpellé par des dizaines de personnes, y compris des responsables de l’UNC, qui demandaient le sens, l’opportunité et la justification de ce retour à la situation d’avant la Réunification. A Yaoundé, les ministres originaires des deux provinces anglophones étaient tous contrariés. Plusieurs sont en vie et peuvent en témoigner.
Certains députés originaires du Nord-ouest et du Sud-ouest ont même préconisé une fronde ouverte, et recommandé un vote négatif. Ils se retrouvèrent tous autour du Président de l’Assemblée Nationale, le Très Honorable S.T. Muna. Après des échanges longs et animés, ils se rallièrent à la position du Président de l’Assemblée et d’autres députés modérés qui trouvaient inopportun de soulever un vent de fronde, en raison des circonstances du moment. Leur argument était à la fois logique et patriotique. Constatant que le conflit entre l’ancien Président de la République et son successeur avait atteint des proportions préoccupantes, ils estimaient qu’un vent de fronde dans les provinces anglophones, à ce moment précis, fragiliserait sans nul doute le nouveau Président, et donnerait des arguments à ceux qui s’opposaient à lui.

 

6 Avril 1984

Ils renoncèrent à la fronde, mais chargèrent le Président de l’Assemblée Nationale d’attirer l’attention du Président de la République sur l’état d’esprit des populations dans leurs circonscriptions électorales, et de lui demander de trouver, avec la sagesse de père de la Nation, une solution satisfaisante pour tous. Les préoccupations relatives à cette loi ne s’estompèrent qu’à cause de la survenance, dans cette période troublée, d’événements graves : la condamnation à mort de l’ancien président de la république, et la mutinerie de la Garde Républicaine le 06 avril 1984. Tout le monde comprit qu’en des temps pareils, le peuple tout entier devait faire front derrière ses dirigeants.

6) Le non-respect du bilinguisme dans le secteur public, bien que la Constitution fasse du français et de l’anglais deux langues officielles d’égale valeur.

Des six facettes du problème anglophone rappelées ci-dessus, laquelle serait insusceptible de solutions ? Aucune ! Absolument aucune. Alors que faire ?

L’Histoire a lancé aux Camerounais un défi sublime : celui de bâtir, à partir du parcours singulier de leur pays, un Etat uni, capable de constituer un modèle d’intégration des divers héritages coloniaux et de ses valeurs traditionnelles multiséculaires. S’il y réussit, il peut servir de modèle, voire de référence pour tous les pays anglophones, francophones, hispanophones et lusophones d’Afrique. Il pourrait ainsi constituer l’épitomé de l’Unité Africaine. Ce défi peut être relevé. Il doit l’être.
Cela ne peut, toutefois, se faire qu’avec humilité, dans le dialogue, la concertation et l’entente cordiale. Ni la puissance du nombre, ni la force militaire ne peuvent y parvenir. En effet, c’est bien connu, « les opinions sont comme des clous : plus on frappe dessus, plus on les enfonce ».

 

Pas d'erreur !

Ne commettons surtout pas l’erreur de prendre de haut ce problème. Nous risquerions d’avoir des réveils amers ; ou alors, ce sont nos enfants et petits-enfants qui en auront.
Quand j’ai lu le mot Boko Haram pour la première fois dans un journal, je me trouvais à l’étranger. J’ai alors demandé à un collègue consultant nigérian des informations sur ce groupe. Avec un sourire narquois, il m’a répondu : « tu sais, ce n’est qu’un insignifiant groupuscule de fanatiques illuminés ». Devant les milliers de morts, les centaines de milliers de réfugiés et déplacés, les centaines de milliards de francs utilisés pour combattre cette nébuleuse, ou les souffrances sans nom qu’elle continue d’infliger, personne ne pourrait tenir un tel langage aujourd’hui. Que s’est-il passé ? Boko Haram a trouvé des appuis à l’extérieur. N’attendons pas que des compatriotes mal à l’aise et qui crient leur mal être, en viennent un jour, par désespoir, à rechercher des appuis à l’extérieur.


Nous discutons bien avec des criminels, pour libérer des otages ! Discutons avec tous les compatriotes qui en ressentent le besoin, pour libérer le Cameroun des menaces à la paix, à sa stabilité et à sa sécurité.

Dans les années 1960 en France, Etat unitaire et millénaire, le Front de Libération de la Bretagne (FLB) dénonçait ce qu’il appelait le « colonialisme français en Bretagne ». Stagiaire dans une préfecture dans l’ouest de la France, j’ai vu certains de ses militants brandir le drapeau du FLB à la place du drapeau français. Aujourd’hui, seuls les historiens parlent encore du FLB. Ce n’est pas le résultat d’une guerre ; ni d’un embastillement de tous les protagonistes du FLB. C’est la conséquence d’une offre politique, le résultat d’un dialogue républicain.

Il y a quelques années, je discutais avec le Dr. Ngwang Gumne, un des principaux leaders du courant sécessionniste, avec qui nous avions servi à Bamenda. Par hasard, nous nous étions retrouvés en Suède, tout heureux de nous revoir. A l’issue de plus de deux heures de discussions, il eut cette phrase : « mon frère, comme personne ne veut nous écouter, tout le monde finira par nous entendre ». Je lui ai fait remarquer qu’il m’appelait toujours son frère, alors que, pendant toutes nos discussions, j’argumentais contre la sécession. Avec un sourire, il me dit : « C’est vous à Yaoundé qui ne voulez pas nous écouter ».

Ecoutons tous les enfants de la patrie. Sans préjugés, comme l’a demandé le Président de la République dans son message à la Nation le 31 décembre 2016. Offrons à tous nos compatriotes des cadres de discussion et de concertation, pour aborder nos problèmes sans parti pris, et les résoudre avec sincérité, dans la vérité.


Ce qui est en cours avec les avocats et les enseignants va dans la bonne direction. Mais ne nous limitons pas au traitement de ce qui ne constitue que des manifestations, voire de simples symptômes. Abordons, dans toute sa complexité et toute sa profondeur, le problème anglophone. Avec courage et détermination, apportons-y des solutions satisfaisantes et convaincantes. Tous les citoyens de notre pays en bénéficieront. Pour la paix dans la justice. Pour le bien de la nation. Pour le salut de la patrie.

Par David Abouèm à Tchoyi

Consultant
Ancien gouverneur du Sud-Ouest, puis du Nord-Ouest;
Ancien Minesup;
Ancien Sg/Pr.

SUR LE MEME SUJET:



  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez