Cameroun - Oubli: Décédé, l’ancien Lion Indomptable Benjamin Massing n’a pas eu droit à un hommage lors de la finale de la coupe du Cameroun

Par Jean-M NKOUSSA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 11-Dec-2017   13097
Benjamin Massing Archives
Le décès de l’un des héros de la Coupe du monde 1990 est passé inaperçu lors de la cérémonie marquant la fin de la saison sportive au Cameroun.

Il a été oublié sur le stade même de ses exploits ! Le monde du football est endeuillé depuis dimanche 10 décembre 2017. Benjamin Massing, l’ancien défenseur rugueux des Lions Indomptables, est décédé chez lui à Edéa, près de Douala, à l’âge de 55 ans. L’émoi s’est aussitôt emparé des fans de l’équipe nationale, ses anciens coéquipiers et entraîneurs.

Ce même dimanche, se disputait au stade omnisports Ahmadou Ahidjo de Yaoundé, la finale de la 58è édition de la coupe du Cameroun de football. L’évènement qui fait office de clôture de la saison sportive au Cameroun, était présidé par le Président Paul Biya en personne. Alors que les observateurs espéraient un hommage à l’illustre disparu, il n’en a rien été.

Pas de ruban noir autour du bras des joueurs de UMS de Loum et de New star de Douala qui disputaient la finale ; pas un moment de silence en la mémoire du disparu, encore moins une image d’un des héros de l’épopée des Lions Indomptables à la Coupe du monde 1990. Le Cameroun avait atteint cette année-là, les quarts de finale du mondial, performance inégalée jusqu’à ce jour. Benjamin Massing avait notamment marqué les esprits en livrant un match mémorable à l’ouverture contre l’Argentine de Diego Maradona.

Cette « omission » n’a pas manqué de choquer certains. Le cas du journaliste Martin Camus Mimb. « Finale Coupe du Cameroun ... J'espérais être surpris. Voir les sportifs rendre hommage à Benjamin Massing. Héros du Mondial 1990. En présence du Chef de l'État. Ni les clubs pour un simple bandeau au bras des joueurs. Ni l'organisation pour une minute de silence, ou plus simple, un portrait du joueur brandi...R.I.EN.... C'est quoi cette banalisation ? C'est quoi cette indifférence ? Je suis déçu. C'est mon droit non? », a-t-il publié sur sa page Facebook.

Yannick Armel Kené, un autre journaliste a déclaré toujours sur sa page Facebook, avoir honte : « Je n'en crois pas mes yeux. Benjamin Massing décède le jour même de la finale de la Coupe du Cameroun, et aucun hommage ne lui est rendu en pareille circonstance ?

SUR LE MEME SUJET:


Auteur:
Jean-M NKOUSSA
 @jmnkoussaCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez