Cameroun - Parlement: Le «scandale Vodafone» sur la table des députés

Par Géraldine IVAHA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 19-Jun-2017   214 0
Username:
Password:
Opérateur britannique Vodafone Archives
Les parlementaires veulent savoir par quels stratagèmes la firme britannique a pu lancer, en toute impunité, ses activités dans le pays.

Dans sa publication du 19 juin 2017, le journal Intégration essaye de comprendre les contours de l’installation de la firme britannique Vodafone au Cameroun. «C’est l’objet de nos préoccupations tant il est vrai qu’en dehors du nom de l’ex-directeur général de l’ART, d’autres gros noms du sérail circulent dans cette affaire. Il y a lieu de s’interroger», confie-t-on à la Commission des affaires économiques, de la Programmation et de l'Aménagement du Territoire de l’hémicycle de Ngoa-Ekelle.

La possibilité d’ouverture d’une enquête parlementaire sur le sujet n’est pas exclue. Déjà, Minette Libom Li Likeng, ministre des Postes et Télécommunications (Minpostel) avait déclaré que «Vodafone Cameroun ne dispose d’aucun type de licence pour exercer en qualité d’opérateur de communication électronique». C’était le 14 juin dernier devant les députés. Ceux de la Commission citée plus haut disent avoir prêté une oreille aux actualités du Tribunal Criminel spécial (TCS). Là-bas, renseignent les parlementaires, «les enquêteurs chargés du dossier ART (dans lequel est empêtré Jean-Louis Beh Mengue) ont obtenu des déclarations faisant état de pots-de-vin juteux pendant l’acquisition du titre transitoire détenu par Vodafone».

«On a entendu la Minpostel dire avoir instruit une mise en demeure à Vodafone. Cette entreprise ne s’est pas conformée à cela. Elle a même continué son déploiement nonobstant sa parfaite connaissance du décret du Premier ministre du 14 juin 2012, fixant les modalités d’établissement et/ou d’exploitation des réseaux et de fourniture des services de communications électroniques au Cameroun. Cela sonne comme un défi aux autorités de la République», analyse-t-on à l’Assemblée Nationale.

C’est le 08 janvier 2015 que Vodafone a obtenu de l’ART un titre transitoire. Si l’on en croit Intégration, Antoine Pamboro et l’un de ses collaborateurs ont fait l’objet d’une recherche judiciaire. Ils ont été libérés sur ordre du procureur de la République de Douala-Bonanjo le 17 juin dernier.

 

 

 

Auteur:
Géraldine IVAHA
 contact@cameroon-info.net
 @givahaCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez