Cameroun - Permis de conduire: Les opérateurs d’auto-écoles propose que le paiement des inscriptions se fasse dans les caisses du Trésor Public

Par Lore E. SOUHE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 13-Jan-2018   4387
Permis de conduire CUD
Ce collectif réfute par ailleurs la compétence de l’imprimerie Press Print dans la gestion de la formation des Camerounais en conduite automobile.

Le 3 janvier dernier, des responsables d’auto-écoles ont dénoncé des tractations en cours de certains services, qui exigent 5000 FCFA de frais de sécurisation des inscriptions en ligne, via mobile money par candidat. En effet, ils s’insurgent contre « un quelconque paiement illicite de l’inscription en ligne des apprenants à la formation en conduite automobile, instituée officieusement par l’opérateur dénommé Press print qui en réalité est une imprimerie ».

S’il est dit que l’année compte 8 sessions d’examen et que chaque échéance donne l’occasion à plus de 22 000 candidats de concourir sur l’étendue du territoire, l’entreprise Press print, filiale de l’église presbytérienne située dans le Sud-ouest, pourrait engranger un milliard FCFA environ. Toute chose que dénonce ce collectif, qui craint un enrichissement sans aucun contrôle de ce prestataire.

 Pour tenter de décrier cette état de choses, le collectif des opérateurs d’auto-écoles a adressé plusieurs sommations aux autorités administratives et exigent que les transactions financières et les manipulations des espèces se fassent selon les règles. En effet, le collectif des opérateurs d’auto-écoles réfute la compétence de l’imprimerie Press Print dans la gestion de la formation des Camerounais en conduite automobile.

Pour cela, le collectif propose que « le paiement se fasse dans les caisses du Trésor public et soutenu par un arrêté ou un texte officiel y afférant », indique le journal Le Messager du vendredi 12 janvier 2018. Dans la foulée, il est demandé au ministre des Transports, Edgard Alain Mebe Ngo’o, d’instruire une minutieuse enquête, avant de se prononcer légalement sur la question.

Toutefois, des indiscrétions font état de ce qu’un document cadre aurait déjà été déposé sur la table du ministre des Transport. Même si certaines sources indiquent que cette procédure semble vaine, car elles avouent que le choix porté sur ce prestataire émane de la volonté de certains responsables tapis dans l’ombre, d’en tirer financièrement profit.

 

Auteur:
Lore E. SOUHE
 @loresouheCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez