Cameroun - Prison de Bafoussam: Une femme tente de dissimuler la drogue dans du poisson

Par Jean-Marie NKOUSSA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 22-Sep-2017   3663 2
Username:
Password:
ProundAnglophone   02017-10-06 21:52
#1
LENOIR,

Tu es l'un des barbouzes de Biya qui se planque dans le froid de vorkouta.Ne t'en fais pas. Tu vas bientôt aller occuper une cellule spéciale.Tu as déjà participé à liquider 3 personnes au Kamerun connus de tous. Sans oublier les 2 filles que tu as violé. Ils t'ont envoyé te cacher là bas sous le froid glacial, mais comme tout criminel finit toujours par se faire attraper, ton tour ne va pas tarder à venir.

Anglophones, Quit LRC and back to the Southern Cameroons.
This is what LRC promises to Anglophones
https://tinyurl.com/yadbfktd
      0
Moschee   32017-09-22 10:06
#2
@ Jean-Marie Nkoussa,
s'il vous plaît veuillez relire vos articles avant de les publier!! Est-ce la présumée coupable qui vous a donné le droit de publier son nom tel que vous l'avez fait? Incroyable!! Sous d'autres cieux on vous aurait coller un proccès au dos.
Soyez prudent et sachez vous protéger!
      0
Ville de Bafoussam Archives
Elle voulait faire entrer les produits stupéfiants dans la prison de Bafoussam.

Une rocambolesque histoire. La Nouvelle Expression (LNE) du 21 septembre 2017 rapporte qu’une femme a été interpellée le 21 septembre dernier alors qu’elle tentait d’introduire le tramol à la prison centrale de Bafoussam. Agée de de 50 ans, la suspecte se nomme Gasparinne Magne.

Selon le récit du journal, elle s’est rendue ce jour-là dans le pénitencier avec une importante quantité de la drogue. « … afin de tromper la vigilance des agents du pénitencier, la dame avait pris la peine de dissimuler le produit stupéfiant dans le ventre de plusieurs maquereaux », une variété de poisson très consommée au Cameroun.

Une source proche de l’enquête confie à LNE que la suspecte avait ouvert le ventre des poissons, introduit la drogue avant de les refermer et ensuite les congeler. Mais rendue à la prison, elle va tomber sur une fouille minutieuse. La supercherie est alors découverte et la femme mise aux arrêts.

Cette dernière, apprend-on, se trouve entre es main de la justice. Elle cependant tout en bloc. Selon ses dires, elle aurait simplement été mandatée par un proche de détenu pour lui apporter à manger. Elle soutient qu’elle ignorait que les poissons contenaient du tramol.

 

 

Auteur:
Jean-Marie NKOUSSA
 contact@cameroon-info.net
 @jmnkoussaCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez