Cameroun - Région de l’Est: Neuf personnes meurent ensevelies dans un trou abandonné par une société chinoise d'exploitation minière

Par Lore E. SOUHE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 03-Jan-2018   3792
Des victimes ensevelies dans un trou minier ouvert et abandonné FODER
Le drame a eu lieu le 30 décembre dernier vers deux heures du matin sur un site exploité par la société chinoise Lu et Lang, basée au village Ngoe Ngoe.

Le drame a eu lieu samedi 30 décembre 2017 aux alentours de 2 heures du matin. Selon les informations parvenues à notre rédaction, neuf personnes ont trouvé la mort dans le trou d’un site minier ouvert et non réhabilité de la société chinoise d’exploitation minière LU et Lang basée au village Ngoe Ngoe, dans la région de l’Est. D’après certains témoignages, les victimes, dont les âges varient entre 18 et 42 ans, ont été surprises par un éboulement de terre alors qu’elles s’attelaient à faire le « Ngueré », une pratique qui consiste pour les riverains à descendre dans les trous laissés béants par les exploitants miniers pour récolter les restes de gravier pour en extraire de l'or.

Rendu sur le lieu de ce malheureux accident le 31 décembre dernier, le délégué régional des Mines n’a pas pu rencontrer aucun des responsables de cette l’entreprise chinoise. Mais à en croire les habitants de Ngoe Ngoe, les chinois ont profité de la nuit du drame pour évacuer une partie de leur matériel.

 Pour cet accident qui a coûté la vie aux 9 camerounais , « au moins des poursuites pour homicide involontaire devraient être ouverte contre cette entreprise. Au-delà de l'administration locale qui doit assurer l'ordre public, le Ministère public doit se saisir de ce cas », scande Laurence Wete Soh, juriste au sein de FODER.  Il faut relever que ce drame arrive deux jours après une rencontre tripartite organisée entre le sous-préfet de Ngoura, la société Lu et Lang et les communautés, mais qui ne s’est pas tenue car l'’entreprise n'a pas honoré le RDV, sous prétexte de ne pas comprendre le français. Néanmoins, le délégué régional avant de partir a réitéré que l’entreprise devra prendre toute les mesures pour entièrement réhabilité le site.

Pour rappel, c'est dans le site de cette même entreprise chinoise (Lu et Lang) que des corps de quatre artisans miniers du village Ngoengoe, avaient été trouvés ensevelis il y a deux mois environ.  Avec ces autres 9 personnes décédées, le compteur du nombre personnes décédées dans les trous miniers et dénombrées par l’association Forêts et Développement Rural (FODER), monte à 43 personnes en l’espace de 10 mois. Il est par ailleurs important de souligner que durant la période de 2012 à 2014, au moins 250 chantiers miniers ont été ouverts mais sont non réhabilités par les 65 entreprises de la mine semi-mécanisée dans la région de l’Est du Cameroun.

 

 

 

 

Auteur:
Lore E. SOUHE
 @loresouheCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez