Cameroun - Sécession: Me Bogba Harmony succède à Sisiku Ayuk Tabe à la tête de l’Ambazonie

Par Otric NGON | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 13-Jan-2018   18561
Me Bogba Harmony Archives
Cet avocat de profession a pris les commandes du mouvement insurrectionnel depuis les mouvements d’arrestation, le 5 janvier2018, de son prédécesseur Sisiku Ayuk Tabe par les forces spéciales camerounaises en territoire nigérian.

A titre intérimaire, «ce  dernier se désormais l’homme lumière de l’Ambazonie, une espèce de guide», révèle L’Anecdote en kiosque le vendredi 12 janvier 2018. Selon le journal, Me Bogba Harmony la nouvelle n’a pas surpris au Cameroun. Car, ce dernier s’est distingué par ses positions radicales depuis le début de la crise anglophone.

«Cela lui a même valu le désaveu de ses pairs anglophones qui estimaient que l’objet de leurs revendications avait été détourné par ce dernier à la faveur de ses ambitions politiques», écrit l’Anecdote.

Le journal rappelle que dans une interview accordée à la télévision Equinoxe le 19 décembre 2016, le leader des avocats grévistes des régions anglophones du Cameroun affirmait qu’il «vaut mieux mourir que de se taire devant ce terrorisme d’Etat». Une déclaration qui trahissait ses accointances avec les propagateurs des idées sécessionnistes.   

Au moment où Me Bogba Harmony prend la tête de l’Ambazonie, aucune information ne filtre sur le lieu de détention de Sisiku Ayuk Tabe. Le leader du mouvement séparatiste anglophone est porté disparu depuis 5 janvier dernier. Ses partisans disent qu’il a été enlevé à Abuja. Ce que les autorités nigérianes démentent, alors que Yaoundé garde le silence.

Selon les faits qui sont rapportés par l’ensemble des médias, Sisiku Julius Ayuk Tabe, Dr. Nfor Ngala Nfor, Dr. Fidelis Nde Che, Dr. Henry Kimeng, Prof Awasum, Dr. Cornelius Kwanga, Tassang Wilfred, Barrister Eyambe Elias, Dr Ojong Okongho et Barrister Nalowa Bih, des leaders du Southern Cameroon national council (Scnc) tenaient une réunion dans l’une des salles de l’hôtel Nera à Abuja au Nigeria la veille, quand soudain, vers 19h30, ils ont été arrêtés.

Des arrestations qui ne changeront rien au mouvement sécessionnistes, selon certains experts. «Ces arrestations ne viendraient pas mettre un terme à la crise dans les régions anglophones. L’impact de ces leaders quant à la lutte sur le terrain n’a jamais été démontré fondamentalement. Le problème des revendications est un problème identitaire comme ce fut le cas en Afrique du Sud, en Zambie, par exemple», estime le politologue Njoya Moussa.

«Même si vous arrêtez tous les leaders, cela ne changera rien. La seule chose qui puisse mettre un terme aux revendications, c’est l’ouverture d’un véritable dialogue, et surtout la résolution d’un ensemble de questions fondamentales, tant sur le plan institutionnel qu’infrastructurel. Si on ne le fait pas, on peut avoir dix leaders anglophones dans nos régions, la crise ne sera jamais résolue. J’ai même peur que ces arrestations ne mettent plutôt de l’huile sur le feu», conclut Njoya Moussa.

Auteur:
Otric NGON
 contact@cameroon-info.net
 @OtricNgonCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez