Cameroun - Technologies: Désormais, le Cameroun va fabriquer des prototypes industriels

Par Liliane J. NDANGUE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 17-Feb-2017   4870 7
Username:
Password:
Alternative    02017-02-18 14:31
#1
Furax
Merci.
Nous sommes toujours prompt à dénigrer.
      0
Furax   02017-02-18 13:19
#2
"Personne n'a besoin d'un systeme de $200 000 pour fabriquer un cylindre de frein ou une culasse de moteur, ou meme un bloc moteur".

Mon frère tu es complètement à côté, cette technologie est une grande avancée pour notre pays...
Soyons patient il faudrait un temps certain pour maitriser cet outils, de plus on ne se lève pas un matin et faire le design d’une telle pièce.

La culasse du moteur est très complexe à réaliser, du fait de la précision qu'elle demande (la marge d'erreur est l'ordre du micron). Par contre les autres pièces d'un véhicule notamment celles qui sont les plus sollicitées peuvent être fabriquées à condition d'avoir le moule. Le moulage est la pièce maitresse dans l'industrie, c'est un élément que l'on ne cède pas facilement, la Sotuc avait fermé au Cameroun (en partie) du fait que Renault ne voulait pas céder ses licences pour que le Cameroun fabrique certaines pièces.

Les machines dont vient de se doter cet établissement permettront de reproduire avec plus de facilités certaines pièces , dans une industrie légère dans un premier (pare choc, capots, éléments de la direction…voir châssis).
Pour ce qui est du bâtiment l’utilisation peut être immédiate, notamment en ce qui concerne les éléments de structures, il suffira de designer le moules devant reproduire ces pièces…

La liste est longue des avantages qu’amène cet outil…. Bref c’est une grande avancée pour notre industrie.
      0
Man Tara   12017-02-18 01:03
#3
@John Doe Walker

I'm going to comment on this statement in your post

"Do not really contribute to the vitality of life. Labor does"

That's the fallacy the intellectuals put out there.

They are going to have a high tech development. No labor, just some sophisticated machines doing miracles.
Computers, phones and all that.
This CNC thing is mostly for high ptoduction. Repetetive products, not so much for variety of products.
Generate very few employments for high investment
      0
Man Tara   132017-02-17 16:51
#4
Evidemment c'est unbon outil aux mains des camerounais.
Je me demande seulement ce qu'on en fera.
Ca fait des decenies que les camerounais ont des scies des marteaux, etc,
Ils n'en fabrique rien.

Apparemment meme le professeur ne sait pas ce qu'on peut en faire.
Vraiment qui veut fabriquer les pieces du palais du congres... et sur une machine?

Il montre qu'il n'a jamais rien vu en fabrication. Au moins il aurait pu donner la chance a un technicien d'expliquer.

J'ai fabrique mon premier prototype sur un Breadboard (planche a pain, comme celle sur la photo) pas besoin de CNC, 3 D etc.
Quel est l'utidiant a la faculte de science, faculte de physique qui ne sait pas comment constituer une alimentation (power supply ou chargeur- pour telephone ou ordinateur) mais qui en fabrique a Yaounde ou Douala. On importe les usages a revendre.
Personne n'a besoin d'un systeme de $200 000 pour fabriquer un cylindre de frein ou une culasse de moteur, ou meme un bloc moteur
      0
Alternative 12    22017-02-17 14:49
#5
À chacun son boulot. Celui qui a pour travail pleurnicher, il ne fera que cela toute sa vie. Pendant que les autres osent. Et on avance, d'autres vous diront qu'on était plus avancé en 1960.
C'est aussi ça la liberté. Dire le contraire de ce qui est perçu.
      0
Douallaetingue   232017-02-17 13:03
#6
Du vent, rien que du vent!!!! Dans un pays où la population a totalement perdu confiance, où ceux qui décident ne font pas du tout ce qu'ils disent et surtout ne disent pas ce qu'ils feront réellement et finalement, où les mots "bientôt" sont plus souvent utilisés comme dates butoirs, comment voulez vous faire croire au monde entier qu'une telle avancée soit aujourd'hui dans le saint des saints de l'excellence de notre pays. Ceux qui s'intéressent tant soi peu à la recherche pour le progrès technologique savent que la recherche coûte énormément cher. Vu les crédits accordés par notre gouvernement, évident qu'il ne faut pas s'attendre à grand chose comme avancée technologique. En plus, une application ne sort pas d'un mouchoir, mais la plupart du temps d'une théorie déjà bien élaborée et "brevetée". Et tant que le brevet n'est pas tombé dans le domaine public, il faut payer pour l'appliquer. A moins que notre centre High Tech sorte des applications de ses propres théories. Dans ce cas, cela se saurait.
Enfin High Tech de l'Ecole Supérieure Polytechnique...de l'Université de Yaoundé....du Ministère de l'Enseignement Supérieur......Cela fait autant d'étages à gravir pour arriver aux décisions finales, et autant de temps à perdre alors que les innovations technologiques n'attendent pas et sont vite dépassées.
Pour revenir au vif du sujet, quels prototypes industriels notre centre high tech pourra-t-il produire?
      0
John Doe Walker    142017-02-17 12:38
#7
Very good initiative. What is the effect of these new technology in an economy with nearly 50% of unemployment? 3D and 4D machines do not pay taxes. They do not buy cars. Do not really contribute to the vitality of life. Labor does.

Technological developments come with challenges. Theses challenges are even more accentuated in poorly managed countries.
      0
Une vue du High-tech center de Polytechnique de Yaoundé ENPT
Il s’agit d’une prouesse technologique qu’on va devoir au High Tech Center de l’Ecole nationale supérieure polytechnique de l’Université de Yaoundé 1. Pour y parvenir, le Centre fera recours aux technologies 3D et 4D.

Grâce au High Tech Center de l’École nationale supérieure polytechnique de l’Université de Yaoundé 1, des prototypes industriels pourront être fabriqués en terre camerounaise. Le Centre fera usage des technologies 3D et 4D. Dans son édition du 15 février 2017, le quotidien Mutations qui relaie cette information ajoute qu’il sera même aussi possible de fabriquer au Cameroun certaines pièces importantes dans le domaine médical.

De façon concrète, Maurice Aurélien Sosso, le Recteur de l’Université de Yaoundé 1, explique la prouesse technologique que fera le High Tech Center de polytechnique. «Vous aurez en 3D  une pièce telle que vos yeux la voient réellement. Et lorsqu’on aura la 4D, nous allons avoir à reproduire des moules types comme le font les forgerons», dit-il.

Pour Jacques Fame Ndongo, le ministre de l'Enseignement supérieur, on assiste là à un développement des capacités du Centre dont le financement se chiffre à 4 milliards de FCFA. «Une sorte de technologie qui viendra révolutionner la production des prototypes industriels», écrit le quotidien.

En guise d’exemple, si on souhaite construire le Palais des Congrès de Yaoundé, les étudiants de Polytechnique vont d’abord le dessiner à la main. Ensuite le dessin bénéficiera de l’assistance de l’ordinateur. «Et c’est dans cette assistance qu’on pourra fabriquer toutes les pièces du Palais des Congrès», ajoute le journal.

Le Recteur de l'Université de Yaoundé I indique que «lorsqu’on voudra faire les murs, on mettra dans l’imprimante du ciment et tous les éléments qu’il faut. Le Palais des Congrès sera ainsi prêt en pièces démontées qu’il faudra tout simplement assembler».

Il est donc à préciser que le MINESUP autorise Polytechnique à créer ces prototypes industriels à la suite de la loi du 16 décembre 2003 qui régit les zones économiques au Cameroun. Pour le Recteur de l'Université de Yaoundé I, «cela va changer de manière radicale la forme de l’Université qui ne sera plus tout simplement l’Université enseignante du service public, mais celle qui va s’intégrer dans le développement industriel du Cameroun».

Auteur:
Liliane J. NDANGUE
 contact@cameroon-info.net
 @ljndangueCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez