Cameroun - Télécommunications: La portabilité des numéros mobiles est effective au Cameroun

Par Otric NGON | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 21-Aug-2017   5604 4
Username:
Password:
Kamerlokoptimist   22017-08-21 20:42
#1
Grande nouvelle.
La portabilité va obligatoirement améliorer la qualité de service. Le numero appartient au client désormais. C'est a saluer. Que les ennemis du progrès ne viennent pas nous mettre des batons dans le suite du processus

@Johnpapapapa
Did you miss the title of this article or are you not interested by phone number portability?
Your so called Hard fact can prove anything you want when taken out of its context. The context called regionalisation where number of students to be admitted is based on ratio attributed to the 10 regions. Not on anglos/francos ratio. You're desserved by publication of wrong analysis. What do you want to prove, marginalisation? You're free to give another try
      0
John Doe Walker   12017-08-21 20:29
#2
Really!!! You must be kidding. I host of workers leave their desks to take a picture because you can keep your phone number.
      0
Iceman    22017-08-21 18:55
#3
Après les anglophones ont aura droit au problème des mulsumans , puis celui des handicapés, puis celui des pygmées, des sawa, des bassas. ... seul le pays organisateur n'aura pas de problème puisque c'est lui qui seme tout le bordelle
      0
Johnpapapapa   42017-08-21 16:43
#4
SOME HARD FACTS ABOUT US, SOUTHERN CAMEROONIANS


1. Two Higher Teachers Training Colleges existed; Bamenda for Southern Cameroon and Yaoundé for French Cameroon .Surprisingly, Yaounde became Higher and Bamenda, an Annex. Today out of every 100 student teachers admitted in Bamenda, 80 are from French Cameroon. Tell me, who are they going to teach?

2. There was the School of Post and Telecommunications in Buea for English Cameroon and Yaounde for French. Suddenly, Buea became annex and Yaoundé higher. Today, 162 students are present in Buea, all of them Francophones. The language of study is French, and all lecturers are Francophones.

3. The School of Public Works in Buea illustrates the same domination. In a population of close to 200, only 27 are from the North West and South West Regions combined.

4. In the University of Buea, many lecturers are teaching in French.

5. In the School of Translators and Interpreters, only 7 anglophones are there.

6. In the Police Academy, out of a population of 400, including administrators, only 22 are anglophones. I supervised the distribution of metizan and yellow fever there. I had the official list of all present.

7. In the Regional Delegations for Health in the two marginalised Regions, outside the Delegate and the NTCP coordinator, any other person sitting in a Program with a huge budget is a Francophone.

8. Every District Medical Officer outside Limbe is a Francophone. All the district medical Administrators from ENAM in the SW are francophones. Where are we? Ah, we did not go to school, right?

Ladies and gentlemen, whether we like it or not, whether we stand for Ambazonia or not, the Balkanisation process of this entity is on its way. Rather than trying to refuse the bitter realities, we should seek a peaceful method to achieve this. By refusing to accept the realities, we only plant the seed for a violent revolution. And in a violent revolution, there is only one winner, the Whit
      0
Photo de famille lancement de la campagne sur la portabilité Otric Ngon
Le ministère des Postes et Télécommunication a procédé ce lundi 21 août 2017 au lancement de la campagne de communication institutionnelle sur la portabilité des numéros mobiles au Cameroun.

Au cours d’une conférence de presse, en présence du DG d’Orange Cameroun, DG de Huawei Cameroun, DGA de l’ART, DG de l’ANTIC, DG de Viettel Cameroun, DGA de MTN Cameroon, l’Inspecteur général chargé des questions techniques, Nsongan Etoung Joseph, représentant de la ministre Minette Libom Li Likeng, a indiqué qu’une d’information sur la portabilité se déroulera pendant un mois, avant l’annonce officielle de la date de l’opérationnalisation de cette nouvelle option.

Dans son allocution de circonstance, le DGA de l’ART, a rappelé que la portabilité a pour objectif: «Ie renforcement de la concurrence sur le marché des communications électroniques, entrainant l'amélioration de la qualité de service par les opérateurs, ainsi que la baisse des tarifs des communications, ainsi que l'accroissement des offres de services innovants». Ajoutant que «sur le plan technique la portabilité des numéros mobiles est effective au Cameroun».

Dans le détail, pour porter son numéro, l'abonné doit se rendre chez l'opérateur cédant pour remplir un formulaire de demande de portage dans lequel il inscrit ses nom et prénom, le numéro de sa CNI, la date de délivrance et le lieu, le numéro de téléphone qu'il veut porter, le nom de l'opérateur auquel il appartient, le code RIO (relevé identité opérateur, identifiant unique de 12 caractères alphanumériques attribué à chaque numéro mobile et ayant pour but de faciliter l'identification du numéro lors des demandes de portage. Il s'obtient en composant le *888#), la date de la dernière demande de portage, la date du jour du dépôt et le lieu, et enfin sa signature.

Il est nécessaire de rappeler que le formulaire peut changer en fonction de l'opérateur, mais les éléments suscités doivent intervenir.

Bon à savoir, l'abonné effectuant l'opération de portage ne conserve pas la carte SIM de son ancien opérateur. L'opérateur receveur donnera à son nouvel abonné une carte SIM dans laquelle son numéro sera porté. Pour le moment, seuls les propriétaires de numéros de téléphonie mobile sont concernés par la portabilité, les propriétaires des numéros de téléphonie fixe ne le sont pas encore.

Auteur:
Otric NGON
 contact@cameroon-info.net
 @OtricNgonCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez