Cameroun - Télécommunications: La signature de la concession de MTN et Orange attendue depuis trois ans

Par Lore E. SOUHE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 14-Mar-2018   3169
Orange Télécoms Archives
L’arbitrage du Premier ministre reste attendu par les opérateurs de téléphonie mobile.

 Mars 2015 - mars 2018. Cela fait trois ans que l’Etat a concédé aux entreprises de téléphonie mobile Orange et Mtn du Cameroun une licence pour les services 3G et 4g. Entretemps, ces opérateurs télécoms attendent toujours la signature de la concession qui devrait permettre à toutes les parties de ce contrat d'être logés à la même enseigne.

D’après Le Quotidien de l’Economie du lundi 12 mars 2018, les deux entreprises ont déjà versé chacune 75 milliards FCFA pour monter en grade dans l’exploitation des services autres que celui de la communication vocale.  Et pour améliorer la convention à soumettre à la signature du Chef de l’Etat, la première étape doit consister à la redéfinition en novembre 2015 après de la Conférence mondiale des radios-communications, d’un cahier des charges intégrant les éléments de couverture du territoire 2G, 3G, 4G d’une part ; et les quantités de spectre effective à allouer à chaque opérateur, ainsi que les indicateurs de la qualité de service et les critères de performances du réseau, peut-on lire dans le journal.

Par ailleurs, au sujet de l’allocation des fréquences de réseaux de transport par faisceaux hertziens, la Cameroon Telecommunications (CAMTEL) dénonce le fait que ces réseaux soient entièrement octroyés à MTN et Orange, alors qu’elle devrait faire l’objet d’attribution dynamique à l’ensemble des opérateurs, peut-on lire dans le quotidien.

Pour sa part, l’Agence de Régulation des Télécommunications (ART) a émis son avis sur le risque de manque à gagner sur les redevances par faisceaux hertziens. « L’octroi des fréquences de transmission dans les conventions de concession entraine une perte de revenu estimée à 150 milliards FCFA sur quinze ans », soutient-on à l’ART. Au vu de ce qui précède, l’on constate que l’affaire de la signature de la convention de concession laisse croire que l’Etat veut « sauvegarder la position de CAMTEL comme opérateur historique en charges des infrastructures ».

Auteur:
Lore E. SOUHE
 @loresouheCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez