Cameroun - VIDÉO. Pédophilie dans l’Église: L’archevêque Joseph Atanga couvre-t-il les agissements de certains prêtres ?

Par Otric NGON | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 29-Mar-2017   48355 6
Username:
Password:
Dlapikin   22017-03-31 14:39
#1
Africain 2
Ce n'est pas qu'une question de blanc. Même les noirs! Vas voir dans certaines paroisses: le prêtre bien noir du coin a capté les terrains en faisant croire aux autochtones qu'il les utilisera pour la mission, semé des batards partout... Apres on les déplace et on les met ailleurs.
      0
Africain2   92017-03-29 15:40
#2
Moi je sais que depuis 50 ans, les systèmes qui nous dirigent ont passé tout leur temps à chouchouter le blanc, qui qu'il soit. Il suffisait d'être blanc.

Je pense aujourd'hui que cet allégeance aveugle au blanc a été à l'origine de notre non développement.

Un jour un blanc m'a dit : " Le Cameroun est un paradis pour tout français". Sans commentaires !
      0
Dlapikin   202017-03-29 13:56
#3
La question qu'il faut se poser est de savoir que font exactement les journalistes camerounais à part se pavaner en experts omniscients sur les plateaux télé, publier des documents à gage et commenter les commentaires?
Chaque fois qu'on a une enquête, ça vient de France Télévision, Mediapart, ou WikiLeaks... on en est au point où la population croît que le rôle de France Télévision est de s'occuper des africains. S'ils ne le font pas, on le leur reproche même. Quand bien meme ils le font, les patrons de nos journaleux ont vite fait de les déverser à l'écran pour jeter le doute sur leurs motivations.
Les test du sida sur les camerounais: france Télévision,l'affaire paul Eric kingue: france television, l'affaire des 9 disparus: france télévision, l'affaire Bisseg contre Nestlé: France télévision, Bolloré: France télévision, les prêtres et scandales pedophiles: France Télévision, les operations de l'armée au Nord: M6 enquête exclusive, les chinois chez nous: France télévision, bientôt grâce à élise Lucet on saura tous les détails sur ce qui s'est réellement passé à Eseka; entre-temps ils font les beaux le dimanche à la télé!
      0
Yoyo5   312017-03-29 06:49
#4
C'est un travail de longue haleine et beaucoup d'enquetes dans 4 continents.
Bravo aux enqueteurs sinon les pays africains seront le lieu parfait pour des derives sexuelles.
      0
Nairobi10   202017-03-29 03:46
#5
@Otric Ngon, vous êtes d'une paresse sans pareil. Vous avez la vidéo mais vous préférez commenter les commentaires de Jeune Afrique, pourtant le passage sur Atanga dure moins de 2 minutes.

Ensuite, je ne vois pas pourquoi mettre un titre interrogatif, parce que le journaliste a bien présenté un courrier que monsieur l’archevêque n’a pu réfuter, mais en a plutôt contester la possession par le journaliste.

L’Afrique, ce paradis pour les pédophiles de tout bord, que vous soyez de l’église ou militaire occidental, ne vous faites pas de soucis car vous trouverez toujours de bonnes âmes nègres pour vous couvrir.
      0
Man Tara   112017-03-29 02:48
#6
Eh Atanga, mon ami.
Tu te rappelles tu etais le cure admire de ton eglise a San Leandro en Californie..
Tous tes paroissiens t'admiraient.
Puis pouf tu disparais,

Tu te retrouves eveque a Bafoussam, happe par le diable.
Que s'est-il passe?
Ma pensee peut bien te paraitre sans construction consequentielle.
Au fait depuis longtemps j'avais compris que les bons pretres ne sont jamais nommes eveque.
C'est le choix de Rome.
Ils choisissent toujours les plus corrompus.
Et mon ami et frer a ete choisi.

Pour moi, c'etait une grande deception.
Je l'avais dit a Christophe, Tu te rappelles le garcon manguissa de Berkeley.
Je lui aavais dit que si le Catican t'a choisi, c'est parce que tu t'etais montre d'une certaine facon, un des leurs. Christophe ne connaissait pas ces choses. Comme la plupart des africains, il croyait que toutes les longues robes portent sur eux le trousseau de clefs qui ouvrent les portes du paraadis.
Quelle Illusion
Et cette hordes la, ne contient pas de bons elements.
Le doux et calme "Pere Atanga" comme t'appelait Christophe, n'etait plus des notres.
Pour moi, une fois que Rome te nomme, je ne te connais plus.
      0
L’archevêque Joseph Atanga Archives
L’archevêque camerounais Joseph Atanga s’est retrouvé au cœur d’un reportage de France 2 sur la pédophilie dans l’Église. Il aurait couvert des prêtres mis en cause.

Près de 2,2 millions de téléspectateurs français (9,8 % de part d’audience) ont assisté à l’embarrassante interview du prélat camerounais par un journaliste de l’émission Cash Investigation – diffusée sur France 2 le 21 mars (vidéo ci-dessous)

Manifestement, commente Jeune Afrique, Mgr Atanga, 64 ans, devenu une célébrité à son corps défendant, n’avait pas été prévenu du sujet de l’entretien: «Pédophilie dans l’Église: le poids du silence». «On plaindrait presque ce jésuite à la carrière cléricale jusqu’à présent sans tache. Lui qui avait cru bien faire en demandant, le 2 juin 2015, dans une lettre au supérieur des Frères de Saint-Jean, le rappel de prêtres de cette communauté installée dans la région de Bertoua depuis vingt-cinq ans, après qu’une série d’agressions sexuelles envers de jeunes adolescents avait suscité des plaintes devant la justice», relate le magazine.

Il affirmait alors «avoir pesé de tout son poids» pour éviter que «les frères mis en cause [soient] traînés devant les tribunaux, au risque de ternir l’image de [l’]Église». Les prêtres soupçonnés avaient donc été rapatriés en France en catimini, apprend-on.

D’abord déstabilisé face au journaliste, Mgr Joseph Atanga s’est vite repris. Avec la ténacité d’un politicien madré, il s’est accroché à la porte d’entrée de l’alcôve où l’enquêteur tentait de l’entraîner. «Cette lettre ne devrait pas être là [entre vos mains]», a-t‑il répété.

Manifestement plus soucieux de délégitimer son interlocuteur que de répondre à la question: «Avez-vous cherché à cacher les faits ?» «Non, je ne cache pas les faits, mais je ne ferai aucun commentaire», s’est-il défendu sans convaincre, fait remarquer Jeune Afrique. 

Auteur:
Otric NGON
 contact@cameroon-info.net
 @OtricNgonCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez