Dr Frédéric Foka (Internationaliste): «La sortie du Département d’Etat américain n’aura pas d’influence particulière sur le sort des 47 présumés sécessionnistes extradés par le Nigéria au Cameroun»

Par Wiliam TCHANGO | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 07-Feb-2018   2936
Fredetic Foka F. Foka
Dans un communiqué rendu public le 5 février 2018, le Département d’Etat américain condamne les violences meurtrières dans les régions anglophones du Cameroun. Au sujet de l’extradition forcée des 47 présumés sécessionnistes du Nigéria où ils ont été appréhendés, il appelle les autorités nigérianes et camerounaises à se conformer à leurs obligations en vertu du droit international.

Pour le chercheur camerounais qui a été interviewé par Radio Equinoxe, il s’agit simplement de mettre la pression sur le Cameroun pour que les 47 présumés sécessionnistes aient droit à un procès équitable.

 

Le Département d’Etat américain est le bras séculier des Etats-Unis dans leur politique internationale. Vu son poids dans la diplomatie américaine, quelle peut être l’influence de sa sortie dans l’affaire des 47 personnes extradées au Cameroun par le Nigéria ?

Il n’y aura pas d'influence particulière. Vous savez, le Département d’Etat a fait une sortie demandant aux autorités nigérianes et aux camerounaises de respecter  la procédure internationale  d’extradition  qui a déjà  eu lieu et demande aux autorités camerounaises de respecter les droits de ces 47 personnes dans le cadre du procès. Je pense qu’il s’agit de mettre la pression sur l’Etat pour que celui-ci tienne un procès équitable. Il ne faut pas s’attendre à grand-chose. La seule chose, c’est que l’Etat camerounais étant lui-même républicain, est tenu de garantir les droits de ces personnes dans le cadre d’un procès équitable. Donc, le Département d’Etat américain joue son rôle en rappelant à l’Etat camerounais ce qu’il doit faire mais je pense que le Cameroun sait qu’il est observé, qu’il est regardé et qu’il est obligé de garantir à ces personnes là un procès équitable.

C’est donc sûr que les moindres développements dans cette affaire seront suivis de près par les Etats-Unis d’Amérique…

Bien entendu ! C’est une affaire qui est hautement sensible, sensible de par son caractère. Vous savez, cette crise dure déjà depuis très longtemps, les solutions préconisées n’ont pas toujours  été appliquées et puis, cette crise a rapidement viré à une militarisation et une escalade de la violence, qu’elle soit illégitime d’un côté ou légitime, ça dépend du côté où l’on se tient. Mais il faut aujourd’hui en sortir, ce qui fait que ce procès qui est censé être l’un des éléments clés de la sortie de crise, si on peut le penser ainsi, nonobstant le dialogue bien entendu est scruté par tout le monde. Il faudra donc, au-delà de  son caractère hautement politique, que l’Etat camerounais puisse montrer sa capacité à joueur franc jeu, non seulement sur le terrain du dialogue, où il a un peu failli, mais en ce moment ci sur le terrain judiciaire où aucune erreur ne peut lui être pardonnée.

Sur les violences dans les régions anglophones, le département d’Etat condamne les meurtres des gendarmes et des civils. On a souvent vu que pour manifester son intérêt pour la protection des civils, le Département d’Etat américain a souvent saisi le congrès américain pour l’adoption des résolutions visant à amener les pays concernés à assumer leurs responsabilités en la matière. Quant au Cameroun, on en est encore loin ?

Oui, on en est encore très loin. Quand vous lisez ce communiqué en fait, il y a deux volets. D’un côté il condamne  les violences perpétrées par les sécessionnistes et de l’autre côté, interpelle le Gouvernement à respecter ses engagements. Ici, il faut comprendre qu’il n’est de l’intérêt de personne dans le monde entier que le Cameroun s’embrase. Déjà sur le plan géostratégique, l’Afrique centrale est suffisamment en proie à des guerres et des conflits comme ça pour  que le cœur économique, le cœur stratégique lui-aussi s’embrase. Si le Cameroun s'embrase, c’est toute la sous-région qui va s’embraser. Donc, il n’est de l’intérêt de personne que le Cameroun se retrouve partitionné. L’exemple soudanais reste encore dans les mémoires de nombreuses personnes, notamment des Etats-Unis comme le contre exemple de la sécession qui amènera vers l’indépendance et l’épanouissement des peuples. Autant trouver une solution dans le cadre d’une union entre Etats. Ce qu’il faut savoir aussi c’est que soutenir un mouvement indépendantiste au Cameroun, supposerait légitimement, ne pas être contre des mouvements indépendantistes en Europe et ailleurs dans le monde.

 

Auteur:
Wiliam TCHANGO
 contact@cameroon-info.net
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez