L’UNDP relativise les démissions en cascade de ses cadres

Par | Cameroon-Info.Net
Yaounde - 27-May-2002   48168
Le secrétaire général de l’Union Nationale pour la Démocratie et le progrès s’est trouvé face à la presse jeudi dernier. Au menu des échanges, le départ de deux cadres à savoir le ministre Pierre Hélé et de Ahmadou Malloum, député sortant de Maroua. Le cas de Célestin Bédzigui, le vice-président suspendu, n’a pas échappé à la presse...
Céléstin Bedzigui conduit la liste UNDP aux législatives dans le département de la Lékié. Et pour Piere Flambeau Ngayap, il n’y a aucune entorse au règlement de l’Undp par rapport à cette initiative. «Le camarade Bedzigui est membre de l’UNDP. Il n’a pas été exclu du parti. Il a les pouvoirs de tous les militants y compris celui de se porter candidat aux élections. La sanction dont il est victime touche seulement les fonctions qu’il assume. Elle n’est pas une condition à la candidature aux élections». S’agissant du député Malloum, le secrétaire général de l’UNDP reconnaît que c’est une affaire marginale. C’est un «non événement» dans la mesure où c’est la base du parti qui l’a sanctionné. Au demeurant, il n’a pas recueilli les suffrages nécessaires à la reconduction de son mandat. L’on a plutôt vu son rival, Amadou Adji, sortir de l’ombre. En clair, le désistement de M. Malloum s’assimile à une «retraite politique». Seule la «démission de Hélé Pierre et son empressement à rejoindre les rangs du RDPC laisse dubitatif -explique M. Ngayap. Le ministre Hele a proposé une liste de militants originaires du Mayo Kane pour les législatives. Nous l’avons acceptée. Mais lorsqu’il est sorti de la dernière réunion tenue au Mansel Hôtel, une délégation de militants de ce département est venue nous démontrer que cette liste n’avait pas tenu compte de certaines données sociologiques. Par exemple, on ne trouvait pas les noms appartenant à la tribu majoritaire de la zone. Nous avons dû faire des correctifs. Il n’a pas apprécié. Il a considéré ces réajustements comme un désaveu». Au moment où les différentes formations s’apprêtent à descendre dans l’arène politique, la direction de l’UNDP relativise les démissions en cascade et adopte plutôt une attitude qui frise la sérénité. C’est de bonne guerre.
  • E-mail 1
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez